Essai publié le 02 février 2016

Essai MV Agusta Brutale 800 - La mid-size qui veut prendre le pouvoir

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Milagro Agency

Avec sa nouvelle Brutale, MV Agusta montre encore une fois que ses designers savent dessiner parmi les plus belles motos du marché. Et non seulement elles sont belles, elles marchent aussi diablement bien. Ce roadster en est un exemple, même jugulé par des normes antipollution, le moteur passe de 63 à 83Nm. C’est aussi le seul roadster du marché équipé d’un shifter up-down, elle a de quoi pousser au vice...

Petite introduction vidéo pour vous mettre en appétit :

Changez votre garage en galerie d’art !

Au premier coup d’oeil, la Brutale est toujours aussi belle et semble ne pas avoir changé. Un unique phare quasi rond, carrosserie minimaliste, arrière court et mono-bras ; la recette est la même. Et pourtant, le dessin a été revu en de nombreux points. De nouvelles proportions font leur apparition, avec des formes plus sculptées se concentrant sur l’avant. Le phare en ellipse fonctionne entièrement avec des LED et s’empare d’un anneau soulignant le regard de la diva. De face, l’effet est garanti.

Essai MV Agusta Brutale 800

Le profil du roadster devient plus léger avec une certaine recherche de symétrie. L’aspect massif du réservoir et de la tête de fourche se trouvent arrondis balançant des lignes agréables et fluides vers l’arrière. Le pare-boue avant devient plus élégant et plus racé, en englobant moins le roue ainsi que la fourche. Le gros déflecteur en plastique au-dessus du phare passe aux oubliettes pour qu'il ne reste plus que le tableau de bord entre le pilote et la route. L’échappement latéral conserve sa triple sortie basse, mais celle-ci est encore plus affûtée. Quelque part, elles rappellent les flûtes de la Brutale 1090, comme de canons prêts à faire feu.

L’assise est maintenant en deux parties. La selle avant semble comme en suspension entre le réservoir et la coque arrière. En effet, un trou laisse passer le jour en-dessous, reprenant la forme d’une poignée latérale sur une moto de cross et apportant une impression de légèreté. J’imagine que ce design particulier se retrouvera sur d’autre modèles de la marque à l’avenir.

Essai MV Agusta Brutale 800

L’espace restant au passager est conditionné par la forme effilée et sculpturale de la coque arrière. Ne cherchez pas un espace pour ranger un bloque-disque ou un gilet fluo, sous la selle il n'y a que l'accès aux vis de la poignée passager qui se dissimule juste au-dessus du phare arrière. Pour la déployer au besoin, il faut utiliser les deux clés imbus fournies et déplacer la pièce. Ce serait le seul appendice dépassant de l’arrière de la Brutale, depuis que la plaque et les clignotants ont été expatriés sur la roue arrière.

Evolution forcée

Pour toutes les nouvelles motos vendues sur le Vieux Continent, 2016 marque l’entrée en vigueur d’un nouveau barème de norme antipollution encore plus stricte. Ces normes Euro4 obligent les constructeurs à profondément revoir leur copie en matière d’émission de gaz, mais aussi de bruit avant de pouvoir imaginer présenter un nouveau modèle. Ducati est passé par là avec sa 959 Panigale, où on ne retiendra que l’affreux échappement dont elle a hérité. Juste visuellement, MV Agusta s’en sort cent fois mieux.

Essai MV Agusta Brutale 800

Comme évoqué plus haut, les normes plus strictes demandent des concessions aux constructeurs. Fini pour un temps l’augmentation effrénée de la puissance à chaque nouveau modèle. Sur la Brutale, cela se traduit par la perte de neuf chevaux sur le banc (au total, 116cv dispo à 11’500 tr/min), seulement les sorciers italiens contrebalancent cette perte par 20Nm de couple supplémentaire (83Nm au total) dont 90% sont disponibles à un petit 3’800 tr/min. Pas mal pour un trois-cylindres pouvant monter jusqu’à plus de 12’000 tr/min !

