Essai publié le

Essai Yamaha T-Max, SX, DX - Rafale de maxi-scooters

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Alessio Barbanti, Jonathan Godin, Christof van der Walt
Imprimer cet article

Depuis 2008 il fait la loi sur le marché du maxi-scooter. Le T-Max fête ses 9 ans au sommet du classement des ventes du segment en s’offrant une nouvelle couche d’évolution entièrement dédiée aux attentes des clients qui sont de plus en plus nombreux à s’offrir le dernier modèle dès sa sortie.

Assez de sport, accent sur le confort.

Plutôt que se disperser, Yamaha a focalisé son attention sur ce que les clients T-Max donnent comme retour mais aussi sur ce qui pourrait les attirer chez la concurrence. C’est ainsi que la marque aux diapasons a décidé de faire un véhicule plus léger (-9kg au total). Le châssis est désormais 30% plus léger en adoptant une partie arrière en PVC renforcé plutôt qu’en métal.

Tout l’arrière s’est un peu élargi, mais c’est pour permettre de ranger 2 demi-jets (ou un intégral et du commerce) sous la selle; demande récurrente sur le marché. Avec l’arrière en plastique, le centre de gravité est abaissé faisant gagner le T-Max en agilité. La courroie d'entraînement de la roue ne fait plus que 25 mm contre 40mm auparavant, gain de poids et en efficacité avec une pièce mobile moins lourde. Même chose pour les roues plus légères et surtout plus fine à l’arrière. Nouveau gain de poids et d’agilité pour le maxi-scooter.

Les gens aiment aussi l’identité de leur T-Max, identifiable au premier coup d’oeil. Ainsi il a été adopté un éclairage complet à LED composé d’un double phare avant compact où les deux côtés sont allumés en même temps et un feux arrière au dessin totalement nouveau. Seulement, le T-Max a aussi attiré le regard des voleurs depuis un certain temps. Yamaha se devait de réagir en équipant tous les modèles 2017 d’un verrouillage de béquille centrale, en plus de la direction. Il devient alors très compliqué de déplacer le scooter sans un énorme déploiement de force.

Yamaha a aussi annoncé un partenariat avec Vodafone Automotive pour équiper les versions SX et DX d’un système de localisation couplé à une application mobile. L’abonnement au service est gratuit la première année, j’en parlerai plus en détails en expliquant “My TMAX Connect”, l’application dédiée.

Sur le tableau de bord, entre les 2 instruments à aiguille, prend maintenant place un écran TFT affichant diverses informations usuelles et donnant aussi accès à un menu de réglage rapide au moyen du commodo gauche. Ce dernier provient de la FJR 1300, pour avoir suffisamment de bouton à disposition. Via le menu, on peut désactiver le nouveau contrôle de traction, mais on a surtout accès aux fonctions réservées au modèles SX et DX.

Quand on regarde le moteur plus en détails, on découvre que la boite à air a changé, les injecteurs sont redessinés, le circuit de filtre et refroidissement d’huile est inédit et enfin la forme des carter a été adaptée pour accueillir la suspension Back-Link horizontale. L’évacuation des gaz prend un autre chemin, avec un catalyseur situé sous le châssis au lieu d’être à l’intérieur de la cartouche du silencieux. Celui-ci peut être remplacé par une pièce moins imposante et au look plus “moto” que jusqu’à présent.

Le bon choix d’équipement

Avec ses 3 versions, le maxi-scooter leader du marché ratisse large. Commençant à CHF 12’590.- pour la version standard, il faudra ajouter CHF 900.- pour le SX et débourser jusqu’à CHF 14’490.- pour un DX tout équipé. Ces finitions fonctionnent par palier, ajoutant chaque fois des composants.

Commençons par parler du SX. Il reçoit en plus la connectivité “My TMAX Connect” mais surtout il est doté de 2 cartographies moteur Touring et Sport. La différence entre les 2 est flagrante : d’abord la puissance passe de 38cv en T à 48cv sur S et ensuite la réponse des gaz est beaucoup plus directe en S. C’est presque comparable au mode B d’une MT-09 tant la poignée de droite devient nerveuse. Il y a aussi le Matt Silver, la couleur exclusive au SX reconnaissable à ses jantes bleues rappelant le Race Blu et une finition propre au modèle.

Le DX ajoute une touche tourisme au T-Max, avec un pare-brise haut et réglable électriquement, poignée et selle chauffante ainsi que le régulateur de vitesse. L’amortisseur devient aussi réglable en précontrainte comme en amortissement, avec des outils cependant. Sa couleur signature est ce Phantom Blue très élégant qui devrait trouver grâce auprès de la clientèle. Autrement il ne restera que le Liquid Black qui existe aussi pour le SX.

