Essai publié le

Essai Triumph Tiger Sport - Une évolution de caractère

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Flavio Venturini
Imprimer cet article

L’année 2016 est celle des mises à jour chez Triumph. Outre le renouveau de la gamme Classic (la Street Twin, la Thruxton (R) et la Bonneville T120), les Speed Triple (R), Tiger Explorer et Tiger Sport ont été revues en profondeur pour répondre à la norme européenne d’émission Euro4. Celle qui nous intéresse présentement, c’est la Tiger Sport !

La Tiger Sport porte bien son nom, sportive et athlétique telle une tigresse. Visuellement, de sa tête de fourche profilée à son monobras oscillant mettant en évidence le dessin de la jante, en passant par son carénage sommaire, la plus sportive de la famille Tiger assume pleinement sa vocation. Dans cette livrée noire mate avec ces touches (presque trop discrètes) de jaune acide, il faut dire qu’elle attire le regard, mais surtout elle affirme son caractère. On aime ! Cependant, il est vrai que l’on aurait préféré plus d’audace au détriment de cette sobriété typiquement anglaise : du jaune acide sous forme d’un "Union Jack" sur le réservoir ou carrément les jantes dans leur intégralité, à l’instar des MT de Yamaha.

Trois années après son lancement, la Tiger Sport revient sur le devant de la scène avec une foule de nouveautés bienvenues qui lui donne des avantages non négligeables face à la concurrence. Les ingénieurs d’Hinckley n’ont pas fait dans la demi-mesure. Pour preuve, la Tiger Sport 2016 emporte avec elle le nouveau moteur 1050cc découvert sur la Speed Triple et toutes les technologies qui s’y rattachent, à savoir une commande de gaz de type ride-by-wire, trois modes de conduite (rain, road et sport), une nouvelle cartographie-moteur privilégiant un apport en couple important à bas régime, un embrayage anti-dribble, un contrôle de traction déconnectable, un régulateur de vitesse et une gestion ABS de dernière génération.

En outre, la fourche inversée Showa de 43 mm est nouvelle et l’amortisseur a été recalibré. Tous les deux sont entièrement réglables en précharge, détente et compression. Le but de ses nouveautés étaient d’obtenir le meilleur compromis entre confort et sportivité, car il ne faut pas oublier que la Tiger Sport, en plus de sa vocation sportive, promet de voyager loin.

Du côté des améliorations esthétiques, le coup de bistouri a été timide et se limite aux protège-mains, aux cale-pieds, à la bulle réglable et à ses déflecteurs latéraux, aux rétroviseurs et à l’habillage du moteur et de ses composants.

La Tiger Sport se bonifie plus qu’elle révolutionne son concept. Viserait-elle l’excellence dans son domaine ? Nous allons le voir en prenant place sur sa selle.

A peine en selle, on remarque de suite que la Tiger Sport fait dans la prestation premium, mais ne rentre pas dans l’excès et privilégie la simplicité et l’efficacité. Des finitions du réservoir à celles de la selle sculptée au bloc-compteurs à l’aspect de son guidon et de ses commodos, la Tiger Sport est chic et on s’y sent bien à son bord. On s’y sent encore mieux grâce à la position offerte une fois installé sur sa selle. La position est dans le compromis à mi-chemin entre celle offerte par un trail voyageur et un roadster sportif : les jambes sont bien repliées, le buste bien droit et le large guidon à une hauteur modérée.

Après avoir pris connaissance des différents paramètres proposés par le tableau de bord, notamment les modes de conduite (n’ayant une action que sur la réponse de la poignée des gaz) et le contrôle de traction déconnectable en une fraction de seconde, on s’empresse de démarrer le trois-pattes 1050cc. Bien qu’étouffé par un silencieux castrateur, on reconnaît de suite la mélodie typique du trois-cylindres, avec un ralenti pas tout à fait régulier.

Dès les premiers tours de roues, on apprécie la facilité que l’on a à emmener la Tiger Sport. La réponse de la commande de gaz est douce et précise, peu importe le mode de conduite sélectionné. Lors des manoeuvres à basse vitesse, on ne sera alors pas surpris par un à-coup de gaz déstabilisateur.

On continue l’escapade sur un filet de gaz, en usant de la force du moteur dès les plus bas régimes. Auparavant, nous connaissions le trois-cylindres 1050 déjà très coupleux, cette version 2016 l’est encore plus. Au passage, il perd son côté rugueux au profit d’une once de souplesse et de douceur supplémentaire. Bien qu'il soit plus velouté, il a toujours son côté bad-boy bien viril que l'on adore. En mode balade, les valeurs de consommation instantanée d'essence chutent et s'affichent aisément sous les 5 litres pour 100 kilomètres parcourus, ce qui est un bon point pour les gros rouleurs. Avec son généreux réservoir de 20 litres, il sera possible de taquiner les 400 kilomètres d'autonomie... de quoi voir venir la panne sèche !

A ce rythme, soit sur le sixième rapport et aux vitesses légales, on aime le confort offert par la Tiger Sport. A aucun moment de nos longs trajets nous n'avons souffert de douleurs ou autres courbatures. Il ne faudra l'équiper que d'un top-case (55 litres) et de valises latérales (31 litres chacune) pour en faire une vraie voyageuse ; ces accessoires sont disponibles en option. En sus, le top-case est équipé d'une prise USB pour recharger téléphone portable, intercom et autre appareil électronique.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Tiger Sport
Année :
2016
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 12 soupapes, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
1050 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint avec injection d’air secondaire
Performances
Puissance max. :
126 ch à 9'475 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 7'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints en X
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d’huile
Partie Cycle
Châssis :
Chassis en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Showa de 43 mm, avec précharge, détente et compression réglables
Course AV :
140 mm
Suspension AR :
Amortisseur Showa avec précharge et détente réglables
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
180/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant de 320 mm avec étriers Nissin radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque de 255 mm avec étriers Nissin à 2 pistons
Dimensions
Empattement :
1'540 mm
Largeur :
855 mm
Hauteur de selle :
830 mm
Poids à sec :
218 kg
Réservoir :
20 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Aluminium Silver
 
Matt Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'700.-
Hors frais de transport (CHF 160.-)
En ligne :

Plus d'articles Moto

La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.
Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires