Essai publié le 12 décembre 2015

Essai Triumph Street Twin 900 - La Bonneville pour tous

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de A. Barbanti & M. Cavadini

Avec sa Street Twin, Triumph se lance dans la brèche des motos néo-classiques branchées. A l’heure où les scramblers, les café-racers et autres classiques ont le vent en poupe, Triumph a saisi l’occasion pour commercialiser une moto abordable au look d’origine déjà fort sympathique.

Sans surprise, la Street Twin débarque dans le but de pérenniser la mythique famille Bonneville mais avec la mission supplémentaire d’attaquer une clientèle jeune, citadine et branchée. On se méprendrait à croire qu’elle s’inspire de l’essentiel de la Bonneville 865cc. En réalité, la Street Twin est une moto complètement nouvelle, il suffit de s’en approcher et de la détailler pour le constater.

Un niveau de finition premium et des caractéristiques de premier ordre pour une clientèle exigeante

Triumph souhaite faire fort, c’est un fait. Bien qu’à prime abord on s’attende à une Bonneville rajeunie, il n’en est rien. La quasi-totalité de la moto a été revue de fond en comble : le moteur, le châssis, les freins, les jantes, l’ergonomie... et surtout la technologie embarquée. Une Bonneville technologique alors ? Plus que cela !

La Street Twin présente une ligne légère et moderne. Les jantes à cinq bâtons en Y chaussée de Pirelli Phantom Sportscomp, le disque de frein avant avec moyeu en spirale, la discrétion du radiateur d’eau, le style épuré et contemporain du moteur, la ligne fluide des tubulures d’échappement qui s’étirent ensuite jusqu’à l’arrière de la moto, le réservoir slim, la boucle arrière minimaliste, l’ensemble phare/bloc-compteurs, l’aspect soigné des rétroviseurs, ... autant d’attentions des designers d’Hinckley qui contribuent à cette légèreté perçue !

Si on aime ? On adore et on la trouve plutôt craquante ! On s’en satisfait déjà à la sortie de la ligne de production. Et dire que Triumph la destine à être personnalisée à souhait avec un catalogue de près de 150 accessoires d’origine ! A ce propos, il est proposé trois kits "inspiration" : Scrambler, Brat Tracker et Urban (liste des accessoires inclus et prix indiqués dans cet article). En Scrambler, elle a de la gueule !

Côté ergonomie, la position de conduite devient plus "engagée" avec un appui sur l’avant plus marqué que sur la Bonneville, de même que les pieds sont positionnés plus bas. La selle gagne en épaisseur de mousse pour plus de moelleux. On apprécie aussi le bloc-compteurs (unique sur la Street Twin) ; il apporte toutes les informations nécessaires sur un écran à cristaux liquides, à savoir le niveau de carburant, l’indicateur de rapport engagé, l’heure, les consommations moyenne et instantanée, l’autonomie, l’odomètre, les trips journaliers, ... on n'en demandait pas autant. On remarque l’absence du compte-tours au profit d’une aiguille indiquant la vitesse.

Un bouton, accessible du bout du pouce gauche, fait défiler ces informations.

Et quand nous disions que la Street Twin est une moto entièrement nouvelle, c’est ménager les mots. C’est principalement au niveau du moteur que Triumph a réalisé un effort conséquent. Le bicylindre parallèle 900cc est naturellement dérivé du 865cc, mais il reçoit une foule d’améliorations pour répondre aux drastiques normes antipollution Euro4. Que ce soit une contrainte importante pour le motoriste est un fait ; dans tous les cas, les bénéfices de ces efforts techniques paient en votre faveur. En effet, les valeurs de couple sont redistribuées différemment pour optimiser la souplesse dès les plus bas régimes et offrir ainsi une disponibilité bienvenue au moteur (18% de couple supplémentaire à 3’200tr/min par rapport à l’ancien bloc-moteur, soit 80Nm). En sus, la consommation d’essence diminue grandement, Triumph annonçant une économie de 36% par rapport à son prédécesseur pour atteindre une moyenne théorique en cycle mixte de 3.7L/100km.

Côté technologie dernier cri, la Street Twin ne lésine pas sur les moyens. Une Triumph Classic au look vintage n’implique pas qu'elle soit dépourvue de la modernité devenue habituelle sur les nouvelles motos. Pour permettre une parfaite maîtrise de la commande des gaz, Triumph a adopté le tout-électronique avec une commande de type ride-by-wire. A cela s’ajoutent un contrôle de traction (déconnectable) et un ABS de dernière génération, l’UCE (unité centrale électronique) gérant le tout. Et d’un fonctionnement entièrement mécanique, on retrouve un embrayage anti-dribble ; en d’autres termes, ce type d’embrayage empêche le blocage de la roue arrière lorsque l’on descend les rapports de manière trop musclée (eh oui, ça peut arriver !).

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look, image véhiculée
+
Hommage à l'histoire
+
Moteur très coupleux
+
Facilité
+
Equipement technologique d'origine
+
Qualité de finition
On a moins aimé :
-
Perte de sensations au profit de l'efficacité
-
Pas de coloris flashy

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Twin
Année :
2016
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 8 soupapes
Cylindrée :
900 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
55 ch à 5'900 tr/min
Couple max. :
80 Nm à 3'230 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Berceau en acier tubulaire
Suspension AV :
Fourche Kayaba de 41mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur Kayaba avec précharge réglable
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
100/90 ZR18
Pneu AR :
150/70 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque de 310 mm avec étrier Nissin 2 pistons
Frein AR :
Simple disque de 255mm avec étrier Nissin 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'090 mm
Empattement :
1'439 mm
Largeur :
785 mm
Hauteur de selle :
750 mm
Poids à sec :
198 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Cranberry Red avec liserés de jantes et réservoir
 
Aluminium Silver avec liserés de jantes et réservoir
 
Matt Black
 
Jet Black
 
Phantom Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'900.-
Kits "inspiration" en option
En ligne :

Plus d'articles Moto

Ducati renie sur le cadre tubulaire pour la Monster 2021
C'était l'information surprenante du prototype surpris cette été : la Monster avec châssis tubulaire c'est fini ! Heureusement elle garde le Desmodromique.
Etanchez votre soif de chemins avec les Honda CRF 300 L et CRF 300 Rally
L'enduro de route de Honda se perfectionne avec notamment une 6ème vitesse, un châssis plus souple et un meilleur rapport poids/puissance. C'est peut-être elle l'alliée du voyage en tout terrain que vous rêvez de faire.
Kawasaki se projette vers l'avenir avec de courtes vidéos
En marge de la présentation de ses nouveautés, la marque partagé trois vidéos suggérant des développements à venir.
Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !