Roadbook publié le

La rando Paris-Dunkerque en Triumph Tiger Explorer 1200 - 700 kilomètres d'aventure extrême

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de David Zimmermann et CocoricoRando
Imprimer cet article

Une rando moto tout-terrain de 750km reliant Paris à Dunkerque en trois jours, c’est ce que proposent les organisateurs du Paris-Dunkerque pour la quatrième année consécutive.

Toutes photos se trouvent dans la galerie en fin d'article.

Chez AcidMoto.ch, on a immédiatement accroché au concept. De plus, ça nous a donné une excellente excuse pour tester la nouvelle Triumph Tiger Explorer 1200 XCa.

Jeudi 12 mai : Vuadens-Paris (600km)

Je débarque chez Motos Vionnet à Vuadens (FR) sur le coup des 09h00 pour récupérer la Tiger Explorer 1200 XCa que Triumph Suisse a bien voulu mettre à disposition pour l’événement. Montée avec un train des tous nouveaux Michelin Anakee Wild et une paire de valises en alu, il ne me reste qu’à brancher mon GPS et y charger mes affaires. La XCa, c’est la version avec jantes à rayons, sabot-moteur en aluminium, repose-pieds usinés dans la masse, feux anti-brouillard et arceaux de protection-moteur. C’est la même que j’ai testée lors du lancement au Portugal, à la différence que cette fois, j’ai des vrais pneus tout-terrain (lisez mon article-essai).

Les 600km qui me séparent de Paris se feront sous la pluie. Du coup, malgré moi, je commence directement par tester l’étanchéité de mon nouvel équipement Klim Badlands. Une fois arrivé à Paname et débarrassé de mon équipement, le verdict est sans appel, je suis sec ; Klim a rempli ses promesses pour l’instant. Contre toute attente, mes fidèles bottes TCX ont pris l’eau. Elles étaient pourtant étanches l’année passée. Tant pis, demain, je roulerai avec des sacs à poubelle sur mes chaussettes.

Vendredi 13 mai : Trocadero-Beauchamps (260km)

Le rendez-vous est donné ce vendredi matin à 07h30 devant la tour Eiffel. C’est près de 200 participants, soit 70 de plus que l’année précédente, qui arrivent de France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne et Suisse. On est accueilli avec du café et des pains au chocolat dans le froid et la brume qui cache en partie la Tour Eiffel...

Comme pour l’édition 2015, les organisateurs ont eu la bonne idée de faire appel à Laurie Bernard de l’émission "Laurie Moto Club", derrière le micro et devant la caméra pour les vidéos du week-end.

Dans le rang des participants, on notera la présence du mythique Lolo Cochet venu pour l’occasion en Ducati Scrambler et des quatre Parisiennes de l’Equipée qui font un gros buzz en ce moment en France. Une mention spéciale encore à un trio belge en Vespa !

La météo est maussade et la température ne dépasse guère les 11°C quand on prend le départ sur le coup des 09h00. Une fois sortis de Paris, on attaque le premier chemin et, là, c’est la surprise... Enfin, avec tout ce qu’il a plu la veille, on pouvait s’y attendre. De la terre et de la pluie, ça donne... de la boue !

L’organisateur a prévu pour chaque jour deux tracés ; le premier qui s’appelle "Aventure" et le second qui s’appelle "Extrême", ce dernier comportant plus de difficultés. Chacun est libre de choisir la trace qui lui convient le mieux, il n’y a rien d’autre à gagner que de la satisfaction personnelle. La navigation se fait au GPS.

Confiant, après mes dix jours de raid au Maroc de la semaine précédente, je choisis l’itinéraire "Extrême" et je me retrouve en l’espace de quelques secondes à rouler à 15km/h, assis avec les pieds à terre comme un débutant et en serrant très fort les fesses comme si ça allait m’aider... Autant vous dire, les 11°C semblent tout à coup de la vieille histoire et j’ai aussi chaud que dans le désert marocain... Oulala, la moto est ultra lourde, je n’arrête pas de perdre l’avant dans la boue, c’est un cauchemar !

Histoire d’en rajouter une couche, je me fais dépasser comme une merde par un groupe d’Allemands en GS Adventure... 100 mètres plus loin, trois sur quatre sont couchés dans la boue et je m’arrête pour leur donner un coup de main à relever leur grosse bécanes. Mon estime s’en porte un peu mieux du coup...

Voilà qui annonce assez bien le topo de la journée qui continuera plus ou moins de la sorte pour la majorité des participants. Entre éviter les chutes comme on peut, aider ceux qui sont tombés à relever leur moto ou se faire aider à relever la sienne. Dans la boue, il n’y a pas la moindre adhérence et, avec une moto qui avoisine les 300kg tous pleins faits, la moindre erreur ne pardonne pas.

Pour corser le tout, les nombreux chemins entre les champs ont des ornières très profondes, si profondes que, parfois, je sens les valises qui touchent. Une fois engagé dans une ornière, il est bien entendu impossible d’en ressortir. Les gars en GS ont touché les cylindres à plusieurs reprises... La meilleure tactique consiste à essayer de rouler sur l’herbe entre les ornières, mais c’est glissant et parfois en dévers...

Malgré les conditions difficiles, les gens sont de bonne humeur et tout le monde est prêt à aider. Lors de mes trois chutes de la journée, j’ai toujours été aidé spontanément sans même demander. La moto est tellement lourde que, même à deux, il n’est pas évident de la relever. Heureusement, la présence des valises limite l’angle d’inclinaison en cas de chute et la rend plus facile à relever.

