Essai publié le 23 juillet 2020

Essai Yamaha Ténéré 700 - 1'200km pour convaincre

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Moto Raid Experience, David Zimmermann

Au vu du succès qu’elle rencontre depuis le début de sa commercialisation il y a tout juste un an, nul doute que Yamaha a parié juste en allant à contre-courant de la tendance à la surenchère d’équipements et d’assistances électroniques en offrant une moto dans sa forme la plus simple à un tarif simplement imbattable.

La nouvelle Ténéré 700 a-t-elle gardé les gênes qui ont fait de la 600 sortie en 1983 et sa lignée un mythe aujourd'hui? J'ai embarqué la bête sur un petit trip off-road en Italie pour m'en convaincre.

Une approche à contre-courant

Niveau électronique, la nouvelle Ténéré 700 ne possède que le strict nécessaire pour satisfaire la législation ; une injection électronique et un ABS déconnectable. Même la commande de la poignée de gaz est gérée par câbles, comme il y a une bonne dizaine d’années.

Cette simplicité voulue et assumée par la marque nippone a non seulement un impact positif sur le prix, puisqu’à CHF 11'590.-, la Ténéré 700 est le trail le moins cher du marché, mais a également de quoi rassurer tous les techno-sceptiques et ceux qui recherchent une moto simple et fiable pour partir avec au bout du monde. 

Mon collègue Carlito ayant déjà couvert en détail les spécifications techniques de la belle lors du lancement presse au Maroc, je vous laisse consulter son article pour plus d’information à ce sujet.

Cet énième article sur la Ténéré 700 n’a d’autres prétentions que de vous donner mon avis de voyageur et d’amateur de tout-terrain, mais surtout un fan de la 600 originale, dont je possède les trois modèles que je roule à diverses occasions comme sur les HAT ou le Rally des Pionniers, par exemple.

Yamaha Suisse m’a gracieusement mis une Ténéré 700 à disposition pour ma participation au Alps Tourist Trophy, une course de régularité tout-terrain se déroulant au nord de l’Italie.

La moto est équipée du pack d’accessoires Explorer (grand sabot moteur, béquille centrale, portes valises et valises en alu, protections de réservoir et porte paquet remplaçant la selle passager).  Pour une raison que j’ignore, c’est une version rabaissée (-18 mm).

Que vaut la Ténéré 700 en tout-terrain ?

La raison d’être de la Ténéré 700 prend vraiment tout son sens une fois qu’on quitte les routes goudronnées. Pour une conduite principalement routière, la roue avant de 21 pouces (dimension sacro-sainte du monde du tout-terrain) nuit à l’agilité de la moto. Sa sœurette la Tracer 700, avec sa jante avant de 17 pouces sera nettement plus agile à ce jeu. D’ailleurs, si vous hésitez entre les deux modèles, jetez un œil au comparatif de mes collègues Patrick et Phoukham.

Mais revenons à nos moutons. Après une longue étape autoroutière où je découvre la fermeté de la selle et avec surprise également l’efficacité du petit saute-vent, deux journées de tout-terrain m’attendent dans la région de Saluzzo en Italie à l’occasion de la première édition du Alps Tourist Trophy.

Nous avons enchaîné 350 km de pistes de montagnes, pistes en forêt, sur un mélange de chemins de terre, de pierriers et quelques single trails de VTT que je n’aurais pas forcément empruntés de mon plein gré avec une grosse moto si l’itinéraire de l’événement ne m’y obligeait pas… 

Je baisse la pression à 1.8 bar et m’élance sur la première étape du Alps Tourist Trophy non sans appréhension, vu qu’il a plu tout la nuit et que tous les autres participants ont des montes plus adaptées que moi. Les Pirelli Scorpion Rally STR d’origine ne sont pas forcément très adaptés pour du tout-terrain sérieux... et encore moins quand c’est mouillé. 

