Essai publié le

Triumph Daytona 675 2010

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Me voici prêt à enfourcher une Daytona 675 dans sa nouvelle robe 2010, couleur Tornado Red. Je grimpe sur la bête ; quel choc par rapport au Tiger 1050 ! C’est bas, mon arrière train se retrouve haut perché et mes bras semble être prêt à ramasser les pissenlits, très nombreux en cette saison.

Premier tour de clé, un joyeux sapin de Noël s’allume, des LED de partout. Des bleus, des rouges, on comprend vite dans quel segment de marché se situe cette moto, il va y avoir du sport ! Le bloc compteur est relativement complet : on y retrouve la base avec en prime un shift light et un indicateur de rapport engagé (dommage que ce dernier ne soit pas disponible sur les autres modèles de la marque). Seul regret, le manque de jauge de carburant et une visibilité limité par les reflets dus au soleil.

Le son du trois cylindres est propre aux Anglaises, un petit sifflement sort du bloc moteur puis de l’échappement. J’enclenche la première. La boîte de vitesses est ferme, ce qui n’est pas pour me déplaire. Ainsi, on sait si le rapport est bien engagé. L’embrayage est assez souple, les leviers d’embrayage et freins sont réglables en écartement ; un plus indéniable suivant la taille de nos mains.

Premier arrêt marqué à un stop, je m’aperçois immédiatement des prérogatives de la belle. Au niveau du freinage, on trouve deux disques flottants de 308 mm avec étriers Nissin monoblocs radiaux à quatre pistons à l’avant ; l’arrière, lui, n’est pas en reste avec un simple disque de 220 mm et étrier Nissin à simple piston. Mes premières impressions se confirment, le freinage a du mordant et de l’endurance. Le freinage à deux doigts est même largement suffisant, il permet, par ailleurs, d’être plus souple sur la commande ; c’est vraiment un sans faute ! Attention, toutefois, sur surface humide, il faudra savoir doser la précieuse poignée de frein pour ne pas se faire peur.

La moto n’ayant pas fini son rodage (490 km) et ne voulant pas dépasser les prescriptions du constructeur, soit 6’000 tr/min jusqu’à 900km, je ne vais pas m’attarder sur le moteur. Ce que je peux dire en quelques mots : puissance de 126 CV à 12’600 tr/min, couple de 72 Nm développé à 11’700 tr/min. La sonorité, elle, est vraiment agréable, assez rauque ; ça nous change des marques japonaises impossible à différentier entre-elles. Le couple est bien présent, malgré la limitation de régime moteur, il est possible de rouler sur un filet de gaz. Je n’ai pas remarqué d’à-coups ou autres secousses désagréables en bas du compte-tours. Dès la moindre sollicitation, le moteur part sans temps de réponse. L’aiguille du compte-tours s’affole mais la barre des 6’500tr/min arrive (trop) vite, fini de jouer, maudit rodage… Promis, je re-testerai la bête une fois rodée, ça promet un grand moment !

Il est temps de passer à la partie-cycle. La moto est vraiment très fine, c’est assez déconcertant ; la concurrence vous paraîtra obèse face à la Daytona. La selle étant haut perchée, les petits gabarits se retrouveront rapidement sur la pointe des pieds. Au contraire, les grands gabarits comme moi (188 cm) auront l’impression d’être sur une Pocket Bike. Malgré tout, la place aux jambes est suffisante, les reposes-pieds ne sont pas trop hauts, la position est rapidement trouvée. La profondeur de selle permet de pouvoir se reculer de plusieurs centimètres, ce qui est parfait suivant ce que l’ont veut faire de sa Daytona, rouler tranquille ou attaquer. Seule la position des bracelets m’a gêné, mes poignets se sont vite endoloris. Certes, je ne roule pas tous les jours en sportive, mais lors de précédents tests d’autres sportives, je n’avais jamais ressenti une telle gêne. Peut-être qu’avec un peu de pratique, on s’y ferait. En résumé, la position est vraiment radicale, je suis basculé sur l’avant… l’invitation au pêché est grande !