Histoire de clé

Quel que soit le modèle choisi, le T-Max ne démarrera qu’en la présence de son transpondeur qui fait office de clé. Présent sur des motos depuis plusieurs années, il était aussi sur le T-Max 2016. Seulement je me permets une paire de paragraphe au sujet de ce système car il me semble incroyablement alambiqué alors qu’il remplace un objet aussi simple qu’une clé. Pour déverrouiller, mettre le contact et démarrer : un seul bouton, très bien.

Mais lorsqu’on s’arrête, si on fait quoi que ce soit d’autre que d’utiliser le bouton off on est gratifié d’une série de bips d’avertissement. Pendant la journée d’essai c’était un concert plutôt agaçant passé 15h. Et après, si on a bien utilisé le bouton off, celui-ci verrouille la selle et le vide poche. Alors que je viens de m’arrêter, j’aurais aimé pouvoir ranger mon casque sans relancer la procédure de démarrage.

Notons quand même que sur la clé on peut désactiver l’émetteur. Ainsi, vous évitez qu’un plaisantin ne démarre votre véhicule alors que vous êtes assis en terrasse, à 1m et dos à votre T-Max. Enfin voilà, le transpondeur fonctionne, mais la logique de programmation de tout ça pourrait être optimisée.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Qualité de finition
+
Agilité époustouflante
+
D-Mode vraiment différents
On a moins aimé :
-
Nouveauté pas transcendante
-
Smart Key perfectible

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
T-Max SX/DX
Année :
2017
Catégorie :
Scooter
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en ligne incliné vers l'avant, quatre temps, double arbre à cames en tête, quatre soupapes
Cylindrée :
530 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique avec D-Mode
Performances
Puissance max. :
48 ch à 6'750 tr/min
Couple max. :
53 Nm à 5'250 tr/min
Transmission
Boîte :
Automatique à courroie trapézoïdale
Partie Cycle
Suspension AV :
Fourche téléscopique inversée
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Bras oscillant
Débattement AR :
117 mm
Pneu AV :
120/70-15
Pneu AR :
160/60-15
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque, Ø 267 mm
Frein AR :
Simple disque, Ø 282 mm
Dimensions
Longueur :
2'200 mm
Empattement :
1'575 mm
Largeur :
765 mm
Hauteur de selle :
800 mm
Poids total :
213 kg
Réservoir :
15 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Midnight Black
 
Matt Silver (SX)
 
Phantom Blue (DX)
 
Liquid Darkness (SX/DX)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'590.-
Prix de départ modèle ABS. SX: CHF 13'490.- DX: CHF 14'490.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Iron Bikers 2017 - Un week-end dans les années 60-70, nous y étions !
Cette année, pour la première fois, les "p'tits Suisses" débarquent en force à Paris sur le mythique circuit Carole, pour l’Iron Bikers.
Facchinetti Groupe reprend la représentation de BMW Motorrad à Crissier (Lausanne) et Genève
L'information circulait dans le milieu, c'est maintenant officiel: Facchinetti Groupe reprend la représentation de BMW Motorrad à Crissier (Lausanne) et Genève.
Acid'Days 2017 - Les 13 et 14 mai à Cossonay -  Les pré-inscriptions sont ouvertes !
Les 13 et 14 mai prochains se déroulera notre week-end de fête autour du monde de la moto : essai de multiples marques, show, concert... Une fête pour les motards faite par des motards !
Optimisation de la formation à la conduite en Suisse - Pour les motards aussi
À l’avenir, en Suisse, les personnes autorisées à conduire seules pour la première fois devraient posséder une expérience de la conduite plus grande qu’aujourd’hui.
Street58 fête ses 5 ans - Le 10 juin 2017 en Ardèche
Le réseau social pour motards, Street58, fêtera son 5ème anniversaire le 10 juin prochain.
Le groupe Volkswagen prêt à vendre Ducati
Le scandale du Dieselgate a sérieusement ébranlé le groupe Volkswagen et ce dernier va drastiquement rationaliser ses dépenses afin d'entamer une transition vers les véhicules électriques et les nouveaux services de mobilité.

Recherche

Hot news !

BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.
Essai Yamaha SCR 950 - La Bolt se mue en Scrambler
La Yamaha XV950R s’est faitw très discrète sur le marché depuis sa sortie, nous l’avions essayée et dans la foulée Badan Moto s’en servait comme base pour un custom très séduisant. Reste que le moteur V2 à refroidissement à air a une montagne de couple à offrir, alors autant en profiter pour créer un autre modèle avec ! Surfant sur la vague Vintage, c’est ainsi qu’est née le scrambler SCR950 avec son grand guidon et ses pneus mixtes, elle en a déjà l’allure, mais en a-t-elle le comportement ?
Essai PdB 500 - Une marque genevoise revient dans la course
C’est à quelques encablures de feu la société Motosacoche SA, qui aura été une marque mondialement réputée et très bien racontée par notre ami Eric Bezon, qu’une figure emblématique du canton, Nanard Meili a décidé de lancer sa propre entreprise : PdB.

Liens Partenaires