Essai publié le 08 avril 2019

Essai Bridgestone S22 - Le pneu routier très, très sportif

Texte de Jimmy

Testé une journée durant sur le circuit de Jerez de la Frontera (ESP), le nouveau S22 s’est révélé un excellent successeur du S21, avec une maniabilité accrue, un très bon feeling de ses limites… et une longévité surprenante ! De quoi aller faire des ronds en toute décontraction au guidon des avions de chasse mis à disposition pour notre essai.

Je tente de suivre Colin Edwards à l’entrée du virage 2, un petit droite en dévers. Fin d’accélération sur le vibreur, freinage un peu catastrophe sur la ligne blanche : je veux trop en faire. L’arrière se met à remuer pour m’indiquer subtilement que je m’y prends très, très mal. Verrouillée autour de l’avant, la ZX-6R plonge à la corde sans plus broncher et je me relance à la poursuite du Texan dans la longue accélération qui suit. Très gentil, il m’attend avant de plonger dans la courbe Sito Pons, un droite en légère montée avec sortie aveugle. Je lèche les freins, conserve un maximum de vitesse et me laisse progressivement aller à l’intérieur, revenant dans la roue d’Edwards (enfin, je ne reviens pas vraiment, mais c'est beau de rêver, ndr.) avant qu’il batte des cils et me dépose à l’accélération et au freinage suivant. Aurevoir, Mr Edwards, et merci.

Ce moment fort, l’un des nombreux de cette journée, est révélateur du bon comportement du S22 sur piste. Le train avant a été absolument imperturbable, m’offrant un excellent ressenti dans toutes les phases de pilotage traversées en m’accrochant (désespérément) à l’ex-pilote de MotoGP. Générateur de confiance dans les moments critiques, comme des freinages sur l’angle ou des plongées dans les courbes rapides, le S22 a été mon meilleur pote pendant mes sessions. L’arrière n’est pas en reste, avec une excellente motricité et un très bon ressenti poignet droit/pneu. S’il arrive relativement vite aux limites de l’adhérence sur les 1000, aucun décrochage violent n’a été à signaler. La dérive commence progressivement et l’excellent retour d’informations permet de l’anticiper et de la gérer idéalement. Tout ça n’est bien sûr pas le fruit du hasard : Bridgestone a mis 2 ans à développer son nouveau pneu. Et les ingénieurs ne les ont pas passés à lambiner !

Savant mélange et sculptures 3D

Le but confirmé par Fabian François, Responsable du Développement pour Bridgestone Europe : améliorer toutes les qualités sportives du S21, tout en comblant ses quelques lacunes et en conservant sa très bonne endurance. Usage routier oblige, le grip sur le mouillé a été l’une des priorités des ingénieurs. 

Allier plus de grip dans toutes les phases de pilotage, une vitesse de passage en courbe augmentée, une longévité préservée et un meilleur comportement sur revêtement mouillé peut sembler un vrai casse-tête. Ça l’est, mais Bridgestone a poussé le concept éprouvé du multi-gomme un peu plus loin pour réaliser cette quadrature du cercle. A l’avant, le 3LC utilise donc deux composés, avec un mélange de gomme plus rigide sur la bande de roulement et un composé moins dense sur les côtés. Le 5LC, à l’arrière, utilise une gomme très rigide sur sa bande de roulement, une autre très souple sur la zone de traction et enfin, un composé ultra-tendre sur les bords, pour un grip maximal sur angle maxi.

Enfin, le composé du pneu, à base de silice, propose selon une nouvelle formule 25% de silice supplémentaires en contact avec le bitume, par rapport au S21. Le pneu a un meilleur grip, son empreinte au sol est améliorée et il conserve une excellente maniabilité.

