Essai publié le 21 janvier 2018

Essai Triumph Speedmaster - La Bobber façon grand tourisme

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Triumph Motorcycles

Triumph m’a convié en Californie pour vivre pleinement les sensations distillées par sa nouvelle Speedmaster. Jusqu’à ce jour, je n’avais fait connaissance de l’Anglaise que par l’intermédiaire de photos et autres papiers. Une fiche technique alléchante avec des caractéristiques retenant l’attention et un style façon bobber embourgeoisé, la Speedmaster semble valoir le détour… jusque sur la côte ouest des Etats-Unis.

Retrouvez toutes les photos, ainsi que les détails, dans la galerie en fin d'article.

13 heures de vol, plus de 24 heures sans fermer l’oeil, la Speedmaster se mérite et se laisse désirer. Arrivé à l’hôtel, je découvre la belle dans son plus simple appareil. Ainsi posée au milieu du hall d’entrée de l’hôtel, elle brille par ses chromes et sa ligne à la fois élégante et imposante. Valorisante par ses rondeurs, son élégance très british et son volumineux bicylindre parallèle, je suis rempli d’émotions en la découvrant, bien que je sois à moitié éveillé des suites de ce long voyage...

Que je le dise d’entrée, je ne suis pas un grand fada des motos customs. Et pourtant, je dois admettre que cette Speedmaster ne me laisse pas indifférent. Une ligne allongée, tout en étant basse, de larges roues de diamètre contenu, des chromes en veux-tu en voilà, la minutie des détails, … le tout couronné par une qualité de finition remarquable, la Speedmaster est attirante et a son charme. A priori, je n’en ferais pas l’une de mes motos, mais je monterai volontiers sur sa selle, le temps d’une course d’essai… et peut-être plus si affinités.

Avant le ride de 200 kilomètres, je rejoins la salle de briefing pour assister à la conférence de presse dirigée par les ingénieurs et autres têtes pensantes du marketing de Triumph. Un brin hautain, je consulte la fiche technique de la Speedmaster avec le pressentiment de se retrouver face à un énième cruiser, lourd comme une enclume et dénué de tout attrait. Finalement, avec surprise, je découvre une moto avec des caractéristiques pour le moins intéressantes. Tout d’abord, la Speedmaster a hérité de l’essentiel de la réputé Bobber. Il est vrai que mes collègues de la presse avaient été élogieux suite à leur essai de la Bobber.

D’une part, le bicylindre 1200cc qui l’anime est un véritable bête tracteuse. Triumph l’a fait connaître au lancement de la Bonneville T120 ainsi que de la Thruxton (R). Un moteur, deux déclinaisons : High Torque et High Power. Du plus coupleux et moins puissant au plus puissant et moins coupleux, il y en a pour tous les goûts. En l’occurrence, la Speedmaster, tout comme la T120, est motorisée par la version High Torque : un maximum de couple jusqu’à 4’500tr/min (10% de couple de plus que la T120 à régime égal). La valeur de couple maximale (106Nm) étant atteinte rapidement, il y a de quoi arracher le bitume à chaque départ arrêté.

D’autre part, elle ne fait pas l’impasse sur les technologies et se distingue comme un cruiser avant-gardiste. Précisément, la Speedmaster propose d’origine un accélérateur électronique, un contrôle de traction, deux modes de conduite (rain et road) de même qu’un régulateur de vitesse. Sans compter sur un ordinateur de bord proposant pléthore d’informations, un embrayage assisté et un éclairage full LED.

En réalité, la Speedmaster n’est autre qu’une Bobber embourgeoisée. Et, cerise sur le gâteau, les balades pourront être partagées à deux. Avec sa selle passager qui s’apparente à une véritable selle plutôt qu’un vulgaire strapontin, les balades seront alors plus que confortable. Notez au passage que la selle passager peut être ôtée rapidement au profit d’un porte-paquet ou autre accessoire d’origine Triumph.

Ensuite, les conférenciers nous expliquent à quel point il a été important, au moment de la conception de la moto, de respecter l’héritage de la marque. Fière de son histoire, la marque d’Hinckley a souhaité faire perdurer les gênes des originelles Bonneville des années 50. C’est ainsi que la Speedmaster présente une ligne intemporelle avec de nombreux clins d’oeil au passé. Avec ses jantes à 32 rayons de 16 pouces, son réservoir de 12 litres en forme de goutte d’eau, son unique phare à signature LED, ses chromes qui brillent de partout, ses échappements courts, son guidon courbé, … elle est pleine de charme.