Assez rapidement je réalise, à mon grand étonnement d’ailleurs, que finalement je passe partout assez facilement, enfin presque…. Une petite erreur de navigation me conduit dans du trialisant où je plante sur le sabot. Difficile de me sortir de ce pétrin. LA photo ci-dessous ne rend pas vraiment justice à la situation. Heureusement, je peux compter sur l’aide précieuse de mon pote Miguel, qui m’a suivi sur la fausse piste à ses dépens. Si on oublie vite son poids en mouvement, lorsqu’il faut la tirer ou la pousser, on redescend vite sur terre…. 200 kg, c’est quand même lourd ! 

Je ne la lâche qu’à une seule occasion, sans grandes conséquences. Les solides arceaux de protections du réservoir ont parfaitement fait leur job. Cette fois j’étais seul pour la relever. C'est lourd, particulièrement à cause de son centre de gravité haut placé.

La modeste puissance du moteur CP2 est tout à son avantage en tout-terrain. Le bicylindre est tellement souple et linéaire, que la traction de la roue arrière est en tout temps optimale, le tout sans nécessiter la moindre aide électronique. Il est clairement plus facile à dompter et moins fatiguant que l’étalon fougueux de sa concurrente autrichienne. Ce qui me surprend avec la Ténéré, c’est que même avec un moteur très haut et un réservoir haut perché, elle est très agile et on ne prête que peu d’attention à son poids tant qu’on roule. 

Parlons un peu ergonomie

La boîte de vitesse est parfaitement étagée pour la conduite en tout-terrain, où l’on progresse sur certains passages techniques à des vitesses inférieures à 40 km/h. Le moteur a tellement d’allonge, que l’on peut presque tout faire en 2ème en descendant sans problème à 2'000 tr/min pour tirer jusqu’à 7'000 tr/min sans qu’il ne devienne jamais brutal. Et même si l’on décide de rouler un rapport au dessus, il est presque impossible de se retrouver dans une situation où il commence à brouter. C’est un sacré avantage pour ceux qui débutent la moto et la pratique du tout-terrain et un confort par rapport à ceux qui, comme moi, roulent sur des monocylindres.

Le changement des rapports est un des seuls points qui me fâche avec la Ténéré. La boîte est bruyante et « agricole », particulièrement quand on la compare à ses concurrentes, qui jouissent de boîtes précises et douces. Celle de la Ténéré me rappelle ma TDM 850… Je suis assez étonné que cela n’ait pas été relevé par mes comparses.  Est-ce qu’il y aurait des exemplaires avec des boîtes capricieuses ?

L’embrayage à câble est facile à doser et ne nécessite que très peu de force. Le frein avant est très progressif, idéal en tout-terrain et vu la puissance modeste de la bête, largement suffisant sur route. 

La position de conduite debout est excellente pour ma taille et même la hauteur du guidon me convient, ce qui est assez rare. Je me suis immédiatement senti à l’aise sur la Ténéré 700. Pour un usage intensif en tout-terrain j’investirais dans des cale-pieds plus larges, mais les originaux seront suffisants pour la majorité des utilisateurs.

En position assise, l’ergonomie est tout aussi agréable. Dommage que la selle d’origine soit si inconfortable. Il parait que la selle Rally (+40 mm) fait bien son job.

Garde au sol limite... avec la version rabaissée ?

Le seul vrai problème que j’ai observé lors de mon test est que la garde au sol est trop faible pour le type de parcours que nous avons effectué. J’ai rapidement dû revoir à la cool ma conduite (qui n’a pourtant rien de celle d’un crossman) pour éviter de trop taper le sabot moteur et la béquille centrale sur certains passages bien défoncés. Heureusement, ma moto est équipée du gros sabot moteur optionnel qui semble quasi indestructible.

J’ai immédiatement mis en cause le fait d’avoir une moto rabaissée, mais après concertation avec Yamaha, j’apprends qu’elle ne perd que 18 mm par rapport à la version standard qui offre 240 mm de garde au sol. Pas certain que cela fasse une grande différence... Je précise que je n’ai pas touché aux réglages des suspensions.

Celles-ci sont relativement souples d’origine, ce qui est agréable pour le confort de conduite. Pour celui qui roule vraiment fort, elles sont trop souples et nécessiteront de passer par la case préparateur. 

