Essai publié le

Essai Triumph Speed Triple R 2016 - Une mise à jour sérieuse pour le roadster à succès

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de A. Barbanti & M. Cavadini
Imprimer cet article

La Triumph Speed Triple, le roadster anglais dont la mise à jour se faisait attendre depuis plusieurs mois, si ce n’est pas quelques saisons, revient en 2016 avec son lot de nouveautés lui permettant de faire face à la concurrence !

A force d’être dans l’expectative quant à un renouveau du turbulent roadster, il est vrai que les fans et autres "addicts" du trois-cylindres s’imaginaient plus qu’une mise à jour, même sérieuse, et s'attendaient à une révolution. Et si l’on reste rationnel, on sait depuis longtemps déjà qu’il n’est pas dans les objectifs de Triumph de pourchasser les roadsters toujours plus puissants de la concurrence, mais au contraire de développer des machines dotées d’un charisme sans égal grâce à leur style et à leur caractère. Triumph, c’est une marque forte de modèles performants et c’est avant tout une marque à forte identité grâce à ses motos au caractère bien trempé. La Speed Triple veut perpétuer cette image de marque !

Pour preuve, Triumph a souhaité valoriser ses acquis en sublimant les qualités et ce qui a fait le succès de l’intemporelle Speed Triple. On conserve le meilleur, on améliore ce qui peut encore l’être et on enfonce le clou, encore. La Speed Triple renaît sous ses plus beaux atours et se pare au passage des dernières technologies.

Style affirmé et finition premium

La Triumph Speed Triple est un monument stylistique à elle seule. De son bloc-phares si atypique au monobras oscillant, l’Anglaise déboîte ! Triumph, détenant déjà une recette chatoyante, l’a repensée de fond en comble pour être plus séduisante encore.

Les deux phares avant s’étirent encore pour passer d’une forme en amande au dessin d’une goutte d’eau. En surplomb, on trouve un saute-vent profilé d’origine, mais surtout, l’espace entre les deux phares laisse place à une admission d’air forcé.

Le radiateur gagne en compacité en perdant 2cm de large. Le réservoir adopte une forme plus anguleuse. Deux petits rétroviseurs occupent les extrémités du guidon. L’échappement est toujours de type 3-1-2 et ne cède pas à la mode des silencieux en position basse (comme la petite soeur Street Triple). Le monobras oscillant met en exergue le magnifique dessin de la jante à bâtons en Y.

La selle et la boucle arrière ont aussi reçu toute l’attention des designers. Tout en finesse, c’est ainsi que nous pourrions dire. En effet, la selle est maintenant construite en deux parties pour plus d’ergonomie pour le pilote, mais aussi pour un style plus sportif. Quant à la coque arrière, elle s’affine et semble s’être raccourcie.

Les masses sont ainsi visuellement concentrées vers l’avant et cette configuration donne une allure franchement agressive à la Speed Triple. Pour parfaire le tableau, nous opterions volontiers pour un échappement en position basse comme nous l’avions déjà vu sur la Speed Triple R soigneusement préparée par Triumph Motorcycles Switzerland (voir image ci-dessous). Héritage oblige, l’Anglaise garde ses deux silencieux de part et d’autre de la selle.

Qu’on la regarde toute entière ou dans les détails, la Speed Triple respire la qualité de finition. En s’approchant, on remarque aussi qu’un soin tout particulier a été donné aux détails. Ce qui fait ainsi de l’Anglaise une moto à ranger dans les modèles premium. La Speed Triple pourrait être une de ces motos qu’on exposerait dans son salon ! Et vous, qu’en dites-vous ?

De la technologie de pointe

Triumph n’a pas manqué l’occasion de cette sérieuse mise à jour pour équiper son roadster emblématique du meilleur au catalogue des technologies contemporaines. Naturellement, pour rester concurrentielle, la Speed Triple a bien dû adopter une unité centrale électronique (UCE) évoluée incluant les inévitables commande de gaz type ride-by-wire, contrôle de traction et différents modes de conduite (Rain, Road, Sport et Track). Comme à l’accoutumée, chaque mode de conduite implique un paramétrage différent du contrôle de traction et de la sensibilité de la commande de gaz. En sus, il existe un mode entièrement personnalisable. Nous vous laissons prendre connaissance du tableau suivant qui détaille la configuration des différents modes. Il est à noter que peu importe le mode choisi, la puissance du moteur est inchangée.

Quand d’autres roadsters plus puissants s’équipent de systèmes de suspensions semi-actives, la Speed Triple fait dans le traditionnel, à l’instar de la concurrence représentée par la Kawasaki Z1000 et la Suzuki GSX-S1000. C’est à coup de tournevis ou de tours de molette que l’on ajuste la suspension ! Et ça tombe bien, car la Speed Triple se pare de suspensions réglables dans tous les sens, peu importe la version S ou R.

