Essai publié le

Essai Triumph Speed Triple R 2016 - Une mise à jour sérieuse pour le roadster à succès [page 2]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de A. Barbanti & M. Cavadini

Pages

Les versions, parlons-en !

La Speed Triple est disponible en deux versions : S pour la version standard et R pour plus de sport encore. Sans surprise, Triumph a repris la même recette que celle appliquée au précédent millésime ainsi qu’à la Daytona ; les versions R reçoivent une livrée exclusive avec des touches de rouge ci et là et des pièces en carbone, mais surtout un système de suspension signé par le sorcier suédois Öhlins. Plus précisément, la version standard se contente d’une suspension Showa déjà performante alors que la version R se dote du fameux amortisseur TTX36 RSU et de la fourche inversée de 43mm NIX30.

La Speed Triple R pourrait-elle alors piquer le slogan des Autrichiens, "Ready to Race" ? Nous verrons cela lorsque nous poserons les Pirelli Diablo Supercorsa sur le tortueux et technique circuit de Calafat, dans la région de Barcelone.

Le moteur, l’immortel trois-cylindres 1050 !

Que serait la Speed sans son "Triple" ? Visuellement, son trois-cylindres, initialement dérivé du 955, occupe le centre du sujet. La Speed est construite autour de son moteur. A la conduite, la "Triple Touch" représente l’origine du charisme distillé par l’Anglaise.

Pour ce nouveau millésime, Triumph affirme avoir complètement revu son 1050 dans le but de lui attribuer un caractère plus affirmé et pour répondre aux normes antipollution Euro4. Au total, pas moins de 104 pièces ont été repensées, redessinées ou échangées, comme par exemple le vilebrequin, les pistons et la boîte à air avec son admission d’air forcé.

Résultat de l’opération, le trois-cylindres est moins gourmand en carburant à hauteur de 10% et affiche des valeurs de couple et de puissance plus élevées. Plus exactement, le couple est plus élevé de 5% de 3’500tr/min à 7’500tr/min pour atteindre sa valeur maximale de 112Nm à 7’850tr/min et la puissance maximale de 140cv est développée à 9’500tr/min.

La boîte de vitesse et ses rapports restent identiques. L’embrayage est de type anti-dribble, évitant ainsi la glisse de la roue arrière lors de rétrogradages musclés.

Les premiers tours de roues

Triumph Motorcycles a convié la presse des différents pays du globe dans la région de Tarragone, à quelques dizaines de kilomètres de Barcelone. La Speed Triple R ayant une vocation sportive, l’essai se déroulera sur route ouverte, dans les lacets des contreforts catalans, puis sur le circuit de Calafat avec son tracé technique.

Afin de prendre en main l’Anglaise, nous débutons par l’essai routier qui nous fait sortir de la zone urbaine pour rejoindre des routes plus attractives, à savoir des enchaînements de virages rapides.

Le premier mot qui nous vient à l’esprit, c’est "ergonomie". On se sent bien sur la selle de la Speed Triple R. La position est détendue, bien que légèrement sur les poignets. Les commandes tombent naturellement sous les doigts et on se prête volontiers à la navigation entre les différents menus disponibles. Passer d’un mode de conduite à l’autre se fait d’une brève impulsion sur le bouton mode ; débrayer sera nécessaire pour valider le mode choisi.

En mode Road, la commande des gaz réagit progressivement et permet de relancer la moto tout en douceur d’un carrefour à l’autre. L’embrayage à commande mécanique demande une certaine poigne pour être actionné ; nous étions habitués à plus de souplesse avec les embrayages anti-dribble. Par chance, le levier de vitesse est précis, quand bien même sa course est un poil longue. La prise en main est instinctive et la moto se laisse rouler sur un filet de gaz. En évoluant à basse vitesse bas dans les tours, on se rend compte que le trois-cylindres a gagné en docilité. De même, on apprécie le travail effectué sur la boîte à air, cette dernière laissant s’échapper un ronronnement sourd sans être envahissant.

