Essai publié le

KTM 690 SMC R 2014 - Lorsque le "Ready to race" prend tout son sens ! [page 2]

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Pages

Ready to race ! Light is right ! Si avec tout ça le tableau n'est pas posé, c'est que je n'y connais rien !

Le démarrage ne se fait heureusement pas au kick comme certaines mauvaises langues pourraient le penser, mais bel et bien via un démarreur conventionnel, donc électrique, associé pour l'occasion à un décompresseur. Oui, il faut bien un décompresseur pour pouvoir lancer un mono de 690cc fort de quelques 67cv.

Une pichenette sur le démarreur et voici que le moteur s'ébroue plutôt timidement pour ce type de motorisation. Normal, me direz-vous, au vu des normes actuelles. Avant de pouvoir s'ébattre dans la nature, il me faut sortir de la concession genevoise, Basset Motos, qui nous a mis la moto à disposition. La ville n'est habituellement pas le fort des motos, mais plutôt des scooters. Avec la SMC R, vous changerez rapidement d'opinion, assis en hauteur, le buste bien droit et au guidon d'une moto ne pesant que 140,5 kg, vous vous sentirez pousser des ailes. Vous vous prendriez presque pour un de ces cyclistes qui ne respectent pas les règles de la circulation routière... mauvaise langue, va !

N'oubliez pas, nous sommes encore en ville et il faut respecter les limitations de vitesses...

Pour 2014, le moteur associe un double allumage et un système Ride-by-Wire, ce qui lui permet de gagner en souplesse à bas régime. Ce n'est pas pour autant que cet apport de technologie l'empêchera de cogner sous 3'500tr/min si vous êtes en sous régime. A la différence près que là, vous le sentirez. Bref, si la moto s'en sort très très bien en milieu urbain, bien aidée par une boîte de vitesses courte, la SMC R n'a pas pour vocation de vivre dans cet environnement, le moteur ayant tendance à chauffer rapidement et du coup son pilote aussi. Alors direction la campagne, son terrain de jeu de prédilection !

Route me voilà, ou plutôt virolos me voici !

La moto présente son vrai tempérament, celui d'une arsouilleuse pure et dure. Le moteur vous en offre pour votre argent et vous prouve que cette moto est bien née. Passé les 3'500tr/min, la sonorité change et vous sentirez le couple qui arrive à grand pas. Au-delà de 5'000tr/min, la moto prendra son envol jusqu'à l'arrivée toute proche des virages, mais également celle de la zone rouge qui se situe à 8'000tr/min.

Le premier virage approche, un léger effleurement du levier de frein vous fera basculer en avant, l'unique disque de 320mm suppléé par un étrier radial à quatre pistons signé Brembo, permet à la moto de s'arrêter avec une facilité déconcertante. Deux rapports tombent, le pied sort naturellement et le virage passe comme une lettre à la poste.

La sortie de courbe se fait gaz en grand, l'amortisseur arrière WP, assure son job avec brio, alors que sur les deux premiers rapports, le train avant ne demande qu'à regarder le ciel. Les rapports montent quasiment à la volée, et ce bien que la SMC R ne soit pas équipée d'un shifter. La boîte de vitesses se veut agréable et douce, mais il m'est arrivé à plusieurs reprises, notamment sur les trois derniers rapports, de me retrouver avec des faux points morts. La jeunesse de ma moto d'essai, pas encore rodée devrait en être la cause.

Les virages s'enchaînent à la pelle et la moto conserve sa constance du début, impossible de la prendre en défaut dans les virolos. Le train avant se place là où vous le souhaitez. Toutefois, je me suis permis de régler la suspension en mode "Sport", comme le propose KTM dans son manuel, afin d'éviter l’excès de plongée de l’avant. L'ABS quant à lui se fait complètement oublier, les adeptes de glissade le déconnecteront lors de chaque virée afin de profiter de l'excellent équilibre du châssis, mais également de la finesse du frein arrière, lui aussi siglé Brembo.

Pour les non connaisseurs, la moto dispose d'une cartographie réglable sur huit positions "Map-Select"  via un simple commutateur placé sous la selle. Ce dernier permet de choisir entre différents modes ayant pour incidence de rendre la moto plus ou moins nerveuse en fonction de vos envies, ou encore du type de terrain où vous évoluez.

Pour ma part, et après un échange de messages avec un proprio de cette moto (merci Cyrille !), ce dernier m'a conseillé pour un usage quotidien le mode 3. Celui-ci permet d'obtenir une courbe plus agressive et un couple suffisant pour une arsouille, sans pour autant tomber dans l'extrême du mode 2 qui lui se veut résolument plus efficace, mais plus pointu à exploiter à 100% pour les novices.

Mode 1 - Soft : Puissance réduite pour un confort de conduite agréable
Mode 2 - Advanced : Puissance maximale avec une réponse plus franche
Mode 3, 4, 5, 6, 7, 8 : Puissance identique que le mode 2, mais avec une réponse équilibrée

Oui, la position de conduite est à parfaire...

La monte pneumatique d'origine "ContiAttack SM" n'est pas ce qui se fait de mieux et certains regretteront la monte Pirelli d’avant... Si ces derniers offrent une montée en température assez rapide, ils restent toutefois trop durs à mon goût et n'offrent pas le grip maximal auxquel nous pourrions nous attendre. Enfin, avec une durée de vie de plus ou moins 4'000km, le problème devrait vite être réglé.

