Essai publié le

Essai Yamaha MT-10 - Le meilleur de la R1 dans un roadster

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de A. Barbanti pour Yamaha Europe
Imprimer cet article

C’est au salon de la moto de Milan, en novembre dernier, que Yamaha a levé le voile sur le dernier fer de lance de la famille MT : la MT-10. Attirant tous les regards et la curiosité de tout un chacun, la MT-10 s’est offerte un succès sans précédent avant même que la planète motarde ait pu poser son séant sur sa sculpturale selle.

Chez Yamaha, la famille MT, MT pour master of torque, représente une gamme de roadsters au grand sex-appeal. Orienté vers le plaisir de conduite sur route ouverte, les modèles MT sont tous garants d’offrir un maximum d’agrément et de fun. C’est ainsi que nous avons défini la famille MT après nos différents essais.

Ma gueule, qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?

A prime abord, c’est son look qui retient toute l’attention. Quand, il y a quelques années, nous critiquions l’allure de la BMW K1300R, nous ne pensions pas que Yamaha allait oser s’en inspirer (même si ce n'est pas le cas!) pour créer la ligne générale de sa nouvelle MT. A regarder de plus près, on remarquera qu’on s’en est mépris. La MT-10 mélange des styles autant sensuels que radicalement bestiaux ; tantôt elle laisse filer des courbes harmonieuses, notamment sur le réservoir et sur le bâti arrière, tantôt nous observons des ruptures brusques et en complet décalage avec le reste de la moto. A vrai dire, il faut l’avoir vu en vrai, ou du moins sur des photos plus représentatives, pour lui trouver un charme bien réel. On vous assure.

Ce qui surprend le plus, c’est bien son bloc optique : deux feux lenticulaires à LED, surplombés d’un plastron angulaire servant de saute-vent, scrutent l’horizon. On apprécie aussi la concentration visuelle des masses vers l’avant. C’est fièrement que la MT-10 exhibe la largeur de ses épaules toutes en muscles , les écopes de radiateur et les éléments de carénage couvrant à peine le bloc-moteur accentuant encore cette impression. Quant à l’arrière, il semblerait qu’il se limite à la selle, aussi fine et étroite qu’esthétique, dont la présence est encore amoindrie par le gros gommard de 190 de large de la roue arrière.

Les coloris proposés au catalogue tapent encore dans l’originalité. Entre le noir mat, le gris clair couplé à ce jaune AcidMoto.ch (si on ose le qualifier ainsi) et le fameux bleu Race Blu déjà connu, la MT-10 compte bien se démarquer et marquer les esprits.

On s’extase, on s’horrifie, on reste dubitatif. Les avis divergent face au style de l’énergumène Yamaha MT-10. Et vous, vous vous rangez dans quel camp ?

Il n'y a que lorsque l'on s'attarde sur les détails qu'un oeil averti peut montrer sa déception. Alors que la moto est bien assemblée et la finition est sans reproche, on déplore quelques détails comme le bouchon de remplissage du radiateur d'eau apparent, ou encore les points d'attache disgracieux des durites de frein et quelques vis ci et là. Dommage pour le fleuron de la gamme MT !

Le meilleur de la Yamaha R1 au coeur d’un roadster

La MT-10 ne s’arrête pas au design ; quitte à bouleverser les moeurs, autant ne pas le faire à moitié ! Pour preuve, la génitrice de ce turbulent roadster n’est autre que l’exclusive supersportive Yamaha YZF-R1S. Ça vous parle ? Quand d’autres marques s’étaient déjà adonnées à la méthode du streetfighter, celle consistant à dénuder une supersportive de ses carénages, pour Yamaha, c’était une première, ces dernières années du moins. Enfin, n’exagérons rien, si la recette était si prometteuse, ça se saurait. Précisément, Yamaha a réuni le meilleur de la R1S et les valeurs de la philosophie "Dark Side of Japan" véhiculée par la gamme MT pour donner naissance à la MT-10.

Plus exactement, il a fallu ôter les carénages superflus, adapter le tarage des suspensions, installer un guidon large, revoir les éléments constituant la selle et le bâti arrière et redéfinir les paramètres du moteur pour être en adéquation avec l’utilisation routière à laquelle se destine la MT.10, à savoir moins de puissance dans les tours pour un dose non négligeable de couple à bas et mi-régimes. Dans les grandes lignes, c’est sur quoi le bistouri des ingénieurs s’est attaqué.

Dans le détail, on voit que la MT-10 est une moto à part entière et pas qu’une "simple" R1S dénudée. Par exemple, on découvre que le bras oscillant trouve son point de rotation plus en avant dans le cadre (réduisant ainsi l’empattement), le moteur a reçu une foule de changements (environ 40% des composants ont été changés par rapport à celui de la R1 : pièces en acier à défaut de titane, papillons d’admission plus petits, boîte à air plus volumineuse, volant-moteur plus lourd, ...). En effet, le moteur de la R1 est optimisé pour tourner à de très hauts régimes et pour être sollicité intensément sur piste, ce qui n’est pas la vocation de la MT-10.

