Reportage publié le 21 avril 2019

Raid Suricates - A la découverte de l'Algérie!

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Pro-Raids, SRA / Vidéo(s) de SRA

Derrière ce nom à connotation sympathique ne se cache pas la course d’école de votre petit neveu, mais la première édition d’un grand raid de neuf étapes dans le désert algérien. Créé entre autre par SRA, l’association qui organise depuis 15 ans le Raid Passion Désert au Maroc, c’est le tout premier grand évènement étranger « hors compétition » réunissant près de cent véhicules organisé en Algérie depuis belle lurette.

2019, le grand retour de l’Algérie dans le monde du Rallye Raid ?

Etape incontournable des dix premières éditions du Paris-Dakar, L’Algérie a sombré au début des années 90 dans une dramatique guerre civile qui a duré une décennie et fait des milliers de victimes.

Ce n’est que tout récemment, en 2015, que le pays s’est à nouveau ouvert aux amateurs de sports motorisés avec le Sahari Rallye, une course nationale qui attire également nombre de participants étrangers. 

En 2019, alors que le pays semble être à l’aube d’un changement politique, qui espérons-le soit bénéfique au peuple, l’Algérie accueille pour la première fois à nouveau de grands évènements d’organisations étrangères avec le Raid Suricates en janvier et le Tuareg Rallye en mars. 

Face au Maroc, qui depuis le printemps arabe s’est taillé la part belle du gâteau, si ce n’est même tout le gâteau des évènements tout-terrains grâce à sa stabilité politique et sa sécurité, il faut dire que l’Algérie a également de sérieux arguments à faire valoir pour susciter l’intérêt des adeptes de sports mécanisés en quête de découverte et d’aventure : 

Plus grand pays d’Afrique, l’Algérie possède également le plus grand désert au monde, le Sahara, qui recouvre 84% de sa superficie. Imaginez un terrain de jeu désertique et quasiment inhabité qui fait trois fois la taille de la France ! 

Sueurs froides avant le départ…

Il va sans dire qu’organiser un tel évènement en Algérie relève du chalenge plutôt corsé. Le Raid Suricates a nécessité les efforts conjoints de l’association Sud Raid Aventure, de l’agence Pro-Raids, de la société Owaka ainsi que d’une agence touristique locale. Les reconnaissances ont été faites sous escorte policière et il a fallu se battre avec une administration dotée d’une bureaucratie procédurière à faire mouiller la culotte du plus soviétique des fonctionnaires russes !

Les visas ne furent acceptés et délivrés que deux jours avant le départ… Etant le seul participant à avoir déposé ma demande à l’ambassade de Berne, qui n’était vraisemblablement pas au courant que celle de Genève a déjà délivré les visas, je dois moi-même me charger de leur demander d’appeler le consulat algérien pour finalement récupérer mon passeport in extrémis le jour avant mon vol !

A l’aéroport d’Alger, je saute dans un taxi avec Christian et Thomas deux compatriotes suisse-alémaniques habitués des Raids SRA. Le chauffeur nous promet une course gratuite si on lui change cent euro chacun. Ça sent l’arnaque à plein nez, mais on accepte, puisque son taux est meilleur que celui pratiqué à l’aéroport. De nuit sur l’autoroute, sans phares, il se fraye un chemin dans un trafic dense et chaotique par la voie d’arrêt d’urgence. Son taxi, non-officiel bien évidemment, ne fera pas long feu avant de se faire arrêter par des policiers à moto. Après s’être affranchi du bakchich de rigueur qui fini directement dans la poche du flic ripoux, on doit tous sortir de la vieille Peugeot pour la démarrer à la poussette, sur la bande d’arrêt d’urgence. La situation est ubuesque ! 

A l’hôtel, je reconnais quelques participants mais aussi une grande partie des membres de SRA, rencontrées lors du Raid Passion Désert en 2016. 

