Essai publié le

Essai de la Kawasaki Vulcan S - Une bonne dose de fraîcheur et de jeunesse

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Kawasaki
Imprimer cet article

Kawasaki a créé la surprise en levant le voile sur la Vulcan S dans le cadre du salon EICMA de Milan 2014. Nous avions pourtant vu des spyshots quelque temps plus tôt, mais rien ne présageait un nouveau concept de cruiser. En effet, grâce à son haut degré de personnalisation, d’ergonomie et de confort, la Vulcan S a la particularité de se destiner à tous les types de motards, mais principalement aux novices et aux dames. Voyons cela !

A prime abord, les néophytes diront que le Vulcan S est une simple copie de la fameuse Bolt de Yamaha ou même de la Harley-Davidson Street 750. Que nenni ! La Vulcan S débarque sur le marché des cruisers avec des arguments dont peu de la concurrence peuvent se targuer. Chez Kawasaki, on a développé la Vulcan S pour qu’elle puisse répondre aux exigences d’une large palette de motards : jeunes, moins jeunes, de corpulences et de tailles différentes. Sans même parler de personnalisation en termes d’accessoires esthétiques et pratiques, bien que la liste soit richement fournie, on remarque déjà que la Vulcan S est orientée vers son pilote, pour son confort et son plaisir.

C’est bien vrai. Avant même que nous partions pour Almeria (E), là où nous sommes conviés pour les premiers roulages de la Vulcan S, nos contacts chez Kawasaki se sont empressés de nous demander nos mensurations (entrejambe, longueur des bras et hauteur totale). En effet, ces données sont nécessaires aux réglages de ce nouveau cruiser Kawasaki. Il est possible de positionner les repose-pieds sur trois niveaux (+/- 25mm en avant ou en arrière), de reculer le guidon de 44mm (en option), d’avancer le bassin du pilote de 53mm grâce à une selle spéciale pour les petits gabarits (en option), leviers de frein et d’embrayage réglables, … C’est du sur-mesure !

Et, pour palier aux exigences en termes de confort, la Vulcan S fait fort. Déjà, de nombreuses pièces maîtresses sont montées sur silent-blocs (repose-pieds, guidon, selle), pour limiter les vibrations en provenance du moteur. De plus, les éléments de suspensions contribuent également au confort général, notamment le long amortisseur arrière déporté à biellette. L’épaisse selle enveloppante (rembourrage de 62mm) et la position de conduite reposante ne sont pas en reste.

Aussi, la Vulcan S a été pensée pour la ville et les petites escapades. La selle basse (705mm) et son étroitesse à votre entrejambe ainsi que la position de l'échappement offrent la possibilité de poser les deux pieds bien au sol lors des manoeuvres et des arrêts fréquents inhérents à la circulation urbaine. De plus, la roue avant est de petit diamètre (18 pouces), en comparaison des autres cruisers, ce qui participe avantageusement à la maniabilité, à tous les niveaux de vitesse.

Même au niveau du moteur, la Vulcan S a été étudiée pour offrir une grande facilité de conduite. A ce propos, c’est le twin parallèle des fameuses ER-6n/f et Versys 650. Pour rappel, il cube à 649cv et délivre la puissance de 61cv à 7’500tr/min. Et pour l’occasion, les motoristes de chez Kawasaki ont évidemment revu les spécificités du twin afin qu’ils répondent aux besoins de la conduite coulée que l’on adopte sur la selle d’un cruiser : courbe de puissance lissée et courbe de couple généreuse dès les plus bas régimes. Ceci dit, en regard du poids contenu de 228kg (tous pleins faits), les 61cv devraient aisément suffire à déplacer la moto et son pilote ; mais aussi, ce sont les 63Nm qui aideront à enrouler sur les rapports supérieurs. A ce propos, la boîte de vitesse à six rapports a également été empruntée à la ER-6n/f.

Et finalement, ce qui attire toute notre attention, au premier coup d’oeil, c’est le style de cette Kawa’ ! De son phare atypique en forme de triangle à son garde-boue arrière massif au design original de ses jantes en passant par l’amortisseur arrière en position latérale et son court et volumineux échappement, le moins que l’on puisse dire est que cette Vulcan S en jette. Parmi ce segment des petits cruisers, la Kawasaki est valorisante et impose le respect. Des formes généreuses, une ligne moderne et un style urbain la caractérisent. On a même entendu un confrère lâcher "on pourrait croire à une baby V-Rod (ndlr : un muscle bike chez Harley-Davidson)", c’est dire !

Quant à la finition et à la qualité des matériaux employés, Kawasaki ne livre pas une moto low-cost. Bien au contraire, la Vulcan S ne lésine pas sur les détails. Seuls le support de plaque et les clignotants viennent gâcher le tableau... A ce sujet, il semblerait que les constructeurs se sont donnés le mot, au profit des accessoiristes.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Style et état d'esprit
+
Qualité de finition
+
Performances du moteur
+
Partie-cycle
+
Prix compétitif
On a moins aimé :
-
Freinage
-
Coloris disponibles, choix un peu triste !

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Vulcan S
Année :
2015
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en ligne, 4-temps
Cylindrée :
649 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection : Ø 38 mm x 2 avec papillons secondaires
Performances
Puissance max. :
61 ch à 7'500 tr/min
Couple max. :
63 Nm à 6'600 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d’huile, à commande manuelle
Partie Cycle
Châssis :
Périmétrique, acier haute densité
Suspension AV :
Fourche standard ø41 mm
Suspension AR :
Simple amortisseur à biellettes avec point d'ancrage inférieur décalé et réglage de la précharge sur 7 positions
Pneu AV :
120/70 R18
Pneu AR :
160/60 R17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque de 300 mm, étrier à 2 pistons
Frein AR :
Simple disque de 250 mm, étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'310 mm
Empattement :
1'575 mm
Largeur :
880 mm
Hauteur de selle :
705 mm
Poids total :
228 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Metallic Royal Purple
 
Flat Ebony
 
Pearl Crystal White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 8'000.-.-
En ligne :
Garages :
 

Plus d'articles Moto

Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.
Hayden renversé à vélo : pronostic vital engagé
Le champion du monde de MotoGP en 2006 a été victime d'un accident de la route alors qu'il s'entraînait à vélo avec un groupe d'amis aux alentours de Rimini.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires