Essai publié le 17 février 2014

Les Triumph Thunderbird LT et Commander - Deux Anglaises au pays de l’oncle Sam

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Triumph Motorcycles

Triumph est l’une des marques moto les plus anciennes du marché avec plus de 110 années d’histoire qui ont marqué inéluctablement de nombreuses générations de passionnés. La première moto produite sous le nom de Triumph est sortie d’atelier en 1902.

Chez Triumph, on innove, on se bat pour maintenir à haut niveau de satisfaction clientèle, mais surtout, on glorifie l’image des motos "classiques". La fameuse Bonneville et ses déclinaisons Scrambler, Thruxton et America sont connues du milieu. Plus récemment, en 2010, Triumph a proposé une nouveau concept de la Thunderbird. D’abord commercialisée en 1594cc (1600), elle a gagné près de 100cc dans sa version SE, puis Storm.

Pour 2014, Triumph enfonce le clou et renforce sa présence sur le marché des customs avec les nouvelles Thunderbird LT (LT pour light touring) et Commander. La présentation à la presse de ces deux modèles a été prévue à San Diego (Californie). Ce n’est pas un hasard si Triumph a convié la presse outre-Atlantique... En effet, la firme d’Hinckley s’attaque sans honte ni appréhension à la marque emblématique du pays de l’oncle Sam ; comprenez par là, Harley-Davidson ! Pari osé, penseraient certains ?

San Diego, la Californie dans toute sa splendeur. N’ayez crainte d’extérioriser votre lifestyle, vous ne serez pas juger ! Dans tous les cas, les ‘Ricains de Californie pensent grand, flamboyant et surtout, voyant. La moto fait partie intégrante du paysage. Il faut dire que la météo y est le plus souvent favorable et que le réseau routier est propice a de belles virées, de l’Oceanside aux réserves naturelles autant verdoyantes que désertiques.

La Thunderbird LT et la Commander font fière figure dans le paysage. La première se la joue voyageuse classique, tandis que la deuxième titille les méchants garçons. Elle partage toutes deux une base identique : moteur, transmission, châssis et partie-cycle.

Le moteur n’est autre que l’emblématique twin parallèle "longue course" de 1700cc (le plus gros du marché) équipant déjà la Thunderbird Storm. Pour l’occasion, la cartographie-moteur a été revue pour offrir plus de couple à bas régime. Résultat, il développe 93cv à 5’750tr/min et 151Nm à 3’400tr/min. Bien que les deux modèles accusent plus de 300kg chacun, nul doute que les relances seront velues et les accélérations musclées. La puissance et le couple sont transmis à la roue arrière par l’intermédiaire d’une boîte à six rapports et d’une courroie.

Le châssis en acier tubulaire rigide n’est autre qu’une déclinaison de la Storm (chasse différente). C’est principalement au niveau de la selle et de ses fixations que se trouvent les changements. La selle des Thunderbird LT et Commander sont arrimées plus bas pour offrir plus d’épaisseur. Les mousses des selles pilote et passager ainsi que le dosseret du sissy-bar sont de densités différentes : moelleux sur le dessus, puis ferme en profondeur. De plus, un mousse de soutien lombaire prend place à l’arrière de la selle pilote pour favoriser une bonne cambrure du dos.

La partie-cycle a fait l’objet d’une attention particulière pour rendre les voyages et les escapades encore plus agréables. Triumph a fait confiance à un ensemble Showa pour les éléments de suspension. Les ressorts double taux (deux densités : souple puis ferme) assurent confort de conduite et stabilité de trajectoire ; les ressorts arrière sont réglables sur cinq positions de précharge. La fourche est de gros diamètre avec ses 47mm. Quant aux freins, Triumph n’y est pas allé avec le dos de la cuillère et n’offre pas moins que deux disques flottants de 310mm avec étriers à quatre pistons Nissin à l'avant et un disque de 310 mm avec étrier simple Brembo à l'arrière. A en croire Triumph, la Commander passerait de 130km/h à l’arrêt en 64.1m ! Chapeau, pour 348kg tous pleins faits...

