Essai publié le 20 septembre 2011

Kawasaki W800, la belle époque !

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Céline Donzé

Sur le plateau des nouveautés 2011, Kawasaki a revisité la W650 et donne naissance au modèle oldschool W800. Loin des prouesses technologiques et de la cavalerie de la grande sœur ZX-10R, la petite W800 s’impose sur le marché aux côtés de l’élégante anglaise Bonneville.

Pour l’occasion, Kawasaki la modernise et l’équipe d’une injection électronique afin de répondre aux normes écologiques. Son twin vertical, ses deux échappements de type saucisson, ses grippe-genoux, son frein arrière à tambour, sa paire d’amortisseurs arrière, ses soufflets de fourche, … nous voici bien nostalgiques en contemplant la belle !

Sous ses airs rétro, le moteur cache toujours une culasse à quatre soupapes par cylindre. Il conserve également sa superbe distribution à un arbre à came en tête entraînée par couple conique. L’injection équipée de doubles papillons de 34mm de diamètre s’est imposée face aux deux carburateurs de la W650 d’époque. Chaque injecteur présente douze trous et garantit une pulvérisation parfaite. D’ailleurs, le couple maximal de la W est présent dès 2’500tr/min… Nous pensons déjà aux balades paisibles en jouant du couple.

La selle matelassée, toujours dans ce même design d’époque, est accueillante du haut de ses 790mm. Les pieds sont bien au sol et les repose-pieds ne sont pas à chercher comme sur certains Custom. Le guidon écarte un peu les bras. L’ensemble repose-pieds/selle/guidon offre une position très naturelle et droite. Les genoux sont pliés à l’équerre tout comme le bassin. La selle est d’un moelleux inégalé et d’une largeur adéquate. Le passager bénéficiera du même confort ; par contre, les petites poignées situées basses grèveront le confort du passager.

Il est temps de faire vrombir ce twin. Un coup de démarreur et le 773cc s’ébroue accompagné de quelques vibrations typiques des bicylindres. Les échappements de type saucisson distillent un son grave agréable. Quelques coups de gaz suffiront à vouloir les entendre s’exprimer de manière un peu plus vive. Le système d’échappement semble étouffer la mécanique. Un tour vers les accessoires ne sera pas à exclure…

On engage le premier rapport et hop, on s’élance à travers la campagne verdoyante. Nous ne cacherons pas notre grand sourire dès les premiers tours de roues. Le moteur ronronne et nous gratifie d’un petit sifflement permanent. Les virages s’enchaînent un à un avec une aisance déconcertante. Nous nous imaginerions bien une herbe entre les dents et rouler au soleil couchant… Cette W800 dégage une certaine aura de bien-être. Se laisser porter et flâner à son guidon est une source de dépaysement assurée !

Revenons à nos moutons et soyons plus cartésiens dans notre démarche d’essai de deux-roues !

La boîte à cinq rapports est facile et franche. Les rapports s’engagent sans difficulté et sans accroc. La mécanique se distingue par une douceur exemplaire. Le moteur est onctueux dès les plus bas régimes. Seuls les hauts régimes révéleront des vibrations dans la selle et les repose-pieds. Le 773cc n’offre que 48cv mais un couple raisonnable (60Nm) qui vous emmènera lors de bucoliques balades. En effet, déjà disponible dès 2’500tr/min, le couple maximal vous autorisera à rouler sur le dernier rapport sans se soucier de devoir rétrograder.

La balade ne sera perturbée que par le manque de protection au vent. Evidemment, l’absence d’un saute-vent (d’origine) vous rebutera à l’idée d’affronter l’épreuve autoroutière. Ceci dit, la Kawasaki W800 a été conçue dans un tout autre esprit que de cruiser et d’avaler les kilomètres sur autoroute ; son terrain de prédilection est la route de campagne, le chemin touristique et la route du vignoble.

A deux, le confort n’est pas excellent. La moelleuse selle est agréable, laissons-lui. Par contre, le passager se retrouve exactement derrière vous, caché derrière votre casque. Les poignées ne lui permettent pas de s’agripper confortablement ; elles sont basses et petites. L’ergonomie est d’époque, c’est ainsi qu’est conçue la W800 dans son ensemble.

Parfois, un passage sinueux viendra perturber votre calme et titiller votre corde sportive. L’envie de vous lâcher et de vous prendre pour un Tom Sykes vous surprend ? Pas de problème, il suffit de tomber quelques rapports et faire vibrer le double berceau en acier du châssis. Les accélérations sont linéaires et le moteur s’essouffle à l’approche de la zone rouge ; jouons donc avec le couple ! A haute vitesse, la suspension peine à filtrer les irrégularités de la chaussée…

A l’approche du premier virage, votre main droite se referme le levier de frein. Bien que le moteur ne développe pas plus de 50cv et que les vitesses atteintes ne sont pas phénoménales, le simple disque de frein de 300mm doit tout de même freiner les 217kg de la machine… et les septante et quelques du pilotes en herbe. Autant dire que le freinage est d’une puissance à la limite de l’acceptable. En conduite en duo, il sera nécessaire de garder vos distances avec votre prédécesseur… En mode arsouille, on se défoule sur ce frein avant et on flirte avec la limite d’adhérence.