Cette maniabilité s’explique également grâce au nouveau dessin des sculptures, extrêmement étudié et dont les extrémités sont « taillées » en 3D. La sculpture ne se termine pas abruptement mais la gomme est en effet bisautée. Résultat : une rigidité augmentée et une répartition des contraintes plus précise. Le pneu ne subit donc que là où les développeurs le souhaitent et se déforme d’une façon optimale : la maniabilité est meilleure et plus constante, alors que l’usure diminue malgré un usage sportif. L’évacuation de l’eau est également améliorée, on profite donc d’un très bon grip sur le mouillé, selon les ingénieurs et les essayeurs des journées précédentes, moins gâtés par la météo.

Autre facteur bénéficiant de ces mélanges de gomme et de l’étude très poussée des dessins et de la structure du pneu : son temps de chauffe et sa capacité de mise en action rapide. Dès les premiers tours de roue, le grip est présent et augmente nettement dans la première phase de chauffe du pneu. De très bon augure dans des conditions fraîches et au quotidien. Arrivé autour des 50-55°C, le grip diminue, mais très progressivement et reste un bon cran au-dessus de celui des S21. D’où ce ressenti très progressif à la limite de l’adhérence de l’arrière. C’est également cette qualité qui promet un très bon ressenti en usage routier, où les températures des pneus n’atteignent pas les sommets d’un usage sur circuit.

La vraie vie

Comme Raiponce se le demande en chanson dans le long-métrage éponyme de Disney, on se demande ce que peut donner le S22 dans la vraie vie. En un usage routier. Et au vu de ses performances, on peinera à croire Fabian François et l’équipe Bridgestone, qui assurent que ce pneu est bien destiné en priorité à la route. S’il marque le pas face à des modèles plus orientés piste, comme le Dunlop Sportsmart TT, la confiance qu’il prodigue dans cet environnement surprend.

Certaines machines, pas tendres avec les pneumatiques, comme la KTM 1290 Superduke R ou la Ducati Panigale V4S, ont eu droit à un changement de pneu l’après-midi, mais les autres machines ont enchaîné 18 sessions avec le même train, sans que l’usure soit impressionnante ni irrégulière. Malgré des essayeurs aux styles de pilotage et aux gabarits bien variés. Le comportement du pneu n’a pas changé entre le matin et l’après-midi. Vérification faite au guidon d’une ZX-10R SE, dont j’ai pu faire souffler les chevaux sans surprise pendant la première session du matin et l’avant-dernière de l’après-midi. Alliés à l’électronique de la majorité des sportives présentes, les Bridge’ ont garanti un roulage en toute sécurité grâce à leur excellent retour d’informations et leur maniabilité très convaincante.

Un dernier run, sur une GSX-R 1000 R et derrière un marshall bien motivé, m’auront permis d’enchaîner plusieurs tours rapides tout en douceur. Une fois les repères posés, je n’ai plus eu qu’à me fier au retour d’information de la machine pour savourer le magnifique tracé espagnol. L’adhérence étant la donnée clé de l’équation, le S22 m’aura apporté entière satisfaction : le ressenti de la limite est excellent et l’avant, rivé au sol, offre une confiance qui permet de rapidement se concentrer sur le reste. La maniabilité est également excellente et ne dessert pas le grip, ni le feeling sur l’angle. Un plus pour évoluer dans son pilotage  sur circuit, sans se sentir perdu par un pneu changeant vite de comportement sous la forte contrainte induite par la vitesse.

Le meilleur dans les deux mondes ?

La question qui demeure, c’est l’utilité de telles performances sur la route. On se réjouit de vous en dire plus à ce sujet dans un prochain essai routier, mais on trouve une partie de réponse dans la réflexion suivante, formulée par Fabian François en échangeant dans le paddock : les machines sportives d’aujourd’hui ne jurent que par le mantra « plus vite, plus léger, meilleur ». Bridgestone a simplement adapté la formule à son pneumatique, après mûre réflexion et un long développement. 

En prenant son temps, la firme japonaise sort un produit en adéquation avec ses machines et clients cibles, qui s’adaptera à toute monture et pilote aux velléités sportives. La mauvaise nouvelle pour la concurrence, c'est que le S22 place la barre très, très haut. La bonne nouvelle pour nous, c’est qu'il est déjà disponible à la vente et tombe pile pour le début de saison.

