Essai publié le

Triumph Speed Triple 1050 modèle 2010

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Josh Fassbind
Imprimer cet article

Alors que la version 2011 de la célèbre Speed Triple vient d’apparaître au grand jour lors du salon INTERMOT de Cologne, je me vois proposer une version 2010. Vous allez me dire pourquoi perdre son temps sur l’ancienne version alors que la nouvelle sera disponible pour la presse d’ici quelques jours? Tout simplement pour pouvoir comparer les deux modèles et enfin savoir si Triumph s’est mis au goût du jour. La concurrence est rude, la Kawasaki Z1000 ayant mis la barre très haute, il fallait absolument que Triumph se réveille et fasse évoluer l’un de ses best-sellers. L’essai de la version 2011 devrait se faire avant l’arrivée du froid et de la neige, n’est-ce pas M. Triumph Suisse ?!

Je n’ai pas hérité de la version de base pour cet essai, mais d’une série spéciale habillée d’une robe Matt Kaki du plus bel effet. Cette teinte met superbement en valeur un cadre à double longerons de couleur noir.

Même si à l’énoncé de la couleur, la moto ne donne pas vraiment envie ; en vrai, ça en jette. Après, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Certains adorent le look de la Speed avec ces deux gros yeux globuleux (phares) d’autres détestent. Personnellement, je préfère avec le saute-vent qui est proposé en option dans le catalogue constructeur. La suite me dira si ce dernier n’est qu’un simple accessoire esthétique ou vraiment un élément aérodynamique qui soulagera vos cervicales.

La partie-cycle avec le monobras renforce le caractère de ce méchant roadster ; la jante est tout simplement magnifique, associée à des touches de chrome judicieusement placé.

Le compteur provient de sa petite soeur Street Triple R. Si ce dernier a un design et une couleur plutôt sympathiques, il se révèle d’une totale inefficacité en cas de beau temps. Les reflets du soleil empêchent la bonne lecture des diverses indications, qui, pour l’occasion n’évoluent pas, dommage ! Nous aurions aimé un témoin de rapport engagé et une jauge à carburant. Le minimum est toutefois présent, voire même un poil plus : trips partiels, température moteur, témoin de passage en réserve, témoin de pression d’huile, témoin de surchauffe du liquide de refroidissement, témoin de défaut d’injection, consommation moyenne et instantanée, temps d’utilisation, heure, vitesse moyenne, enregistrement de la dernière vitesse maxi et un petit bonus avec un shift light réglable.

Pour conclure sur ce sujet, il faudra donc bien surveiller votre vitesse à l’approche d’une boîte photographique, cela vous évitera une mauvaise surprise.

Sous le compteur, se trouve un té de fourche taillé dans la masse, surmonté d’un superbe guidon de couleur argent mat de chez Magura. Les commandes tombent naturellement sous la main, les leviers de frein et d’embrayage sont réglables via les molettes prévues à cet effet. L’embrayage est mécanique, là où la concurrence directe passe à l’hydraulique. A l’arrêt, ce dernier se veut assez ferme, à confirmer lors du roulage.

Une fois en place, vous trouverez une position naturelle, quoiqu’un peu haute, diront certains. La selle se trouve placée à une hauteur de 815mm. Les petits gabarits se rabattront sur la petite soeur Street Triple R qui permet de perdre quelques précieux millimètres.
La selle est typée sport, légèrement basculée en avant et avec un revêtement granuleux. La fermeté est au rendez-vous. Il se pourrait bien qu’une pause s’impose après une centaine de kilomètres.

Trêve de blabla, il est temps de partir et de vérifier si la Speed est toujours dans le coup !

A la première manoeuvre, la direction vous renvoie immédiatement une information importante ; la moto bénéficie du même angle de braquage que la Street ou que tout autre suspersport du marché, un rayon de braquage des plus réduits. Dommage, car le guidon large permet de manoeuvrer aisément ce train avant qui paraît léger. Il faudra donc penser à anticiper les éventuels slaloms en ville.

Le pouce sur le démarreur, la main sur l’embrayage, il est temps d’y aller. Le moteur démarre aisément, distillant un son typique des trois cylindres anglais. Comprenez par là, un léger sifflement émanant des deux silencieux. Espérons que ces derniers ne réchaufferont pas trop mon SDS lors des différents trajets.

Seulement pour les terrasses de café ?

