Essai publié le

Essai Triumph Bonneville T120 et Thruxton R - Les ambassadrices du Modern Classic

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de A. Barbanti & M. Cavadini
Imprimer cet article

Pour la saison 2016, Triumph joue sur trois tableaux. Sa Speed Triple est mise à jour, les 1200 Explorer se préparent à combler les voyageurs dans toutes leurs versions, mais surtout la marque anglaise s'offre une palette complète de Modern Classic avec cinq déclinaisons de la Bonneville.

Mi-décembre, nous vous présentions l'essai de la Street Twin, celle qu'on pourrait décrire comme la cadette de la famille Bonneville. C'est au tour des deux "grandes" de faire leur spectacle, j'ai nommé la T120 et sa déclinaison Black, ainsi que les très désirées Thruxton et Thruxton R.

triumph bonneville t120 black

Lorsque j'avais découvert ces nouvelles motos en avant première à Londres fin octobre, j'avais été agréablement surpris de voir qu'elles avaient su se renouveler sans dénaturer le concept Modern Classic. La T120 reste celle qui reprend le plus d'attributs de la Bonneville originale ; avec ses jantes à rayons, son double compteur et ses échappement à la forme authentique. En même temps, la Thruxton s'inscrit en tête de file pour être la sportive vintage incontournable du marché.

Leur nouveau moteur 1200cm3 était plein de promesse. A coup d'augmentation de couple à bas régime, on nous a mis l'eau à la bouche. Ce moteur annonce aussi l'arrivée du ride-by-wire, des modes de conduite et de l'anti-patinage. Un sacrilège pour une Classic, mais il faut savoir vivre avec son temps. Les pièces Öhlins et Showa de la Thruxton R ont mis des étoiles dans les yeux de certains, d'autres n'avaient d'yeux que pour les nombreux kits de personnalisation qui seront proposés. Seulement, les Anglais nous ont fait patienter jusque-là avant de lever le voile sur la partie technique de ces modèles.

triumph thruxton r

Comparable à la Porsche 911, ses motos se doivent d'afficher fièrement leur appartenance à la famille tout en apportant suffisament d'innovations pour faire bonne figure avec la concurrence. Les Modern Classic n'ont jamais aussi bien porté leur nom, et surtout, elles se vendent extrêment bien ! L'histoire de la Nine T et de la Scrambler se répète avec la famille Bonneville, les commandes affluent chez les concessionnaires et le stock prévu pour la suisse ne pourra pas complètement être livré en début de saison.

Bonneville T120 et T120 Black

Visuellement les T120 sont les Bonneville les plus vintage. Comme depuis toujours, le moteur contribue en grande partie au look de la moto. Les carters en alu brossé et les quelques détails de couleur bronze de la T120 contribuent au côté "oeuvre d’art" du moteur dans son châssis. Elle existe en trois duo de couleurs, CranberryRed/Silver et Black/White, tous deux avec un liseret peint à la main ; mais existe aussi en JetBlack et CinderRed.

triumph bonneville t120 black

L'unique phare rond vient évidemment aussi de la Bonneville originale de 1959, mais lorsqu'il est allumé, des LED soulignent le regard de la moto et servent de feux de jour. L'échappement respire l'héritage de son aînée, avec les deux tubes qui quittent les culasses pour filer de chaque côté du moteur et se finir dans une forme tellement typique. Mais ce n'est qu'en apparence, car en pratique c'est un 2-1-2 avec un catalyseur central très proprement caché sur la moto.

Sur la T120 Black, seuls des détails en alu brossé tranchent l'omniprésence du noir. La ligne d’échappement, les jantes à rayons et la poignée passager, absolument tout ce qui pouvait être sombre, l'est. La généreuse et confortable selle de couleur marron met parfaitement en valeur la couleur graphite tandis qu’elle contraste avec le second coloris, un noir brillant.

triumph bonneville t120 black

La Bonneville T120 met aussi en avant son équipement de série pléthorique : une prise USB se cache sous la selle, la béquille centrale installée d'usine et les poignées chauffantes très discrètement intégrées en sont de bons exemples. Le compteur n'est pas en reste avec deux larges cadrans à aiguille, une jauge à essence numérique à droite ainsi que de nombreuses informations (trip, heure, rapport engagé, DOD) et réglages sur la partie gauche. Le bouton "Info" du commodo gauche sert à naviguer dans ce menu, où notamment le contrôle de traction peut être désactivé.

