Essai publié le

Essai de la Ducati Multistrada 1200 S 2015 - Du sport, toujours du sport, et encore plus de confort !

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Ducati
Imprimer cet article

Ducati a le vent en poupe et attaque tous les fronts avec ses nouveaux modèles. Ces derniers mois, nous avons vu la Monster 1200, la Scrambler, la Panigale 1299. Trois modèles pour trois marchés différents, des roadsters aux supersportives en passant par les néo-rétros. A prime abord, on pourrait croire que les goûts des "ducatisti" sont satisfaits, et pourtant il y a la catégorie des maxi-trails occupés par la Multistrada 1200. Bien que cette dernière soit déjà équipée d’une armada technologique de pointe, Ducati enfonce le clou et brigue la première place des maxi-trails.

Quand beaucoup s’attendaient à l’avènement d’une Multistrada de taille réduite motorisée par le bicylindre Testastretta 821cc, Ducati a surpris ses observateurs en présentant une nouvelle Multistrada, toujours habitée par le fameux bicylindre Desmodromique 1198cc.

Pour ce millésime 2015, les nouveautés semblent avant tout esthétiques. Mais pas seulement, il faut se pencher sur la fiche technique pour découvrir (tout) le meilleur ! Ducati ne s’est de loin pas contenté d’un facelift et d’une simple mise à jour de sa Multistrada.

Pour découvrir sa Multistrada 2015, Ducati nous a conviés à Lanzarote, île volcanique espagnole située dans l’Atlantique, au large du Maroc. En ce début du mois de mars, la météo est idéale pour mener à bien notre essai. On profite de 22°C aux abords de la côte et, ensuite, on perd 1°C par 100 mètres d’altitude. Et comme l’île est truffée de volcans, les variations d’altitude sont importantes d’une région à l’autre. Ça monte et ça descend, mais surtout, les routes sont viroleuses et ce n’est pas pour nous déplaire !

Du grand art, à l’italienne

Deux Multistrada, une blanche et une rouge, trônent fièrement dans la cour d’entrée de l’hôtel. Plus agressive et plus massive que la précédente génération, deuxième du nom, la Multistrada 2015 affiche ses prétentions au premier coup d’oeil. Les aficionados de la marque peuvent toujours crier au scandale, à l’instar des Porschistes lors de la commercialisation du Cayenne ; toujours est-il que la Multistrada, SUV à deux roues de Ducati, est une vraie réussite stylistique. Une Italienne reste une Italienne, de même que le design transalpin n’a pas d’égal.

Le demi-carénage saillant concentre visuellement les masses vers l’avant, pour une agressivité affirmée évocatrice de performances pures. Les jantes à trois bâtons en Y noires brillantes allègent la partie-cycle autant qu’elles contribuent à la sportivité perçue de la moto. Le bec de canard, lui-même surmonté de rangées de LED, incorpore deux entrées d’air béantes venant gaver d’air frais le moteur. Les protège-mains intègrent les clignotants, pour libérer le carénage d’exubérances disgracieuses. Le bicylindre est mis en évidence sans honte, de la même manière que le monobras oscillant en aluminium de couleur bronze. Ce même monobras relève la présence du double échappement latéral, à peine caché derrière le repose-pied passager. Le réservoir d’essence se fond dans la ligne générale de la moto à tel point que l’on peine à croire qu’il peut contenir jusqu’à 20 litres.

La deuxième génération de Multistrada faisait figure de référence en la matière, la troisième confirme sa position ! Du grand art, à l’Italienne !

Un concentré de haute technologie

A peine qu’on s’attarde sur la fiche technique qu’on découvre une foule d’abréviations, chacune étant relative à une technologie spécifique servant à la sécurité et/ou aux performances.

