Essai publié le 30 juillet 2020

2'300 kilomètres en Moto Guzzi V85TT Travel

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Pandin Filippo, Klaus Nennewitz, David Zimmermann

Arrivée l’an passé sur le marché, le succès de la V85 TT est une sacrée aubaine pour le petit constructeur de Mandello del Lario. Autant par son design original que par sa motorisation unique, la Guzzi V85 TT trace sa propre route dans le segment très compétitif du trail mid-size. Bien finie et bien équipée elle est vendue à un prix très compétitif et elle est d’ores et déjà le best-seller de la marque. Pour 2020, une version Travel dans un coloris exclusif Sabia Namib fait son apparition au catalogue de la marque. De plus, jusqu’au 31 août, Moto Guzzi offre CHF 1'500.- d’équipements ou d’accessoires au choix sur tous les modèles.

V85 TT Travel : Quelles différences avec la version standard ?

La Moto Guzzi V85 TT Travel n’est pas une nouvelle moto, mais une V85 TT équipée d’une pléthore d’accessoires et surtout, disponible dans un coloris exclusif. Pour CHF 14'990.-, la version Travel est livrée avec une paire de valises plastiques (37 et 27.5 litres), une bulle 60% plus grande que l’originale, des poignées chauffantes, un éclairage additionnel à Led, ainsi qu’une connectivité Bluetooth pour votre téléphone. Le lancement presse prévu en avril ayant été annulé pour cause de Covid-19, on s’est fait confier un exemplaire qu’on a testé sur route et en tout-terrain tout au long du Sardegna Gran Tour, un trip de six jours et 2'300 km.

Des finitions au top et un moteur unique en son genre

Lorsque je pose mes fesses sur la V85 TT à peine rôdée qu’on m’a livré chez Dupasquier Moto à Sorens, je retrouve immédiatement mes marques par rapport au modèle que j’avais testé l’an passé. J’adore ce nouveau coloris, et je dois dire que je suis toujours aussi impressionné par la qualité des détails et des finitions de cette Guzzi. 

L’aigle en relief sur les côtés du réservoir et sur le couvercle de l’alternateur, les autocollants sur le bord des jantes, le lettrage Moto Guzzi sur la selle et les caches culasses, les coutures rouges et beige de la selle, l’aigle qui s’allume au milieu du phare, le phare arrière en forme de double tuyère de réacteur, bref tous ces petits détails qui lui donne une classe dont seuls les italiens ont le secret. 

La pièce maitresse de la V85 TT est bien évidemment son magnifique bicylindre en V transversal refroidi par air, la signature de la marque depuis près de 50 ans maintenant. Qu’on puisse développer un tout nouveau moteur refroidi par air à deux soupapes qui satisfasse à la drastique norme EURO 5, je trouve ça vraiment cool. Qui plus est, avec des performances loin d’être ridicules. Par rapport à la série des Guzzi V9, à cylindrée égale, il développe tout de même 25 cv de plus ! 

Ayant principalement roulé en Aprilia Caponord 1200 Rally ces temps, dès que je m’assieds sur la Guzzi, je ne sens pas vraiment dépaysé. Elles ont le même guidon, les mêmes rétroviseurs et une position très similaire, taillée pour les longues distances.

Pour ceux qui ne le savent peut-être pas, Aprilia et Guzzi appartiennent au groupe Piaggio depuis 2004 ce qui expliquent quelques synergies. Apparemment, le développement de la partie cycle de la V85 TT aurait été fait par les ingénieurs d’Aprilia, ce qui explique certainement pourquoi elle est si efficace, comme vous allez le découvrir plus tard dans l’article. 

La V85 TT avec ses 235 kg tout pleins fait me parait légère face à ma Caponord qui en accuse 30 de plus sur la balance, surtout qu’elle profite d’un centre de gravité très bas, grâce à l’architecture de son moteur. Sa hauteur de selle de 830mm aidant, les manœuvres à basse vitesse sont faciles, d’autant plus qu’elle offre un grand rayon de braquage. 

