Reportage publié le 20 octobre 2016

Hard Alpi Tour Extrême - 36h de tout-terrain dans le Piémont italien

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Fotografica Sestriere, M. Souza & D. Zimmermann

Après deux participations consécutives au Hard Alpi Tour en 2014 et 2015, je m’étais juré qu’on ne m’y reprendrait plus ! Magnifique mais très éprouvant, surtout quand après 30 heures de conduite, il faut encore se farcir 5 heures d’autoroute sur un monocylindre poussif pour rentrer à la maison.

Alors comment expliquer que je me retrouve non seulement inscrit à cette 8ème édition mais pire encore, dans la catégorie "Extrême" qui consiste en un itinéraire de 36h à la place des 24h ?

La faute est à mettre sur le dos d’un certain Miguel que j’ai rencontré lors de l’édition 2015 et qui m’a proposé de joindre son team pour la version "Extrême". J’allais bien évidemment lui répondre poliment que je ne suis pas complètement masochiste, quand je reçois à peu près à la même période un e-mail des organisateurs.

Cette année, ils ont eu la brillante idée de commencer le HAT extrême le vendredi à minuit, c’est à dire 12h avant le HAT "Classic", de sorte à ce que tout le monde finisse en même temps à Sestrières. Avouez que c’est quand même bien plus sympa que de s’attaquer aux 12 heures restantes le dimanche soir, et terminer le HAT Extrême le lundi matin, comme ce fut le cas lors des deux premières éditions !

Pris dans un moment de faiblesse, j’ai cédé et je me suis inscrit...

Les préliminaires

Nouvelle édition signifie forcément nouvelle moto pour moi. L’élue sera cette fois une Yamaha XT600 Ténéré de 1986, la moto de tous mes fantasmes quand j’étais encore trop jeune pour rêver des filles ! Elle fête ses 30 ans cette année et traîne depuis deux ans dans mon garage avec un joint de culasse en rade. Je l’avais achetée en vue de ma première participation au HAT en 2014 avant de découvrir ce problème à une semaine de l’événement et d’avoir récupéré à la dernière minute la moto d’un pote pour y participer.

Cette année, j’ai juste eu le temps de finir le boulot avec la précieuse aide de mon paternel et de l’immatriculer à peine deux semaines avant l’événement.

Une paire de cale-pieds larges, des pontets pour rehausser le guidon, un support GPS, ma sacoche de réservoir Enduristan Sandstorm 4H, un sac SW Motech  ainsi qu’un ultra-puissant phare à LED et l’affaire est jouée. J’embarque avec moi tout le nécessaire pour réparer une crevaison (chambres à air de réserve et compresseur 12V compris) ainsi qu’un sac de couchage, un matelas, et des habits chauds. Au total environ 10 kilos de bagages.

Vendredi 08h30 - Départ pour le Piémont

Debout à 08h30, je me bats avec mon GPS qui me fait quelques misères de dernières minutes. C’est finalement à 10h00 que je mets les voiles sous un soleil radieux au guidon de ma Ténéré qui n’a roulé qu’une cinquantaine de kilomètres depuis qu’on a soigné ses petits soucis d’incontinence de culasse... Je ne vous cache pas que je suis un peu tendu au début.

A 15h00, j’arrive à la bourre à notre rendez-vous à Garessio, soit une heure avant la clôture des inscriptions. Les autres sont déjà sur place depuis un bon moment. Dans notre team franco-suisse, il y a donc Miguel, le seul que je connaisse, avec sa R1200 GS Adventure, Jean-Paul avec sa magnifique BMW HP2 et Jérôme en Super Ténéré 750, la grande sœur de la mienne. On roulera avec un deuxième groupe de trois Français, Romuald, Pierre et Pascal, tous en R1200 GS.

Le briefing a lieu vers les 20h00 suivi par un bon souper, histoire de partir le ventre plein pour cette longue nuit. En 2015, il n’y avait que 38 participants contre 110 pour cette troisième édition de l’extrême. Au départ de cette édition, les légendes italiennes du Dakar comme Roberto Boano et Alex Botturi mais également des pilotes actuels comme Jacopo Cerutti et Livio Metelli. A noter également la présence du team allemand vice champion du GS Trophy 2016 en Thaïlande.

