Essai publié le

Essai de l'Aprilia RSV4 RR - Une Superbike à portée de tous

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Aprilia
Imprimer cet article

Cette année 2015 a été riche en nouveautés chez Aprilia. Après l'Aprilia Caponord déclinée en version Rally, la firme de Noale a revu de fond en comble ses deux modèles V4, la supersportive RSV4 et la Tuono. Directement dérivé du moteur engagé en World Superbike, le quatre-cylindres en V à 65° revient six ans après son lancement avec plus de légèreté, plus de puissance et plus d'électronique. Mais pas seulement, lisez donc !

Aprilia a convié la presse internationale sur le circuit de Misano pour démontrer les qualités de sa nouvelle superbike "street legal" maintenant appelée RSV4 RR, RSV4 RR "Race pack" et RSV4 RF.

Les différences entre ces trois déclinaisons semblent minimes sur papier mais prennent toute leur importance en piste. Les RR "Race pack" et RF se distinguent de la version de base par des jantes en alu forgé et par l'équipement de suspension, full Öhlins (fourche de 43mm de diamètre, suspension arrière et amortisseur de direction) pour les RR "Race pack" et RF contre un ensemble Sachs pour la version de base. En Suisse, CHF 2'000.- séparent la RR de la RR "Race Pack" pour atteindre les CHF 20'990.-. La RF, elle, joue la carte de l'exclusivité avec une livrée mariant le noir et les couleurs du drapeau italien et en étant produite en édition limitée à 500 exemplaires... Le prix ? CHF 22'490.- ! Et ce sera cette dernière version que nous testerons sur le technique tracé de Misano.

Les nouveautés, en détail !

Pour en revenir aux moultes améliorations apportées au V4, on découvre que le bloc-moteur a perdu 1.5kg en employant le titane pour les seize soupapes et en retravaillant les quatre arbres à cames. Le vilebrequin est abaissé. Outre cela, le moteur reçoit de nombreuses modifications, notamment au niveau de l'admission avec des diamètres de soupapes plus grands et une nouvelle boîte à air ainsi que du côté de l'échappement avec des tubulures redessinées. Ces améliorations couplées à une électronique "boostée" par une armée de sondes, le V4 de 999cc développe maintenant 201cv à 13'000tr/min (rupteur à 13'500tr/min), soit seize de plus que la première génération. Les ingénieurs motoristes ont voulu plus de puissance à tous les régimes, pari gagné ! Côté couple, Aprilia annonce 115Nm, rien d'extraordinaire pour un V4 mais distribué parfaitement en tout point de la courbe. On reprochait à la RSV4 de manquer de puissance face à ses rivales, ce temps est maintenant révolu !

De la partie-cycle, on apprend que le bras oscillant a été allongé de 14mm pour augmenter la motricité, bien qu'assistée par le contrôle de traction, et diminuer la tendance naturelle au wheeling. De plus, la RSV4 offre la possibilité de régler les éléments standards de la partie-cycle (ajustement de la position du moteur dans le cadre, de l’angle de pivot de direction, du bras oscillant et de la hauteur de la machine à l’arrière). Evidemment, les éléments de suspension, Sachs comme Öhlins, sont réglables dans tous les sens. Malheureusement, Aprilia a fait l'impasse sur le système de suspension semi-active que l'on trouve déjà sur d'autres concurrentes.

