Essai publié le

Essai de la Ducati Multistrada 1200 S 2015 - Du sport, toujours du sport, et encore plus de confort !

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Ducati
Imprimer cet article

Ducati a le vent en poupe et attaque tous les fronts avec ses nouveaux modèles. Ces derniers mois, nous avons vu la Monster 1200, la Scrambler, la Panigale 1299. Trois modèles pour trois marchés différents, des roadsters aux supersportives en passant par les néo-rétros. A prime abord, on pourrait croire que les goûts des "ducatisti" sont satisfaits, et pourtant il y a la catégorie des maxi-trails occupés par la Multistrada 1200. Bien que cette dernière soit déjà équipée d’une armada technologique de pointe, Ducati enfonce le clou et brigue la première place des maxi-trails.

Quand beaucoup s’attendaient à l’avènement d’une Multistrada de taille réduite motorisée par le bicylindre Testastretta 821cc, Ducati a surpris ses observateurs en présentant une nouvelle Multistrada, toujours habitée par le fameux bicylindre Desmodromique 1198cc.

Pour ce millésime 2015, les nouveautés semblent avant tout esthétiques. Mais pas seulement, il faut se pencher sur la fiche technique pour découvrir (tout) le meilleur ! Ducati ne s’est de loin pas contenté d’un facelift et d’une simple mise à jour de sa Multistrada.

Pour découvrir sa Multistrada 2015, Ducati nous a conviés à Lanzarote, île volcanique espagnole située dans l’Atlantique, au large du Maroc. En ce début du mois de mars, la météo est idéale pour mener à bien notre essai. On profite de 22°C aux abords de la côte et, ensuite, on perd 1°C par 100 mètres d’altitude. Et comme l’île est truffée de volcans, les variations d’altitude sont importantes d’une région à l’autre. Ça monte et ça descend, mais surtout, les routes sont viroleuses et ce n’est pas pour nous déplaire !

Du grand art, à l’italienne

Deux Multistrada, une blanche et une rouge, trônent fièrement dans la cour d’entrée de l’hôtel. Plus agressive et plus massive que la précédente génération, deuxième du nom, la Multistrada 2015 affiche ses prétentions au premier coup d’oeil. Les aficionados de la marque peuvent toujours crier au scandale, à l’instar des Porschistes lors de la commercialisation du Cayenne ; toujours est-il que la Multistrada, SUV à deux roues de Ducati, est une vraie réussite stylistique. Une Italienne reste une Italienne, de même que le design transalpin n’a pas d’égal.

Le demi-carénage saillant concentre visuellement les masses vers l’avant, pour une agressivité affirmée évocatrice de performances pures. Les jantes à trois bâtons en Y noires brillantes allègent la partie-cycle autant qu’elles contribuent à la sportivité perçue de la moto. Le bec de canard, lui-même surmonté de rangées de LED, incorpore deux entrées d’air béantes venant gaver d’air frais le moteur. Les protège-mains intègrent les clignotants, pour libérer le carénage d’exubérances disgracieuses. Le bicylindre est mis en évidence sans honte, de la même manière que le monobras oscillant en aluminium de couleur bronze. Ce même monobras relève la présence du double échappement latéral, à peine caché derrière le repose-pied passager. Le réservoir d’essence se fond dans la ligne générale de la moto à tel point que l’on peine à croire qu’il peut contenir jusqu’à 20 litres.

La deuxième génération de Multistrada faisait figure de référence en la matière, la troisième confirme sa position ! Du grand art, à l’Italienne !

Un concentré de haute technologie

A peine qu’on s’attarde sur la fiche technique qu’on découvre une foule d’abréviations, chacune étant relative à une technologie spécifique servant à la sécurité et/ou aux performances.

