Essai publié le 10 décembre 2016

Essai Kawasaki Z650 - Un cocktail fait de plaisir, de sensations et de facilité

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Kawasaki Europe

En octobre dernier, au salon de la moto de Cologne, Kawasaki a levé le voile sur sa nouvelle Z650. A la grande surprise des acteurs du milieu, la mythique ER-6n a laissé sa place à cette Z, un roadster au caractère stylistique affirmé et aux performances généreuses et gratifiantes.

Pour 2017, la famille des Z, fidèle à la philosophie Sugomi*, s’agrandit avec cette Z650. Combinant la recette à succès de l’ER-6n et les traits de caractère des Z existantes, Kawasaki a trouvé un savant mélange de performances, de sensations, d’ergonomie et d’accessibilité.

* Le terme Sugomi évoque les performances et les éléments stylistiques spécifiques aux roadsters Z Kawasaki. Imprégnées de l'esprit Sugomi, leurs performances suscitent l'excitation : cette conduite est une expérience qui "prend aux tripes" et titille les sens, tout en offrant une grande impression de maîtrise grâce aux réglages du moteur et de la partie-cycle. Il s'exprime également dans leurs lignes incisives, leur allure prête à bondir et leur silhouette caractéristique.

Contrairement à ce que nous pourrions a priori imaginer, la Z650 n’est pas une mise à jour de l’ER-6n. Tout est nouveau, ou du moins revu en profondeur. Citons au passage le châssis treillis, le moteur, l'ensemble des suspensions, les éléments de carénage, … autant de nouveautés qui ont permis de gagner 19kg sur sa prédécesseurs pour atteindre un poids honorable de 187kg tous pleins faits. Pour l’anecdote, le châssis et le bras oscillant sont à eux deux 12.7kg plus légers !

Nous disions un nouveau moteur ? Oui, ou presque ! Bien que le bicylindre parallèle cubant 649cm3 soit directement dérivé de celui de la "défunte" ER-6n, il a été l’objet de toute l’attention des ingénieurs motoristes pour l’adapter aux strictes exigences imposées par la norme d’émission Euro4. Développant un maximum de 68cv à 8’000tr/min et 66Nm à 6’500tr/min, il gagne en onctuosité et surtout en vigueur à bas et mi-régimes. Kawasaki assurant qu’une valeur importante du couple est disponible dès les plus bas régimes, le comportement moteur permet d’évoluer sur un filet de gaz sans forcer la mécanique. D’ailleurs, cette recette a l’avantage d’abaisser drastiquement la consommation d’essence (donnée constructeur : 4.3l/100km)… ce qui est finalement le but recherché pour répondre à la norme Euro4. En outre, fidèle à la réputation des Z, le bicylindre ne faiblit pas jusqu’à l’approche de la zone rouge ; au contraire, il se montre vif au-delà de 6’000tr/min. Pour celui qui est au guidon, de telles caractéristiques moteur se soldent par des sensations de conduite appréciables sur toute la plage de régimes et une disponibilité confortable lors des trajets urbains et/ou lors des déplacements quotidiens.

Quant à la commande des gaz, elle est d’une douceur remarquable à un tel point que l’évolution à très basse vitesse ou lors des manoeuvres s’effectuent avec une aisance déconcertante. Couplé à l’embrayage assisté antidribble au demeurant léger et facile à doser et à la selle positionnée basse (790mm) et fine dans sa partie avant pour offrir la possibilité de bien poser les pieds au sol, la Z650 se distingue par une excellente ergonomie et s’inscrit ainsi comme une bonne copine en toute circonstance, notamment pour les motards peu expérimentés et ceux de petite taille.

Côté partie-cycle, les nouveautés ne sont pas en reste. Grand chamboulement sur cette Z650, l’avènement d’un châssis treillis. Ce dernier léger d’à peine 15kg contribue largement à la rigidité de la moto. Vient s’y greffer le bras oscillant dont l’architecture a été pensée de façon à rigidifier l’ensemble.
Et en s’attardant sur le bâti arrière, on découvre que le châssis tubulaire se poursuit comme ossature de la boucle arrière. Mais aussi, on remarque que le fameux amortisseur en position latérale, marque distinctive des ER-6n, a laissé sa place à un amortisseur horizontal de type Back-link (à l’instar des grandes soeurs Z800, Z900 et Z1000), gage de progressivité et de compromis entre sportivité et confort.
A l’avant, la Z650 compte sur une simple fourche télescopique de diamètre 41mm. Et les freins font confiance à des étriers à deux pistons enserrant des disques de 300mm en pétales au look résolument sportif. Pour parfaire la sécurité, Kawasaki a misé sur un module ABS Bosch 9.1M de dernière génération ; outre sa puissance de calcul, il a l’avantage de la légèreté.