Aux performances, oui, sans aucun doute ! En effet, le bouilleur qui anime la Multistrada n’est autre que le bicylindre Testastretta issu de la superbike 1198. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 160cv à 9’500tr/min et 136Nm à 7’500tr/min. Puissance et souplesse sont atteintes grâce à la distribution desmodromique variable (Desmodromic Variable Timing - DVT). Le DVT fait varier continuellement les cames d’admission et d’échappement, indépendamment l’une de l’autre. De ce fait, on obtient un moteur hyper souple jusque dans les mi-régimes et très puissant à l’approche de la zone rouge. En marge des performances pures ressenties à la poignée de droite, le bicylindre abaisse sa consommation d’essence de 8% et requiert des intervalles de service (vidange d’huile) de 15’000km ou chaque année, avec un réglage du jeu aux soupapes tous les 30’000km.

Les technologies et autres systèmes embarqués par la Multistrada sont nombreux. Chaque mouvement des bielles est surveillé par l’ECU (unité centrale électronique). Bardée d’électronique de pointe, l’ECU de la Multistrada dispose de l’antipatinage (DTC), de différents modes de conduite (cartographie touring, urban, sport et enduro), de la suspension active à réglage électronique Skyhook (DSS), d’un anti-wheelie empruntée à la 1199 Superleggera (DWC), d’un ABS de courbe (DVC) et du révolutionnaire système D-Air (airbag Dainese sous forme de gilet ou intégré à une veste, contrôlé par l’ECU de la moto). Du côté du confort de roulage, la Multistrada propose un phare avant directionnel (feux de route et de croisement) entièrement à LED, des commodos rétro-éclairés, d’une unité multimédia intégrant le tableau de bord LCD en couleurs avec fonction Bluetooth (connexion d’oreillette et/ou smartphone pour la téléphonie et l’audio) et d’un système keyless permettant le démarrage sans clé.

A l’heure actuelle, Ducati fait figure de pionnier en proposant d’origine (modèle 1200S) un paquet technologique aussi richement garni.

Pour préciser les différences entre les modèles Multistrada 1200 et Multistrada 1200S, cette dernière emporte d’origine, en plus de l’équipement du modèle de base, l’unité multimédia, le phare directionnel à LED, la suspension active Skyhook et le freinage avant Brembo (disques de 330mm contre 320 et étriers M50). En outre, Ducati propose pour les deux modèles des paquets d’options avantageux pour à peine plus de CHF 1’400.- chacun et cumulable les uns les autres : Sport (garde-boue avant en carbone, silencieux Termignoni, réservoirs de liquide de frein et d’embrayage en aluminium anodisé), Touring (valises latérales d’une contenance totale de 58 litres, poignées chauffantes et béquille centrale), Enduro (feux additionnels à LED, pare-moteur, grille de protection du radiateur, élargisseur de platine de béquille, repose-pieds plus large, sabot moteur en aluminium) et Urban à moins de CHF 900.- (top-box de 48 litres, sacoche de réservoir semi-rigide avec prise USB). Evidemment, la liste des accessoires ne s’arrêtent pas là ; vous découvrirez le catalogue complet dans l’interface du configurateur, sur le site Ducati.ch.

En outre, pour le marché européen uniquement, la Multistrada S est disponible dans une ultime version, la D-Air. Celle-ci est équipée de plusieurs accéléromètres ayant pour fonction de déclencher, au besoin, l’airbag de la veste ou du gilet que porte le pilote. Ce système exclusif a développé en collaboration avec l’équipementier Dainese.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Caractère explosif du moteur
+
Suspension active Skyhook (DSS)
+
Confort général
+
Facilité d'utilisation de l'ordinateur de bord
+
Performances et efficacité
On a moins aimé :
-
Faux points morts entre les 4e et 5e rapports
-
Prix élitiste

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Multistrada 1200 S
Année :
2015
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en L, 4 soupapes par cylindre, Dual Spark
Cylindrée :
1'198 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique, corps papillon elliptiques
Performances
Puissance max. :
160 ch à 9'250 tr/min
Couple max. :
136 Nm à 7'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre treillis tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche Sachs de 48 mm entièrement ajustable. Réglage électronique en compression et en détente grâce au système de Suspension Ducati Skyhook (DSS)
Course AV :
170 mm
Suspension AR :
Mono amortisseur Sachs entièrement ajustable. Réglage électronique en compression et en détente. Pré charge du ressort ajustable grâce au DSS. Mono-bras oscillant en aluminium
Débattement AR :
170 mm
Pneu AV :
120/70 II 17
Pneu AR :
190/55 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
2 disques semi-flottant de 330 mm, étriers Brembo monobloc Evo M50 à fixation radiale, 4 pistons
Frein AR :
Disque de 265 mm, étrier flottant à 2 pistons avec ABS de courbe en série
Dimensions
Longueur :
2'200 mm
Empattement :
1'529 mm
Hauteur de selle :
825-845 mm
Poids à sec :
212 kg
Poids total :
235 kg
Réservoir :
20 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge Ducati
 
