Essai publié le

Essai Triumph Street Cup et Street Scrambler - La famille Street Twin s'agrandit avec brio

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Triumph Motorcycles
Imprimer cet article

A la commercialisation de la Street Twin il y a une année, il fallait s’attendre à ce que Triumph surfe sur la vague des classiques et la décline en différents autres modèles typiques. Lors des derniers salons internationaux de la moto à l’automne dernier, ça n’a pas manqué, Triumph a présenté la Street Cup et la Street Scrambler.

Toutes les photos se trouvent dans la galerie en fin d'article.

Comme la Street Twin qui a servi de base, ces deux nouveaux modèles se distinguent par leur vocation propre. Quand la Street Cup se la joue café racer avec son saute-vent, sa selle monoplace et ses guidons bracelet, la Street Scrambler opte pour la carte tout-terrain avec les accessoires adaptés comme un silencieux double en position latérale haute filant sur toute la longueur de la moto, une double selle, un guidon large, des jantes à rayons et des pneus à crampons. Deux publics différents, l’un plutôt urbain et branché, l’autre baroudeur et décalé.

Dans le détail

La Triumph Street Cup diffère de sa génitrice Street Twin par toute une série d’attributs spécifiques : une selle monoplace et un capot de selle au look café racer, un saute-vent assorti à la peinture du réservoir, un guidon incliné vers le bas pour une conduite engagée, des silencieux d'échappement noirs mats légèrement relevés, des jantes (AV 18’’ et AR 17’’) à bâtons en Y soulignées par un liseré rappelant la couleur principale et deux compteurs (avec chacun un écran LCD), l'un faisant office de compte-tours, l'autre de tachymètre. Cerise sur le gâteau, les rétroviseurs prennent place aux extrémités du guidon et les cale-pieds proviennent de la prestigieuse Thruxton R.

La Street Scrambler, elle, prend des allures de vilaine fille prête à tout pour rejoindre les chemins terreux parsemés de caillasse. D’abord, on la reconnaît de loin par ses grandes jantes de 18 (AR) et 19’’ (AV) mettant en évidence le rayonnage et par son échappement latéral imposant se terminant par une double sortie. On remarque aussi les protège-réservoir en caoutchouc, la selle double relativement plate, le sabot-moteur, le large guidon incurvé au milieu duquel on trouve un unique bloc-compteur affichant la vitesse de nombreuses autres informations comme un compte-tours numérique. Il ne manquerait qu’une grille sur le phare rond pour parfaire le tableau.

Et si cela ne suffisait pas, Triumph propose un catalogue d’accessoires riche de plus de 120 références et pièces spéciales réservées à la famille Street Twin. Il va sans dire que d’autres accessoiristes n’ont pas hésité à faire de même… Que diriez-vous d’une moto personnalisable à l’infini ?

A l’instar de la Street Twin, la finition est de la même veine. Aucun fil disgracieux ni soudure faite à la va-vite ou encore d’assemblage grotesque viennent entacher l’aspect premium des soeurs de la famille Street Twin. Quant au matériau utilisé et à leur traitement, Triumph s’est donné grande peine à l’excellent rendu, tant visuellement qu’au toucher. C’est un sans faute ! Regardez les détails du bloc-moteur et des éléments peints (les liserés sont réalisés à la main)...

Des lignes voulues différentes et des caractéristiques communes

La Street Cup et la Street Scrambler partage la base de la Street Twin, à savoir le châssis, la partie-cycle et le moteur. Le berceau en acier tubulaire servant de châssis supporte le nouveau bicylindre parallèle 900cc à refroidissement liquide. Ce dernier développe une puissance modeste de 55cv à l’approche de la zone rouge (5’900tr/min), mais surtout, il se targue de valeurs de couple élevées dès les plus bas régimes, à savoir 80Nm à 3’230tr/min. Pour l’anecdote, jusqu’à ce régime, Triumph parle de valeurs de couple 18% supérieurs à celle de la Bonneville de génération précédente (865cc). A la conduite, nous avons pu voir que la Street Twin offre de belles performances et permet d’évoluer à rythme soutenu sans devoir sans cesse cravacher le bicylindre jusque dans ses derniers retranchements. On retiendra encore que le pilotage est assisté par une armada électronique appréciable. Avec une commande de gaz ride-by-wire et un contrôle de traction déconnectable (ABS déconnectable sur la Street Scrambler uniquement), le pilotage est aussi précis dans le dosage des gaz que sûr en cas de conditions précaires. En plus, l'embrayage est de type anti-dripple, non seulement pour empêcher le blocage de la rouge arrière en cas de rétrogradage bruque mais aussi pour assouplir la commande d'embrayage. Satisfaisant à la norme d’émissions CO2 Euro4, le bicylindre 900cc a l’avantage d’avoir un appétit d’oiseau, Triumph parlant d’une consommation moyenne de 3.7L/100km (36% inférieur à son prédécesseur).