Vendredi 23h30 - Départ du HAT Extrême

Après avoir poireauté une bonne partie de la journée, c’est enfin le moment d’envoyer des gaz ! A 23h45, on est dans les 20 derniers à prendre le départ à cause de notre inscription tardive. Miguel en première position donne le rythme, et au fur et à mesure que la nuit avance on rattrape du monde. Ce n’est pas forcément toujours facile de rouler en groupe, mais dans notre cas je n’ai rien à redire, le rythme est parfait pour moi.

Mon éclairage à LED est bluffant ! Je vois à 150m comme en plein jour. Ma vieille Yamaha tourne comme une horloge et est d’une maniabilité exemplaires dans tous ces petits virages en épingle. Le freinage qui peut sembler un peu léger de nos jours avec un petit disque à l’avant et un tambour à l’arrière, est en fait idéal pour la conduite tout-terrain. Les pistes sont sympas. Je n’ai pas froid. Bref, tout va pour le mieux jusqu’au moment où je sens que ma moto commence à se comporter de façon bizarre... Nooooooon pas une crevaison ! Pas moi ! A 02h15 du mat', un p***** de clou à choisi de s’unir à mon pneu arrière ! Quelle poisse, surtout quand on sait que je suis moins doué en changement de pneu qu’un berger kazakh en programmation C++...

Ça aurait pu être la fin de ma participation, mais heureusement j’ai pu compter sur l’aide des gars de mon team et du deuxième team avec qui nous roulons depuis le départ. On soulève ma moto à quatre pour la poser sur une fontaine afin de pouvoir enlever la roue arrière. S’en suit un remplacement de chambre à air, que par malheur je pince lors du remontage, qui nécessitera de tout recommencer... Cette fois, je laisserai ceux qui savent faire s’occuper du pneu pour moi. Quasiment en même temps, le célèbre journaliste italien Mario Ciaccia se retrouve dans la même situation que nous...

On repart après avoir perdu presque 1h30 avec une nouvelle surprise... Le démarreur de ma Ténéré ne veut plus rien savoir, on dirait que la batterie est morte. Heureusement qu’à l’époque les ingénieurs de chez Yamaha avaient trouvé judicieux de lui laisser un kick.

Vers les 05h00 du matin, mon phare à LED s’éteint... Cependant, il commence à faire jour et je vois suffisamment pour continuer grâce au phare de Jean-Paul qui roule derrière moi. On termine la boucle de 200km vers les 08h15 et finalement même pas derniers !

Samedi 09h00 - Un repos bien mérité

Entre nous, j’imagine que je n’ai pas besoin de jouer au dur, hein ? Franchement, j’étais quand même bien crevé et c’est avec plaisir que je rejoins la salle de gym que l’organisation a réservée pour qu’on puisse se reposer et même prendre une douche chaude ! Comme je n’avais pas lu les documents qu’ils nous ont envoyé par email, je n’ai pas pris mon ligne et, du coup, je me suis essuyé tant bien que mal avec du papier essuie-mains.



Je prolonge ma turbo sieste jusqu’à midi, alors que presque tout le monde a déjà quitté la salle pour aller manger.

Il me reste encore assez de temps pour contrôler mon problème de batterie et je constate que le redresseur fonctionne normalement. Du coup, je vais rouler toute la journée sans phare pour charger la batterie et, cette nuit, je n’utiliserai que les LEDs pour réduire ma consommation. J’ai dû consommer plus que la batterie ne peut fournir...

Samedi 13h00 - Départ du HAT Classic

A partir de 13h00, c’est le départ du HAT Classic, qui lui dure 24h. Les participants du HAT Extrême ne prenant le départ qu’à partir de 15h00, je me promène un peu dans le paddock pour regarder les motos et discuter avec des gars qui ont des bécanes rares et atypiques. Une majorité de GS et de KTM Adventure flambant neuves et toutes options côtoient des vieux trails des années 80-90 qui valent à peine le prix d’une paire de valises Touratech, mais qui sont tout aussi bien adaptés à l’événement et qui procurent probablement tout autant de plaisir.

