Essai publié le 23 mars 2011

Thunderbird Storm - Coup de tonnerre!

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Jacky Ley

Un cruiser, c’est d’abord un moteur caractériel et un look brutal. Les Anglais ne faisant rien comme tout le monde, on ne s’étonnera pas du choix d’un bicylindre vertical pour motoriser leur Thunderbird Storm, ni des fameux doubles optiques chers à la marque. La surprise vient plutôt d’un châssis qui autorise une conduite musclée. De quoi mener la vie dure aux repose-pieds!

Pour sûr, ce cruiser va faire tourner les têtes! Le chrome à l’excès, ce n’est pas du goût de la Thunderbird Storm 1700, jumelle diabolique de la T-Bird 1700. Vous n’aimez pas le noir? Dommage: il n’y a presque que ça sur la Storm et il lui sied particulièrement bien. Minimaliste, sensationnelle d’une extrémité à l’autre, l’Anglaise impressionne par ses dimensions et séduit par sa finition presque sans faute! Tout juste notera-t-on les câbles qui parasitent un peu la sobriété de l’avant. Mais bon, la chemise dans le pantalon, ça fait dandy ; et la Storm est plutôt du genre blouson noir! En bonne Anglaise, elle n’en oublie pas sa bonne éducation et vous laisse quand-même le choix: avec elle, c’est noir brillant ou mat. Sympa, la Storm!

Revêtu de noir lui aussi, le moteur en impose à lui tout seul. Ce massif twin vertical donne une forte identité visuelle à la Thunderbird Storm: on est plus habitué à voir des moteurs en V dans des cruisers… Avec ses 98 chevaux et ses 156Nm de couple, disponibles dès 2’950 tours/minute, il mérite bien une gueule pareille. Le reste de la moto est à l’avenant, même dans le détail. De hauts pontets noirs soutiennent un guidon large et peu cintré qui surmonte deux optiques de phare entourés de noir.

Le regard suit les deux sorties d’échappement qui se tendent vers l’arrière. Les yeux s’arrêtent tantôt sur les carters noirs mat, tantôt sur les amortisseurs chromés, aux ressorts noirs. Pas de doute, la bécane en jette. Mais son gabarit massif ne va-t-il pas être un handicap à la conduite?

Surprenante!

Le décor: une petite route aux alentours de Saint-Cyr sur mer, en Provence. La petite troupe de journalistes européens sirote des cafés au milieu des pins avant de monter en selle pour défiler devant l’objectif de Jacky, notre photographe pour la journée. J’enfourche une première fois la T-Bird Storm à la fin de la séance photos. Impressionné par le gros réservoir, qui écarte les genoux, et la taille exagérée des poignées et leviers au bout du large guidon, je me demande si je ne vais pas me répandre minablement en relevant la machine de sa béquille. Non, heureusement! Le poids est conséquent mais l’assise basse permet d’utiliser correctement ses jambes pour maintenir l’engin debout. L’embrayage viril me donne déjà une idée de la force de ce moteur. Ça ne va pas rigoler au moment d’ouvrir en grand!

Dès les premiers mètres, me voilà aussi étonné que rassuré. Si elle n’est pas aussi maniable que les deux autres cruisers présentés lors de la même journée, la Storm vire d’un bloc: l’arrière ne semble pas traîner lors des changements d’angle et l’avant réagit bien aux pressions sur les cale-pieds. Au moment de faire demi-tour pour un nouveau passage, le poids se fait sentir mais la manoeuvre se fait sans souci. Surprenant! En regardant ce gros cruiser bien viril, je pensais clairement devoir batailler avec une vraie enclume dans les courbes serrées. Au temps pour moi, le châssis paraît jusqu’ici être une réussite!

En m’élançant du bord de la route à la suite de mes collègues, je tourne sec la poignée des gaz. Le poum-poum du twin gagne en vitesse et en volume, mes bras se tendent et, dans le même temps, la Storm me pousse vers le virage avec force. Woah! J’avais éprouvé le même genre de sensation sur la Vmax 1700: être à la fois tiré en avant par les bras et sentir mes fesses poussées en avant par la selle! Une sensation contraire, incohérente, terriblement plaisante! La philosophie cruiser, plus perceptible sur la Storm de par la position encore plus typée, prend tout son sens. On se laisse emmener par ces motos, bercé par cette opposition traction/poussée à chaque rotation du poignet droit. Les photos filées terminées, je conserve ma monture actuelle pour repartir sur les petites routes de la région.

Agilité, stabilité, efficacité

Eric Pecoraro, directeur marketing de Triumph France et guide d’un jour, donne le rythme. L’allure est soutenue malgré l’étroitesse des routes et je m’inquiète en voyant s’approcher une épingle en dévers, une courbe dont j’ai horreur. En tirant fort le levier, je suis une nouvelle fois surpris! Si son épaisseur n’offre pas un feeling exceptionnel pour mes petits doigts, la puissance d’arrêt est bien là et ralentit efficacement les 339 kilos de la Thunderbird Storm. Allez! On balance l’engin d’une pression sur le cale-pied, en s’aidant un peu des genoux. Ledit cale-pied râcle le sol et la Storm vire impeccablement. J’accélère progressivement, en quatrième, et le moteur gronde en me tirant/poussant (eh oui, toujours) vers le prochain virage.