Du côté de la consommation d'essence, la Katoche devrait vous emmener sur environ 180km, voir 200km si vous restez sage et "light" avec la poignée droite. En mode arsouille de trappeur, comptez plutôt avec une autonomie réduite à 120, voire 140km. Lorsque l'on sait que le réservoir est plutôt dans la moyenne basse avec ses 12 litres de contenance, ceci nous fait une consommation tout de même raisonnable. De toute façon, vos fesses vous demanderont certainement de vous arrêter à l'approche de la réserve.

Je me suis également essayé à l’autoroute (juste pour voir !). Le moteur monte avec facilité au-delà des limitations de vitesses, les moustiques et autres nuisibles vous tapissent la visière et vos cervicales vous demandent de ralentir une fois passé les 150km/h. Au-dessus de cette vitesse, la direction devient floue, ce qui paraît normal avec une moto si légère de l'avant et une telle prise au vent. Passez votre chemin ! Son terrain de jeu, c'est la montagne !

A lire également, notre essai sur piste : La KTM 690 SMC R 2014 sur la piste !

Conclusion :

Avec cette nouvelle 690 SMC R, la firme autrichienne prouve à nouveau qu'elle sait concevoir des motos performantes, efficaces et attachantes ! L'usage reste somme toute très exclusif pour une utilisation quotidienne, car dénuée de d'aspects pratiques, mais elle saura vous le rendre dès les premiers virages ou lors d'une sortie sur circuit (avec le bon rapport pignon/couronne). Une banane assurée à chaque virée, n'est-ce pas ça le but d'un motard ? Et si vous n'aimez pas les supermot’, vous vous tournerez vers le roadster Duke 690 R. Bref, de mon côté je suis conquis. D'ailleurs, il se pourrait bien que d'ici peu, vous aperceviez une SMC R de plus sur le canton...

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Esthétisme
+
Moteur exploitable sur route
+
Ensemble suspensions / freins
On a moins aimé :
-
L'ouverture de la selle
-
La monte pneumatique d'origine

Fiche technique

Véhicule
Marque :
KTM
Modèle :
690 SMC R
Année :
2014
Catégorie :
Supermotard
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Moteur monocylindre 4 temps
Cylindrée :
690 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
À DC-CDI sans rupteur, avance numérique
Performances
Puissance max. :
67 ch
Transmission
Finale :
Par chaine à Joints en X 5/8 x 1/4”
Boîte :
6 vitesses à crabots
Embrayage :
APTC™ Embrayage anti-hopping en bain d'huile/à actionnement hyd
Partie Cycle
Châssis :
Cadre en treillis en tubes d'acier au chrome molybdène, poudré
Suspension AV :
WP Suspension Up Side Down 4860 ROMA
Course AV :
250 mm
Suspension AR :
WP Suspension 4618 avec renvoi d'angle Pro‑Lever
Débattement AR :
250 mm
Pneu AV :
120/70 - 17
Pneu AR :
160/60 - 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Frein à disque de 320mm avec étrier à quatre pistons vissés radialement
Frein AR :
Frein à disque de 240mm avec étrier à un piston, disque de frein de type « flottant »
Dimensions
Empattement :
1.480±15 mm
Hauteur de selle :
890 mm
Poids à sec :
140,5 kg
Réservoir :
12 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'190.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Circuit de Bresse – L’homologation du circuit Vitesse renouvelée pour 4 ans !
On ne le sait que malheureusement trop bien, le circuit de Bresse fait l’objet d’attaques incessantes de diverses associations. Mais une fois n’est pas coutume, c’est cette fois-ci une bonne nouvelle que nous vous transmettons : l’homologation du tracé vitesse a été renouvelée pour une durée de 4 ans, et ce pour tous les véhicules à l’exception des F1.
Ducati Multistrada 1260 Enduro 2019 - Au-delà des frontières
Après le teasing lâché hier par la firme de Bologne, voici celle qui est concernée : la Multistrada 1260 Enduro qui selon le constructeur est la routère la plus aboutie jamais commercialisée par Ducati.
Sortie AcidTracks 2018 à Vaison Piste - Les photos sont là !!
La dernière sortie de la saison 2018 des Acidtracks s'est déroulée sur le tracé tortueux et physique de Vaison Piste les 6 et 7 octobre dernier.
Kawasaki Ninja ZX-6R 2019 - Ne soyez pas déçus !
La Kawasaki Ninja ZX-6R revient en 2019, avec quelques nouveautés pour augmenter ses facultés à affronter la route.
Une nouvelle Ducati arrive demain !
On sait la marque italienne douée en matière de teasing. Cette fois-ci, peu d’infos, si ce n’est une photo…
Triumph Daytona 765 par Kardesign - Et pourquoi pas ?
A ce jour, Triumph dément encore l'arrivée prochaine ou le soupçon d'une idée de pouvoir concevoir une Daytona sur la base du châssis de l'excellente Street Triple 765. 

Recherche

Hot news !

La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.
Essai Husqvarna Svartpilen 401 - Petite machine, grandes aventures
Surprenante et attachante, la Svartpilen propose la vision d'une moto de route selon Husqvarna dans une version accessible à tous. Récit d'aventures pas communes sur une machine à fort potentiel.

Liens Partenaires