Outre ses nombreux éléments chromés enjolivant sa silhouette, la Thunderbird LT se pare des attributs indispensables au touring, à savoir un pare-brise en polycarbonate d’une épaisseur de 4.5mm, d’un grand phare rond suppléé de deux feux additionnels, de deux valises latérales en cuir de 28 litres (prise 12V dans l’une d’elle), d’un porte-paquet attelé au sissy-bar et d’une instrumentation de bord facile à la lecture. Côté esthétique, la Thunderbird LT s’équipe de pneus radiaux Avon à bande blanche (nouveauté mondiale!) montés sur de larges jantes à rayons et propose deux combinaisons de couleurs : Caspian Blue / Crystal White et Lava Red / Phantom Black.

Quant à la Commander, Triumph s’adresse aux gros bras. La recette est simple, mais franchement efficace. Un boudin de 200mm de large à l’arrière, un regard affûté avec deux phares ronds typiques des Triumph sportives (Street Triple (R), Speed Triple (R), Thunderbird Storm et Rocket III Roadster), une face avant massive, deux échappements à coupe ronde filant de chaque côté, des jantes en alu forgé façon "Fuchs", ... Pour se la jouer bad boy, on ne peut guère trouver mieux ! Enfin, il y a toujours l’indétrônable Rocket III et son trois-cylindres 2300cc ; qui dit mieux ? Les coloris font dans la sobriété, à l'instar de la Thunderbird LT, avec deux combinaisons : Crimson Sunset Red / Lava Red et Phantom Black / Storm Grey.

A l’arrêt, ces deux nouvelles Triumph brillent par leur présence ! De la ligne générale à la qualité de fintion, en passant par le soin apporté aux détails, on se demande encore ce que Triumph a à envier à la concurrence, si ce n'est cet effet de mode lié à l'image de marque. En parlant de détails, il suffit de s’approcher de la peinture du réservoir ou des garde-boues pour constater l’excellence du coup de pinceau... (peinture et liseret réalisés à la main!)

Toujours pas convaincu ? Alors, on monte en selle !

De San Diego et de la côte pacifique, filez en direction de Borego Springs ou de Lake Henkshaw ! La Californie, malgré les qu’en-dira-t-on, regorge de petites routes se nouant dans les reliefs. Des paysages côtiers ou de la jungle urbaine et de ses highways, on traverse la campagne, puis passe les cols menant au désert... en quelques miles, vous verrez de nombreux paysages aussi différents les uns que les autres. Dans tous les cas, la Californie jouit d’un charme fou !

Il est temps de choisir sa monture. Veut-on se la jouer bad boy et envoyer du lourd avec la Commander ou plutôt balade relax (prononcez à l’américaine!) en enroulant sur le couple ?

A la façon "californian look", nous jetons notre dévolu sur la Thunderbird LT dans sa livrée bleu caspien et blanc cristal (Caspian Blue / Crystal White). Au moment d’enfiler la clé dans le Neimann, de la tourner et de démarrer le gros twin, on est envahi d’émotions. La magie anglaise fait son effet. Un coup de gaz et tout votre corps vibre au même rythme que le twin longue course. Le "ronron" du moteur est bien présent. A l’échappement, il n’y a pas de quoi rivaliser avec les échappements libres (tubes afriques!) des motos des autochtones... Dans la liste des accessoires Triumph, un échappement "made in Hinckley" sera prochainement disponible (ouf!) et sans aucun doute, des accessoiristes aftermarket proposeront des silencieux qui donneront de la voix, à juste titre, au bicylindre Triumph !

Les pieds en avant, le séant confortablement installé, les bras étendus, ... La position est idéale et invite aux longues virées. On n’a qu’une question en tête qui tourne en boucle : "bon, on y va ?"

On tire sur le long et robuste levier d’embrayage (malheureusement pas réglable) et on passe le premier rapport qui se verrouille aussitôt en faisant un "clong" viril et rassurant. Les commandes sont viriles mais restent précises. Le premier rapport ne sert qu’à mettre la moto en mouvement. Le couple camionesque présent bas dans les tours permet de passer rapidement le second rapport, puis les suivants. Nul besoin de tirer jusqu’à 2’500tr/min pour accélérer de manière dynamique. A bas régime, le twin tremble et distille des à-coups (sans excès!) qui vous donnent le sourire aux lèvres. A contrario d’autres bicylindres, on apprécie particulièrement le comportement du moteur Triumph ! Les vibrations (modérées) contribuent largement au plaisir sans pour autant entacher l’agrément de conduite. Il suffit d’un filet de gaz sur le cinquième rapport pour traverser la ville de Rancho Bernardo.

