Essai publié le 17 novembre 2013

KTM 1190 Adventure - Bonne à tout faire et plus encore ! Près de 5'000km d'aventure [page 2]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Céline Donzé

Pages

Et si l’on grimpait en selle ?

Grimper est le bon terme, puisque la selle culmine à 860mm (position basse) ! Une fois à son bord, je m’y sens bien ! Les commodos tombent idéalement sous les doigts (et peuvent être déplacés) et j'apprécie l’attention portée à l’ergonomie. Lorsque je m’aventure dans les menus de l’écran digital de gauche, je navigue facilement de l’un à l’autre et aussi, le paramétrage des différents modes de conduite et comportement moteur se fait sans difficulté, bien que j'aie eu quelques appréhensions. Sur la droite, un deuxième écran digital informe des données impératives à la conduite (trips, jauge d’essence, température du liquide de refroidissement, rapport engagé et tachymètre). Au centre, je trouve l’aiguille rouge du compte-tours avec, en prime, un shift-light.

Le saute-vent est orientable en deux positions (plus 25mm de hauteur). Malheureusement, la manoeuvre n’est réalisable qu'à deux mains, donc à l’arrêt.

L’ergonomie du triangle guidon/selle/repose-pieds est personnalisable aisément : les repose-pieds ont plusieurs positions (diagonale 10 mm haut et arrière), le guidon peut s'élever de plus ou moins 10mm, et la selle est réglable sur deux positions faisant varier la hauteur de 15mm. La plupart des gabarits seront à leur aise !

Côté volume de rangement, ce n’est pas luxueux, mais toujours mieux que rien. Sous la selle passager, on peut facilement loger un socle de béquille (pour éviter que cette dernière s'enfonce dans le sol), les papiers de la moto, une petite trousse de secours. J'estime le volume à quelque 0.5 litre. De plus, dans la partie avant droite du carénage, un petit volume étanche reçoit sans problème carte de crédit, ticket de péage, un peu de monnaie, ... Seulement, avec les vibrations du twin, il a la fâcheuse tendance à s’ouvrir de manière intempestive.

L’ambiance à bord est plutôt bonne et je trouve rapidement mes marques, tant la KTM s’adapte à mes besoins.

Quant à la passagère, elle se retrouve bien positionnée sur l'épaisse (mais ferme) selle. Les poignées sont longues et à la bonne hauteur ; s'y tenir n'oblige pas à courber le dos ou avoir les bras trop tendus. Les jambes sont repliées à l'équerre, naturellement. Seul le doseret de top-case gêne au confort parfait ; il mériterait d'être moins pointu dans sa partie supérieure.

En route !

Les itinéraires, planifiés à l'avance (voir à la fin de cet article), sont enregistrés dans le GPS. Plusieurs journées du voyage comportent des parcours de plus de quatre cents kilomètres, représentant près de sept heures en selle. Avec des arrêts toutes les nonantes minutes, les jours de roulage sont bien remplis.

La KTM est très chargée. A l'arrêt, sur la béquille latérale (qui s'enfonce parfois dans l'asphalte lorsqu'il fait chaud), la moto menace de basculer tant les deux valises et le top-case pèsent sur l'arrière train. La suspension est pourtant réglée au niveau le plus élevé (deux personnes et bagages). Dans cette configuration, l'assiette de la moto est aussi sensiblement rehaussée ; poser la moto sur la béquille centrale est alors impératif. Pour cette manoeuvre, l'aide de ma passagère est nécessaire.

Les premiers tours de roue surprennent. Chargée comme une mule, la KTM voit son train arrière se tasser et son train avant s'alléger (merci à l'anti-wheeling lors des accélérations soutenues !). En roulant, je ne ressens pourtant pas de louvoiement de la roue avant et la stabilité en virage comme à haute vitesse, sur autoroute par exemple, est exemplaire. La suspension arrière, notamment, gomme l'excès de chargement sans que la conduite soit mise à mal. S'oser à l'arsouille dans cette configuration est envisageable, seulement, il faudra prêter attention à la garde au sol réduite par le poids ; dans les virages, la béquille centrale frotte rapidement !

Quant au twin, il bénéficie de bien assez de couple pour emmener énergiquement l'équipage dès les bas régimes. Certes, ne lui demandez pas de reprendre au-dessous de 3'000tr/min sans provoquer de vibrations ! Son comportement reste typique d'un twin. C'est un phénomène qu'on déplore à 80-90km/h, sur le sixième rapport ; dans cette configuration, impossible de relancer la bête sans être secouer comme un prunier ! Le sixième rapport est destiné à être utilisé au-delà de 100km/h.