Ce moteur de 850 cm3 entièrement nouveau est un modèle de souplesse à bas régime. Il descend sans broncher en dessous de 2'000 tr/min et invite à rouler sur le couple, à la manière d’un gros twin américain, mais sans les vibrations. Il ne rechigne pas pour autant à prendre des tours et monte facilement à 7'500 tr/min. Pour avoir roulé avec des températures avoisinant les 30°C en Sardaigne, j’ai beaucoup apprécié le fait qu’il ne dégage quasiment pas de chaleur au niveau des jambes contrairement à tous les V2 modernes refroidis à eau qui vous font roussir les poils à travers le pantalon dès que le thermomètre dépasse les 25°C. L’embrayage à câble est si doux que même votre mémé pourrait l’utiliser et le cardan est très agréable à l’utilisation. Pas de latence et plus de bruit de claquement de chaine. 

Suite sur la page 2

Seul bémol dans ce monde de douceur : la boite de vitesse. Elle est un peu lente et bruyante. Ça me rappelle les « schlonk » de feu ma R100 GS.  Je n’ai pas eu la chance de rouler d’autres Guzzis, mais d’après des personnes bien plus avisées que moi, c’est un sacré bond en avant par rapport aux anciennes générations. Pour ma part, je dirai qu’il reste encore une marge d’amélioration, mais ce n’est pas un point rédhibitoire. Ceux qui roulent en BMW Boxer ne seront pas choqués. 

La nouvelle bulle : top… si vous mesurez moins d’1.78 m

C’est parti pour un Fribourg-Milan sur l’autoroute avec le cruise control réglé à 130 km/h, confortablement installé, les poignets relâchés, l’esprit vagabond, le tout accompagné de ces satanées turbulences dans mon casque comme ambiance de fond…

La nouvelle bulle, plus imposante que l’originale est réglage en deux position au moyen d’une clé Allen rangée sous la selle ! On ne règle pas sa hauteur, mais son inclinaison. En position la plus verticale, c’est presque bon. Avec mes 1.82 m il manque peut-être 20-25 mm de hauteur ou quelques degrés d’inclinaison supplémentaires pour que les turbulences passent par dessus mon casque. Je ramasse toujours les turbulences dans le casque, même si c’est déjà nettement mieux qu’avec l’originale. 

Pour les grands, je conseille fortement de rajouter un déflecteur sur la bulle ou de la remplacer par une plus haute. Quand on sait que Moto Guzzi possède sa propre soufflerie pour ses essais d’aérodynamisme, on se dit qu’ils n’ont probablement pas testé la bulle de la V85TT Travel avec un hollandais au guidon !

Le topo sur la bagagerie

J’en profite pour ouvrir une petite parenthèse sur les accessoires. Les valises en plastique avec ce recouvrement en aluminium sur les couvercles sont assez belles. Toutefois, je ne les trouve pas très pratiques à l’utilisation. En les fermant, j’ai plusieurs fois un cache en plastique du système de verrouillage interne qui est tombé. Il ne tient pas vraiment en place et si on l’enlève on risque de coincer quelque chose dans le verrouillage. 

De plus, pour enlever les valises de la moto il faut utiliser une 2ème serrure. La valise côté échappement n’offre qu’un volume restreint de 27.5 litres contre 37 litres de l’autre côté. 

Dans son catalogue d’options, Guzzi propose également des valises en alu que je préfère, du fait qu’elle s’ouvre sur le dessus et non sur le côté, ce qui évite de semer la moitié de ses affaires sur la chaussée à chaque fois qu’on les ouvre, du moins pour ceux qui comme moi se contentent de tout balancer dedans. Par contre, celles-ci nécessitent un rack en métal pour valises, pas forcément très joli.

Le modèle fourni avec la V85 TT Travel à l’avantage de se passer de rack métallique. Les fixations des valises sont très discrètes et on ne les remarque à peine une fois qu’on a ôté les valises de la moto. C’est tout à son avantage pour le look quand on ne voyage pas.

Son terrain de prédilection : les routes sinueuses

Je suis allé à deux occasions en Sardaigne pour des lancements presses, mais je dois avouer que jamais je n’ai eu l’occasion de rouler sur des routes pareilles jusqu’à ce jour. Les organisateurs du Sardegna Gran Tour nous ont concocté un itinéraire de rêve avec au choix un itinéraire 100% routier ou 70% routier et 30% tout-terrain. La partie routière étaient un concentré de tout ce dont un motard peu rêver au guidon de son engin, autant pour la qualité du revêtement, que la quantité incroyable de courbes et le tout sur des routes quasiment désertes durant les trois jours sur place.