L’itinéraire menant à la désertique région de Borrego Springs est ponctué des longues lignes droites des highways très fréquentés, mais aussi de belles routes sinueuses traversant les reliefs californiens. Il y a ainsi de quoi apprécier les atouts de la voyageuse Thunderbird LT.

Au-delà de 50mph, soit 80km/h, on bénéficie de la protection du large et haut pare-brise. Ce dernier est (encore!) plus haut de 10cm pour la Thunderbird LT "Launch Edition", ce qui permet d’une part d’être mieux protégé et d’autre part de regarder au travers. Les pieds sur les repose-pieds "highway", on cruise sur l’overdrive. On ne regrette que l’absence d’un régulateur de vitesse pour apprécier pleinement ce détour par l’autoroute. Donnez un peu de gaz et le twin vous gratifiera de "good vibes" (ndlr : bonnes vibrations) tout en tractant sans perdre haleine !
Bien que l’autoroute soit toujours très monotone, on apprécie les qualités de la Thunderbird LT.

En quittant le long ruban d’asphalte, au moment d’emprunter la bretelle autoroutière, on tire sur le levier de frein avant. Ça freine plus qu’il n’en faut ! Lancé à plus de 120km/h, le monstre de plus de 400kg (pilote compris ; 380kg tous pleins faits) ralentit efficacement.

La circulation se fait moins dense. On approche de la campagne et des montagnes. Les virages se resserrent. On tombe un rapport, voire deux. Le bicylindre tourne dans sa plage de régime optimal, entre couple et puissance. On saute sur les freins ; d’abord arrière pour asseoir la moto et gagner en stabilité, puis avant pour bénéficier de toute la force de freinage. Hormis que le freinage manque de progressivité, il se montre redoutable pour un cruiser !

D’un coup de guidon, la moto prend de l’angle sans effort et s'appuie sur le repose-pieds. Il est nécessaire d’étudier ses trajectoires et de rouler en toute fluidité. Cependant, on notera que la garde au sol n’est pas si pénalisante en conduite balade. La Thunderbird LT ne se destine évidemment pas à une conduite sportive. Quand d’autres cruisers frotteront dans tous les virages, la Triumph garde une marge de sécurité pour corriger la trajectoire en cas de nécessité. D’ailleurs, elle sera sans doute tout à fait à son aise dans les petits virolets des cols alpins.

Avant même la sortie du virage, on se régale à tourner la poignée de droite en grand. Le moteur ne rechigne pas à monter dans les tours, bien qu’il soit plutôt à l’aise entre les bas et mi-régimes. Accompagné des pétarades typiques d’un twin, on apprécie l’ambiance sonore qui contribue au plaisir de conduite. Evidemment, d’autres la souhaiteront plus présente, nul doute !

En traversant les larges et longues plaines désertiques de la région de Borrego Springs, on cruise sur un filet de gaz. Le confort offert par la Thunderbird LT n’a pas d’égal. La position de conduite est idéal pour les longs voyages. La selle ultra-moelleuse soigne le séant. Les vibrations du moteur semi-présentes à vitesse constante envahissent notre corps. L’agrément de conduite est à son comble !

Une journée s’est écoulée. Cent septante miles d’intense plaisir au guidon de la Thunderbird LT. Des nombreux cruisers déjà testés, la Triumph fait partie de ceux qui distillent confort, sex-appeal, plaisir et agrément de conduite ! Elle est une invitation aux longs voyages vers des contrées lointaines dans une ambiance classique à l’anglaise.

La Commander, ou quand gronde la mécanique !

Le lendemain, nous attaquons la "soeur", la Commander. Bien qu’elle reprenne la mécanique et l’essentiel de la Thunderbird LT (ou le contraire !), nous avons affaire à une machine esthétiquement complètement différente ! Plus massive, athlétique et agressive, on l’attribue volontiers à une clientèle motarde "gros bras".

En s’installant à son guidon, on remarque une position légèrement différente. Par rapport à la Thunderbird LT, le guidon est incliné un poil plus vers le bas pour privilégier une conduite plus sportive.

Puis, dès les premiers ronrons du bicylindre 1700cc, on s’aperçoit que la tonalité des échappements est plus prononcée et plus métallique. L’ambiance se veut d’emblée plus sportive, bestiale et entraînante ! Enfin, quand vous avez moins de quarante ans, on dira que la Commander joue de ses charmes pour vous titiller les sens.