Le lendemain matin, nous partons pour une liaison en bus de sept heures en direction de Laghouat sous une pluie battante… Et dire que deux malheureux qui se sont farcis le trajet à moto… 

Cap plein sud

Le départ en grandes pompes du Raid Suricates est donné depuis le stade de Laghouat avec la participation de la télévision algérienne et sous la supervision de la garde nationale et de l’armée. La sécurité n’est pas prise à la légère, avec plus de 3’000 policiers et militaires engagés sur l’évènement ! Nous sommes 20 motos, 2 quads, 14 RZR et 20 équipages en 4x4. Ajoutez à cela encore une bonne vingtaine de véhicules de l’organisation et vous obtenez un groupe de près de 150 personnes.

La première étape de 320 km nous amène à SebSeb où je passe la nuit la plus glaciale de ma vie dans le premier bivouac. Ayant jugé superflu de déballer ma tente, principalement par flemmardise, je dors à la belle étoile tout habillé dans mon sac de couchage totalement inadapté pour ces températures. Je peine à fermer l’œil et je suis réveillé avant même l’appel à la prière du matin. 

A El Menia, après une étape de 320 km, j’apprécie grandement le luxe de dormir au chaud à l’hôtel et de pouvoir prendre ma première douche chaude en trois jours. 

Ces deux premières étapes furent bien roulantes et pas trop techniques, ce qui constituait de parfaits préliminaires pour moi qui n’avait plus roulé depuis le Rallye des Pionniers en octobre dernier. Ma première impression de l’Algérie est un sentiment d’immensité, encore exacerbé par la monotonie de ces grands plateaux désertiques. On peut rouler pendant une éternité sans voir la moindre trace de construction humaine. C’est absolument jouissif d’avoir tout ça rien que pour soi, surtout sachant que quoi qu’il arrive, il y a l’assistance derrière nous…

En général, sur ce genre d’évènement, seuls quelques points GPS sont fournis et la navigation se fait, comme sur un vrai rallye, au moyen du roadbook et des instruments de navigations. Comme il s’agit d’une première en Algérie, SRA a décidé de nous fournir les traces complètes, afin de limiter les risques dans un pays qui possède des étendues désertiques immenses, mais également un réseau hospitalier moins développé que le Maroc. Mes bonnes résolutions d’utiliser prioritairement le roadbook papier pour améliorer mon niveau de navigation se volatiliseront dès le premier jour.  Trop de doutes et d’imprécisions du roadbook me feront suivre la trace GPS fournie par SRA et garder un œil sur le roadbook juste à titre indicatif. 

Niveau sécurité, l’organisation a également pris toutes les précautions. Chaque participant est équipé d’une balise Owaka permettant de nous localiser en temps réel mais également de déclencher une alarme en cas d’accident. Deux 4x4 médicaux sillonnent la piste dans nos traces.

Des dunes à pertes de vues

Depuis El Menia où nous restons deux jours dans le même hôtel, nous attaquons notre première étape de dunes, longue d’une centaine de kilomètres. Avec ma KTM 690 Rally Replica qui accuse 40 kg à sec de plus sur la balance que les enduros des autres concurrents, il serait prétentieux de vous cacher mon appréhension... 

Une fois les premiers cordons de dunes passés, je me rends compte qu’en fait ça se passe plutôt bien et au fur et à mesure des kilomètres je prends confiance et surtout de plus en plus de plaisir à « surfer » sur les dunes. 

Pour éviter de se planter dans le sable mou, il faut être généreux avec la poignée de gaz, ne jamais s’arrêter, mais également choisir les bonnes trajectoires. Aujourd’hui, je fais équipe avec Julien en suivant sa trace. L’étape de cent kilomètres est rapidement bouclée et à 15h30 on est déjà de retour à l’hôtel, même pas fatigué ! 