Iceberg White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 19'890.-
Euro Bonus inclus / CHF 20'090.- (coloris Iceberg White)
En ligne :

Plus d'articles Moto

Alaska - Ushuaïa [partie 6] - De Valdez à la péninsule de Kenai Fjords
L’Alaska m’a tellement plu et bluffé que je vais lui consacrer plusieurs blogs. Je continuerai par le Sud, couvrant mon itinéraire de Valdez jusqu’à la péninsule de Kenai Fjords.
Deus Ex Machina nous livre sa version l'Hypermotard version Pikes Peak
La course de Pikes Peak est un vraie institution aux USA, alors quand on est un préparateur tel que Deux Ex Machina, on se doit de fourbir ses armes pour y participer, c'est chose faite avec cette Hypermotard.
Alaska - Ushuaïa [partie 5] - La Dempster et la Top of the World Highway
L'Alaska se présente à notre aventurier du moment. Avec sa Yamaha XT660Z Ténéré, le Vaudois Marc Scheiwiller poursuit son périple du nord au sud du continent américain qui durera une année.
MTT 420RR : 420 chevaux et une turbine d’hélico dans une moto
Le titre parle, et les plus fins connaisseurs diront tout de suite que ce n’est pas une première. Et c’est vrai puisque la MTT 420RR (pour 420 chevaux) n’est autre que la descendante de la fameuse Y2K !
BMW R 1200 GS 2018 – Elle évolue dans le détail
Alors que beaucoup annonçait un nouveau boxer à admission variable pour la GS 2018, celle-ci se contente d'évoluer dans le détail dans l'attente d'une mise à jour plus sérieuse pour 2019.
Une Kawasaki Versys 900 présentée à l'EICMA ?
L'EICMA 2016 a vu la Kawasaki Z900 être présentée au public, le constructeur japonais pourrait se servir de cette plateforme pour présenter une nouvelle Versys 900 cette année lors de l'édition 2017 du salon de Milan.

Recherche

Hot news !

BMW S1000RR 2018 - De nouvelles photos en disent plus
Le constructeur à l’hélice veut clairement reprendre le leadership du marché des sportives comme cela avait été le cas lors de la sortie de la S1000RR, la nouvelle mouture de la sportive s’annonce « caliente ».
La BMW S1000RR profondément revue pour 2018
Celle qui a révolutionné le monde des supersports il y a maintenant 8 ans va recevoir quelques modifications pour 2018 afin de la moderniser face à la concurrence.
Ducati V4 – Claudio Domenicali se laisse aller à quelques confidences
Lors de la manche WSBK de Laguna Seca, Ducati a présenté sa 1299 Panigale Final Edition afin de clore le chapitre des V2 desmodromiques et d'ouvrir un nouveau chapitre avec des V4 pour les sportives de Bologne.
Ducati V4 – A nouveau surprise en plein roulage
On vous l'avait présentée il y a quelques jours, et voilà que le nouveau missile de chez Ducati à motorisation V4 a été surpris en plein roulage, on en sait désormais un peu plus sur celle qui sera certainement la reine du salon EICMA de Milan.
Essai BMW HP4 Race – Bienvenue dans le monde de la course
Il y a des essais comme ça, magiques, exaltants… Comment on les reconnaît ? De notre côté, on est surexcités, un poil tendus, et même on a le syndrome particulier du kikitoudur…
Ducati V4 Superbike – Elle roule déjà
L'usine de Bologne fait parler d'elle cette semaine, tout d'abord avec le teaser présenté pour annoncer une rupture avec le passé et ensuite avec le rachat possible de la marque par Harley-Davidson.

Liens Partenaires