A peine passer le premier rapport, on se délecte à balancer la Commander dans tous les sens. Elle paraît d’une légèreté déconcertante face à l’imposante Thunderbird LT. Sur papier, ça se confirme ; on compte un gain de 32kg sur la balance (348kg tous pleins faits) ! Dès que l’on attaque les premiers virages, la Commander emprunte des trajectoires identiques à la grande soeur. Par contre, elle joue de son poids, tant aux freinages qu’en relances !

Le bouilleur longue course se révèle dans la Commander. Il est explosif ! Chaque soudage de poignée de gaz propulse la Triumph telle une bullet de Magnum. Simon Warburton, product manager à Hinckley, a beau nous l’assurer, on a peine à croire que le bicylindre est identique à celui installé au coeur de la Thunderbird LT. Il tracte sans relâche dès les plus bas régimes et fait preuve d’une belle allonge. Ceci dit, c’est tellement jouissif de jouer du couple camionesque sans tirer exagérément chaque rapport de boîte ! Le moteur semble souffrir dans un staccato grave pour ensuite hurler à mi-régime. Mais il n’en est rien, le twin respire à pleins poumons et vous gratifie d’agréables sensations !

Quant à la partie-cycle, on ne s’en plaindra pas. Les ressorts à double taux sont à la hauteur de leurs promesses. Ils confèrent à la suspension souplesse sur les petites imperfections et fermeté et précision lorsque le rythme s’accélère. Le comportement de la Commander est sain et n’a jamais réservé de mauvaises surprises. Le boudin de 200mm de large digère parfaitement la débauche de couple et de puissance, même en sortie de virage, sur l’angle (ou sur le repose-pieds, à vous de voir!). Et au moment de freiner, les gros disques de 310mm de diamètre offrent la puissance nécessaire à ralentir vivement la machine. D’ailleurs, même le frein arrière, également de 310mm, se montre très efficace et plus qu’un simple ralentisseur !

A bord de la Commander, les balades prennent des tournures de marathon : vous pouvez voyager loin et à rythme soutenu. En plus, l’agrément de conduite est "au top" ! Moteur, partie-cycle et ergonomie sont au rendez-vous. La Commander est un cruiser pour gros bras qui aiment rouler sans jamais s’arrêter pour le plaisir de la mécanique et du pilotage. Cerise sur la gâteau, elle est belle et sait se faire remarquer !

Les Thunderbird LT et Commander, c’était comment ?

C’était bon, excellent même ! On aime et on ne s’en lasse pas ! Quand certains pensent acheter la référence symbolique des cruisers, ils feraient mieux de prendre le guidon de la concurrence anglaise, le temps d’un essai qui se montrera révélateur ! On profite de vous rappeler le slogan de Triumph : "For the ride". N’est-il pas évocateur ? En plus d’être charmantes à souhait, ces deux Anglaises sont performantes et agréables à rouler.

Si votre choix n’est toujours pas fait, n’hésitez pas à vous rendre chez un concessionnaire Triumph dès mi-mars ou à réserver un essai routier dans le cadre des Acid’Days, les 3 et 4 mai 2014 à Echallens (VD) !

La vidéo de l'essai en Californie :

Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Moteur
+
Qualité de fabrication
+
Agrément de conduite
+
Sex-appeal !
+
Historique de la marque
On a moins aimé :
-
Cruellement attachantes !
-
Palette de coloris maigre
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur
+
Qualité de fabrication
+
Agrément de conduite
+
Sex-appeal !
+
Historique de la marque
On a moins aimé :
-
Cruellement attachantes !
-
Palette de coloris maigre

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Thunderbird LT
Année :
2014
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle calé à 270°, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
1699 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
93 ch à 5'750 tr/min
Couple max. :
151 Nm à 3'400 tr/min
Transmission
Finale :
Courroie crantée
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
En acier tubulaire
Suspension AV :
Fourche Showa de 47mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Deux amortisseurs Showa à ressorts chromés, avec réglage en précharge sur 5 positions
Débattement AR :
109 mm
Pneu AV :
150/80 R16 à flanc blanc
Pneu AR :
180/70 R16 à flanc blanc
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 310mm avec étrier Nissin à 4 pistons
Frein AR :
Disque de 310mm avec étrier 2 pistons Brembo
Dimensions
Longueur :
2'546 mm
Empattement :
1'665 mm
Largeur :
956 mm
Hauteur de selle :
700 mm
Poids total :
380 kg
Réservoir :
22 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Caspian Blue / Crystal White
 