Dans ce domaine, il y a un monde de différence avec sa concurrente autrichienne qui offre 30 mm de débattement supplémentaire à l’avant et 40 mm à l’arrière. Par contre il faut être prêt à allonger CHF 3'400.- de plus et vivre avec une moto beaucoup plus « dure ». 

Autonomie trop faible pour une Ténéré

Sur les 1'200 km de mon test, j’ai consommé 5.2 l/100km de moyenne, ce qui lui donne une autonomie d’environ 300 km. C’est trop faible à mon goût pour une moto qui porte le nom de Ténéré et avec laquelle certains vont se lancer dans des voyages dans des contrées lointaines. A titre de comparaison, ma Ténéré 600 de 1983 affiche une autonomie de 500 km avec son réservoir de 30 litres. Mêmes les deux modèles suivant qui ont sucessivement vu la contenance de leur réservoir être réduit ont plus de 400 km d'autonomie.

Au vu de la géométrie de la moto, avec un réservoir très haut placé, je peux comprendre le choix de Yamaha de restreindre la contenance à 16 litres histoire de ne pas impacter négativement le centre de gravité. Dommage par contre, qu’ils n’aient pas réussi à diminuer sa consommation. Aussi bien la « vieille » F800GS que la très sportive 790 Adventure consomment presque 20% de moins tout en ayant des moteurs plus puissants. A titre de comparaison, j'ai consommé 4.3 l/100km de moyenne sur 9'000 km avu guidon de l'Autrichienne.

J’ai aussi remarqué que la jauge à essence est parfois un peu fantaisiste. J’ai vu la réserve s’allumer après 160 km de tout-terrain le premier jour. Après vérification à la pompe, il me restait encore 7 litres d’essence. 

La Ténéré 700 fidèle à l’esprit original ?

La Yamaha XT 600 Ténéré mérite aujourd’hui certainement sa place au panthéon des motos mythiques, au même titre que sa devancière la XT 500 ou sa concurrente la BMW R80G/S. Tout au long de sa longue carrière, la Ténéré n’a jamais été le trail le plus puissant, ni le plus léger, ni même le mieux équipé. Elle était simple, fiable et abordable. A son guidon ou pouvait aussi bien traverser l’Afrique que faire ses trajets quotidiens ou enquiller 500 km d’autoroute avec un plein.

Avec la Ténéré 700, Yamaha a bien respecté l’esprit simple et minimaliste de la Ténéré originale et je pense qu’il y a réellement une attente pour ce type de motos. Equipée d’un moteur réputé pour sa fiabilité et du strict minimum en terme d’électronique, on se concentre sur l’essentiel : Avoir un guidon entre ses mains et partir loin et longtemps si possible.

Pour peu que vous soyez assez grand(e) pour l’enfourcher, c’est une moto très facile qui conviendra également parfaitement aux débutant(e)s, aussi bien sur route qu’en tout-terrain.

Vendue à partir de CHF 11'590.-, c’est en plus le trail le moins cher du marché. 

Elle n’est pas forcément le choix de prédilection pour le duo à cause du peu de place à disposition pour le passager et les prestations modestes de son moteur.

Pour voyager en solo, je trouve intéressant la possibilité de remplacer la selle passager par une plaque porte bagage permettant de se passer d’un porte bagage additionnel. Cela permet d’économiser quelques kilos et d'éviter d'avoir du poids haut perché, ce qui est très négatif pour le comportement de la moto. Seule ombre au tableau… c’est écrit dessus, charge max. 5kg ! Franchement... 

Verdict

Aujourd’hui, si je pouvais partir en solo sur un grand voyage, ça serait sans aucune hésitation au guidon de la Ténéré 700.

Tout d’abord pour son prix, mais aussi pour son homogénéité générale et sa simplicité mécanique qui me plaisent. Elle n’excelle en rien, mais pour une utilisation voyage/aventure hors des sentiers battus, c’est le trail qui offre le meilleur rapport prestations/prix. 

Je regrette son autonomie limitée et l’inconfort de sa selle mais il y a moyen d’y remédier. Je trouve aussi les finitions des plastiques assez cheap, mais là encore, je ne compte pas sur une Ténéré pour me pavaner sur les terrasses. 