triumph thruxton r

Avec l'arrivée du refroidissement liquide et son petit radiateur fort bien intégré ainsi que l'augmentation de cylindrée, Triumph nous annonce une puissance maximum de 80ch à 6'550tr/min et 105Nm de couple à 3'500tr/min. Le changement est énorme depuis la version précédente, plus besoin de cravacher pour suivre ses amis en roadster moderne.

triumph bonneville t120 black

Une fois sur la route, ce moteur optimisé sur le couple s'utilise tout en douceur. D'abord en mode Rain pour s'adapter aux conditons de roulage matinales. Avec une adhérence très précaire, le contrôle de motricité n'a pas manqué de travail devant la fougue du bicylindre. Une fois revenu en mode Street, c'est encore un autre monde.

Peu importe quand on enroule la poignée de gaz, la T120 répond instantanément. Réactif et précis, le ride-by-wire mérite quelque part sa place sur cette moto moderne. Dès 1'800tr/min environ, la Bonneville se propulse en avant dans un râle agréable et vintage, mais quelque peu étouffé. La transmission avec son nouvel embrayage s'utilise sans effort, bien que la boîte ne semble pas encore réagir aussi bien qu'une fois rodée.

triumph bonneville t120 black

Cette Bonneville est surprenante de confort. Entre la selle et la suspension qui ont profité d'un soin particulier, le conducteur est installé dans une position naturelle et décontractée. Même si l'exposition au vent n'est pas négligeable, elle reste largement supportable. De plus, les jambes du pilote ne sont pas non plus trop exposées au dégagement de chaleur du moteur.

Une fois les présentations faites, la T120 ne demande qu'à partir en balade à allure raisonnable. Bien sûr qu'elle acceptera d'attaquer, seulement je l'ai d'abord sentie un peu hésitante sur l'angle. Pour me sentir plus à l'aise, les deux protections en caoutchouc sur le réservoir étaient bien pratique surtout pour des routes sinueuses. La conduite Bonneville reste particulière, mais je m'y suis habitué très vite et y ai trouvé du plaisir instanément.

triumph bonneville t120 black

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
La finition très soignée des deux modèles
+
Le côté balade sans prise de tête de la T120
+
Le confort de roulage de la T120
+
La sportivité de la Thruxton
+
Ce moteur 1200cm3 très réussi
On a moins aimé :
-
La prise au vent, surtout en Thruxton
-
La première un peu trop longue de la T120
-
Le delais de livraison qui s'allllllooooooonge

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Bonneville T120
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindres parallèle SOHC, 270°, 8 valves
Cylindrée :
1200 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle
Performances
Puissance max. :
80 ch à 6'550 tr/min
Couple max. :
105 Nm à 3'100 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne X-Ring
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Assier tubulaire
Suspension AV :
Kayaba ø41mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur Kayaba réglable en pré-charge
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
100/90-18
Pneu AR :
150/70-R17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Deux disques 310mm, étriers axiaux Nissin 2 pistons monté flotant
Frein AR :
Monodisque 255mm, étrier Nissin 2 pistons monté flotant
Dimensions
Longueur :
2'170 mm
Empattement :
1'445 mm
Largeur :
785 mm
Hauteur de selle :
785 mm
Poids à sec :
224 kg
Réservoir :
14.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Cranberry Red et Aluminium Silver avec liseret peints à la main
 
Jet Black et Pure White avec liseret peints à la main
 
Jet Black
 
Cinder Red
 
Jet Black (T120 Black)
 
Matt Graphite (T120 Black)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'500.-
Hors frais de transport, CHF 160.-
En ligne :
Garages :
 