Niveau amortisseur, tout y est. La fourche inversée Kayaba joue très bien son rôle, réglable en précharge, détente et compression que ce soit à haute ou basse vitesse. L’amortisseur arrière du même fournisseur est également réglable dans tout les sens.

J’ai trouvé les suspensions un peu dure pour un usage routier, elles n’en sont pas pour autant inconfortables. Pour nos routes d’essai, assez dégradées, la moto demandait à être bien tenue et les trajectoires à être soignées afin d’éviter les nombreux nids de poules, bosses ou graviers. Par contre, sur bitume lisse, la machine ne souffrait d’aucun défaut. Facile à mettre de l’angle, elle ne demandait qu’à se coucher d’avantage. Je pense qu’un réglage en souplesse des différents éléments de suspension nous aurais permis de prendre d’avantage notre pied.

Serie spéciale 2010

Pour la deuxième année consécutive, une série spéciale est commercialisée. En 2010, elle se présente, comme en 2009, sous une robe Pearl White. Les éléments apparents du châssis sont peints d’un bleu sombre du plus bel effet avec le blanc. Triumph ajoute aussi une série d’autocollants bleus sur les carénages, et, surtout, des pièces en fibre de carbone de chaque côté du guidon et tout autour de la sortie centrale d’échappement.

Merci au garage Inter-Motos au Mont-sur-Lausanne pour le prêt de la Daytona essayée.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Superbe finition
+
Poids contenu
+
Couple et sonorité moteur
+
Freinage
On a moins aimé :
-
Position de conduite vraiment radicale
-
Est-ce vraiment raisonnable sur route ?

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Daytona 675
Année :
2010
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
3 clindres en ligne, 12 soupapes, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
675 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multi-point avec admission d'air forcé et injection d'air secondaire
Performances
Puissance max. :
126 ch à 12'600 tr/min
Couple max. :
72 Nm à 11'700 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports rapprochés
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Aluminium à deux longerons
Suspension AV :
Fourche inversée Kayaba de 41 mm avec précharge, détente et compression haute/basse vitesse réglables
Course AV :
110 mm
Suspension AR :
Amortisseur Kayaba avec réservoir séparé, précharge, détente et compression haute/basse vitesse régables
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 RZ 17
Freinage
Frein AV :
Deux disques flottants de 308 mm avec étriers Nissin monoblocs radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque de 220mm avec étrier Nissin à simple piston
Dimensions
Longueur :
2'020 mm
Empattement :
1'415 mm
Hauteur de selle :
830 mm
Poids à sec :
185 kg
Réservoir :
17.4 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 16'550.-

Plus d'articles Moto

Suzuki serait en train de travailler sur une GSX-R300
Les petites sportives ont le vent en poupe, notamment grâce au championnat Supersport 300 où les R3, Ninja 400 et autres RC 390 R se taillent la part du lion. Or, Suzuki entent apparemment revoir sa petite GSX-R.
Triumph Thruxton R "Martini Racing" by Hess Motorrad AG
Chez Hess Motorrad à Ostermundigen (BE), on sait magnifier les motos pourtant déjà très belles d'origine pour certaines. Nous pensons notamment à la Triumph Thruxton R.
Un chauffard trahi par sa vidéo postée il y a un an sur Facebook
Un motard allemand résidant à Zürich a été trahi pas sa vidéo postée il y a un an sur le groupe Swiss Race-Community sur Facebook le montrant rouler à près de 300km/h sur route ouverte.
MV Agusta de retour en Moto2 avec Forward Racing
Après bientôt 42 ans d'absence, MV Agusta fera son retour l'an prochain en Grand Prix, en collaboration avec l'équipe Forward Racing pour 4 saisons de Moto2.
Yamaha dépose un brevet pour une V-Max à trois roues
On se doute bien que la nouvelle Yamaha Nikken dont les réservations viennent d'ouvrir ne restera pas sans suite. Voici un premier indice avec le dépôt d'un brevet pour une V-Max dotée de trois roues.
Le système de réservation en ligne de la Yamaha NIKEN est désormais disponible
Le système de réservation en ligne de la NIKEN 2018 est désormais disponible

Recherche

Hot news !

La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.

Liens Partenaires