Essai publié le 02 janvier 2014

Ducati Diavel Strada, les plaisirs de la route à deux

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Flavio Venturini

La Diavel débarque en 2013 dans une version dédiée aux voyages, le temps d'un week-end ou plus longtemps, si affinité. Plus confortable grâce à de nombreux attributs typés touring et distinguable sous une peinture inédite titane mate du plus bel effet, cette Ducati, dite Diavel Strada, a tout pour charmer les gros rouleurs !

Pour l'occasion, elle s'équipe de deux valises rigides recouvertes de tissu (housse intérieure étanche en équipement de série). Le volume total de la bagagerie se monte à 41 litres. Du côté des éléments de confort, la Diavel se dote d'un grand saute-vent (idéal pour les gabarits jusqu’à 175cm), d'une selle capitonnée au rembourrage plus moelleux - sa hauteur est de 770mm et convient ainsi à tous les gabarits -, d'un guidon 30mm plus haut pour une ergonomie et une position de conduite plus adaptée, et, spécialement pour le passager, d'un sissy-bar pour l'assurer lors des accélérations musclées, de poignées ergonomiques et de repose-pieds avancés. Pour recharger un téléphone portable, un GPS ou autre appareil électronique, on trouve une prise 12V à proximité du feu arrière.

Outre ses accessoires bienvenus pour les longues balades, la Diavel a su garder son look unique, intemporel et massif. Visuellement, les masses sont concentrées vers l’avant. Cette particularité est encore accentuée par sa boucle arrière très courte, son immense pneu bien mis en évidence et ses écopes d’aération-moteur grillagées imposantes. Les collecteurs d'échappement et les tubulures par leur diamètre et leur design soulignent le caractère de la Diavel. On ne reproche que l'intégration des clignotants arrière ; d'une part, ils gênent l'optimisation des valises en creusant ces dernières et d'autre part, ils n'ont pas l'esthétisme sans reproche de la Diavel "de base" (ndlr : non Strada).

De l'ambiance à bord, on remarque la ligne épurée du long réservoir de 17 litres de contenance surplombé par un écran couleur affichant diverses informations (mode de conduite, niveau du DTC, trips, consommation instantanée et moyenne, température). Malheureusement, il ne se trouve pas dans le champ de vision immédiat, ce qui ne facilite pas une lecture rapide. Un deuxième écran, monochrome cette fois-ci, informe de la vitesse, du compte-tours, de la température d'eau, ...

A propos des modes de conduite évoqués ci-dessus, la Diavel en dispose de trois : Sport, Touring et Urban. D'ailleurs, mise à part la famille Monster, tous les modèles Ducati disposent du "Riding mode", choix du mode de conduite interagissant sur la cartographie-moteur, le contrôle de traction et la réaction de la poignée des gaz.

Let's ride !

Rapidement, je succombe à l’envie de démarrer le gros twin. Ne pensez pas à enfiler la clé dans le Neimann, il n’y a ni l’un ni l’autre. Le contact se fait via un transpondeur. Une impulsion plus tard et le moteur s’ébroue dans un staccato typique de l’architecture-moteur latine. La bande son de la Diavel n’a pas d’égal. Chaque coup d’accélérateur me prend aux tripes. Je m’accorderai de dire que l’ambiance sonore est diabolique !

Je passe le premier rapport qui claque sèchement en se verrouillant. L’embrayage à commande hydraulique est doux et dispense d’un très bon feeling. Le twin est souple bas dans les tours et les à-coups sont presque inexistants. Un bon point pour la vocation touring de cette Diavel. Dès que je sollicite la poignée des gaz, la réponse est franche. C’est un truc de malade qui pousse de bas en haut avec une force titanesque sans s’essouffler. Les bras s’allongent, les joues se déforment, le twin hurle dans un bruit rauque et puissant. J’enchaîne les rapports un à un et les limitations de vitesse sont déjà dépassées. La Diavel est un véritable dragster ! La moindre rotation de la poignée des gaz décolle l’asphalte. En ligne droite et à pleine charge, le contrôle de traction ne bronche pas, tant le grip du Pirelli Diablo Rosso 2 est bon. Sur l'angle, je ne m'abstiens point et sollicite à grands coups d'accélérateur le contrôle de traction qui (di)gère l'avalanche de couple de manière progressive. Etonnamment pour un twin, le 1198cc de la Diavel tracte jusque dans ses derniers retranchements ; mais avec tant de couple (127Nm à 8'000tr/min et l'essentiel disponible bas dans les tours), il n'est pas nécessaire de chatouiller la zone rouge pour jouir de belles performances à l'accélération.

Dès que je soulage les gaz, l’échappement ratatouille tout en s’accompagnant d’un gros "brrraaa" ! Sous le casque, c’est un grand sourire assuré. Imaginez alors une Diavel équipée de flûtes Termignoni !

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur
+
Partie-cycle
+
Agilité
On a moins aimé :
-
Boîte de vitesses
-
Volume limité des valises

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Diavel Strada
Année :
2013
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Testastretta 11°, bicylindre en L, distribution Desmodromique, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée :
1198 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique, corps papillon elliptiques avec système Ride-by-wire
Performances
Puissance max. :
162 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
128 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque avec commande hydraulique, anti-dribble
Partie cycle
Châssis :
Cadre Treillis tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche Marzocchi de 50mm entièrement réglable
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Progressive avec mono amortisseur entièrement réglable
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
240/45 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
2 disques semi-flottants de 320mm, étriers Brembo Monobloc à fixation radiale à 4 pistons
Frein AR :
Disque de 265 mm, pince flottante à 2 pistons
Dimensions
Empattement :
1'590 mm
Hauteur de selle :
770 mm
Poids à sec :
216 kg
Poids total :
245 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Race titanium matt
Catalogue
Prix de vente :
CHF 22'490.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Arc Vector - La moto électrique art déco par la société britannique Arc
Présentée au salon Eicma de Milan en 2018, la Vector, a suscité beaucoup d'intérêt, notamment car elle dispose d'un design très art déco, ce qui n'est pas pour déplaire aux sujets de sa majesté.
La nouvelle Suzuki DR 1000 prise en flagrant délit de roulage
En février dernier, nous vous annoncions le retour d'une Suzuki DR "Big", même si le terme est quelque peu galvaudé, puisque le DR était un mono à la base.
Journées Trajectoires avec la Police Vaudoise - Une remise en selle bienvenue
Depuis quelques années le corps de police du canton de Vaud organise les journées "Trajectoires". 
Essai Aprilia Tuono 1100 Factory - Une arme de guerre en vente libre
La Tuono 1100 Factory, c'est un truc de fou, une machine de guerre, un pousse-au-vice, une arme redoutable...
Paris-Dakar par les pistes au guidon d'une Honda Transalp 600
Paris-Dakar par les pistes avec une bonne vieille Honda 600 Transalp achetée 1.500 euros sur le Bon Coin. Ça te fait rêver ?

Hot news !

Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!