Certains d’entre vous l’ont peut-être déjà monté ou reçu avec leur nouvelle machine. Nous sommes impatients de nous faire notre idée sur l’usage au quotidien du S22, mais aussi de lire vos ressentis. 

Retrouvez ci-dessous les dimensions disponibles pour le S22:

Jimmy
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Equipement

Stadler Voyager 2 GTX et Cargo 2 GTX
Cet ensemble est une alternative très intéressante aux vêtements laminés. Un vêtement laminé est un excellent compromis et permet de rouler par tout temps mais reste un compromis qui finit par trouver ses limites en particulier par temps chaud. Sur un vêtement laminé la ventilation est essentiellement assurée par les ouvertures de ventilation.
Test gants été Helston’s Sporting – Même pas peur de la canicule
Légers, d’une apparente simplicité, mais techniques et offrant une très bonne aération lors de fortes chaleurs, ces gants plutôt discrets seront vos alliés pour vos balades estivales.
Casque HJC RPHA 11 Batman - La chauve-souris de Gotham City arrive
Le fabricant de casque Coréen HJC continue d'exploiter ses licences aux couleurs des super héros et propose aujourd'hui à la vente son best-seller, le RPHA 11 aux designs de la chauve-souris "Batman".
Test du gilet de protection Scott Sofcon 2 et du sous-short Mx Undershort Protector
Pour 2018, la marque Suisse, dont le centre de recherche et développement est basé dans le canton de Fribourg nous offre du neuf dans les protections dédiées à la pratique de la moto tout-terrain.
Test Casque Astone MINIJET Sport Cooper – Un jet looké à mini-prix
Pourquoi un jet ? Pour la légèreté. Pour la liberté. Pour la sensation du vent sur le visage. Les arguments ne manquent pas.
Ixon Bull WP - Les baskets avec semelles Michelin
Ixon vient de lancer une nouvelle paire de bottines / baskets sur le marché, les Bull WP. Et le moins que nous puissions dire, c'est qu'elles ne passent pas inaperçu dans ce coloris rouge / noir.

Hot news !

Essai Bridgestone S22 - Le pneu routier très, très sportif
C'est sur le fabuleux tracé de Jerez que Bridgestone nous a conviés pour l'essai de son pneu routier-sportif 2019. Culoté, mais payant, le comportement du S22 s'étant révélé particulièrement incisif!
Homologation des silencieux d’échappement en Suisse - Attention aux mauvaises surprises si certificat CE !
S’il y a bien un sujet qui revient continuellement sur les réseaux sociaux, c’est celui de l’homologation des systèmes d’échappements pour la Suisse.
Essai Scott Summer VTD DP - Sauve ta peau quand il fait chaud
Chacun est libre de rouler habillé comme il veut, mais ça me fait toujours bizarre de voir des bras et des jambes nues sur la route. Scott a poussé l'aération de sa Summer VTD DP tellement loin que vous pourriez l'adopter et ne plus rouler sans.
Airbag moto - Le combat d'Alpinestars pour la place de leader
Le marché de l'airbag est hétéroclite. Des géants du secteur des équipements y côtoient des petit fabricants qui ne font que ça. Le nom est peut-être identique, mais les produits sont loin d'être comparables !
Essai gants Five RFX1 - Laissez faire un spécialiste
Trouver les bons gants c'est important, c'est ce qui nous relie aux commandes de la moto. La marque Five s'y consacre exclusivement, à la recherche du meilleur gant possible. Avec le RFX-1 je suis comblé, il faudra trouver encore plus convaincant pour m'en faire changer.
Essai casque Bell Bullitt - De 1971, il ne garde que le look
Avec la mode des Café Racer et autres Scrambler qui reviennent en force, les équipements ont pris le même virage vers le vintage. Les intégraux étaient rares à l'époque, le Bell Star de 1971 en était un et il est de retour sous le nom de Bullitt.