En milieu d’après-midi, le ciel se fait menaçant et il commence à pleuvoir quelques gouttes. Avec quelques gars qui roulaient devant moi, on décide de quitter l’itinéraire "extrême" pour finir les derniers 90km sur l’itinéraire "aventure" qui comporte moins de bourbiers. Au final, la pluie s’est rapidement arrêtée, laissant même le soleil percer timidement, mais l’envie de continuer sur la piste "extrême" n’y était plus. J’ai déjà cassé un rétroviseur, je ne veux pas pousser le bouchon trop loin non plus.

Aucune difficulté particulière sur le dernier tronçon, on traverse de magnifiques paysages et de temps à autre de petits villages déserts où le temps semble s’être arrêté il y a bien longtemps.

En fin d’après-midi, j’atteins l’emplacement de notre premier bivouac, à Beauchamps. Situé au bord d’un petit lac, l’endroit est charmant et, à ma grande surprise, je fais partie des premiers à arriver. J’ai le temps de planter ma tente, de prendre une douche tiède et même de savourer une bonne bière au soleil alors que les participants continuent d’arriver tout au long de la soirée. Une mention d’honneur pour les trois Belges en Vespa qui arrivent plusieurs heures après tout le monde.

Après un repas convivial à l’extérieur où je fais quelques connaissances, c’est direction la tente pour essayer de me réchauffer dans mon sac de couchage. Il fait vraiment froid !

La vidéo de la journée :

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Plus d'articles Moto

Essai Honda CBR1000 RR Fireblade et CBR1000 RR SP1 2017 - Le 2.0 au service de tous
Cela fait des années que les fans de la marque ailée attendaient le retour de modèles sportif. Pour l'occasion, Honda n'a pas fait semblant et propose pas moins de 3 déclinaisons de sa nouvelles CBR1000RR.
Essai Kawasaki Ninja 650 - Sport tourisme réinventé
Directement liée au roadster Z650 tout fraîchement sorti, la Ninja 650 aura la tâche de percer dans le marché du sport tourisme. On peut lui trouver une parenté avec l’ER6F mais cela s’arrête au premier coup d’oeil. Le concept est différent et les attentes plus grandes. L’essai qui suit va droit à l’essentiel: que peut-on attendre de cette Ninja.
Triumph Rocket III "Café Racer" par Wenley Andrews
Personnaliser sa moto et lui donner un look de Café Racer, ce n'est ni nouveau et ni à la veille d'être démodé ! Un préparateur australien, Wenley Andrews, le prouve avec cette Triumph Rocket III revisitée...
Ducati - Un V4 pour la future Panigale R ?
L'avenir des sportives de la firme de Bologne passera-t-il par une motorisation V4 en lieu et place du traditionnel V2 desmodromique ? Le PDG de la firme l'a laissé entendre lors de la présentation du team MotoGP.
Il s'achète une moto à 14h00 et perd son permis à 15h00 suite à un excès de vitesse
Nul doute qu’en acquérant sa moto, ce quadra fréjusien ne se doutait pas qu’une heure plus tard, il la verrait repartir…
Essai Ducati Scrambler Desert Sled - Rififi au pays du Western Spaghetti
La famille des Scrambler compte 6 membres : la Classic, la Icon, la Full Throttle, la Cafe Racer, la Sixty 2 et enfin la Desert Sled qui vient remplacer la Urban Enduro. C'est celle-ci que nous avons le privilège d'essayer dans le désert qui a servi de cadre aux westerns spaghettis dans le sud de l'Espagne.

Recherche

Hot news !

30 mois de prison pour le "Ghost Rider" genevois
Déjà condamné pour un "exploit" publié sur Youtube en 2012, un motard récidiviste du bout du lac repassera par la case prison après avoir récidivé sitôt sa première peine purgée.
Essai Triumph Bonneville Bobber – Elégance brutale pour le Hot Rod anglais
En quelques mois, la famille Modern Classic de Triumph s’est vue enrichir de nombreux modèles, tous intimement liés les uns aux autres. La Bonneville Bobber fait figure d’exception en s’aventurant sur un marché inexploré depuis 1940 par la marque de Hinkley.
Acid'Track 2017 - Les inscriptions sont ouvertes !
Vous les attendiez ? Nous on piaffe d'impatience ! Les inscriptions pour les Acid'Track 2017 sont ouvertes. Au menu : Circuit de Bresse les jeudi 15 et vendredi 16 juin 2017 et Vaison Piste les samedi 9 et dimanche 10 septembre 2017.
Essai Ducati Multistrada 950 – Sport et polyvalence devenus accessibles
Pour Ducati, la Suisse est une terre promise à la Multistrada. Bien qu’onéreuse, celle-ci se vend bien à des motards qui savent ce qu’ils veulent. Avec la 950, la marque italienne cible des néophytes à la recherche de plusieurs motos concentrées en une. Voyage, sport, tout-chemin et prix accessible. Que demander d’autre ?
Essai KTM 1290 Super Duke R 2017 – The Beast 2.0 : Le retour
On l’attendait impatiemment, et la voilà. Si elle a été présentée au salon de Milan EICMA 2016, nous avons enfin pu la rouler pour vous en parler plus en détail. L’essai de "La Bête" sur les routes de Doha au Qatar, et sur la piste de Losail, c’est ici !
Essai Yamaha MT-09 2017 – Style transgressif pour roadster best-seller
Le roadster culte de Yamaha a déjà 3 ans. Avec la grande sœur au cœur de R1 définissant un nouveau style pour le segment, une mise à jour de la MT-09 était à prévoir. Dotée de quelques atouts mécaniques comme un shifter et un embrayage assisté antidribble, ce sera bien vers la suspension que se tourneront les regards. A moins qu'ils ne s'arrêtent sur la nouvelle face avant...

Liens Partenaires