Mais qu’ont-ils changé sur le moteur pour atteindre ces valeurs ? Ils sont passés d’un moteur gris à un moteur noir, entre autres. Plus sérieusement, la marque éprouve son système de vilebrequin tournant dans un sens opposé à celui de la roue. Le piston, la chambre, l'arbre à came, la boîte à air, l'ECU : tout est nouveau. La base de la réflexion est partie de la courbe de couple très saccadée du modèle 2015.
Le but essentiel était de rendre la courbe plus régulière, plus homogène. Le moteur se fait aussi plus fiable, les services s'espaceront maintenant de 15'000km contre 6'000 sur le modèle précédent.

Essai MV Agusta Brutale 800

L’électronique embarquée, l’une des nouvelles cordes à l’arc de MV Agusta depuis l’arrivée du trois-cylindres dans sa gamme, pousse encore un peu plus loin l’équipement de série. La marque de Varese a équipé la Brutale de la seconde génération de son shifter (EAS 2.0) qui permet de s’en servir aussi bien pour monter que descendre les rapports. Et comme si la fête n’était pas encore assez belle pour la boîte de vitesse, c’est un embrayage à commande hydraulique et anti-dribble qui est monté sur la Diva.

Ce nouveau roadster n’y coupe pas, la commande de gaz reprend la dernière évolution du système ride-by-wire maison. Il a essuyé de nombreuses critiques en matière de réactivité à ses débuts, mais il a bien évolué ces dernières années. Reste qu’en son absence, on ne pourrait pas compter sur les trois cartographies-moteur proposées. Celles-ci opèrent sur cinq paramètres-moteur : la sensibilité de la poignée de gaz, le maximum de couple délivré, la quantité de frein-moteur, la réponse-moteur et enfin un limiteur de régime-moteur. Elle embarque aussi un contrôle de traction réglable sur huit niveaux.

Essai MV Agusta Brutale 800

Le tableau de bord se modernise au passage, en plaçant de haut en bas les informations selon leur importance ; tachymètre et rapport engagé en tête. De nouvelles commandes au guidon sont aussi au programme de ce modèle 2016. Par contre le bouton que j’avais maudit durant mon essai de la Rivale en 2013 est toujours là.

La partie-cycle a aussi évolué avec une base tubulaire en acier et des pièces en aluminium ajoutées pour la boucle arrière ou la fixation du mono-bras par exemple. L’empattement a été allongé de 20mm par rapport à l’ancien modèle pour atteindre 1m40. Même allongé, l'empattement reste plus court que la concurrence, faisant de ce roadster l'un des plus compacts du marché. L’angle de chasse s’ouvre lui de quelques degrés de plus pour atteindre 24.4° au lieu de 22.2° rendant l'avant de la moto plus stable.

Essai MV Agusta Brutale 800

Le mono-amortisseur est un Sachs réglable en détente, compression et précharge du ressort dont la course négative a été augmentée. Comprenez que lorsque le poids de la moto bascule vers l'avant, la roue arrière reste plus longtemps poussée vers le sol. La fourche vient de chez Marzocchi, fait en aluminium, elle est aussi entièrement réglable. MV Agusta est confiant quant à l'avenir de la marque de suspension, traitant déjà avec le reprenneur de la marque depuis de longues années.Le freinage est sans surprise italien, confié à Brembo avec deux disques de 320mm pincés par des étriers radiaux à quatre pistons à l’avant et un disque de 220mm pincé par deux pistons à l’arrière ; le tout supervisé par une centrale Bosch ABS 9 Plus pour freiner aussi fort que tard. Enfin, la Brutale 800 est la première machine du marché à être équipée des Pirelli Diablo Rosso III en sortie d’usine, un pneu sport parfaitement adapté au tourisme avec la poignée dans l’angle.