Entre ces deux catégories, il y a quelques raretés comme cette Barigo à moteur Rotax ayant participé au Dakar '86 et construite à deux exemplaires et de nombreuses préparations de passionnés comme l’Africa Twin de Manu ou encore ces deux magnifiques Suzuki DR Big de Rallye.  

Samedi 16h00 - Le départ des 24h pour nous  

Sous un soleil de plomb, à 16h00, nous prenons le départ. L’itinéraire a peu changé depuis les dernières éditions et je reconnais une grande partie du parcours. Grâce à la météo exceptionnelle, on progresse bien et les routes sont toujours aussi magnifiques. C’est un vrai plaisir de rouler ici, et je me dis toujours qu’il faudrait que je retourne dans la région une fois que j’ai plus de temps, parce que de nuit, on doit passer à côté de paysages splendides.

Alors qu’on monte à plus de 2’000 mètres d’altitude, Jérôme a des problèmes avec sa Super Ténéré. Elle ne semble pas tourner correctement. Chacun y va de son diagnostic, mais au final on ne fait rien et il continue tant bien que mal.

On roule presque sans relâche et la faim commence à se faire sentir. En fait, en empruntant une partie de l’itinéraire réservé au HAT Extrême, on doit se passer du premier ravitaillement, à mon grand malheur parce que je salivais déjà en pensant aux bonnes pâtisseries qu’on y avait mangées l’année passée. Entre temps, Jean-Paul a de plus en plus de douleur à son épaule et il décide à contrecœur d’abandonner et de rejoindre Sestriere par la route.

Samedi 22h00 - Le souper à Limone

On rejoint le second ravitaillement à Limone, celui du souper chaud, de nuit. Il est déjà passé 22h00. Je crève la dalle, et ce n’est qu’après la seconde assiette de pâtes que je serai rassasié.

Alors qu’on s’apprête à repartir, je tombe sur Remo, une connaissance rencontrée l’année précédente, qui se retrouve tout seul, parce que ses coéquipiers ont décidé d’abandonner après une crevaison du pneu avant d’une Africa Twin 1000.

Il se joint à nous pour la suite du trajet, au guidon de sa KTM Adventure 640. La nuit est longue et parfois on doit prendre un peu de distance entre nous car avec la poussière et la puissance des LEDs, on ne voit plus rien. Je suis de plus en plus fatigué et je commence à avoir du mal à suivre le rythme de Miguel, heureusement on finit par arriver à Becetto.

Dimanche 02h50 - Une heure de sommeil à Becetto

Becetto, c’est le resto où en général tout le monde dort quelques heures avant de repartir. Il y a déjà des centaines de motos dans le parking et comme il fait particulièrement chaud cette année, beaucoup dorment même dehors. On discute avec quelques copains genevois et vaudois avant que Romuald, Pierre et Pascal décident de continuer la route sans même dormir.

Pour moi, il est exclu de continuer sans dormir quelques heures et Remo est également de mon avis. Finalement, on arrive à faire un compromis avec Miguel, on dort une heure. Jérôme décide de continuer avec les autres.

J’installe mon sac de couchage à côté de ma moto et m’endors en quelques minutes. Quand j’entends sonner le réveil de Remo, je me dis que jamais je vais pouvoir me lever... Lui n’a pas l’air plus en forme que moi et on décide de ne pas réveiller Miguel et de profiter de dormir encore un peu. Malheureusement, c’était sans compter sur le fait que Miguel avait lui aussi mis son réveil et était fin prêt à partir.

La mort dans l’âme, je plie mon sac de couchage et, à 04h00, nous sommes prêts à repartir. Alors qu’on part, il y a encore des gens qui arrivent, et sur place il doit y avoir plus de 200 personnes qui dorment encore. On va vraiment arriver dans les premiers à ce rythme-là !

A peine quelques kilomètres plus loin, on tombe sur nos coéquipiers arrêtés au bord de la route en train de bricoler à la lueur des lampes frontales sur la Super Ténéré de Jérôme. Ils ont découvert une fuite de liquide de refroidissement qui a coulé jusqu’à son capuchon de bougie et qui a eu pour conséquence de la faire tourner que sur un cylindre.

Jérôme trouve un moyen de fortune pour réparer ça avec du scotch, mais après réflexion il doit se résoudre à abandonner ici, parce que s’il tombe en panne quelque part dans la montagne, ce sera une vraie galère pour rapatrier sa moto. Il ne reste plus que Miguel et moi-même du team Meteor original. On continue à six avec Remo et les trois autres qui nous ont accompagnés depuis le début.