Quant à l’ABS, il est en adéquation avec les modes de conduite. Toutefois, il est possible de le calibrer en deux modes : road et track, ce dernier laissant plus de marge à la glisse. Et pour les plus téméraires, il est déconnectable.

On regrette d’ores et déjà que la Speed Triple R soit dépourvue d’un quickshifter de série. Evidemment, on le retrouve dans la liste des options du catalogue Triumph.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Son moteur
+
Sa partie-cycle
+
Son look
+
Son prix pour le moins attractif
On a moins aimé :
-
Un peu lourde sur la balance

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speed Triple R
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Trois-cylindres, 4 temps, 12 valves, D.O.H.C.
Cylindrée :
1050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint avec injection d’air forcé
Performances
Puissance max. :
140 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
112 Nm à 7'850 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile anti-dribble
Partie Cycle
Châssis :
Double tube en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée de 43 mm Öhlins NIX30, réglages en compression, en détente et précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur Öhlins TTX36 double tube, réglages en compression, en détente et précharge
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flotant Ø 320mm et étriers Brembo monobloc 4 pistons (ABS déconnectable)
Frein AR :
Simple disque Ø 255 mm, étrier flottant Brembo à deux pistons (ABS déconnectable)
Dimensions
Longueur :
2'075 mm
Empattement :
1'435 mm
Largeur :
780 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Selle basse en option
Poids à sec :
192 kg
Réservoir :
15.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Graphite
 
Crystal White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'200.-
+ CHF 160.- de frais de transport
En ligne :

Plus d'articles Moto

Alaska - Ushuaïa [partie 6] - De Valdez à la péninsule de Kenai Fjords
L’Alaska m’a tellement plu et bluffé que je vais lui consacrer plusieurs blogs. Je continuerai par le Sud, couvrant mon itinéraire de Valdez jusqu’à la péninsule de Kenai Fjords.
Deus Ex Machina nous livre sa version l'Hypermotard version Pikes Peak
La course de Pikes Peak est un vraie institution aux USA, alors quand on est un préparateur tel que Deux Ex Machina, on se doit de fourbir ses armes pour y participer, c'est chose faite avec cette Hypermotard.
Alaska - Ushuaïa [partie 5] - La Dempster et la Top of the World Highway
L'Alaska se présente à notre aventurier du moment. Avec sa Yamaha XT660Z Ténéré, le Vaudois Marc Scheiwiller poursuit son périple du nord au sud du continent américain qui durera une année.
MTT 420RR : 420 chevaux et une turbine d’hélico dans une moto
Le titre parle, et les plus fins connaisseurs diront tout de suite que ce n’est pas une première. Et c’est vrai puisque la MTT 420RR (pour 420 chevaux) n’est autre que la descendante de la fameuse Y2K !
BMW R 1200 GS 2018 – Elle évolue dans le détail
Alors que beaucoup annonçait un nouveau boxer à admission variable pour la GS 2018, celle-ci se contente d'évoluer dans le détail dans l'attente d'une mise à jour plus sérieuse pour 2019.
Une Kawasaki Versys 900 présentée à l'EICMA ?
L'EICMA 2016 a vu la Kawasaki Z900 être présentée au public, le constructeur japonais pourrait se servir de cette plateforme pour présenter une nouvelle Versys 900 cette année lors de l'édition 2017 du salon de Milan.

Recherche

Hot news !

BMW S1000RR 2018 - De nouvelles photos en disent plus
Le constructeur à l’hélice veut clairement reprendre le leadership du marché des sportives comme cela avait été le cas lors de la sortie de la S1000RR, la nouvelle mouture de la sportive s’annonce « caliente ».
La BMW S1000RR profondément revue pour 2018
Celle qui a révolutionné le monde des supersports il y a maintenant 8 ans va recevoir quelques modifications pour 2018 afin de la moderniser face à la concurrence.
Ducati V4 – Claudio Domenicali se laisse aller à quelques confidences
Lors de la manche WSBK de Laguna Seca, Ducati a présenté sa 1299 Panigale Final Edition afin de clore le chapitre des V2 desmodromiques et d'ouvrir un nouveau chapitre avec des V4 pour les sportives de Bologne.
Ducati V4 – A nouveau surprise en plein roulage
On vous l'avait présentée il y a quelques jours, et voilà que le nouveau missile de chez Ducati à motorisation V4 a été surpris en plein roulage, on en sait désormais un peu plus sur celle qui sera certainement la reine du salon EICMA de Milan.
Essai BMW HP4 Race – Bienvenue dans le monde de la course
Il y a des essais comme ça, magiques, exaltants… Comment on les reconnaît ? De notre côté, on est surexcités, un poil tendus, et même on a le syndrome particulier du kikitoudur…
Ducati V4 Superbike – Elle roule déjà
L'usine de Bologne fait parler d'elle cette semaine, tout d'abord avec le teaser présenté pour annoncer une rupture avec le passé et ensuite avec le rachat possible de la marque par Harley-Davidson.

Liens Partenaires