On sort de l’agglomération urbaine et de longues courbes s’offrent à nous. Sur le dernier rapport, la Speed Triple R fait fi de l’inertie de son moteur et tracte sans broncher, même bien en-dessous des limitations de vitesse. La souplesse du 1050cc n’est plus à démontrer et cette nouvelle mouture le confirme. Il est plein de bas en haut et ne s’essouffle jamais. Certains lui reprocheront trop de linéarité. C’est justement la particularité d’un trois-cylindres et ce qui fait tout son charme.

On privilégie les rapports supérieurs pour évoluer dans cet environnement : bonne visibilité, voie large et longues courbes. La Speed Triple R a un comportement impérial. Sa suspension dorée (ndlr : badgée Öhlins) filtre les toutes les imperfections de l’asphalte et procure une grande stabilité à la moto, et ce même à des vitesses largement prohibées.

On apprécie également le système de freinage choisi, des étriers Brembo type 4.34 et son équipement associé. Le dosage peut être si fin et la puissance si forte qu’un seul doigt suffit pour freiner efficacement. Quant au frein arrière, il est plutôt anecdotique et ne sert qu’à ralentir la moto ou à corriger la trajectoire en virage.

Comme tout roadster, la Speed Triple (R) n’offre pas une bonne protection face au vent. On a beau se coller au réservoir, ce n’est pas le petit saute-vent qui changera radicalement la donne. Cependant, il est intéressant de savoir qu’on trouve un saute-vent allongé parmi les options, comme celui illustré ci-dessus.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son moteur
+
Sa partie-cycle
+
Son look
+
Son prix pour le moins attractif
On a moins aimé :
-
Un peu lourde sur la balance

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speed Triple R
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Trois-cylindres, 4 temps, 12 valves, D.O.H.C.
Cylindrée :
1050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint avec injection d’air forcé
Performances
Puissance max. :
140 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
112 Nm à 7'850 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile anti-dribble
Partie Cycle
Châssis :
Double tube en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée de 43 mm Öhlins NIX30, réglages en compression, en détente et précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur Öhlins TTX36 double tube, réglages en compression, en détente et précharge
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flotant Ø 320mm et étriers Brembo monobloc 4 pistons (ABS déconnectable)
Frein AR :
Simple disque Ø 255 mm, étrier flottant Brembo à deux pistons (ABS déconnectable)
Dimensions
Longueur :
2'075 mm
Empattement :
1'435 mm
Largeur :
780 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Selle basse en option
Poids à sec :
192 kg
Réservoir :
15.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Graphite
 
Crystal White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'200.-
+ CHF 160.- de frais de transport
En ligne :

Plus d'articles Moto

Suzuki serait en train de travailler sur une GSX-R300
Les petites sportives ont le vent en poupe, notamment grâce au championnat Supersport 300 où les R3, Ninja 400 et autres RC 390 R se taillent la part du lion. Or, Suzuki entent apparemment revoir sa petite GSX-R.
Triumph Thruxton R "Martini Racing" by Hess Motorrad AG
Chez Hess Motorrad à Ostermundigen (BE), on sait magnifier les motos pourtant déjà très belles d'origine pour certaines. Nous pensons notamment à la Triumph Thruxton R.
Un chauffard trahi par sa vidéo postée il y a un an sur Facebook
Un motard allemand résidant à Zürich a été trahi pas sa vidéo postée il y a un an sur le groupe Swiss Race-Community sur Facebook le montrant rouler à près de 300km/h sur route ouverte.
MV Agusta de retour en Moto2 avec Forward Racing
Après bientôt 42 ans d'absence, MV Agusta fera son retour l'an prochain en Grand Prix, en collaboration avec l'équipe Forward Racing pour 4 saisons de Moto2.
Yamaha dépose un brevet pour une V-Max à trois roues
On se doute bien que la nouvelle Yamaha Nikken dont les réservations viennent d'ouvrir ne restera pas sans suite. Voici un premier indice avec le dépôt d'un brevet pour une V-Max dotée de trois roues.
Le système de réservation en ligne de la Yamaha NIKEN est désormais disponible
Le système de réservation en ligne de la NIKEN 2018 est désormais disponible

Recherche

Hot news !

La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.

Liens Partenaires