J’ai roulé seul les deux premiers jours, à un rythme assez tranquille, en profitant du couple généreux pour la cylindrée (80 Nm à 5'000 tr/min). La V85 TT est très agile et ne demande quasi pas d’effort pour basculer d’un virage à un autres. Le choix de l’équiper d’une jante de 19 pouces n’y est pas étranger. Mon GPS rendant l’âme le 2ème jour, je fais équipe avec Klaus, un journaliste allemand testant le Honda X-ADV de Renato Zocchi préparé par Honda Italie pour la Gibraltare Race 2019

Le bougre, il roule fort ! La balade est finie pour moi… Du coup, je découvre que la V85 TT est tout aussi sympa en conduite sportive. Pour tenir le rythme de Klaus, j’ai dû taquiner le rupteur. Le V2 prend les tours sans broncher et même si les vibrations commencent à se faire ressentir fortement dès 7'000 tr/min, il atteint sans problème 7'500 tr/min avant de baisser les armes à 7'750 tr/min lorsque le rupteur intervient.

En conduite sportive, la boite à air dégage un grondement sourd assez jouissif qui contraste avec le côté très (trop) discret de l’échappement en dessous de 5'000 tr/min.

Ses suspensions sont plutôt souples, ce qui lui donne un côté « tapis volant » très confortable sur les aspérités du bitume. N’allez pas croire que c’est une moto de papy, le châssis et le freinage permettent sans problème d’encaisser une conduite sportive et pourrait très certainement contenir une vingtaine de chevaux de plus. 

Un point qui me dérange et que j’avais déjà relevé lors du lancement presse en 2019 est l’emplacement des repose-pieds passager. Dès le moment où l’on veut attaquer et qu’on se place avec la pointe des pieds sur les cale-pieds, l’arrière de la botte bute sur le cale-pied passager. Du coup, on se retrouve avec le pied un peu de travers. Pas très agréable.

Suite sur la page 3

Le test du tout-terrain

Lors de son lancement presse l’an passé, la partie tout-terrain était anecdotique. En gros quelques kilomètres de chemins, juste de quoi faire quelques photos pour faire rêver le motard citadin en mal d’évasion. Soyons honnête, le tout-terrain ne sera certainement pas l’utilisation première de la V85 TT, déjà parce que ce n’est pas le genre de moto qu’on a envie de faire tomber et ensuite parce que ce n’est pas la moto la plus adaptée pour ça d’un point de vue garde au sol, débattement de suspensions et dimension de la jante avant. Il y a la Ténéré 700 ou la KTM 790 Adventure pour ça. 

Lors de la première sections tout-terrain entre Milan et Livourne, je dois vous avouer que j’avais le cul un peu serré. Je roulais avec les 2 valises chargées de toutes mes affaires et je n’avais même pas dégonflé les pneus. 

Une fois en Sardaigne, je peux laisser les valises à l’hôtel, dégonfler les pneus et enfin prendre mes marques en tout-terrain. Très franchement, j’avais sous-estimé ses capacités. Au fur et à mesure des kilomètres, je me sens de plus en plus à l’aise à son guidon sur les magnifiques pistes de gravier et de sable sardes. La roue avant de 19 pouces ne me dérange finalement pas vraiment sur du off-road « light » de ce type. La garde au sol est assez basse, mais je n’ai jamais touché. La fourche a tapé en butée à quelques reprises, mais avec seulement 170 mm de débattement et des réglages très souples, ce n’est pas vraiment une surprise. Le grand atout de la V85 TT en tout-terrain est la souplesse de son moteur. On peut évoluer en conduite coulée à 2’000-3'000 tr/min, ça passe partout. En sélectionnant le monde « off-road » sur l’ordinateur de bord, l’ABS arrière est désactivé et l’avant est en mode « off-road ». 

Le guidon est un peu trop bas pour ma taille, mais en me penchant plus vers l’avant j’arrive à soulager mes cervicales. Ces Michelins Anakee Adventure au profil plutôt routier ont bien fait le job, mais heureusement que c’était sec, je n’en aurais pas mené large autrement. 