Essai MV Agusta Brutale 800

De bruit, de gomme et d’angle

La regarder et dire ce qu’elle cache, c’est bien, mais il est vraiment temps de grimper dessus ! La première impression est très bonne, la position est naturelle et tout à fait semblable à un autre roadster. Le grand guidon droit donne la sensation d’une direction extrêmement légère, cependant à peine on commence à tourner qu'on est déjà en butée. Les aptitudes de la partie-cycle sont passées avant le rayon de braquage.

Essai MV Agusta Brutale 800

Je fais mes premiers mètres avec appréhension. Cette direction qui bouge à un doigt, cet embrayage hydraulique mou comme de la guimauve, le poids de la machine que je sens à peine. Le moindre coup de frein me stoppe net. Un petit rond-point, un travers et c’est l’angoisse : je ne sais plus conduire une moto ? Me voilà en présence de celle que je serai incapable de dompter ? Riez pas, ça m’est arrivé...

En cartographie normale, je monte le contrôle de traction de 4 à 6 pour me rassurer. Après un bout de voie rapide, on quitte l’agglomération de Marbella direction Ronda et les montagnes. En milieu de matinée, la route offre déjà un excellent grip. Encore hésitant, je laisse vite passer les meilleurs pilotes pour ne pas m’imposer un faux rythme.

Essai MV Agusta Brutale 800

Les kilomètres commencent à défiler et je m’adapte doucement à la Brutale. Pas facile de ne plus du tout utiliser l’embrayage. La route est essentiellement composée de grandes courbes rapides et le grip qu’elles offrent me mettent plus en confiance pour augmenter la cadence. L’accélération est phénoménale, le moteur semble ne jamais s’arrêter de pousser. Pas le temps de chercher le rupteur que le prochain virage me saute déjà au visage. Avec les nouvelles normes, le son de l’échappement est logiquement en retrait. Incomparable au bruit d’une Triumph Street Triple (R) ou d’une Yamaha MT-09. Selon moi, il a quelque chose d’automobile, les furieuses montées en régime en plus.

Léger freinage, déhancher, tourner, recommencer. Les ingénieurs avaient raison : avant, la Brutale portait ce nom car c’était une sportive dépouillée. Maintenant, c’est une force brute, mais accessible à chacun. Je me sens beaucoup plus détendu qu’au départ, je profite d’un passage calme pour remettre le contrôle de traction sur 4 et la cartographie sport. Les virages s’enchaînent et voilà que je dépasse un collègue, puis un autre.

Essai MV Agusta Brutale 800

Cette route quasi déserte figurera désormais dans mon top 10 des routes à avoir parcourues. Maintenant dans la roue d’un pilote que j’arrive tout juste à suivre, je mesure tout le potentiel de cette Brutale. Après tout juste une heure à son guidon, je me suis décrassé d’un petit break hivernal, mais surtout je me surprends à aller plus fort que ce que j’en ai l’habitude. Laissez-la moi une saison pour voir…

La nouvelle MV Agusta rempli parfaitement sa promesse d’être un roadster incroyablement maniable et agile. Avec la gomme tendre des Rosso III et la suspension revue, elle est littéralement rivetée au sol. Inscrite sur sa trajectoire, elle est imperturbable. Que ce soit sur un asphalte irrégulier, avec quelques vagues sur la chaussée ou dans un parcours très sinueux, on passe encore à des vitesses inavouables. La recette du bonheur, c’est peut-être arriver gaz en grand sur un virage, tomber deux rapports comme dans un jeu vidéo avant de lécher les freins, puis tout lâcher et se jeter à la corde pour repartir à toc en laissant le contrôle de traction juguler la dérive.

Essai MV Agusta Brutale 800

Cette bécane m’a rendu fou, mais je dois être honnête et vous peindre le tableau en entier. Son ordinateur de bord archi-complet et paramétrable sur une dizaine de points gagnerait à avoir plus que le bouton SET et OK pour le parcourir. Accessible en permanence, il faudra pas mal de pratique pour s’en servir en roulant. La position de conduite est très agréable, mais il semble que j’ai exactement la taille critique pour me mettre deux arêtes du réservoir droit dans les genoux. Pas de problème en virage cependant, seulement en ligne droite lorsque je serre le réservoir pour faire corps avec la moto, c’est assez désagréable.