La prise en main est très facile, on se sent immédiatement en phase avec la moto. Le rayon de braquage se ferait presque oublier dans les embouteillages de Genève. L’embrayage reste toutefois toujours assez ferme pour un usage urbain. Le moteur est un régal d’onctuosité, souple et coupleux à la fois. Il permet de cruiser sur les trois premiers rapports et, ce, sans à-coups. Seule la ventilation du 1050cc vous rappellera que cette moto n’est pas faite pour se promener sur les quais. Quoique ! La légende voudrait que les possesseurs de Speed Triple soient des garçons de terrasses à café, juste bon à admirer leur machine ! C’est pas moi qui l’ai dit…

Allez, passons ce chapitre sans grande d’importance et rallions un terrain plus adéquat à ce genre de motos. Les verts pâturages de nos campagnes et ses innombrables vaches qui traversent la route sans avertir nous attendent !

Telle la grenouille qui saute d’un nénuphar à l’autre.

Une heure de ville m’aura mis sur les dents. Il était temps de sortir de ce chaos, jonché de caisseux qui se préoccupent plus de leur téléphone que de savoir si un motard les suit. Sans compter sur la mise en place de ce nouveau radar qui a fait la une des journaux nationaux et internationaux (vous savez, celui qui peut prendre jusqu’à vingt-cinq véhicules à la fois). Mais le dieu des motards existe, le radar ne prend que de face. ABE.

Trêve de plaisanterie, il est temps de vérifier si cette moto mérite réellement les éloges que lui font mes confrères journalistes.

La moto donne immédiatement le ton et l’envie d’ouvrir en grand se fait sentir ! la sonorité typique du trois pattes vous enivre à chaque reprise. Les 132cv et son couple fort honorable de 105NM permettent des relances spontanées. La montée en régime reste toutefois très linéaire. Le moteur commence à perdre de son souffle aux alentours de 9’500tr/min.

Le shift light réglable vous permettra d’anticiper ce régime maximum en le réglant à votre convenance. Il est clair que ce moteur n’est pas fait pour être malmené dans les hauts régimes, mais bel et bien pour rouler sur le couple entre 6’000 et 9’000tr/min. Bref, tout l’inverse de la Street Triple R qui, elle, m’avait comblé de ses montées en régime.

La partie cycle est exemplaire, efficace et relativement facile à emmener. La fourche avant inversée de 45mm et le mono-amortisseur arrière sont relativement fermes, ce qui permet des passages en courbe avec une efficacité déconcertante. Toutefois, du fait de cette fermeté, des sautillements ne sont pas à exclure sur routes dégradées. Sur les épingles, il ne faudra pas hésiter à bousculer votre Anglaise pour la ramener à la corde.

Dommage que la monte pneumatique ne soit pas à la hauteur de mes espérances. Les Metzeler Sportec M3 ne m’ont absolument pas convaincu sur ce type de moto. Je n’ai pas réussi à me sentir à l’aise avec cette monte pneumatique et, ce, même en prenant le temps de bien les chauffer. La confiance a freiné mes ardeurs à plusieurs reprises. Dommage, car je reste persuadé, qu’avec une bonne monte pneumatique, cette moto peut se révéler diaboliquement efficace.

Le freinage qui est confié à Brembo est redoutable. Ça freine fort et longtemps. Les durites aviations assurent, quant à elles, une bonne sensation et permettent de faire des descentes de cols sans appréhension. Le levier de freins retransmet parfaitement les informations et permet de jouer au stoppie en toute décontraction. Je suis impatient de voir la différence avec le modèle 2011 qui, pour la Suisse, sera pourvu d’un ABS de série.

Plus jamais sans !

Déjà qu’en temps normal, je n’apprécie que moyennement les étapes autoroutières, les faire sans saute-vent devient un véritable calvaire. Passé 120km/h, il faudra vous équiper d’une minerve, tant les turbulences dues à l’absence de protection rendent difficiles les voyages sur le long ruban. Mieux vaut rester sur nationales et départementales, (mode sécurité routière ON) ainsi calé à 90km/h ou 110km/h suivant la situation et la route choisi, vous ne risquerez rien et éviterez certainement un séjour chez l’ostéopathe.

Mises à part les turbulences, la moto se sort très bien de cette étape. Elle permet des dépassements aisés sans avoir besoin de tomber un rapport. La consommation mixte relevée était de l’ordre des 6.5litres pour 100km tous types de terrains confondus. Ainsi, je dis : vive le saute vent et son incroyable efficacité ! J’ajouterais même que la ligne s’en trouve améliorée. Que du bon !