Lava Red / Phantom Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 21'750.-
2 ans de garantie, kilométrage illimité
En ligne :
Garages :
 

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Thunderbird Commander
Année :
2014
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle calé à 270°, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
1699 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
93 ch à 5'750 tr/min
Couple max. :
151 Nm à 3'400 tr/min
Transmission
Finale :
Courroie crantée
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
En acier tubulaire
Suspension AV :
Fourche Showa de 47mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Deux amortisseurs Showa à ressorts chromés, avec réglage en précharge sur 5 positions
Débattement AR :
109 mm
Pneu AV :
140/75 ZR17
Pneu AR :
200/50 ZR17 75W
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 310mm avec étrier Nissin à 4 pistons
Frein AR :
Disque de 310mm avec étrier 2 pistons Brembo
Dimensions
Longueur :
2'442 mm
Empattement :
1'665 mm
Largeur :
990 mm
Hauteur de selle :
700 mm
Poids total :
348 kg
Réservoir :
22 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Crimson Sunset Red / Lava Red
 
Phantom Black / Storm Grey
Catalogue
Prix de vente :
CHF 20'650.-
2 ans de garantie, kilométrage illimité
En ligne :
Garages :
 

Plus d'articles Moto

Peter Fonda, star du film Easy Rider, est décédé
L'acteur américain est décédé vendredi matin à son domicile de Los Angeles à l'âge de 79 ans, a annoncé son entourage.
Honda CBX1000 by Mandrill Garage – Un orgue à six cylindres
Dans la gamme du constructeur ailé il y a plusieurs machines qui ont marqué l'histoire, la CBX1000 en est une et Mandrill Garage s'est attaqué à ce monument pour un client fortuné.
Des radars destinés aux motos bruyantes - Le canton de Soleure comme pionnier
Plus de 3 milliards de francs dédiés à la lutte contre la pollution sonore aux abords des routes suisses, c'est le budget alloué par la Confédération. Quant à nos voisins, l'Allemagne et la France ont déjà donné le ton, avec à la clé des résultats significatifs.
Les motos électriques à la traîne sur le marché suisse
Alors que les soccters électriques séduisent, les e-motos souffrent d'un différentiel de performance et de prix. Les motos à moteur thermique ont encore de beaux jours devant elles.
Un designer indien nous propose une Yamaha MT-125 Tracer
Le designer indien Julaksendiedesign nous propose sa vision de ce pourrait être la petite routière idéale avec la MT-125 Tracer, une telle moto ravirait sans doute les permis A1 et B qui rêvent d'évasion.
Les Ducati Streetfighter V4 et Panigale 959 surprises lors d'un roulage
Durant l'été les constructeurs font rouler leurs nouveaux modèles sous des tenues de camouflage afin de les valider avant leurs homologations et présentations officielles. Les deux futures Ducati Streetfighter V4 et Panigale 959 ont été surprises lors d'un plein d'essence.

Hot news !

Triumph Daytona 765 – Une version standard surprise en plein roulage
Il y a quelques jours, Triumph annonçait la présentation le 23 août prochain d'une Daytona 765 produite à autant d'unité, or, selon une série de clichés il semblerait qu'une version standard doive également débouler.
Ducati Multistrada V4 – Après la rumeur voici la photo (et la vidéo)
La semaine passée nous vous parlions des rumeurs concernant la quasi certaine arrivée d'une Multistrada V4 chez le constructeur de Bologne. Ces rumeurs sont plus que fondées avec la preuve en photo et en vidéo.
Triumph Daytona 765 – Elle est annoncée et sera présentée le 23 août !
Cette fois c'est officiel !! Triumph va à nouveau produire sa fameuse Daytona, une édition limitée à seulement 765 exemplaires est annoncée par la firme d'Hinckley.
Essai Suzuki Katana 2019 - Paradoxe temporel
Hommage aux années 80, machine à l'identité très assumée et aux performances bien réelles, la GSX-S 1000 S Katana divise déjà, par son look particulier et sa relative simplicité. Elle renvoie pourtant à l'essence même de la moto japonaise, de brillante façon.
Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d'être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !
La Ducati Streetfighter dévoilée le 13 juin à Pikes Peak ?
La firme de Bologne vient de se fendre d'un (court) teasing sur son Facebook dont le slogan peut largement faire penser que son futur missile sol-sol à grand guidon sera dévoilé le 13 juin lors de la course de Pikes Peak.