Et finalement, attardons-nous sur le design ! Là aussi, chez Kawasaki, on a fait fort. Auparavant, le roadster mid-size ER-6n arborait une bouille sympathique et faisait la part belle aux courbes. La Z650 ici présentée met en avant son style Sugomi, avec des lignes étirées, une face avant imposante, un arrière fin et relevé et une silhouette sportive. Elle a un look réellement agressif. Suivant l’angle sous lequel on la regarde, il nous semblerait qu’on se trouve en présence d’une plus grosse cylindrée. Et si l’on s’arrête sur les détails, les designers ont soigné les finitions. Les caches en plastique sont délicatement sculptés de même que les câbles et autres fils électriques en tout genre sont masqués adroitement. La peinture des éléments de carénages et celle du châssis treillis offrent un bel aspect. Globalement, cette Z650 charme les regards et rend un résultat digne des roadsters de la gamme supérieure. Bref, bien que le sujet du design soit une affaire de goûts, on se permet d’avouer qu’elle séduit son public, surtout dans le combo de couleurs blanc satiné, vert pailleté et noir.

Pour un test routier en cette période hivernale, Kawasaki a convié la presse aux confins de l’Espagne, en Andalousie. Ciel bleu d’ouest en est et des températures allant jusqu’à 20°C, la météo est plus qu’optimale, nous ne pouvions espérer mieux.

Plus de 240 kilomètres sont au programme. De la voie rapide, de la ville, des routes sinueuses, les conditions de roulage sont similaires à ce que nous rencontrons dans les trajets du quotidien. On profite des quelques minutes avant le départ du tour d’essai pour se familiariser avec le tableau de bord et ses informations. L’écran LCD à affichage négatif (caractères blancs sur fond noir) propose le compteur de vitesse digital et le témoin de rapport engagé, le tableau de bord indique le kilométrage total, le kilométrage partiel (deux totaliseurs), l'autonomie restante, la consommation moyenne et instantanée, la température extérieure, la température du liquide de refroidissement, l'heure et le témoin de conduite économique. C’est complet ! Parmi les "gadgets", il est même possible de switcher entre trois modes d’affichage du compte-tours.

Une impulsion sur le démarreur et le bicylindre s’ébroue. Au ralenti, le "petit" 649cm3 a du coffre. Cet effet de volume sonore provient sans doute de la boîte à air et de l’admission elle-même. Il ne faudrait que l’adjonction d’un silencieux Akrapovic pour compléter le tableau, quand bien même la sonorité d’origine est tout à fait flatteuse.

On quitte l’enceinte de l’hôtel. Mazette, qu’elle est agile ! Un rayon de braquage époustouflant et une sensation de légèreté incroyable. Le gain de poids réalisé, le guidon généreusement large, l’angle de chasse plus fermé, les pneumatiques Dunlop D214 (pneumatiques issus d’un partenariat entre Kawasaki et Dunlop et aux performances à mi-chemin entre le sport-touring Roadsmart et le supersport Sportsmart), … autant d’éléments qui n’y sont pas pour rien. Aussi, il va sans dire que la position de conduite est favorable à l’évolution en milieu urbain en toute décontraction, buste légèrement incliné vers l’avant, jambes repliées naturellement et popotin agréablement installé sur la moelleuse selle. L’escapade se poursuit sur les deux derniers rapports, sur un léger filet de gaz, le moteur tractant sans peine dès 2’000tr/min.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Facilité
+
Maniabilité
+
Caractère du moteur
+
Look
+
Disponible pour permis A2
On a moins aimé :
-
Encore quelques vibrations, malgré la présence de silentblocs
-
A-coups d'injection à la remise des gaz

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Z650
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 4 temps
Cylindrée :
649 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection: Ø 36 mm x 2 avec doubles papillons
Performances
Puissance max. :
68 ch à 8'000 tr/min
Couple max. :
66 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage assisté et anti-dribble
Partie cycle
Châssis :
Treillis, acier haute résistance
Suspension AV :
Fourche télescopique de 41mm non réglable
Course AV :
125 mm
Suspension AR :
Amortisseur horizontal «Back-link», réglage en précharge
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 R17
Pneu AR :
160/60 R17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Doubles disques en pétales semi-flottants de 300 mm. Etrier à doubles pistons
Frein AR :
Simple disque en pétales de 220 mm. Étrier à simple piston
Dimensions
Longueur :
2'055 mm
Empattement :
1'410 mm
Largeur :
775 mm
Hauteur de selle :
790 mm
Poids total :
187 kg
Réservoir :
15 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Pearl Flat Stardust White (blanc) / Metallic Spark Black (noir)
 