Les trois premières journées du voyage nous mènent dans les Landes (Sud-Ouest de la France), en traversant le Massif central et sa magnifique région des Volcans d'Auvergne. Michel et sa maman nous reçoivent à bras ouvert dans leur chambre d'hôtes 4 épis de Monségur. Un havre de paix au milieu de la campagne landaise. On jouit sans ménagement de la piscine d'eau salée et des talents culinaires de Michel. La moto, c'est bien ; les vacances aussi. Les vacances à moto, c'est mieux !

On profite d'être dans cette belle région pour une escapade en direction de San Sebastian, en Espagne, sans oublier d'emprunter la route du mont Jaizkibel surplombant l'Océan atlantique. Nous ne garderons pas un grand souvenir de cette région d'Espagne peu accueillante et très orientée vers l'industrie touristique.

A ce moment, près de 2'000km ont été parcourus sur la selle de la KTM. Bien qu'elle soit une moto facile, l'apprivoiser pleinement ne se fait pas en quelques centaines de kilomètres. Connaître parfaitement son moteur, sa sensibilité et ses performances, apprécier sa partie-cycle, ses différentes possibilités de réglages et ses réactions, pouvoir rouler (presque) les yeux fermés tant elle met en confiance... Rageuse et douce, extrême et confortable, j'apprécie ses multiples facettes qui se contredisent comme se complètent.

Cinq nuits passent et il est temps de quitter Michel et sa maman. Nous n'avions jamais joui de pareilles prestations en chambre d'hôtes. Le niveau de service était exceptionnel et tenons à recommander particulièrement cette adresse. Un détour par les Landes vaut la peine !

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Facilité de prise en main
+
Polyvalence (efficace dans toutes les situations)
+
Caractère du moteur
+
Sportivité (moteur, châssis, feeling)
+
Rapport prix/prestations
On a moins aimé :
-
Confort de la selle d'origine
-
Design discutable

Fiche technique

Véhicule
Marque :
KTM
Modèle :
1190 Adventure
Année :
2013
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
LC8 Otto 4 temps 2 cylindres, disposition en V 75°, refroidissement par eau
Cylindrée :
1'195 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
À DC-CDI sans rupteur, avance numérique
Performances
Puissance max. :
150 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
127 Nm à 7'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne, bague X
Boîte :
6 rapports à accouplement par griffes
Embrayage :
PASC™ embrayage anti-dribble, à commande hydraulique
Partie cycle
Châssis :
Cadre treillis en tube d'acier au chrome molybdène, époxy
Suspension AV :
WP Suspension Up Side Down, tubes de 48mm de diamètre
Course AV :
190 mm
Suspension AR :
WP Suspension Monoshock
Débattement AR :
190 mm
Pneu AV :
120/70 ZR19
Pneu AR :
170/60 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui (CBS)
Frein AV :
2 étriers Brembo à 4 pistons à fixation radiale, disques de 320mm de diamètre
Frein AR :
Etrier Brembo à 2 pistons, disque de 267mm de diamètre
Dimensions
Empattement :
1'560 mm
Hauteur de selle :
860-875 mm
Selles chauffantes en option à CHF 269.- / pièce
Poids à sec :
212 kg
Poids total :
230 kg
Réservoir :
23 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Gris métallisé
 
Orange métallisé
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17'490.-
Pack électronique à CHF 1'030.-, Kit bagagerie touring à CHF 1'570.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La 10ème Rétro Moto Internationale de Saint-Cergue aura lieu le samedi 15 juin 2019
Le samedi 15 juin, la commune de St-Cergue (VD) accueillera sa 10ème rétrospective moto internationale.
Ducati Streetfighter V4 – Elle roule !
Cette fois c'est bon, on l'a vue rouler ! Cette fameuse Ducati Streetfighter V4 qui fait couler tant d'encre et qui est attendue comme le roadster ultime made in Bologne.
La Baby Panigale va évoluer – Une nouvelle 959 surprise en plein roulage
Le constructeur de Bologne va faire évoluer la Panigale 959, et selon les clichés du modèle surpris en plein roulage, elle restera fidèle au V-twin.
MV Agusta F3XX – Lorsque le département course se lâche
Chez MV on aime les séries spéciales et celle-ci ne déroge pas à la règle avec cette Supersport de 800cc poussée à 160 chevaux !
Indian Bobber Appaloosa by Workhorse Speedshop – Avec du vrai Randy Mamola dessus
Les States sont le vrai pays du Custom avec un grand "C". Cette réalisation nommée Appaloosa réalisés conjointement par Indian Motorcycle et Workhorse Speedshop et pilotée par Randy Mamola en est la parfaite illustration.

Hot news !

Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!
Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.