J’ai des moments difficiles. Par moment, j’ai l’impression que j’ai dormi en roulant ou alors que je n’ai aucun souvenir de certaines parties tellement j’étais fatigué. Heureusement, les organisateurs ont mis la plus grande partie des routes goudronnées au beau milieu de la nuit, ce qui nous permet de nous reposer un peu, bien que sur la totalité de l’itinéraire il y ait rarement plus de quelques centaines de mètres de routes sans virages !

Dimanche 06h00 - Lever du soleil et pierriers

Quand le soleil commence à se lever, on peut enfin commencer à admirer les magnifiques paysages qui s’offrent à nous. C’est également là qu’on attaque les passages les plus techniques, notamment une montée bien raide dans de grosses pierres. Il y a beaucoup de monde arrêté, et quelques gars sympas qui prêtent main forte à ceux qui sont en difficulté.

Je passe les difficultés sans problème au guidon de ma Ténéré, mais pour nos amis en GS 1200, c’est une autre histoire. Ils semblent avoir des problèmes. N’ayant pas la force de redescendre pour voir, je laisse lâchement aller Miguel et profite de dormir quelques minutes à même le sol, à côté de ma moto, tout comme Remo.

Quand on me réveille, une bonne demi-heure plus tard, l’équipe est au complet et on peut repartir.

Dimanche 08h00 - Le petit déjeuner à Sauze d’Oulx

Vers les 08h00, on rejoint le restaurant prévu pour le petit déjeuner. Je tombe sur mes amis du Raid Passion Désert qui sont venus avec leurs KTM 690 Quest. Manque de bol pour eux, le mécano de KTM Basel est en rade avec la sienne. Problème d’injection, il doit abandonner.

On attaque enfin les derniers 70 kilomètres. Après le col de l’Assiette qui est magnifique mais où j’arrive à perdre Miguel et Remo au sommet en partant dans la même direction que lors des précédentes éditions...

Cette année l’itinéraire nous faisait en fait redescendre de l’autre côté de la montagne. Quand je réalise mon erreur,  je fais demi-tour, mais avec un retard conséquent sur mon équipe, je termine les derniers 30 kilomètres seul. Cette nouvelle section comporte certains passages bien techniques avec notamment une descente ultra raide dans une terre très sablonneuse. Ici, j’ai serré les fesses à plusieurs reprises, je dois bien l’avouer. Je reconnais une partie des pistes sur lesquelles j’avais testé la CCM GP 450 lors de l’événement "In moto oltre le nuvole" en 2015. Dommage que cette fois, j’étais trop fatigué pour y prendre le moindre plaisir.

J’atteins enfin l’arrivée vers les 14h00, soit 38 heures après mon départ vendredi soir ! Si l’on enlève le temps mort entre l’arrivée à Sestriere samedi matin et le départ du Classic dans l’après-midi, cela représente tout de même près de 30 heures.

Les autres membres de mon team sont tous bien arrivés et même Jean-Paul avec son épaule en rade et Jérôme et sa Super Ténéré incontinente sont également de la partie.

Après une copieuse assiette de pâtes et quelques discussions avec des connaissances qui arrivent au fur et à mesure, je décide de rentrer chez moi plutôt que de dormir sur place comme j’avais prévu initialement.

Dimanche 15h30 - Départ pour la Suisse

Après une vingtaine de kilomètres, je me rends compte que ça ne va pas du tout, je n’arrête pas de m’endormir en roulant. Je prends la première sortie et je fais une sieste d’une bonne demi-heure sur un banc. A mon réveil, je tombe sur trois Italiens qui ont dû faire la même chose. Un Red Bull, un peu de chocolat et je repars.

Ça se passe plutôt bien jusqu’à ce que je commence la montée vers le tunnel du Grand Saint-Bernard. Je sens que ma moto se comporte à nouveau de façon bizarre... Quand je m’arrête pour contrôler, le pneu arrière est complètement plat et bouillant. En voulant sortir le compresseur, je constate que l’adaptateur pour l’allume-cigare s’est cassé dans le sac.