Quelques kilomètres plus loin, je ne peux que constater l’efficacité de la Storm dans les virages. Elle n’a rien d’une sportive ou d’un roadster mais son comportement est surprenant! Presque agile dans les virages, elle reste d’une stabilité très rassurante, qui permet de hausser le ton sans affoler les suspensions ou les freins. Oui, on attaque sérieusement avec cette Anglaise! Elle accepte d’être balancée sans ménagement d’un angle à l’autre ou de plonger rapidement dans une courbe rapide. A la sortie, quel que soit le rapport engagé, le twin extrait la moto du virage en grondant de plaisir. Il faut simplement surveiller la garde au sol pour ne pas se faire surprendre dans une boucle qui se resserre, par exemple.

On souhaiterait même la réhausser, cette garde au sol, tant la Storm s’avère plaisante à emmener! Si le caractère moteur, bien aidé par une sonorité très présente, pouvait laisser craindre de sacrées vibrations, il n’en est pourtant rien. La position bien étudiée et le confort de selle incitent à rallonger la balade. La Thunderbird n’est pas spécialement conçue pour le voyage, mais son confort permet d’envisager de grandes sorties à son guidon.

Conclusion

Avec sa Thunderbird Storm, Triumph donne une nouvelle dimension à son cruiser milieu de gamme. Pour séduire une clientèle normalement plus friande de cruisers made in America, la firme d’Hinckley a su radicaliser son modèle en conservant (voire en magnifiant) ses qualités dynamiques. Radicale mais extrêmement vivable, la Storm est une moto très bien née et se pose comme une concurrente très sérieuse sur un marché cruiser en pleine expansion. Il est vrai que question rock attitude, les Anglais n’ont rien à envier aux Américains…

Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
le look d'enfer
+
le moteur sensationnel et exploitable
+
le très bon châssis
+
la finition globale
On a moins aimé :
-
l'épaisseur des leviers
-
le manque de garde au sol, pour un si bon châssis
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
le look d'enfer
+
le moteur sensationnel et exploitable
+
le très bon châssis
+
la finition globale
On a moins aimé :
-
l'épaisseur des leviers
-
le manque de garde au sol, pour un si bon châssis

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Thunderbird Storm
Année :
2011
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle calé à 270°, 4 temps, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
1699 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle
Performances
Puissance max. :
98 ch à 5'200 tr/min
Couple max. :
156 Nm à 2'950 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Double tube central en acier
Suspension AV :
Fourche Showa Ø 47mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur Showa, réglable en précharge sur 5 positions
Débattement AR :
109 mm
Pneu AV :
120/70 R 19
Pneu AR :
200/70 R 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant Ø 310mm, étriers Nissin à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque Ø 310mm, étrier brembo à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'340 mm
Empattement :
1'615 mm
Largeur :
880 mm
Hauteur de selle :
700 mm
Poids total :
339 kg
Réservoir :
22 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Black
 
Matt Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 21'990.-
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Orny Ring 2019 - La course de Flat Track aura lieu le samedi 17 août à Orny (VD)
Le Moto Club du Milieu du Monde organise le samedi 17 août une course de Flat Track à Orny dans le canton de Vaud.
Les MV Agusta Brutale 1000 Serie Oro et Superveloce 800 Serie Oro Limited ont toutes été écoulées
A peine mises en vente que les 300 unitées de chacune des MV Agusta Brutale 1000 Serie Oro et Superveloce 800 Serie Oro Limited ont toutes trouvées preneur.
L’usine Moto-Guzzi de Mandello del Lario ouvre ses portes du 6 au 8 septembre 2019
Du 6 au 8 septembre prochains, les portes de l’usine Moto Guzzi, à Mandello del Lario, sur les rives du lac de Côme, seront ouvertes à tous les "Guzzisti" et à ceux qui vont le devenir.
Fast & Furious 9 - De belles autos et des motos pour le 9ème opus
Fast & Furious opus 9 débarquera début août dans les salles, et cette année, il y aura plusieurs scènes mettant en avant des motos. 
MV Agusta relève le défi du « Bottle Cap Challenge »
Connaissez-vous le dernier challenge viral sur les différents réseaux sociaux ? MV Agusta en tout le connait et l’a relevé.
Yamaha YZF R1 et R1M 2020 - Les prix sont connus
A peine les informations dévoilées que Yamaha Suisse dévoile le tarif des nouvelles YZF-R1 et YZF-R1M MY2020.

Hot news !

Essai Suzuki Katana 2019 - Paradoxe temporel
Hommage aux années 80, machine à l'identité très assumée et aux performances bien réelles, la GSX-S 1000 S Katana divise déjà, par son look particulier et sa relative simplicité. Elle renvoie pourtant à l'essence même de la moto japonaise, de brillante façon.
Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d'être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !
La Ducati Streetfighter dévoilée le 13 juin à Pikes Peak ?
La firme de Bologne vient de se fendre d'un (court) teasing sur son Facebook dont le slogan peut largement faire penser que son futur missile sol-sol à grand guidon sera dévoilé le 13 juin lors de la course de Pikes Peak.
Aprilia RS660 – Les dessins ont été dévoilés
C'est un des concepts, sinon voire LE concept, qui avait fait le plus de bruit lors du salon EICMA 2018 tant cette nouveauté n'était pas attendue.
BMW 1800 Cruiser – Surprise en plein roulage
BMW fait feu de tout bois autour de son futur bicylindre à plat de 1800cc. Après les études de styles comme le Concept 1800 by Customs Work Zon, voici la première photo d'un Cruiser qui lui roule bel et bien.
Ducati Streetfighter V4 – Elle roule !
Cette fois c'est bon, on l'a vue rouler ! Cette fameuse Ducati Streetfighter V4 qui fait couler tant d'encre et qui est attendue comme le roadster ultime made in Bologne.