Essai publié le

BMW S1000RR, la Supersport du 21ème siècle

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Josh Fassbind
Imprimer cet article

Tout le monde connaît la firme bavaroise pour ses excellentes motos routières ou typées baroudeuses. Alors imaginez la tête de la concurrence lorsque BMW a annoncé en 2008 que la société allait se lancer dans l'élaboration d'une supersport !

Certains ont immédiatement senti le vent tourner, mais dans le mauvais sens, d'autres ont tout simplement esquissé un sourire en se disant que BMW n'avait pas le savoir-faire pour réussir à sortir quelque chose de potable. D'autres ont encore imaginé une moto arrivant avec des cylindres sortant du carénage. Bref, on a entendu toutes les remarques.

Mais lorsque la S1000RR a été dévoilée à la presse, BMW a ébranlé le monde des Supersports. L'apocalypse pour bon nombre de grosses marques (surtout japonaises) qui avaient pignon sur rue dans la catégorie reine des Supersports.

Au premier coup d'oeil, pas besoin d'être devin pour reconnaître une S1000RR parmi d'autres. La face avant reprend les feux asymétriques, signature caractéristique de la marque à l'hélice (R1200GS, K1300R...).

Les lignes sont taillées à la serpe, arrêtes vives, apparence cossue, ... La couleur est annoncée, l'objectif est de faire mal aux nippones. La moto semble être idéale pour les grands gabarits dont je fais partie - eh oui, difficile de caser 188cm sur une sportive.

D'ailleurs, si vous regardez mon essai de la RSV4R, vous vous apercevrez immédiatement que l'Aprilia est faite pour les mangeurs de Pasta ; on pourrait croire que je suis sur une pocket-bike. Alors que la BMW a été faite et imaginée par des nageurs de l'Allemagne de l'Est. Ces mêmes nageurs ont dû voir beaucoup de requins dans leur bassin d'entrainement, car, si vous regardez le côté du carénage, vous constaterez que les aérations ressemblent fortement à des branchies de squale.

L'arrière, quant à lui, se pare d'un magnifique feu arrière formant deux pointes. Vu du bas, je laisse le soin à votre imagination afin de trouver ce à quoi il peut ressembler.

Ma version d'essai est parée de la plus belle couleur à mes yeux, la version Replica Motorsport. Le catalogue propose différents coloris : Mineral Silver Metallic, Thunder Grey Metallic et Acid Green Metallic.

Du corps à corps

La première impression en enfourchant mon destrier est que la selle est haute. 820mm exactement, certes ce n'est pas la plus haute, car la Triumph Daytona fait mieux avec ses 830mm, mais c'est déjà pas mal. L'assise n'est pas aussi agressive que sur certaines motos de la catégorie : votre corps garde une position assez droite, point de basculement exagéré sur l'avant, vos poignets et dos vous remercieront lors de balade prolongée.

La finition de l'ensemble des commandes est de haut vol. La qualité des matériaux utilisés y est certainement pour beaucoup. La première chose qui frappe et surprend (en bien) est la présence de graduation de 1 à 10 sur les têtes de fourche. Fini de compter le nombre de clics qu'il faut faire pour régler sa fourche, ici, rien de plus simple, le réglage se fait avec une facilité déconcertante. On reconnaît bien la rigueur allemande.

Le bloc compteur se veut très lisible et ce, quelque soit le temps : soleil, pluie, neige pour les plus audacieux. Les informations sont au complet : indicateur de rapport engagé, deux trips, shift light, témoin de warning, des chronos, témoin d'ABS, témoin du DTC, témoin de réserve, température moteur, le choix entre quatre modes de cartographies (Rain, Sport, Race, Slick) ainsi qu'un superbe compte-tours analogique à fond blanc.

L'ensemble des informations et choix se gère depuis des commodos fixés aux poignées, rien de plus efficace et rapide. Fini donc les lâchers de guidon pour les réglages, un bon point pour la sécurité. BMW a enfin adopté pour ses clignotants un commodo simple, il était temps. Le levier de frein est réglable via une molette, celui de l'embrayage mécanique reste plus traditionnelle, dommage. Sur une moto de cette trempe, on s'attendait à avoir des leviers réglables à droite comme à gauche. Enfin, cela n'enlève rien au plaisir de conduite.