Du coup, je dois démonter la selle et brancher le compresseur directement sur la batterie. Je n’avais plus que 0.5bar dans le pneu. N’ayant absolument aucune envie de m’amuser à changer tout seul un pneu après deux nuits blanches, je décide de continuer ainsi et de m’arrêter régulièrement pour le regonfler si nécessaire.

Au péage, je réalise que j’ai perdu ma carte "10 courses"  pour le tunnel. Il me faut encore débourser 15 €uro... La dèche !

Une fois en Suisse, je m’arrête environ tous les 30 à 40 kilomètres pour regonfler mon pneu arrière, quand c’est possible à une station sur l’autoroute.

J’arrive chez moi finalement vers les 22h00. On ne m’y reprendra pas ! Jamais je ne referai le HAT Extrême ! JAMAIS ! Je le jure  sur la tête de Lemmy ! En tout cas pas avant l’année prochaine.

Toutes les informations nécessaires sur le Hard Alpi Tour, c'est ici.
David Zimmermann
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Moto

Triumph retouche sa 1200 Scrambler et sort une nouvelle édition limitée Steve McQueen
Triumph a fait de la Scrambler un modèle phare de sa gamme, avec un compromis route et chemin si cher à la marque. En 2020, 250 chanceux ont mis la main sur l'édition James Bond, place à une édition Steve McQueen en 2021 !
La KTM Super Duke RR épuisée en seulement... 48 minutes !
Il aura fallu moins d'une heure au constructeur autrichien pour vendre les 500 unités de son gros roadster extrême
Subtile mise à jour de la sculpturale MV Agusta Superveloce
Quand MV Agusta a mis cette beauté sur le marché, c'était une série limitée assez chère. La sauce a pris et les clients ont demandé une version de série qui s'est concrétisée. 2 ans après, mise à jour avec de nouvelles couleurs.
KTM se lance aussi dans l'ajout de Rrrr, voici la 1290 Super Duke RR
On se moquait quand c'était les japonais qui le faisaient, maintenant c'est au tour de KTM d'ajouter un caractère plus sportif à sa Super Duke 3ème du nom, laquelle reçois un second R dans son patronyme.
Suzuki tease en vidéo la sortie d'une nouvelle GSX-S 1000
Finalement commercialisée en 2015 et retouchée en 2018, le gros roadster de Suzuki sur base de GSX-R 1000 accuse un certain retard face à la concurrence. Retard qu'elle devrait remonter le 26 avril.
Le nouveau Suzuki Burgman 400 se présente
Cela fait 23 ans déjà que le Suzuki Burgman est arrivé sur le marché. Avec son moteur 400 cm3 et son attitude élégante, il a posé les premiers jalons du maxi-scooter.

Hot news !

Cette fois c'est officiel, la Yamaha YZF-R7 va faire son retour
Les documents CARB (California Air Resources Board) sont comme les enfants et les leggings : ils ne mentent pas ! Et c'est en les consultant qu'on peut voir qu'une Yamaha YZF-R7 va faire son retour en 2022.
Essai retro : CB 750 Four K0
Que pouvons nous retenir de la légendaire CB 750 plus de 50 ans après sa sortie ?
Essai Yamaha MT-09 2021 - Vous en aurez pour votre argent
Véritable moteur de la marque vers ce qu'elle est devenue, depuis 2013 la MT-09 a grandement contribué à la renommée de Yamaha à travers l'Europe. Place à un modèle entièrement nouveau et gavé de technologie.
Essai Aprilia Tuono 660 - Avec elle, le constructeur de Noale va se distinguer
L'annonce du moteur 660 chez Aprilia était clairement une bonne nouvelle. Ce vent de nouveauté, la marque de Noale en avait bien besoin.
Mais pourquoi les MotoGP sont-elles devenues si moches ?
La forme et la fonction, éternel débat.Les canons italiens de la beauté: des Grand Prix 500 de 1993 au MotoGP de 2021...
Suzuki Hayabusa 2021 – La campagne de teasing fonce à 300km/h
Alors que la présentation officielle aura lieu dans deux jours, des "fuites" savamment orchestrées nous permettent d'en savoir un peu plus sur cette nouvelle mouture du missile sol-sol made by Suzuki.