Aux performances, oui, sans aucun doute ! En effet, le bouilleur qui anime la Multistrada n’est autre que le bicylindre Testastretta issu de la superbike 1198. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 160cv à 9’500tr/min et 136Nm à 7’500tr/min. Puissance et souplesse sont atteintes grâce à la distribution desmodromique variable (Desmodromic Variable Timing - DVT). Le DVT fait varier continuellement les cames d’admission et d’échappement, indépendamment l’une de l’autre. De ce fait, on obtient un moteur hyper souple jusque dans les mi-régimes et très puissant à l’approche de la zone rouge. En marge des performances pures ressenties à la poignée de droite, le bicylindre abaisse sa consommation d’essence de 8% et requiert des intervalles de service (vidange d’huile) de 15’000km ou chaque année, avec un réglage du jeu aux soupapes tous les 30’000km.

Les technologies et autres systèmes embarqués par la Multistrada sont nombreux. Chaque mouvement des bielles est surveillé par l’ECU (unité centrale électronique). Bardée d’électronique de pointe, l’ECU de la Multistrada dispose de l’antipatinage (DTC), de différents modes de conduite (cartographie touring, urban, sport et enduro), de la suspension active à réglage électronique Skyhook (DSS), d’un anti-wheelie empruntée à la 1199 Superleggera (DWC), d’un ABS de courbe (DVC) et du révolutionnaire système D-Air (airbag Dainese sous forme de gilet ou intégré à une veste, contrôlé par l’ECU de la moto). Du côté du confort de roulage, la Multistrada propose un phare avant directionnel (feux de route et de croisement) entièrement à LED, des commodos rétro-éclairés, d’une unité multimédia intégrant le tableau de bord LCD en couleurs avec fonction Bluetooth (connexion d’oreillette et/ou smartphone pour la téléphonie et l’audio) et d’un système keyless permettant le démarrage sans clé.

A l’heure actuelle, Ducati fait figure de pionnier en proposant d’origine (modèle 1200S) un paquet technologique aussi richement garni.

Pour préciser les différences entre les modèles Multistrada 1200 et Multistrada 1200S, cette dernière emporte d’origine, en plus de l’équipement du modèle de base, l’unité multimédia, le phare directionnel à LED, la suspension active Skyhook et le freinage avant Brembo (disques de 330mm contre 320 et étriers M50). En outre, Ducati propose pour les deux modèles des paquets d’options avantageux pour à peine plus de CHF 1’400.- chacun et cumulable les uns les autres : Sport (garde-boue avant en carbone, silencieux Termignoni, réservoirs de liquide de frein et d’embrayage en aluminium anodisé), Touring (valises latérales d’une contenance totale de 58 litres, poignées chauffantes et béquille centrale), Enduro (feux additionnels à LED, pare-moteur, grille de protection du radiateur, élargisseur de platine de béquille, repose-pieds plus large, sabot moteur en aluminium) et Urban à moins de CHF 900.- (top-box de 48 litres, sacoche de réservoir semi-rigide avec prise USB). Evidemment, la liste des accessoires ne s’arrêtent pas là ; vous découvrirez le catalogue complet dans l’interface du configurateur, sur le site Ducati.ch.

En outre, pour le marché européen uniquement, la Multistrada S est disponible dans une ultime version, la D-Air. Celle-ci est équipée de plusieurs accéléromètres ayant pour fonction de déclencher, au besoin, l’airbag de la veste ou du gilet que porte le pilote. Ce système exclusif a développé en collaboration avec l’équipementier Dainese.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Caractère explosif du moteur
+
Suspension active Skyhook (DSS)
+
Confort général
+
Facilité d'utilisation de l'ordinateur de bord
+
Performances et efficacité
On a moins aimé :
-
Faux points morts entre les 4e et 5e rapports
-
Prix élitiste