Côté partie-cycle, comme la Street Scrambler peut avancer sa volonté de sortir des sentiers battus, les éléments de suspension Kayaba sont plus longs, quand bien même le débattement de 120mm, tant à l’avant qu’à l’arrière, reste identique. La Street Cup, elle, se contente de reprendre la partie-cycle de la Street Twin. Le freinage est inchangé sur les deux modèles et fait confiance à un simple disque Nissin de 310mm de diamètre enserré par un étrier à deux pistons du même fabricant.

Voyons maintenant si les Street Scrambler et Street Cup se distinguent vraiment de la Street Twin originelle.

La Street Cup et la Street Scrambler se partagent la route

Une même base, mais deux motos complètement différentes. Sur la route, la Street Cup, de par sa position de conduite légèrement inclinée vers l’avant, incite à donner du gaz et à enquiller les virages à bon rythme. Sa garde au sol généreuse ainsi que ses gommes Pirelli Phantom Sportscomp donnent confiance et permettent une prise d’angle confortable. Aussi, avec son poids contenu de 200 kilos à sec, soit 13 kilos de moins que la Street Scrambler, et ses jantes de 17 et 18’’, elle se montre vive sur les changements d’angle.

Grâce à sa motorisation souple et volontaire, la balade à deux est envisageable. Sur un filet de gaz à 2’000tr/min jusqu’à 4’500tr/min, le bicylindre tracte sans peine et gratifie d’une ambiance sonore justement dosée contribuant au plaisir de conduite.

Autant agréable en ville à basse vitesse en se faufilant d’une rue étroite à l’autre comme entre les files de voitures que sur les routes de campagne où l’on peut évoluer à bon rythme, la Street Cup s’inscrit comme une moto dynamique à piloter au quotidien. Facile et agile, les motards novices auront plaisir à la prendre en main. Valorisante, cette 900cc s’adresse aussi à des motards confirmés en quête d’une moto amusante pour le quotidien et d’une base sérieuse pour une personnalisation.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look intemporel et image véhiculée
+
Qualité de finition
+
Moteur volontaire
+
Prix contenu
+
Motos valorisantes
+
Technologies embarquées : ride-by-wire, contrôle de traction, embrayage anti-dribble
On a moins aimé :
-
Scrambler : manque de précision à haute vitesse
-
Scrambler : pilote très exposé

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Cup
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Twin parallèle, angle de vilebrequin de 270°, ACT simple, 8 soupapes
Cylindrée :
900 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
55 ch à 5'900 tr/min
Couple max. :
80 Nm à 3'230 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Humide, embrayage avec assistance multi-plaques
Partie Cycle
Châssis :
Berceau en acier tubulaire
Suspension AV :
Fourches de 41 mm KYB
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Deux combinés KYB réglables en précontrainte
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
100/90 ZR18
Pneu AR :
150/70 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Disque 310 mm unique, étrier flottant 2 pistons Nissin
Frein AR :
Disque 255 mm unique, étrier flottant 2 pistons Nissin
Dimensions
Empattement :
1'435 mm
Largeur :
740 mm
Hauteur de selle :
780 mm
Poids à sec :
200 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Racing Yellow / Silver Ice
 
Jet Black / Silver Ice
Catalogue
Prix de vente :
CHF 11'700.-
CHF 160.- de frais de transport
En ligne :

