Essai publié le

Essai Yamaha MT-10 - Le meilleur de la R1 dans un roadster [page 3]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de A. Barbanti pour Yamaha Europe

Pages

Voici que les premiers virages pointent à l’horizon. Les esprits se réveillent et les sourires se dessinent sous les casques.

Les rapports tombent et on se cale sur le troisième rapport à 90km/h pour bénéficier de suffisamment d’allonge tout en profitant du couple à mi-régime lorsqu’il sera nécessaire de ralentir le rythme. Valve ouverte, le CP4 chante dans une ambiance sonore remarquable ; il ne manque que quelques décibels et un poil de hargne pour être digne des meilleures symphonies. Ayant switché en mode de conduite B, celui offrant une excellente réponse à la poignée des gaz, on regrette l’à-coup à chaque réouverture des gaz, peu importe le régime-moteur. Il suffit d’une irrégularité de la route pour qu’un sursaut provoque un à-coup. De ce fait, on se contentera du mode A, proposant un excellent compromis entre réponse à l’accélération et confort.

Il ne reste que quelques dizaines de mètres avant le premier virage. Il est temps de saisir le frein avant, espérant la puissance de freinage déjà rencontrée sur la R1. A notre grande surprise, l’attaque manque de mordant et la puissance vient progressivement. Déroutant lors des premiers freinages, surtout lorsque nous avons l’habitude des systèmes de freinage Brembo des supersportives qui plantent littéralement, on s’y accoutume avec les kilomètres. A deux doigts, et en tirant généreusement, la puissance de freinage déboule et la moto ralentit efficacement. L’avantage de ce freinage est qu’il est très facilement dosable et pas piégeur si nous devions freiner brusquement.

Lors de gros freinage appuyé, la fourche s’enfonce à peine, l’effet de bascule est parfaitement maîtrisé et le train avant garde son cap sans broncher. Quant à la roue arrière, elle a tendance à se délester généreusement.

Pour se lancer à la corde, il suffit de pousser sur le guidon, la moto suivant ensuite le regard. Les Bridgestone S20 montés d’origine offrent un bon compromis entre stabilité et agilité. Cependant, la MT-10 n’a pas la précision chirurgicale de certaines concurrentes. Et quand nous sommes sur l’angle à haute vitesse, dans de grandes courbes par exemple, les suspensions semblent imperturbables lorsque l’asphalte présente quelques irrégularités, voire même des déformations importantes.

A la réouverture des gaz (en grand), une fois le point de corde passé, il est nécessaire de jouer du poids sur les cale-pieds et même pourquoi pas déplacer généreusement le poids du haut du corps vers l’intérieur du virage pour ne pas élargir la trajectoire. Il a en effet été surprenant de constater que la MT-10 avait une fâcheuse tendance à chasser de l’avant vers l’extérieur. Serait-ce dû au profil arrière du Bridgestone S20 ? Communément, entre les journalistes présents, nous sommes venus à la conclusion qu’il aurait été préférable de privilégier un profil taillé en V comme on le rencontre souvent chez Metzeler, Michelin et Pirelli. Au passage, ce genre de profil aurait conféré un surplus d’agilité et de nervosité à la MT-10, pourvue d’un excellent châssis et d’une partie-cycle remarquable.

A aucun moment, hormis sur les deux premiers rapports et plein angle, il a fallu compter sur le contrôle de traction (niveau 2 sélectionné). C’est ainsi une preuve que la moto est idéalement équilibrée (51% des masses concentrées sur l’avant) et que le moteur ne fait pas preuve d’irrégularités notables dans sa courbe de couple.

Pour les gros rouleurs, nous avons relevé une consommation moyenne comprise entre 7.5 et 8 litres pour 100 kilomètres parcourus. Considérez toutefois que le rythme de conduite était très soutenu et les réaccélérations pour le moins viriles ! En conduite plus coulée et dans le respect des strictes limitations de vitesse, il ne serait pas surprenant de compter sur une consommation moyenne stabilisée aux alentours de 6 litres. Quant à la consommation de pneumatiques, n’espérez pas dépasser les 2’000 kilomètres avec un pneu arrière de type suspersport si vous enrouliez du câble... le CP4 a du couple et bouffe de la gomme.