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Thruxton R
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindres parallèle SOHC, 270°, 8 valves
Cylindrée :
1200 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoints séquentielle
Performances
Puissance max. :
97 ch à 6'750 tr/min
Couple max. :
112 Nm à 4'950 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne X-Ring
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Acier tubulaire
Suspension AV :
Showa ø43mm upside-down, "Big piston fork", entièrement régalble
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur Öhlins entrièrement réglable à cartouche séparée
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
160/60 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque Brembo 310mm, étriers radiaux Brembo monobloc, montage flotant
Frein AR :
Monodisque 220mm, étrier axial Nissin 2 pistons, montage flotant
Dimensions
Longueur :
2'105 mm
Empattement :
1'415 mm
Largeur :
745 mm
Hauteur de selle :
810 mm
Poids à sec :
203 kg
Réservoir :
14.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Diablo Red (Thruxton R)
 
Silver Ice (Thruxton R)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'900.-
Hors frais de transport, CHF 160.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Alaska - Ushuaïa [partie 6] - De Valdez à la péninsule de Kenai Fjords
L’Alaska m’a tellement plu et bluffé que je vais lui consacrer plusieurs blogs. Je continuerai par le Sud, couvrant mon itinéraire de Valdez jusqu’à la péninsule de Kenai Fjords.
Deus Ex Machina nous livre sa version l'Hypermotard version Pikes Peak
La course de Pikes Peak est un vraie institution aux USA, alors quand on est un préparateur tel que Deux Ex Machina, on se doit de fourbir ses armes pour y participer, c'est chose faite avec cette Hypermotard.
Alaska - Ushuaïa [partie 5] - La Dempster et la Top of the World Highway
L'Alaska se présente à notre aventurier du moment. Avec sa Yamaha XT660Z Ténéré, le Vaudois Marc Scheiwiller poursuit son périple du nord au sud du continent américain qui durera une année.
MTT 420RR : 420 chevaux et une turbine d’hélico dans une moto
Le titre parle, et les plus fins connaisseurs diront tout de suite que ce n’est pas une première. Et c’est vrai puisque la MTT 420RR (pour 420 chevaux) n’est autre que la descendante de la fameuse Y2K !
BMW R 1200 GS 2018 – Elle évolue dans le détail
Alors que beaucoup annonçait un nouveau boxer à admission variable pour la GS 2018, celle-ci se contente d'évoluer dans le détail dans l'attente d'une mise à jour plus sérieuse pour 2019.
Une Kawasaki Versys 900 présentée à l'EICMA ?
L'EICMA 2016 a vu la Kawasaki Z900 être présentée au public, le constructeur japonais pourrait se servir de cette plateforme pour présenter une nouvelle Versys 900 cette année lors de l'édition 2017 du salon de Milan.

Recherche

Hot news !

BMW S1000RR 2018 - De nouvelles photos en disent plus
Le constructeur à l’hélice veut clairement reprendre le leadership du marché des sportives comme cela avait été le cas lors de la sortie de la S1000RR, la nouvelle mouture de la sportive s’annonce « caliente ».
La BMW S1000RR profondément revue pour 2018
Celle qui a révolutionné le monde des supersports il y a maintenant 8 ans va recevoir quelques modifications pour 2018 afin de la moderniser face à la concurrence.
Ducati V4 – Claudio Domenicali se laisse aller à quelques confidences
Lors de la manche WSBK de Laguna Seca, Ducati a présenté sa 1299 Panigale Final Edition afin de clore le chapitre des V2 desmodromiques et d'ouvrir un nouveau chapitre avec des V4 pour les sportives de Bologne.
Ducati V4 – A nouveau surprise en plein roulage
On vous l'avait présentée il y a quelques jours, et voilà que le nouveau missile de chez Ducati à motorisation V4 a été surpris en plein roulage, on en sait désormais un peu plus sur celle qui sera certainement la reine du salon EICMA de Milan.
Essai BMW HP4 Race – Bienvenue dans le monde de la course
Il y a des essais comme ça, magiques, exaltants… Comment on les reconnaît ? De notre côté, on est surexcités, un poil tendus, et même on a le syndrome particulier du kikitoudur…
Ducati V4 Superbike – Elle roule déjà
L'usine de Bologne fait parler d'elle cette semaine, tout d'abord avec le teaser présenté pour annoncer une rupture avec le passé et ensuite avec le rachat possible de la marque par Harley-Davidson.

Liens Partenaires