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Scrambler
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Twin parallèle, angle de vilebrequin de 270°, ACT simple, 8 soupapes
Cylindrée :
900 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
55 ch à 5'900 tr/min
Couple max. :
80 Nm à 3'230 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Humide, embrayage avec assistance multi-plaques
Partie Cycle
Châssis :
Berceau en acier tubulaire
Suspension AV :
Fourches de 41 mm KYB
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Deux combinés KYB réglables en précontrainte
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
100/90 ZR 18
Pneu AR :
150/70 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Disque 310 mm unique, étrier flottant 2 pistons Nissin
Frein AR :
Disque 255 mm unique, étrier flottant 2 pistons Nissin
Dimensions
Empattement :
1'435 mm
Largeur :
740 mm
Hauteur de selle :
792 mm
Poids à sec :
200 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black
 
Matt Khaki Green
 
Korosi Red / Frozen Silver
Catalogue
Prix de vente :
CHF 11'900.-
CHF 160.- de frais de transport
En ligne :

Plus d'articles Moto

Roadtrip en Africa Twin - Day 3 - Chaud, show, devant !
Ma moto est parquée au centre-ville de Brno. Ça me fait bizarre de me dire que je ne la toucherai plus pendant trois jours...
Benelli Tornado 302 R – Êtes-vous prêts ?
C'est avec ce titre ravageur que Benelli présente l'évolution de sa 302 qui avait été présentée lors du salon EICMA de 2015, cette nouvelle mouture prend l'appellation de Tornado 302 R.
Triumph Bonneville Speedmaster - Une présentation officielle agendée au 3 octobre
La saga Bonneville continue et la famille s'agrandit avec la Speedmaster.
Bol d'Or au Castellet - Deux radars autonomes flasheront les véhicules dans les virages
C'est une première en France: deux radars autonomes pouvant flasher dans les virages vont être installé autour du circuit Paul-Ricard pour la mythique épreuve motocycliste.
Moto-Guard évolue et intègre 4 nouvelles fonctionnalités
Lancée avec succès en Avril 2015, l’application Moto-Guard, qui permet déjà aux motards de s’entraider en cas de vol, va désormais intégrer 4 nouvelles fonctionnalités et proposer aux passionnés de moto une plateforme communautaire complète de services géolocalisés.
Acid'Trak 2017 à Vaison Piste - Les photos sont là !
Le week-end passé votre canard en lilgne était à Vaison Piste pour une sortie qui a fait le plein autant de pilotes que de bonne humeur et de... pluie.

Recherche

Hot news !

Ducati V4 – Les présentations arrivent !
Ce n'est maintenant plus un secret, la Panigale 1299 tire sa révérence. On le sait également, sa remplaçante sera motorisée par un V4. Ducati lance un message relativement évasif quant à une éventuelle présentation sonore.
BMW S1000RR 2018 - De nouvelles photos en disent plus
Le constructeur à l’hélice veut clairement reprendre le leadership du marché des sportives comme cela avait été le cas lors de la sortie de la S1000RR, la nouvelle mouture de la sportive s’annonce « caliente ».
La BMW S1000RR profondément revue pour 2018
Celle qui a révolutionné le monde des supersports il y a maintenant 8 ans va recevoir quelques modifications pour 2018 afin de la moderniser face à la concurrence.
Ducati V4 – Claudio Domenicali se laisse aller à quelques confidences
Lors de la manche WSBK de Laguna Seca, Ducati a présenté sa 1299 Panigale Final Edition afin de clore le chapitre des V2 desmodromiques et d'ouvrir un nouveau chapitre avec des V4 pour les sportives de Bologne.
Ducati V4 – A nouveau surprise en plein roulage
On vous l'avait présentée il y a quelques jours, et voilà que le nouveau missile de chez Ducati à motorisation V4 a été surpris en plein roulage, on en sait désormais un peu plus sur celle qui sera certainement la reine du salon EICMA de Milan.
Essai BMW HP4 Race – Bienvenue dans le monde de la course
Il y a des essais comme ça, magiques, exaltants… Comment on les reconnaît ? De notre côté, on est surexcités, un poil tendus, et même on a le syndrome particulier du kikitoudur…

Liens Partenaires