Par contre je suis certain que je me ferais plaisir en tout-terrain, tout en osant passer partout là où je passais avec mes monocylindres qui pèsent 40 kg de moins. Sur route, si on tape un peu dans le moteur, elle devient même assez fun du dessus de 6'500 tr/min. 

Bon, il ne me reste plus qu’à négocier un congé non payé et à discuter avec mon banquier ? Ah, et tant qu’à faire je prendrais la version Rally Edition, à cause du coloris bleu Gauloises absolument magnifique. 

David

Au final...

On a aimé :
+
le prix canon
+
l'homogénéité générale
+
la simplicité mécanique
+
sa facilité de prise en main
+
l'excellente position de conduite debout comme assise
+
son moteur hyper souple, idéale pour le tout-terrain
+
la bonne protection au vent pour la taille de la bulle
On a moins aimé :
-
sa boîte à vitesse bruyante
-
la selle d'origine inconfortable
-
la finition cheap des plastiques
-
une autonomie un peu limite pour une Ténéré!
-
des suspensions trop souples pour qui roule fort en tout-terrain
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
le prix canon
+
l'homogénéité générale
+
la simplicité mécanique
+
sa facilité de prise en main
+
l'excellente position de conduite debout comme assise
+
son moteur hyper souple, idéale pour le tout-terrain
+
la bonne protection au vent pour la taille de la bulle
On a moins aimé :
-
sa boîte à vitesse bruyante
-
la selle d'origine inconfortable
-
la finition cheap des plastiques
-
une autonomie un peu limite pour une Ténéré!
-
des suspensions trop souples pour qui roule fort en tout-terrain

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
Ténéré 700
Année :
2019
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 temps, 4 soupapes, DACT, 2 cylindres
Cylindrée :
689 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Système à injection électronique
Performances
Puissance max. :
73 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
68 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
À bain d'huile, Multidisque
Partie cycle
Châssis :
Châssis tubulaire en acier, double berceau
Suspension AV :
Fourche inversée télescopique, diamètre 43mm
Course AV :
210 mm
Suspension AR :
Bras oscillant (type Monocross)
Débattement AR :
200 mm
Pneu AV :
90/90 R21
Pneu AR :
150/70 R18
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double frein hydraulique, Ø 282 mm
Frein AR :
Simple frein hydraulique, Ø 245 mm
Dimensions
Longueur :
2'365 mm
Empattement :
1'590 mm
Largeur :
915 mm
Hauteur de selle :
880 mm
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Ceramic Ice
 
Tech Black
 
Compettion White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 11'590.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Serait-ce la version finale de la Harley Davidson Pan America ?
Alors que le prototype semblait assez abouti, il restait des éléments de mystère qui pourraient bien être dévoilés.
Ducati passe la Streetfighter V4 S en mode furtif (Dark Stealth)
Si en plus du bruit de l'échappement, le rouge attire trop l'attention sur vous et la Streetfighter V4 de vos rêves, Ducati a la solution.
BMW présente la R18 Classic et 4 toutes nouvelles R Nine T !
Le Vintage, c'est devenu une vraie machine à cash pour BMW. La R18 a ouvert la porte de la deuxième salve, la R18 Classic et la R Nine T s'engouffrent dans la brèche.
Course de côte de Verbois 2020 – Billet du bord de « piste »
Ce 64ème opus de la course « intergalactique » de Verbois aura eu lieu, cette fois-ci c’est sûr.Mais sur un seul jour, le samedi 17 octobre 2020.
Honda officialise le nom "Grom" pour sa MSX125 en Europe
A l'approche de la saison 2021, Honda présente sa nouvelle Grom. Ça fait désormais partie de son nom officiel.
Bridgestone présente le nouveau Battlax Sport Touring T32 et T32GT
Sur son nouveau pneu Battlax Sport Touring, Bridgestone a encore amélioré la tenue sur le mouillé, chiffres à l'appui. Décliné en version GT, le nouveau T32 s'adresse aussi aux motos les plus lourdes du marché.

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.