Cependant, la RSV4 RR se dote d'une nouvelle gestion électronique sans égale ; les aficionados la connaissaient déjà sous le nom de code APRC (Aprilia Performance Ride Control). L'APRC inclut différentes technologies : l'ATC (contrôle de traction réglable sur huit niveaux, même en roulant), l'AWC (anti-wheeling ajustable sur trois niveaux), l'ALC (launch control à trois niveaux de performance ; à utiliser exclusivement sur circuit, nous dit-on!), l'AQS (quickshifter permettant de monter les rapports à la volée, sans actionner manuellement l'embrayage).
En outre, on retrouve l'inévitable ABS Bosch modèle 9MP, réglable sur trois positions (Track, Sport et Rain). Pour les téméraires, il est déconnectable. Il travaille de concert sur les deux roues et permet notamment de contrôler l'effet stoppie de manière à optimiser les freinages.
Et finalement, une nouveauté, et non des moindres, se découvre dans les cartographies-moteur. Oubliez vos acquis ! Dans l'ordre croissant, S signifie sans surprise Sport, T pour Track (et non Touring) et R pour... Race ! Il n'y a donc plus de mode Rain limitant la puissance. D'ailleurs, rappelons au passage le slogan d'Aprilia Racing : "Be a racer !". Le champ d'action des différents modes réside dans la réponse de la poignée de gaz et dans le contrôle du frein-moteur, ce dernier se faisant quasi-oublier en Race.

Et LA nouveauté, c'est la télémétrie livrée d'origine avec la version "RR Race pack" et interactive directement avec votre smartphone (Android, iOS et Windows Phone), nom de code : V4-MP. Votre smartphone se transforme alors en véritable outil semi-professionnel. Les principales fonctionnalités :

  • Active electronic setup : c’est un clone de la gestion électronique "corner-by-corner" utilisée en compétition. Au moyen du GPS de votre smartphone, le système reconnaît la position de la moto en n’importe quel point du circuit et modifie automatiquement les réglages (antipatinage, anti-wheeling, cartographie moteur, etc.) en accédant à une base de données contenant des paramètres recommandés par Aprilia Racing en fonction du circuit. En tout état de cause, vous pouvez sélectionner à chaque virage les réglages électroniques correspondant à vos préférences. Cet ajustement des paramètres à chaque point du circuit, sans être distrait, est un gage de sécurité et d’efficacité. Une série de circuits sont déjà introduits dans l'application.
  • Immersive virtual telemetry : votre smartphone enregistre les données provenant du moteur et, au moyen d’un graphique sophistiqué et réaliste, illustre votre performance. Le chrono de référence est indiqué par une image de moto "fantôme" et la performance par rapport à cet optimum peut être téléchargée dans une base de données contenant tous les chronos réalisés par des clients Aprilia sur chaque circuit.
  • Adaptive race assistant : ce dispositif dispense des conseils en temps réel sur la manière de tirer le meilleur parti de votre RSV4 sur circuit, en toute sécurité. Grâce à la technologie de simulation du département compétition d’Aprilia, vous pouvez établir le temps au tour idéal pour chaque circuit, compte tenu des différences d’adhérence et de niveau de pilotage. L’application compare la performance du pilote en temps réel et offre une assistance immédiate en indiquant quand il faut freiner et quand il est possible d’accélérer.

Esthétiquement, la supersportive de Noale évolue aussi et joue la carte de la fluidité. C'est l'avant du carénage qui reçoit le plus de modifications pour satisfaire les performances aérodynamiques de la machine à haute vitesse. Pour le reste, peu de choses changent et la RSV4 garde son allure hyper-athlétique. Fine et très agressive de l'avant, sa ligne se poursuit jusqu'à la boucle arrière. Déjà très courte, le coup de crayon de sa silhouette accentue encore son aspect trapu. La RSV4 serait-elle la superportive la mieux réussie du moment ?

Nous pensions qu'Aprilia s'était contenté d'une simple mise à jour de sa belle, nous nous trompions. Et pour ceux qui doutent encore, nous allons prendre son guidon durant quatre sessions de vingt minutes sur le circuit de Misano.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Caractère moteur
+
Coup de crayon
+
Agilité
+
Télémétrie embarquée
+
Superbike en vente libre
On a moins aimé :
-
Suspension électronique semi-active (contre-argument marketing)
-
Pousse-au-crime, même sur circuit !