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Multistrada 1200 S
Année :
2015
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en L, 4 soupapes par cylindre, Dual Spark
Cylindrée :
1'198 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique, corps papillon elliptiques
Performances
Puissance max. :
160 ch à 9'250 tr/min
Couple max. :
136 Nm à 7'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre treillis tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche Sachs de 48 mm entièrement ajustable. Réglage électronique en compression et en détente grâce au système de Suspension Ducati Skyhook (DSS)
Course AV :
170 mm
Suspension AR :
Mono amortisseur Sachs entièrement ajustable. Réglage électronique en compression et en détente. Pré charge du ressort ajustable grâce au DSS. Mono-bras oscillant en aluminium
Débattement AR :
170 mm
Pneu AV :
120/70 II 17
Pneu AR :
190/55 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
2 disques semi-flottant de 330 mm, étriers Brembo monobloc Evo M50 à fixation radiale, 4 pistons
Frein AR :
Disque de 265 mm, étrier flottant à 2 pistons avec ABS de courbe en série
Dimensions
Longueur :
2'200 mm
Empattement :
1'529 mm
Hauteur de selle :
825-845 mm
Poids à sec :
212 kg
Poids total :
235 kg
Réservoir :
20 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge Ducati
 
Iceberg White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 19'890.-
Euro Bonus inclus / CHF 20'090.- (coloris Iceberg White)
En ligne :

Plus d'articles Moto

Concept Porsche 618 by Miguel Angel Bahri
Le designer espagnol Miguel Agnel Bahri s'est inspiré de la mythique Porsche 911 pour créer son concept nommé Porsche 618 qui est à la croisée des chemins entre crossover et cruisers.
Vidéo - Trip au Laos, entre escapade sauvage et rencontre du prochain
Alors que certains s'évadent vers les terres sauvages du nord de l'Europe et de l'Amérique du Sud, d'autres arpentent les pistes du Maghreb et les chemins d'altitude des contreforts himalayens. Dans tous les cas, peu pensent à parcourir le très exotique Laos.
Essai Suzuki GSX-S 750 – Le roadster à la force tranquille
Si notre Marcouille était parti tester le nouveau roadster mid-size de Suzuki, lors de sa présentation au Portugal, nous trouvions intéressant de pouvoir vous faire un essai effectué sur nos routes et sur quelques jours. Le résultat, c’est par là !
Moto Fuller transforme la Motus MSTR en Streetfighter
Bien que ce ne soit pas la marque ni le modèle le plus connu, la Motus MSTR gagne à être connue déjà de par sa motorisation en V longitudinale de 1'650cc, et Moto Fuller a décidé d'en faire une Streetfighter.
Portes ouvertes chez MMRide – Ta brêle t’attend !
Comme l’an passé, notre partenaire MMRide sera ouvert tout au long du week-end du 29 et 30 avril pour vous permettre de tester celle qui sera peut être l’élue de votre cœur, pardon, de votre garage. A vos agendas !
Offre d'emploi - Le Yamaha Center Fribourg recrute un mécanicien
Le Yamaha Center Fribourg situé à Marly recrute un mécanicien moto.

Recherche

Hot news !

Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.
Essai Yamaha SCR 950 - La Bolt se mue en Scrambler
La Yamaha XV950R s’est faitw très discrète sur le marché depuis sa sortie, nous l’avions essayée et dans la foulée Badan Moto s’en servait comme base pour un custom très séduisant. Reste que le moteur V2 à refroidissement à air a une montagne de couple à offrir, alors autant en profiter pour créer un autre modèle avec ! Surfant sur la vague Vintage, c’est ainsi qu’est née le scrambler SCR950 avec son grand guidon et ses pneus mixtes, elle en a déjà l’allure, mais en a-t-elle le comportement ?
Essai PdB 500 - Une marque genevoise revient dans la course
C’est à quelques encablures de feu la société Motosacoche SA, qui aura été une marque mondialement réputée et très bien racontée par notre ami Eric Bezon, qu’une figure emblématique du canton, Nanard Meili a décidé de lancer sa propre entreprise : PdB.
Essai Ducati Monster 797 – Le refroidissement à air existe encore
La gamme Ducati s’est encore agrandie cette saison, mais mis à part les Scrambler, les modèles recommandables à un débutant ne sont pas légion. Que faire si on aime pas la vague néo-rétro ? Pour éviter la fuite des clients, une petite Monster bien fun sera assemblée à Bologne, avec un moteur déjà connu et mis à jour.

Liens Partenaires