Metallic Flat Spark Black (noir) / Metallic Spark Black (noir)
 
Metallic Raw Titanium (gris) / Metallic Spark Black (noir)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 7'400.-
Frais de transport compris
En ligne :

Plus d'articles Moto

Bilan après 4'400 km en Aprilia Tuareg
4'400 km dont 2'000 km de tout-terrain par des températures allant de 6°C à 34°C, avec de la pluie, de la boue, des étapes de plus de 12 heures à son guidon dont une étape autoroutière marathon de 1’000 km, c’est ce qu’on a infligé à la nouvelle Aprilia Tuareg 660 durant les 9 jours de ce test extrême. Le tout en traversant 8 pays.
11ème édition de la Rétro Moto Internationale de St-Cergue ce samedi – L’appel du 18 juin
La 11ème édition de la Rétro Moto Internationale (RMI) de St-Cergue aura lieu ce samedi 18 juin 2022. Venez nombreux!
Le championnat Swiss Moto Legend Trophy 2022 démarre ce weekend à Marchaux (France) - Nous serons dans la course !
Le championnat Swiss Moto Legend Trophy (SMLT) 2022 démarre ce weekend à Marchaux (France).AcidMoto.ch sera dans la course.
Le groupe Fachinetti Motos ouvre à Neuchâtel : BMW Motorrad, KTM et Triumph !
Dans la région des Trois Lacs, trois constructeurs attendaient un nouveau représentant. On sait désormais qu'il s'agit du groupe Facchinetti qui étend son réseau moto au-delà du bord du Léman.
2'000km en duo avec la Triumph Tiger 1200 Rally Pro
En mars dernier, Patrick vous a présenté la nouvelle Triumph Tiger 1200 déclinée en 5 versions. Affichant jusqu’à 25 kg de moins sur la balance que sa devancière, une silhouette affinée héritée de sa petite sœur la 900, cette nouvelle itération est plus que jamais armée pour laisser des traces de pneus sur les plates-bandes de la sacro-sainte GS !
Triumph Suisse cherche sa Speed Queen !
Dans un concours de customisation qui voit s'affronter 8 concessionnaires Triumph de notre beau pays, chacun a apporté sa touche à une Speed Twin.

Hot news !

Essai Ducati Multistrada V4S Full - Un 4 cylindres addictif mais qui se mérite
C’était la nouveauté de l’année 2021 pour Ducati : une Multistrada propulsée par un moteur baptisé Granturismo. Le côté extraordinaire de ce moteur, c’est qu’il a 4 cylindres en V. Plus petit et plus léger, plus puissant en même temps. Difficile de dire non !
Essai Yamaha R7 - Attachante et efficace
Pour entrer dans le monde de la moto, nombreux sont ceux qui cèdent aux sirènes de la sportive. Reste qu’à 16 ans c'est 125cm3 et à 18 ans, 35kW, pas plus. Débarque sur le marché une nouvelle R7, qui veut bousculer la concurrence.
Yamaha Ténéré 900 – Une grande sœur pour la T7
Yamaha entend combler le vide laissé dans sa gamme par la Super Ténéré. Bientôt une Ténéré 900 ? Il semble bien que oui.
Triumph Street Triple RS-(RR ?) 2023 - Dorée à l'Öhlins
La Triumph Street Triple RS ne souffre d’aucun défaut et représente même le summum de sa catégorie. Mais voilà, pour les ingénieurs d’Hincley, apparemment, ça ne suffisait pas.
Présentation de la gamme Yamaha 2022 à l’anneau du Rhin
AcidMoto a été invité à l’anneau du Rhin par l’équipe Hostettler pour la présentation de la nouvelle gamme moto Yamaha. C’était durant cette fameuse journée où les nuages nous lâchaient une pluie teintée de sable du Sahara, donc un défi durant les essais.
Essai vidéo - Triumph Tiger 1200 GT et Rally Pro
À l'occasion de l'essai de la Triumph Tiger 1200 modèle 2022, nous avons roulé une journée sur la route et une journée en tout-terrain.