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Aprilia
Modèle :
RSV4 RR
Année :
2015
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en V à 65° longitudinal, 4 temps, double arbre à cames en tête (DOHC), 4 soupapes par cylindre
Cylindrée :
999 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Air box avec prises d'air dynamiques frontales. Canaux d'admission de hauteur variable contrôlée par la gestion moteur. 4 boîtiers papillons Weber-Marelli de 48 mm avec 8 injecteurs
Performances
Puissance max. :
201 ch à 13'000 tr/min
Couple max. :
115 Nm à 10'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne, rapport de transmission : 41/16
Boîte :
6 rapports avec quickshifter
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile avec système à friction mécanique
Partie Cycle
Châssis :
Cadre réglable à double travée en aluminium, avec éléments coulés et emboutis en tôle
Suspension AV :
Fourche Sachs ∅ 43 mm; [Öhlins Racing avec traitement de surface TIN]
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur Sachs ajustable en: amortissement hydraulique en compression et détente, précontrainte du ressort, distance entre axes, longueur de l’empattement [Öhlins Racing avec «piggy-back», entièrement ajustable]
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
200/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant de ∅ 320 mm en acier inox, flanche en aluminium à 6 points de fixation. Etriers Brembo M430 monobloc à montage radial et 4 pistons opposés horizontalement de ∅ 30 mm.
Frein AR :
Disque de ∅ 220 mm; étrier Brembo à deux pistons séparés de ∅ 32 mm
Dimensions
Longueur :
2'055 mm
Largeur :
735 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
180 kg
Réservoir :
18.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Black
 
Grey
 
Replica (version RF)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 18'990.-
CHF 20'990.- (version Race pack), CHF 22'450.- (version RF)
En ligne :
Garages :
 

Plus d'articles Moto

Acid'Days 2017 - Les 13 et 14 mai à Cossonay -  Les pré-inscriptions sont ouvertes !
Les 13 et 14 mai prochains se déroulera notre week-end de fête autour du monde de la moto : essai de multiples marques, show, concert... Une fête pour les motards faite par des motards !
Optimisation de la formation à la conduite en Suisse - Pour les motards aussi
À l’avenir, en Suisse, les personnes autorisées à conduire seules pour la première fois devraient posséder une expérience de la conduite plus grande qu’aujourd’hui.
Street58 fête ses 5 ans - Le 10 juin 2017 en Ardèche
Le réseau social pour motards, Street58, fêtera son 5ème anniversaire le 10 juin prochain.
Le groupe Volkswagen prêt à vendre Ducati
Le scandale du Dieselgate a sérieusement ébranlé le groupe Volkswagen et ce dernier va drastiquement rationaliser ses dépenses afin d'entamer une transition vers les véhicules électriques et les nouveaux services de mobilité.
Vaucluse – Il nargue un radar à 85 reprises et est relaxé par la justice
Un motard a comparu ce lundi devant le Tribunal d'Orange après avoir été flashé 85 fois par le même radar, de face. Conclusion il a été relaxé pour vice de forme.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.

Recherche

Hot news !

Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.
Essai Yamaha SCR 950 - La Bolt se mue en Scrambler
La Yamaha XV950R s’est faitw très discrète sur le marché depuis sa sortie, nous l’avions essayée et dans la foulée Badan Moto s’en servait comme base pour un custom très séduisant. Reste que le moteur V2 à refroidissement à air a une montagne de couple à offrir, alors autant en profiter pour créer un autre modèle avec ! Surfant sur la vague Vintage, c’est ainsi qu’est née le scrambler SCR950 avec son grand guidon et ses pneus mixtes, elle en a déjà l’allure, mais en a-t-elle le comportement ?
Essai PdB 500 - Une marque genevoise revient dans la course
C’est à quelques encablures de feu la société Motosacoche SA, qui aura été une marque mondialement réputée et très bien racontée par notre ami Eric Bezon, qu’une figure emblématique du canton, Nanard Meili a décidé de lancer sa propre entreprise : PdB.
Essai Ducati Monster 797 – Le refroidissement à air existe encore
La gamme Ducati s’est encore agrandie cette saison, mais mis à part les Scrambler, les modèles recommandables à un débutant ne sont pas légion. Que faire si on aime pas la vague néo-rétro ? Pour éviter la fuite des clients, une petite Monster bien fun sera assemblée à Bologne, avec un moteur déjà connu et mis à jour.

Liens Partenaires