D’avoir fait preuve d’un minimum d’ouverture d’esprit m’a fait remarquer que cette Triumph Speedmaster, outre son style attrayant, a finalement beaucoup pour elle. Tellement que c’est avec entrain que je prendrai son guidon…

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Style
+
Moteur
+
Confort
+
Freinage
+
Maniabilité (relative à un cruiser)
+
Technologies embarquées
On a moins aimé :
-
Garde au sol limitée
-
Autonomie limitée (pour les gros rouleurs)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speedmaster
Année :
2018
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Twin parallèle, calé à 270°, simple arbre à cames, 8 soupapes
Cylindrée :
1200 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
77 ch à 6'100 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 vitesses
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Berceau en acier tubulaire
Suspension AV :
Fourche KYB, 41mm de diamètre
Course AV :
90 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur réglable en précharge
Débattement AR :
73.3 mm
Pneu AV :
130/90 R16
Pneu AR :
150/80 R16
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Deux disques de 310 mm avec étrier Brembo 2 pistons
Frein AR :
Disque 255 mm unique, étrier flottant 2 pistons Nissin
Dimensions
Empattement :
1'510 mm
Largeur :
770 mm
Hauteur de selle :
705 mm
Hauteur de selle réglable
Poids à sec :
245 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black
 
Cranberry Red
 
Phantom Black / Fusion White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'750.-
Jusqu'à CHF 15'110.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Week-end de test BMW par Facchinetti motos
Ce week-end à Saint-Cergue, 18 modèles de BMW seront mis à disposition par Facchinetti Motos pour des essais.
Triumph dévoile la Speed Triple 1200 RR, une Speed Triple 1200 RS carénée…
Triumph dévoile la Speed Triple 1200 RR, une Speed Triple 1200 RS carénée mais ne l’appelez pas « Daytona »…
BMW R18 B & Transcontinental : A l'assaut de l'Amérique!
D’ici la fin de cette année 2021, BMW s’attend à célébrer un nouveau record de ventes avec près de 140'000 motos déjà écoulées jusqu’en août. Les objectifs sont clairs : Être la marque moto premium numéro 1 au niveau mondial. Rien que ça !Après avoir lancé avec succès les R18 et R18 Classic en 2020 (4'000 ventes), la marque bavaroise dévoile aujourd’hui les R18 B et R18 Transcontinental. Ces deux nouveaux modèles, également motorisés par le plus gros boxer de tous les temps, sont prêts pour en découdre avec leurs concurrentes américaines.
EICMA 2021 – Le retour du plus grand salon du deux-roues
Après une édition 2020 qui se sera tenue en virtuelle, le salon EICMA fait son grand retour en 2021 et se tiendra du 23 au 28 novembre.
Test du Sur-Ron Light Bee: l'enduro électrique de 55 kg!
Lancée en 2018, la Light Bee, premier modèle de la marque Chinoise Sur-Ron est un deux-roues tout à fait unique et sur laquelle il est difficile de coller une étiquette. Au premier coup d’œil, elle ressemble à s’y méprendre à un E-Mountain Bike. Toutefois, elle n’a pas de pédales, possède un moteur capable de fournir 5 KW et 250 Nm en pic et et ne pèse que 55 kg. Vous avez dit moto ?
Retour sur le 3ème Steel Trophy de dirt track organisé à Orny (VD) par la Swiss Dirt Track Association (SDTA)
« Des airs d’Amérique », voilà ce que l’on nous avait promis pour le weekend dernier. Promesses tenues, et même bien au-delà.

Hot news !

Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.
Essai de la Zero SR/F : Silence, ça pousse!
Essai d'une moto branchée qui risque de vous surprendre.
Aprilia RSV4 Factory 2021 - A la pointe de l'efficacité
10 jours d'essai au guidon d'une Aprilia qui ne cesse de s'améliorer avec les années.
Cette fois c'est officiel, la Yamaha YZF-R7 va faire son retour
Les documents CARB (California Air Resources Board) sont comme les enfants et les leggings : ils ne mentent pas ! Et c'est en les consultant qu'on peut voir qu'une Yamaha YZF-R7 va faire son retour en 2022.