Si j’étais un peu réticent concernant ses capacités en off-road avant ce test, aujourd’hui je n’aurais aucun mal à m’imaginer faire un évènement du style Hard Alpi Tour à son guidon, elle en est tout à fait capble. Je lui monterais par précaution un train de pneu plus orienté tout-terrain. Même si elle est lourde sur papier et qu’elle parait un peu dommage pour ça, elle s’en sort bien sur les pistes.

D’ailleurs, lors de ma participation au Alps Tourist Trophy avec la Ténéré 700 en juin, j’ai d’ailleurs vu Franco Pico (légende italienne du Dakar) participer et gagner dans sa catégorie avec une V85 TT. La sienne était équipée d’un amortisseur Öhlins.

L’autoroute

A mon grand dam, je me suis farci plus de 1'000 km d’autoroute pour cet essai. Après cinq à six heures à son guidon, les fesses commencent à se faire sentir, ce qui ne m’a pas empêché de faire les 700 km du retour en Suisse d’une traite. Par rapport aux planches de bois de la Ténéré 700 ou la KTM 790 Adventure, on peut toutefois considérer sa selle comme très confortable.

Sur les 2'300 km, j’ai consommé 5L/100 km de moyenne. En conduite tranquille, hors autoroute, on arrive facilement à être en-dessous des 4.5 l/100km, mais dès qu’on tape dans les tours, la consommation augmente rapidement. En roulant avec Klaus, j’ai même atteint les 5.5 l/100km sur une journée. A 130 km/h, le moteur tourne assez haut dans les tours, dans les 6'000 tr/min si mes souvenirs sont bons. J’ai remarqué que ça a une influence assez importante sur la consommation, même si celle-ci reste raisonnable, elle dépassera les 5 L/100 km à ce régime. 

Toutefois, avec son gros réservoir de 24 litres, l’autonomie de la V85 TT dépasse allègrement les 400 km, ce qui est fort agréable.

Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de la tester en duo, mais sa selle semble à priori plutôt accueillante pour le ou la passagère. 

Le mot de la fin

Avec la V85 TT, Moto Guzzi propose sa vision très personnelle du Trail « Moderne Classic ». Qu’on aime ou pas son look unique, dans la catégorie des trails mid-size inférieur à 1000 cm3, c’est un électron libre. Les seules motos qui se rapprochent de cet esprit néo-retro, les R nine T et autres Scrambler n’ont pas la même vocation de voyageuse que la Guzzi. 

Une hauteur de selle raisonnable, une excellente partie cycle, une motorisation originale et attachante, un cardan, une autonomie importante, un excellent confort et des finitions exemplaires, la V85 TT Travel possède bien des qualités qu’une boîte capricieuse, une bulle trop basse et des valises qui gagneraient à être plus pratiques ne sauraient vraiment ternir.

Le pari fait par Guzzi semble gagné, car depuis sa sortie en 2019 la V85TT est devenu le best seller de la marque.

Nos collègues suisse-alémanique du magasine Töff viennent de l’élire moto de l’année 2020 dans la catégorie « Trail ». Et vous les romands et lecteurs francophones, vous en pensez quoi ?

CHF 1'500.- d’accessoires ou d’équipement offert pour tout achat d’une moto neuve jusqu’à fin août

Jusqu’à la fin du mois d’août, Moto Guzzi offre pour 1'500 CHF d’équipement ou d’accessoires pour tout achat d’une nouvelle moto.

Les CHF 14'900.- à débourser pour la version Touring sont-ils vraiment justifiés par rapports aux versions standard disponible dès CHF 12'990.- ? 

Il faut savoir que d’origine la V85TT est déjà très bien équipée, mais pour celui ou celle qui désire en faire une moto de voyage, pour CHF 2’000.- il reçoit ainsi une moto presque « full option ». Avec l’offre des CHF1'500.- y’a moyen de rajouter un topcase, une béquille centrale et les arceaux de protections tant qu’à faire.

Si vous n’avez pas forcément besoin des poignées chauffantes et des feux antibrouillard le deal en vaut peut-être moins la chandelle, particulièrement avec cette offre spéciale. Au prix d’une version standard à CHF 12'990.-, vous avez les valises latérales en alu à l’œil et là on se retrouve à un tarif imbattable pour une moto si bien équipée.

David

Au final...

On a aimé :
+
look, détails et finitions
+
moteur agréable et unique en son genre
+
grande autonomie
+
prix
+
confortable pour de longues distance
+
équipement (cruise control, poignées chauffantes, ordinateur de bord, valises, etc)
+
facilité de prise en main
+
hauteur de selle de 830 mm
On a moins aimé :
-
position des cale-pieds passager gênant pour une conduite sportive
-
bulle pas assez haute pour les plus d'1.80 m
-
échappement un peu trop discret
-
boite à vitesse bruyante et lente
-
jolies valises, mais pas les plus pratiques à l'utilisation
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
look, détails et finitions
+
moteur agréable et unique en son genre
+
grande autonomie
+
prix
+
confortable pour de longues distance
+
équipement (cruise control, poignées chauffantes, ordinateur de bord, valises, etc)
+
facilité de prise en main
+
hauteur de selle de 830 mm
On a moins aimé :
-
position des cale-pieds passager gênant pour une conduite sportive
-
bulle pas assez haute pour les plus d'1.80 m
-
échappement un peu trop discret
-
boite à vitesse bruyante et lente
-
jolies valises, mais pas les plus pratiques à l'utilisation

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Moto Guzzi
Modèle :
V85TT Travel
Année :
2020
Catégorie :
Enduro
Moteur
Type :
2 cylindres en V transversal refroidi par air, simple ACT et 2 soupapes par cylindre
Cylindrée :
853 cm3
Refroidissement :
à air
Alimentation :
njection électronique à simple corps, papillon de 52mm, ride by wire
Performances
Puissance max. :
80 ch à 7'750 tr/min
Couple max. :
80 Nm à 5'000 tr/min
Transmission
Finale :
cardan
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
un disque à sec
Partie cycle
Châssis :
tubulaire
Suspension AV :
fourche inversée de 41mm, précontrainte des ressorts et amortissement hydraulique réglables
Course AV :
170 mm
Suspension AR :
mono amortisseur, précontrainte du ressort et amortissement hydraulique réglable
Débattement AR :
170 mm
Pneu AV :
110/80 R 19 à chambre à air
Pneu AR :
150/70 R 17 à chambre à air
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant de 320 mm, étriers Brembo radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque de 260mm, étrier flottant à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2240 mm mm
Empattement :
1530 mm mm
Largeur :
950 mm mm
Hauteur de selle :
830 mm mm
kit -20mm et kit +20mm disponibles en options
Poids à sec :
208 kg
Poids total :
229 kg
Réservoir :
24 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Sabbia Namib
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Swank Sardegna Rally : Une 2ème édition plus forte que le Covid !
Le Swank Sardegna Rally, c'est un rallye à l'ancienne, pas comme les autres, dont la seconde édition s'est tenue malgré ce fichu Covid. David, toujours à l'affût de terre à projeter et d'aventures insensées, était parmi les participants.
Nouveau V4 Ducati : un moteur plus endurant et sans le desmo
Le V4 nouvelle génération qui fera son apparition sur la prochaine Multistrada annonce un intervalle de service des soupapes à 60'000 kilomètres. Ceci grâce à l'abandon des soupapes desmodromiques, traditionnelles à Bologne.
Info permis - 6 mois de répit pour certains candidat au permis A limité
La bascule qui aura lieu au 31 décembre 2020 concernant les permis moto a aussi une incidence sous-jacente à l'impact non-négligeable.
2020 - Vers une nouvelle année record de vente ?
Alors que le début de saison laissait envisager le pire, les ventes ont finalement décollé. Bien plus haut qu'imaginé !
Honda ajoute le 750 à sa gamme de scooter Forza
Adieu Integra, bienvenue Forza 750 ! Voici la nouveauté que Honda nous a peu à peu dévoilée depuis quelques semaines.
Kawasaki améliore la Versys 1000 SE pour 2021
La Kawasaki Versys se renouvelle pour la saison à venir. Trois versions sont présentées, mais seule la mieux équipée, la SE, sera disponible sur le marché Suisse.

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.