Descendons du côté du réservoir d'essence. Le bouchon est très bien intégré, aucune vis n'est apparente ; cela limitera l'adjonction d'une sacoche de réservoir vissée ou d'une poignée passager Vinxxgrip. La fermeture se fait en un clic : il suffit d'appuyer sur le bouchon pour le fermer. Seul l'adoption de plastique noir inesthétique vient gâcher le tableau, on se demande bien pourquoi BMW n'a pas plus travaillé cette partie. Les plastiques en espèce de nid d'abeilles font vraiment bon marché, va comprendre pourquoi un tel choix.

La selle conducteur paraît ferme, cette dernière se veut très large ; des douleurs ne devraient pas apparaître rapidement, à confirmer lors du test dynamique. La selle passager - ou devrais-je dire, l'appendice qui servira à promener le SDS - fait mieux que la RSV4R mais moins bien que la référence GSX-R. Le SDS nous donnera ses impressions en fin d'article.

Une pièce inhabituelle logée proche du sélecteur de vitesse fait son apparition; ce n'est autre qu'un Shifter*, pièce incontournable sur les motos de course.

BMW en a doté sa S1000RR, preuve est que les aptitudes de cette machine sont clairement établies.

* Définition rapide du Shifter :
Ta poignée en coin, tu soudes à fond, tu oublies lors de la montée des rapports que tu as un embrayage, le réflexe primaire de couper les gaz lors du changement de rapport est inutile et, là, le moment tant attendu arrive, tu changes de rapport en gardant la moto bien serrée. Les rapports se passent à la volée comme sur une moto de course. Que c'est bon la technologie moderne... !

C'est parti

Je récupère la moto chez le concessionnaire du coin, immédiatement à mon aise, je tente de sortir de la ville - pas évident aux heures de pointe. La moto se faufile facilement, étonnant vu le gabarit. Les rétroviseurs pliables participe à la manoeuvre du slalom. La boîte de vitesses se fait oublier tant elle verrouille facilement. Les gaz se gèrent aisément, le mode actuel est Sport. Comme chaque sportive, la vue par-dessus les caisseux est à oublier. Les bouchons s'allongent, la moto chauffe, à un tel point que mes jambes commencent à sans plaindre ; si l'extraction d'air est agréable en hiver, en été, je déconseillerais la traversée d'une ville. Après tout, la S1000RR n'est pas faite pour rouler en ville.

L'arrivée de la pluie me permet de changer de mode, passage au mode Rain ; la manoeuvre est des plus simples. Le commodo de droite permet de choisir les différents modes sur une simple impulsion. Pour valider votre choix, vous débrayez durant deux ou trois secondes et hop, c'est validé ! Un vrai jeux d'enfants.

Le mode Rain castre la moto et la bride en version 150cv, c'est déjà pas si mal. La différence est nette, le moteur est beaucoup plus linéaire, largement suffisant pour circuler en ville et, de surcroît, sous la pluie. Ne croyez pas pour autant que vous perdez toute la puissance du moteur. Arrivée au-delà des 7'000tr/min, vous serez vite rattrapé par vos vieux démons de soudeur, mais n'oubliez pas que nous sommes sous la pluie et en milieu hostile.

Enfin le bout du tunnel arrive la campagne et la pluie laisse place à un soleil bienvenu.

Redescends sur terre

Exit le mode Rain, il ne pleut plus, nul besoin de garder ce dernier. Comme décrit plus haut, le passage se fait un clin d'oeil, le mode Sport sera mon choix durant une très grande partie de cet essai.

La moto marchait déjà bien avec ses 150cv, mais là, il est tout autre. La S1000RR devient carrément méchante, diabolique, jouissive, bref, les mots me manquent. Les 193cv et les 112Nm de couple sont à nouveau présents et même très présents. Sous 7'000tr/min, le changement n'est pas énorme, mais une fois franchi ce cap, vous oublierez vos précédents essais des dernières productions japonaises.

La moto s'envole jusqu'à 11'000tr/min. Passé ce régime, vous prendrez une claque que vous n'êtes pas prêt d'oublier. Les 14'000tr/min arrivent à vitesse grand V, là où de nombreuses motos s'essoufflent ; ici, aucune baisse de régime, la moto en demande encore. Le Shift Light vous rappelle à l'ordre et vous prie de monter un rapport supplémentaire, mais est-ce bien raisonnable ? Euh oui, mode cerveau OFF, j'écoute donc le Shift Light et monte deux rapports supplémentaires, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, assisté par le Shifter.

Et là, c'est le flash ! Un radar, un photographe embusqué, je suis à fond de trois et le Shift Light vient de m'illuminer le minois. Je ne donnerai pas ma vitesse de passage entre le 3ème et 4ème rapport, ce ne serait pas raisonnable en public. Mais disons que de nombreux roadsters 1'000cc sont à leur vitesse maxi... A titre d'information totalement inutile dans la conjoncture actuelle - répression oblige - certains confrères ont, sur circuit, mesuré la vitesse maximale du quatrième rapport à plus de 269km/h.