Pour la petite anecdote, Julien c’était le chat noir du Raid Passion Désert 2016. Après la casse du moteur neuf de sa KTM Rally Replica 450 le premier jour, la casse après quatre jours du moteur d’une moto prêtée par un concurrent, il prend place comme passager dans un RZR qui termine la journée détruit après une série de tonneau… Le pilote est sérieusement blessé et lui s’en sort « presque » sans une égratignure… 

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Sport

Test MotoGP à Valence – Yamaha domine – Le feu chez Aprilia
Les pilotes du MotoGP en ont terminé avec les premiers essais qui lancent la saison 2020 et le tracé de Valence a rendu son verdict : les Yamaha sont en forme, ça travaille chez Ducati, Honda et KTM et il y a le feu chez Aprilia.
MotoGP 2020 – Johann Zarco rejoint finalement le team AVINTIA
Bien que les récentes déclarations du pilote français n'allaient pas dans ce sens, il roulera bel et bien au sein de la structure Avintia sur une Desmosedici GP19 en 2020.
Can Öncü confirmé en World Supersport – Le point sur la grille 2020
Cette fois c'est officiel, le jeune prodige turc Can Öncü rejoindra le relevé championnat WSS l'année prochaine au sein du nouveau Turkish Racing Team.
Analyse de Hervé Gantner sur le transfert d'Alex Marquez au sein du HRC
Le papa n'aura donc plus besoin de changer de box et de chemise pendant le week-end et la maman se rongera les ongles que sur 6 séances au lieu de 12 par week-end.
MotoGP - Alex Marquez rejoint Marc Marquez au sein du team Repsol Honda
L’annonce, faite ce jeudi par Jorge Lorenzo (Repsol Honda Team) de mettre un terme à sa carrière dès ce dimanche, alimentait depuis quelques jours les rumeurs. Qui allait le remplacer ?
MotoGP 2020 – Vers un duo Márquez chez Honda Repsol
Suite l'annonce ce vendredi du retrait de Jorge Lorenzo, le paddock du MotoGP aura connu une grande agitation durant tout le week-end afin de savoir qui allait succéder au pilote majorquin en 2020.

Hot news !

OFFICIEL - Robin Mulhauser en Supersport chez CIA Landlord Insurance Honda
Le sympathique Fribourgeois de la Swiss Mafia du Moto2 a trouvé un guidon pour 2017. Robin Mulhauser courra en effet le Championnat du Monde Supersport dans le team PTR Honda la saison prochaine.
Moto2 – Après l'annonce de la signature avec Leopard pour 2017, Aegerter expulsé du team de Fred Corminboeuf
Selon nos confrères très bien informés du Blick, Dominique Aegerter ne fera pas partie de la tournée outre-Atlantique pour le team carXpert Interwetten.
Aprilia FaceTheRace - Les clients en visite au RedBull Ring
Début Mars, pour l'achat d'une Aprilia V4 vous receviez en cadeau un accès VIP à la course MotoGP du RedBull Ring en Autriche. Retour sur ce voyage.
MXGP of Switzerland - La fête fut grandiose à Frauenfeld (TG)
Faites un événement de sport motorisé en Suisse et les gens se déplacent en masse, la 15e manche du championnat du monde MXGP l'a une fois de plus prouvé.
Enduro Fun Park - L'histoire d'un débutant sur terrain glissant
Dans l'équipe, je suis le pilote le moins expérimenté. C'est pourquoi on m'a mis au défi d'aller rouler dans la terre pour ne plus avoir peur de glisser. Rendez-vous à l'Enduro Fun Park en Argovie pour avoir une KTM électrique et une piste pour débutant à disposition.
Reportage - Au coeur de la course avec Sébastien Fraga #80 en Trophée Pirelli 600
Notre reporter-cameraman Pierre-Alain s'en est allé, caméra au poing, à la rencontre du pilote genevois Sébastien Fraga lors de son dernier week-end de courses en Trophée Pirelli 600, sur le circuit de Magny-Cours.