Le mot du Sac de sable :

Lorsque l’on s’assoit sur une Triumph, on reconnaît tout de suite la fermeté de sa selle… Au début, c’est plutôt sympa. Mais au bout de quelques kilomètres, cela devient douloureux. J’ai apprécié la lanière sur la selle qui permet de s’y maintenir d’une main, ce qui soulage le dos en ayant une posture plus souple. La position, pas trop haute qui permet de bien se tenir au pilote sans avoir les casques qui s’entrechoquent à chaque freinage est très agréable. Si vous le pouvez, optez pour l’option selle-gel ; cette dernière fait des merveilles.

Conclusion :

La Speed ne faillit pas à sa réputation d’Anglaise délurée. Avec un châssis qui s’est amélioré au fil du temps ; tel un bon vin qui mérite de vieillir pour s’apprécier, vous pourrez consommer du Speed sans modération.
Attention toutefois pour les jeunes conducteurs qui voudraient acquérir ce genre de machine. Si la prise en main est relativement aisée, il faudra tout de même une certaine expérience pour pouvoir l’emmener vite. Efficace mais vive à la fois, il ne faudra pas relâcher son attention, faute de quoi, elle vous remettra à l’ordre rapidement. Bref, une moto 100% plaisir à manier avec doigté.
Reste à voir si le modèle 2011 sera amélioré ou pas. Cette dernière fera l’objet d’un essai tout prochainement.

Sincères remerciements à Triumph Suisse, pour le prêt de cette Speed Triple 2010.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Une allure généreuse
+
L’agrément du moteur
+
Le châssis affuté
+
Le freinage au top
On a moins aimé :
-
Le rayon de braquage ridicule
-
Le manque d’indicateur de rapport engagé
-
L’ensemble bloc compteur illisible (avec le soleil)
-
La monte pneumatique

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speed Triple R
Année :
2010
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, quatre temps, 12 soupapes, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
1050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Multipoint SAI
Performances
Puissance max. :
130 ch à 9'250 tr/min
Couple max. :
103 Nm à 7550 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
A bain d’huile, commande par câble
Partie Cycle
Châssis :
Périmétrique multitubulaire
Suspension AV :
ourche inversée Showa de ø43 mm réglable en compression, détente et précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monobras oscillant en aluminium avec amortisseur Showa
Débattement AR :
134 mm
Pneu AV :
120/70 R17 – Metzeler Sportec M3
Pneu AR :
180/50 R17 – Metzerler Sportec M3
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 320 mm, étrier Brembo à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque de 220 mm, étrier Nissin à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'115 mm
Empattement :
1'289 mm
Largeur :
780 mm
Poids à sec :
189 kg
Réservoir :
18 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 19'890.-
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Kawasaki Z1000 Pearl Storm Gray / Candy Surf Blue 2018 - Du vert au bleu
Le Géant Vert, Kawasaki, vient de présenter un nouveau coloris pour sa bestiale Z1000 millésime 2018.
Genève - Les Pro Vélo vont manifester contre l'ouverture des voies de bus aux deux-roues motorisés
Pro Vélo Genève, ATE et actif-trafiC, trois associations qui décident de manifester contre les deux-roues motorisés.
La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Honda Monkey 125 - L'icône est de retour sur le marché pour 2018
Le Honda Monkey est probablement l’un des 2 roues les plus emblématiques des années 70, mais sa carrière commence en fait dès le début des années 60, plus précisément en 1961.
WSBK à Assen Course 1 – Rea rejoint le king Fogarty au nombre de victoires dans la cathédrale d’Assen
Malgré les assauts du local Van Der Mark, et d’un Chaz Davies en forme, Jonathan a fait du Rea en augmentant son rythme en fin de course pour s’assurer la victoire et égaler ainsi le king Fogarty au nombre de victoire sur ce circuit.
Ducati va équiper ses motos de radars anti-collision dès 2020 - Le programme ARAS est en marche
La firme de Bologne continue son processus d’innovation en matière de sécurité sur ses motos et introduira dès 2020 un système de radars sur l’un de ses modèles.

Recherche

Hot news !

Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.
Yamaha YZF-R1M 2018 – Les réservations sont ouvertes
Le site dédié aux réservations de la R1M 2018 sont ouvertes. Si vous voulez la vôtre, faites vite, il n'y en aura pas pour tout le monde.

Liens Partenaires