Docteur, votre diagnostic ?

Cette MV Agusta Brutale m’a touché au plus profond de mon âme de motard. L’air de rien, elle s’est invitée dans le coin de ma tête où il n’y avait de la place que pour ma Super Duke. Son moteur qui semble pouvoir tourner toujours plus vite, ses freins qui vous stoppent en une poignée de mètres, sa partie-cycle incroyablement facile, qui pardonne et qui laisse même le motard moyen se chercher une nouvelle limite. Ce roadster est un chef d’oeuvre, aussi beau à regarder qu’à rouler. Mettez-lui de quoi la faire chanter et vous serez comblé avant de probablement finir interné.

Patrick

Au final...

On a aimé :
+
Tellement facile d'aller vite
+
Look racé et élégant
+
Couple à la hausse
+
Prix contenu
On a moins aimé :
-
Boutons du tableau de bord toujours triviaux
-
Les deux arêtes de réservoir pour maltraiter mes genoux
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Tellement facile d'aller vite
+
Look racé et élégant
+
Couple à la hausse
+
Prix contenu
On a moins aimé :
-
Boutons du tableau de bord toujours triviaux
-
Les deux arêtes de réservoir pour maltraiter mes genoux

Fiche technique

Véhicule
Marque :
MV Agusta
Modèle :
Brutale 800
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Trois cylindres, 4 temps, 12 soupapes Double arbre à cames en tête
Cylindrée :
798 cm3
Refroidissement :
Liquide et huile avec radiateurs séparés
Alimentation :
Système intégré d'allumage, injection MVICS avec trois injecteurs; boitier électronique Eldor EM2.0; corps papillon full drive by wire Mikuni
Performances
Puissance max. :
116 ch à 11'500 tr/min
Couple max. :
83 Nm à 7'600 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
Extractible à 6 vitesses avec prise constante des engrenages
Embrayage :
Multi-disques à bain d’huile avec commande hydraulique
Partie cycle
Châssis :
Treillis tubulaire en acier ALS
Suspension AV :
Fourche inversée Marzocchi avec système de régulation extérieur et séparé du frein en détente, en compression et de précharge du ressort
Course AV :
125 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur Sachs réglable en détente, en compression et en précharge ressort
Débattement AR :
124 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17M/C (58W)
Pneu AR :
180/55 ZR 17M/C (73W)
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disques 320mm, étriers Brembo radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque 220mm, étrier Brembo à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'045 mm
Empattement :
1'400 mm
Largeur :
875 mm
Hauteur de selle :
830 mm
Réservoir :
16.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Blanc perlé/graphite mat
 
Rouge/argent mat
 
Noir mat métallisé/argent mat
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'790.-
(hors frais de transport, CHF 210.-)
En ligne :

Plus d'articles Moto

Arc Vector - La moto électrique art déco par la société britannique Arc
Présentée au salon Eicma de Milan en 2018, la Vector, a suscité beaucoup d'intérêt, notamment car elle dispose d'un design très art déco, ce qui n'est pas pour déplaire aux sujets de sa majesté.
La nouvelle Suzuki DR 1000 prise en flagrant délit de roulage
En février dernier, nous vous annoncions le retour d'une Suzuki DR "Big", même si le terme est quelque peu galvaudé, puisque le DR était un mono à la base.
Journées Trajectoires avec la Police Vaudoise - Une remise en selle bienvenue
Depuis quelques années le corps de police du canton de Vaud organise les journées "Trajectoires". 
Essai Aprilia Tuono 1100 Factory - Une arme de guerre en vente libre
La Tuono 1100 Factory, c'est un truc de fou, une machine de guerre, un pousse-au-vice, une arme redoutable...
Paris-Dakar par les pistes au guidon d'une Honda Transalp 600
Paris-Dakar par les pistes avec une bonne vieille Honda 600 Transalp achetée 1.500 euros sur le Bon Coin. Ça te fait rêver ?

Hot news !

Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!