Essai publié le

Essai Triumph Speedmaster - La Bobber façon grand tourisme

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Triumph Motorcycles
Imprimer cet article

Triumph m’a convié en Californie pour vivre pleinement les sensations distillées par sa nouvelle Speedmaster. Jusqu’à ce jour, je n’avais fait connaissance de l’Anglaise que par l’intermédiaire de photos et autres papiers. Une fiche technique alléchante avec des caractéristiques retenant l’attention et un style façon bobber embourgeoisé, la Speedmaster semble valoir le détour… jusque sur la côte ouest des Etats-Unis.

Retrouvez toutes les photos, ainsi que les détails, dans la galerie en fin d'article.

13 heures de vol, plus de 24 heures sans fermer l’oeil, la Speedmaster se mérite et se laisse désirer. Arrivé à l’hôtel, je découvre la belle dans son plus simple appareil. Ainsi posée au milieu du hall d’entrée de l’hôtel, elle brille par ses chromes et sa ligne à la fois élégante et imposante. Valorisante par ses rondeurs, son élégance très british et son volumineux bicylindre parallèle, je suis rempli d’émotions en la découvrant, bien que je sois à moitié éveillé des suites de ce long voyage...

Que je le dise d’entrée, je ne suis pas un grand fada des motos customs. Et pourtant, je dois admettre que cette Speedmaster ne me laisse pas indifférent. Une ligne allongée, tout en étant basse, de larges roues de diamètre contenu, des chromes en veux-tu en voilà, la minutie des détails, … le tout couronné par une qualité de finition remarquable, la Speedmaster est attirante et a son charme. A priori, je n’en ferais pas l’une de mes motos, mais je monterai volontiers sur sa selle, le temps d’une course d’essai… et peut-être plus si affinités.

Avant le ride de 200 kilomètres, je rejoins la salle de briefing pour assister à la conférence de presse dirigée par les ingénieurs et autres têtes pensantes du marketing de Triumph. Un brin hautain, je consulte la fiche technique de la Speedmaster avec le pressentiment de se retrouver face à un énième cruiser, lourd comme une enclume et dénué de tout attrait. Finalement, avec surprise, je découvre une moto avec des caractéristiques pour le moins intéressantes. Tout d’abord, la Speedmaster a hérité de l’essentiel de la réputé Bobber. Il est vrai que mes collègues de la presse avaient été élogieux suite à leur essai de la Bobber.

D’une part, le bicylindre 1200cc qui l’anime est un véritable bête tracteuse. Triumph l’a fait connaître au lancement de la Bonneville T120 ainsi que de la Thruxton (R). Un moteur, deux déclinaisons : High Torque et High Power. Du plus coupleux et moins puissant au plus puissant et moins coupleux, il y en a pour tous les goûts. En l’occurrence, la Speedmaster, tout comme la T120, est motorisée par la version High Torque : un maximum de couple jusqu’à 4’500tr/min (10% de couple de plus que la T120 à régime égal). La valeur de couple maximale (106Nm) étant atteinte rapidement, il y a de quoi arracher le bitume à chaque départ arrêté.

D’autre part, elle ne fait pas l’impasse sur les technologies et se distingue comme un cruiser avant-gardiste. Précisément, la Speedmaster propose d’origine un accélérateur électronique, un contrôle de traction, deux modes de conduite (rain et road) de même qu’un régulateur de vitesse. Sans compter sur un ordinateur de bord proposant pléthore d’informations, un embrayage assisté et un éclairage full LED.

En réalité, la Speedmaster n’est autre qu’une Bobber embourgeoisée. Et, cerise sur le gâteau, les balades pourront être partagées à deux. Avec sa selle passager qui s’apparente à une véritable selle plutôt qu’un vulgaire strapontin, les balades seront alors plus que confortable. Notez au passage que la selle passager peut être ôtée rapidement au profit d’un porte-paquet ou autre accessoire d’origine Triumph.

Ensuite, les conférenciers nous expliquent à quel point il a été important, au moment de la conception de la moto, de respecter l’héritage de la marque. Fière de son histoire, la marque d’Hinckley a souhaité faire perdurer les gênes des originelles Bonneville des années 50. C’est ainsi que la Speedmaster présente une ligne intemporelle avec de nombreux clins d’oeil au passé. Avec ses jantes à 32 rayons de 16 pouces, son réservoir de 12 litres en forme de goutte d’eau, son unique phare à signature LED, ses chromes qui brillent de partout, ses échappements courts, son guidon courbé, … elle est pleine de charme.

D’avoir fait preuve d’un minimum d’ouverture d’esprit m’a fait remarquer que cette Triumph Speedmaster, outre son style attrayant, a finalement beaucoup pour elle. Tellement que c’est avec entrain que je prendrai son guidon…

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Style
+
Moteur
+
Confort
+
Freinage
+
Maniabilité (relative à un cruiser)
+
Technologies embarquées
On a moins aimé :
-
Garde au sol limitée
-
Autonomie limitée (pour les gros rouleurs)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speedmaster
Année :
2018
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Twin parallèle, calé à 270°, simple arbre à cames, 8 soupapes
Cylindrée :
1200 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
77 ch à 6'100 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 vitesses
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Berceau en acier tubulaire
Suspension AV :
Fourche KYB, 41mm de diamètre
Course AV :
90 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur réglable en précharge
Débattement AR :
73.3 mm
Pneu AV :
130/90 R16
Pneu AR :
150/80 R16
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Deux disques de 310 mm avec étrier Brembo 2 pistons
Frein AR :
Disque 255 mm unique, étrier flottant 2 pistons Nissin
Dimensions
Empattement :
1'510 mm
Largeur :
770 mm
Hauteur de selle :
705 mm
Hauteur de selle réglable
Poids à sec :
245 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black
 
Cranberry Red
 
Phantom Black / Fusion White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'750.-
Jusqu'à CHF 15'110.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Suzuki serait en train de travailler sur une GSX-R300
Les petites sportives ont le vent en poupe, notamment grâce au championnat Supersport 300 où les R3, Ninja 400 et autres RC 390 R se taillent la part du lion. Or, Suzuki entent apparemment revoir sa petite GSX-R.
Triumph Thruxton R "Martini Racing" by Hess Motorrad AG
Chez Hess Motorrad à Ostermundigen (BE), on sait magnifier les motos pourtant déjà très belles d'origine pour certaines. Nous pensons notamment à la Triumph Thruxton R.
Un chauffard trahi par sa vidéo postée il y a un an sur Facebook
Un motard allemand résidant à Zürich a été trahi pas sa vidéo postée il y a un an sur le groupe Swiss Race-Community sur Facebook le montrant rouler à près de 300km/h sur route ouverte.
MV Agusta de retour en Moto2 avec Forward Racing
Après bientôt 42 ans d'absence, MV Agusta fera son retour l'an prochain en Grand Prix, en collaboration avec l'équipe Forward Racing pour 4 saisons de Moto2.
Yamaha dépose un brevet pour une V-Max à trois roues
On se doute bien que la nouvelle Yamaha Nikken dont les réservations viennent d'ouvrir ne restera pas sans suite. Voici un premier indice avec le dépôt d'un brevet pour une V-Max dotée de trois roues.
Le système de réservation en ligne de la Yamaha NIKEN est désormais disponible
Le système de réservation en ligne de la NIKEN 2018 est désormais disponible

Recherche

Hot news !

La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.

Liens Partenaires