Un moteur sans frein, ça ne sert à rien. Le premier virage approche (rappel à fond de troisième), il est temps de serrer les fesses et, surtout, le levier de frein relié aux étriers radiaux Brembo et aux disques de 320mm et 5mm d'épaisseur. Le disque arrière de 220mm ne sert que de ralentisseur, comme tout bon conducteur, vous apprendrez à l'oublier. J'avais oublié de dire que, durant quelques minutes, mon SDS était présent sur la selle arrière.

Le freinage assisté du Race ABS m'a permis de constater que ce dernier est redoutable d'efficacité, puissant et ne perdant jamais de son mordant. A un tel point que mon SDS a eu les fesses décollées de sa selle lors de mon dernier freinage ; une première pour mon SDS qui m'aura valu un petit coup dans les côtes flottantes. Il y a des moments où l'émotion prend le pas sur la raison. Mon SDS débarqué, il est temps de voir ce que cette moto sait faire dans le sinueux.

La route n'est pas toute jeune, des plaques de goudron se décollent et forment de petite ornières. D'habitude, ça passe en secouant et sautillant - pas rassurant du tout. Sur la S1000RR, rien de tout cela ! Pas l'once d'un saut, aucune amorce d'instabilité, ça passe fort. C'est vraiment déconcertant, surtout venant de la part d'une supersport où vous seriez comme sur un prunier lors de la récolte. La moto encaisse sans problème les irrégularités de la chaussée.

La partie-cycle est vraiment au point, saine et affûtée. Le cadre périmétrique en aluminium associé au long bras oscillant participe grandement à cette tenue de route. La fourche inversée (énorme) de 46mm ainsi que l'amortisseur arrière, sont tous deux entièrement réglables. Pour cet essai, les réglages stock ont été conservés et, franchement, sur route, nul besoin d'y toucher. Ensuite, tout est question de feeling.

Les virages s'enchaînent à bon rythme. Le poids contenu de 206.5kg (tous pleins faits) contribue à cette impression d'agilité. Les sorties de virage aidées par le DTC permettent de ressortir fort et sans appréhension - l'électronique veille au grain. La moto ne demande qu'une seule chose, pencher. Toutefois, dans les épingles, il ne faudra pas hésiter à la brutaliser un peu et lui montrer qui est le pilote. Les pneus Continental Sport Attack lui vont comme un gant ; rassurants, ils permettent de prendre de l'angle sans forcer. La chauffe se fait plutôt rapidement malgré les températures assez basses et l'humidité ambiante lors de nos prises de vues (8°C).

Passage rapide en mode Race, la différence se fait sentir uniquement sur les bas régimes. La réponse au gaz est plus rapide et franche. Un test sur circuit aurait certainement permis de mettre plus en évidence ce changement de mode. Je suis donc resté en majorité sur le mode Sport durant mes jours de test.

Manque de protection

Une entrée d'autoroute se découvre devant moi ; allez, je m'y lance. La première chose qui me vient en tête est de mettre les gaz en grand, ma conscience me rappellera rapidement à l'ordre. Dommage que l'Allemagne est si loin, j'aurais bien voulu tester les capacités de cet engin sur un long ruban dénué de boîtes à fric.

La protection à haute vitesse est perfectible ; beaucoup de supersports font mieux. Pourtant, la S1000RR possède des petits extracteurs d'air dans sa bulle, ce qui n'empêche pas d'être malmené. La tête subit rapidement les nombreux remous; même en changeant de casque, rien y fait ! Les secousses deviennent vite désagréables. Dommage, car avec une partie-cycle tellement affûtée, il aurait été plaisant d'avoir une meilleure protection afin de pouvoir faire de long trajet à un rythme soutenu.

Le mot du SDS

Bien qu'elle ne soit pas très grande et large, la selle de la BMW est plutôt confortable pour une moto sportive. La position est idéale. Le selle du passager se trouve à une distance optimale du large réservoir. Ce qui permet de bien positionner ses mains afin de prendre un appui sécurisant. J'ai été surprise par le freinage phénoménal de cette moto, à un tel point que mon fessier s'est soulevé !

Les cale-pieds sont très bien placés. On peut se redresser et se maintenir droit sans aucune difficulté à basse vitesse afin de soulager les poignets.