Sur papier, les chiffres sont prometteurs. Le fameux quatre-cylindres crossplane cubant à 998cc (CP4) distille une puissance de 160.4cv à 11’500tr/min et un couple maximal de 111Nm à 9’000tr/min (dans la galerie d’image en fin d’article, les curieux trouveront les courbes superposées de couple et de puissance des R1 et MT-10). L’empattement, avec ses 1’400mm seulement, et le cadre Deltabox rigide de la R1 semblent d’ores et déjà assurer de belles velléités en termes d’agilité, sans même parler de ses éléments de suspensions composés d’une fourche inversée KYB dont les tubes affichent un diamètre de 43mm et d’un amortisseur arrière du même fabricant. Le long bras oscillant, également emprunté à la R1, assurera quant à lui le parfaite équilibre entre motricité et stabilité. Côté freinage, on peut compter sur un système dérivé de la supersportive avec des disques de 320mm à l’avant enserrés par des étriers monoblocs radiaux à quatre pistons et un disque de 220mm à l’arrière.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Caractère-moteur
+
Partie-cycle et châssis
+
Puissance du freinage
+
Accessibilité
+
Prix
On a moins aimé :
-
Quelques imperfections de jeunesse (détails de finition)
-
Look atypique ne faisant pas l'unanimité
-
Ressenti du freinage

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
MT-10
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, crossplane, 4 temps, double ACT, 16 soupapes
Cylindrée :
998 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
160.4 ch à 11'500 tr/min
Couple max. :
111 Nm à 9'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Deltabox en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée 43mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monocross
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17M/C (58W)
Pneu AR :
190/55 ZR17M/C (75W)
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
Double disque à commande hydraulique, Ø 320 mm, étriers à 4 pistons, montage radial
Frein AR :
Simple disque à commande hydraulique, Ø 220 mm
Dimensions
Longueur :
2'095 mm mm
Empattement :
1'400 mm
Largeur :
800 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids total :
210 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Night Fluo
 
Tech Black
 
Race Blu
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'680.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Bol d'Or au Castellet - Deux radars autonomes flasheront les véhicules dans les virages
C'est une première en France: deux radars autonomes pouvant flasher dans les virages vont être installé autour du circuit Paul-Ricard pour la mythique épreuve motocycliste.
Moto-Guard évolue et intègre 4 nouvelles fonctionnalités
Lancée avec succès en Avril 2015, l’application Moto-Guard, qui permet déjà aux motards de s’entraider en cas de vol, va désormais intégrer 4 nouvelles fonctionnalités et proposer aux passionnés de moto une plateforme communautaire complète de services géolocalisés.
Acid'Trak 2017 à Vaison Piste - Les photos sont là !
Le week-end passé votre canard en lilgne était à Vaison Piste pour une sortie qui a fait le plein autant de pilotes que de bonne humeur et de... pluie.
La nouvelle KTM Freeride 250 F arrive en concession
Dans le droit fil de la gamme ultra-dynamique Freeride qui fut une réussite, la KTM FREERIDE 250 F est la nouveauté qui s'enorgueillit d'un moteur 4 temps 250 cm3 DACT. Ainsi, elle combine tous les atouts des précédents modèles à combustion.
Ducati n’est plus à vendre
La saga de la vente du constructeur de Bologne vient de prendre fin, et c’est le conseil de surveillance du groupe Volkswagen qui s’y oppose.
Trophée Lina - Une course de côte sous le soleil Corse
Le 1er octobre 2017, le Corsica Moto Club organise la toute première édition du Trophée Lina à Campile en Haute-Corse.

Recherche

Hot news !

Ducati V4 – Les présentations arrivent !
Ce n'est maintenant plus un secret, la Panigale 1299 tire sa révérence. On le sait également, sa remplaçante sera motorisée par un V4. Ducati lance un message relativement évasif quant à une éventuelle présentation sonore.
BMW S1000RR 2018 - De nouvelles photos en disent plus
Le constructeur à l’hélice veut clairement reprendre le leadership du marché des sportives comme cela avait été le cas lors de la sortie de la S1000RR, la nouvelle mouture de la sportive s’annonce « caliente ».
La BMW S1000RR profondément revue pour 2018
Celle qui a révolutionné le monde des supersports il y a maintenant 8 ans va recevoir quelques modifications pour 2018 afin de la moderniser face à la concurrence.
Ducati V4 – Claudio Domenicali se laisse aller à quelques confidences
Lors de la manche WSBK de Laguna Seca, Ducati a présenté sa 1299 Panigale Final Edition afin de clore le chapitre des V2 desmodromiques et d'ouvrir un nouveau chapitre avec des V4 pour les sportives de Bologne.
Ducati V4 – A nouveau surprise en plein roulage
On vous l'avait présentée il y a quelques jours, et voilà que le nouveau missile de chez Ducati à motorisation V4 a été surpris en plein roulage, on en sait désormais un peu plus sur celle qui sera certainement la reine du salon EICMA de Milan.
Essai BMW HP4 Race – Bienvenue dans le monde de la course
Il y a des essais comme ça, magiques, exaltants… Comment on les reconnaît ? De notre côté, on est surexcités, un poil tendus, et même on a le syndrome particulier du kikitoudur…

Liens Partenaires