Conclusion :

Avec ce nouveau modèle de la gamme MT, Yamaha frappe encore un grand coup et compte ainsi s’imposer dans le segment dont fait partie la MT-10, à savoir celui des "hyper naked". Performante à souhait grâce à son moteur et à sa partie-cycle, facile à rouler et accessible pour la majorité des motards, la MT-10 joue aussi la carte de la séduction par le porte-monnaie avec un prix de CHF 14’680.-.

Cette Yamaha profite du meilleur de la R1 et de tous les avantages d'un roadster, tout en combinant la philosophie "Dark Side of Japan". Séduits dès les premiers tours de roue, nous la recommandons vivement à tous les motards avides de sensations fortes.

La MT-10 rejoint les motos les plus séduisantes de l'année et demande à ce que vous la chevauchiez sans tarder, le temps d'une course d'essai.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Caractère-moteur
+
Partie-cycle et châssis
+
Puissance du freinage
+
Accessibilité
+
Prix
On a moins aimé :
-
Quelques imperfections de jeunesse (détails de finition)
-
Look atypique ne faisant pas l'unanimité
-
Ressenti du freinage

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
MT-10
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, crossplane, 4 temps, double ACT, 16 soupapes
Cylindrée :
998 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
160.4 ch à 11'500 tr/min
Couple max. :
111 Nm à 9'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Deltabox en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée 43mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monocross
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17M/C (58W)
Pneu AR :
190/55 ZR17M/C (75W)
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
Double disque à commande hydraulique, Ø 320 mm, étriers à 4 pistons, montage radial
Frein AR :
Simple disque à commande hydraulique, Ø 220 mm
Dimensions
Longueur :
2'095 mm mm
Empattement :
1'400 mm
Largeur :
800 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids total :
210 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Night Fluo
 
Tech Black
 
Race Blu
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'680.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Circuit de Bresse – L’homologation du circuit Vitesse renouvelée pour 4 ans !
On ne le sait que malheureusement trop bien, le circuit de Bresse fait l’objet d’attaques incessantes de diverses associations. Mais une fois n’est pas coutume, c’est cette fois-ci une bonne nouvelle que nous vous transmettons : l’homologation du tracé vitesse a été renouvelée pour une durée de 4 ans, et ce pour tous les véhicules à l’exception des F1.
Ducati Multistrada 1260 Enduro 2019 - Au-delà des frontières
Après le teasing lâché hier par la firme de Bologne, voici celle qui est concernée : la Multistrada 1260 Enduro qui selon le constructeur est la routère la plus aboutie jamais commercialisée par Ducati.
Sortie AcidTracks 2018 à Vaison Piste - Les photos sont là !!
La dernière sortie de la saison 2018 des Acidtracks s'est déroulée sur le tracé tortueux et physique de Vaison Piste les 6 et 7 octobre dernier.
Kawasaki Ninja ZX-6R 2019 - Ne soyez pas déçus !
La Kawasaki Ninja ZX-6R revient en 2019, avec quelques nouveautés pour augmenter ses facultés à affronter la route.
Une nouvelle Ducati arrive demain !
On sait la marque italienne douée en matière de teasing. Cette fois-ci, peu d’infos, si ce n’est une photo…
Triumph Daytona 765 par Kardesign - Et pourquoi pas ?
A ce jour, Triumph dément encore l'arrivée prochaine ou le soupçon d'une idée de pouvoir concevoir une Daytona sur la base du châssis de l'excellente Street Triple 765. 

Recherche

Hot news !

La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.
Essai Husqvarna Svartpilen 401 - Petite machine, grandes aventures
Surprenante et attachante, la Svartpilen propose la vision d'une moto de route selon Husqvarna dans une version accessible à tous. Récit d'aventures pas communes sur une machine à fort potentiel.

Liens Partenaires