Pour conclure, la S1000RR me paraît être la sportive la plus confortable qui soit pour le passager.

Conclusion

BMW a frappé fort, très fort avec la S1000RR. La moto surclasse la concurrence sur bien des points ; un moteur des plus performants qui en redemande lorsque vous le titillez. Un freinage qui s'associe idéalement à un châssis bien pensé, performant, rassurant. Toutefois, pour être mené correctement, de l'expérience est recommandé, il faut bien garder à l'esprit que vous avez 193cv sous la poignée. 7.6 litres, c'est la consommation moyenne calculée lors de mon essai, il ne me semble pas avoir relevé une consommation aussi basse pour une moto proposant autant de performances. Une moto 100% plaisir que vous pourrez emmener aussi bien sur route que sur circuit et ce sans aucune modification. Proposez à un tarif de CHF 24'400.- avec ABS / DTC, elle se place très bien face aux concurrentes japonaises, ça fait réfléchir. Le Shifter? CHF 490.- de plus. Maintenant que j'y ai goûté, je ne ferai pas l'impasse sur ce dernier.

Sincères remerciements à BMW pour le prêt de cette BMW S1000RR.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Enfin une moto pour les grands
+
Performance du freinage et de l'ABS + DTC
+
Un moteur qui n'en finit plus de prendre les tours
+
Un châssis qui permet des excès
On a moins aimé :
-
La béquille difficile d'accès
-
Le levier d'embrayage non réglable (je chipote)
-
Tubulure du châssis arrière digne d'une armoire allemande

Fiche technique

Véhicule
Marque :
BMW
Modèle :
S1000RR
Année :
2010
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres, 4 temps en ligne, deux arbres à cames en tête, quatre soupapes titane
Cylindrée :
999 cm3
Refroidissement :
Liquide par eau/huile
Alimentation :
Gestion électronique du moteur BMS-K-P
Performances
Puissance max. :
193 ch à 13'000 tr/min
Couple max. :
112 Nm à 9'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
Séquentielle à six vitesses avec assistant de commutation
Embrayage :
Multidisques à bain d'huile, anti-dribble, commande mécanique
Partie Cycle
Châssis :
Cadre-pont en aluminium
Suspension AV :
Fourche téléscopique inversée
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Biellette à deux bras, jambe de force centrale, réglage en compression et en détente
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Disque double radial hydraulique, étriers de frein radiaux à 4 pistons, 320mm, épaisseur 5mm
Frein AR :
Disque simple à commande hydraulique, 1 étrier flottant à piston 220mm, épaisseur 5mm
Dimensions
Longueur :
2'056 mm
Largeur :
826 mm
Hauteur de selle :
820 mm
Poids à sec :
183 kg
Poids total :
204 kg
Réservoir :
17.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Replica Motorsport
 
Mineral Silver Metallic
 
Thunder Grey Metallic
 
Acid Green Metallic
Catalogue
Prix de vente :
CHF 24'400.-
+ CHF 490.- pour le shifter
En ligne :

Plus d'articles Moto

Suzuki serait en train de travailler sur une GSX-R300
Les petites sportives ont le vent en poupe, notamment grâce au championnat Supersport 300 où les R3, Ninja 400 et autres RC 390 R se taillent la part du lion. Or, Suzuki entent apparemment revoir sa petite GSX-R.
Triumph Thruxton R "Martini Racing" by Hess Motorrad AG
Chez Hess Motorrad à Ostermundigen (BE), on sait magnifier les motos pourtant déjà très belles d'origine pour certaines. Nous pensons notamment à la Triumph Thruxton R.
Un chauffard trahi par sa vidéo postée il y a un an sur Facebook
Un motard allemand résidant à Zürich a été trahi pas sa vidéo postée il y a un an sur le groupe Swiss Race-Community sur Facebook le montrant rouler à près de 300km/h sur route ouverte.
MV Agusta de retour en Moto2 avec Forward Racing
Après bientôt 42 ans d'absence, MV Agusta fera son retour l'an prochain en Grand Prix, en collaboration avec l'équipe Forward Racing pour 4 saisons de Moto2.
Yamaha dépose un brevet pour une V-Max à trois roues
On se doute bien que la nouvelle Yamaha Nikken dont les réservations viennent d'ouvrir ne restera pas sans suite. Voici un premier indice avec le dépôt d'un brevet pour une V-Max dotée de trois roues.
Le système de réservation en ligne de la Yamaha NIKEN est désormais disponible
Le système de réservation en ligne de la NIKEN 2018 est désormais disponible

Recherche

Hot news !

La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.

Liens Partenaires