En plein virage, on pose la moto sur le cale-pied et évite d’insister, au risque de poser l’échappement qui, lui, présente une adhérence nettement différente à celle de vos pneus ; glissante expérience faite lors d’une étape de la W800 Cup organisée par Kawasaki Suisse. Jouer du frein arrière (à tambour) est possible afin de corriger la trajectoire. Avec la W800, on ne va guère dans la dentelle, l’équipement de la partie-cycle, les pneumatiques et le système de freinage laisse place à de belles approximations et erreurs grotesques de pilotage. A des vitesses prohibées, il est dangereux de prendre de l’angle car, comme révélé plus haut, la suspension distille des ballotements qui ne mettent guère en confiance.

Le virage se termine et on sort la poignée de gaz en butée. Ce ne sont pas les 60Nm qui mettront en défaut l’adhérence du pneu arrière.

La Kawasaki W800 demande du muscle pour la balancer d’un virage à l’autre. Elle n’a pas l’agilité du roadster Z1000, c’est sûr !

Pour plus de sport, de précision et de rigueur, il est toutefois possible d’acquérir la version Cup de la W800. Au menu, on trouve : échappements Akrapovic, suspensions avant et arrière LSL, selle ClubMan, guidon FlatTrack, frein avant avec disque en pétales et durites aviation, supports de repose-pieds pivotant, jantes allégées … et suppression des phares, clignotants et autres appendices inutiles en courses. La W800 Cup ainsi présentée est proposée au prix de CHF 13’900.- (inclus les CHF 7’400.- de pièces et modifications). Le résultat est plutôt sympathique ! Pour une utilisation route, il suffira de penser aux phares et aux clignotants… Dans cette configuration, la W800 prend du grade et devient réellement amusante en mode arsouille ! Il ne lui manque qu’un guidon bracelet pour jouer dans la cour des Café Racer d’époque.

Conclusion :

Les qualités de la W800 ne sont pas à chercher dans les chiffres inscrits sur le papier ni même dans ses performances réelles mais plutôt dans son charisme. Une balade sur sa selle est à assimiler à un moment d’intense quiétude et de bien-être. On achète une W800 pour sa philosophie. Elle incite à la balade sourire au vent ! A l’occasion de cet essai pour le moins mémorable, un casque jet aurait été la cerise sur le gâteau.
Alors, qu’attendez-vous pour l’essayer, amis du blouson oldschool ?

Un grand merci à Kawasaki Suisse (Fibag AG) pour le prêt de cette Kawasaki W800.
Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Son look
+
Son confort
+
Son état d'esprit
+
Le couple du twin
On a moins aimé :
-
Le freinage
-
La suspension à vitesse élevée
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son look
+
Son confort
+
Son état d'esprit
+
Le couple du twin
On a moins aimé :
-
Le freinage
-
La suspension à vitesse élevée

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
W800
Année :
2011
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre vertical 4 temps
Cylindrée :
773 cm3
Refroidissement :
Par air
Alimentation :
Injection électronique: ø34 mm x 2 avec papillons secondaires
Performances
Puissance max. :
48 ch à 6'500 tr/min
Couple max. :
60 Nm à 2'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multi-disques humide à commande manuelle
Partie cycle
Châssis :
Double berceau, acier haute densité
Suspension AV :
Fourche télescopique de 39mm
Suspension AR :
Double amortisseur, 5 réglages pour la précharge du ressort
Pneu AV :
100/90 R19
Pneu AR :
130/80 R18
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque de 300mm, étrier à deux pistons
Frein AR :
Tambour de 160mm
Dimensions
Longueur :
2'180 mm
Empattement :
1'465 mm
Poids total :
217 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Vert
Catalogue
Prix de vente :
CHF 11'490.-
Version Cup (prête pour la course) : env. CHF 13’900.-, participation à la W800 Cup obligatoire.
En ligne :
Garages :
 

Plus d'articles Moto

MV Agusta Brutalle 1000 RR ML – Une série limitée à… 1 exemplaire
Chez MV Agusta on aime les séries limitées au point de les pousser à l'extrême en réalisant une Brutale 1000 RR ML qui portera la plaque 001/001.
8ème édition du Sestriere Adventourfest confirmée du 26 au 28 juin!
Après avoir dû annuler la 3ème édition du HAT Pavia-Sanremo à cause du Coronavirus, Over2000riders vient de confirmer sur sa page Facebook que la 8ème édition du Sestriere Adventourfest aura bien lieu du 26 au 28 juin 2020.
Chez Indian, une trois-roues est à venir
Chez Indian Motorcycle, on ne manque pas d'idées... et encore moins d'ambition. A venir, et pour bientôt, une moto à trois-roues sur base de Roadmaster.
Essai BMW R NineT Urban G/S - Tout l'héritage de l'histoire BMW dans une moto
Depuis 2014, BMW s'est lancé sur les traces du néo-rétro en sortant la R NineT. La réussite du premier modèle a vu plusieurs déclinaisons dont la non-connue Urban G/S évoquant la première du nom, la R80 G/S. Mais est-elle à la hauteur de son héritage ?
Crise du Covid-19 – Triumph premier constructeur à annoncer un plan de restructuration
Le constructeur anglais vient d'annoncer un plan de restructuration pour faire face aux séquelles laissées par la crise du coronavirus.
Le plan de relance pour Norton
Suite au rachat de la vénérable marque britannique par le conglomérat indien TVS pour 16 millions de pounds [NEWS AcidMoto], plusieurs questions restaient encore en suspens.

Hot news !

Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.