Reportage publié le 19 octobre 2020

Swank Sardegna Rally : Une 2ème édition plus forte que le Covid !

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Fotografica Sestriere, Bearoll, David Zimmermann

Au retour du Dakar 1984 qui a failli lui couter la vie, l’ancien champion de motocross Italien Renato Zocchi se lance avec l’aide de son frère Guido dans l’organisation du premier Rallye moto et voiture hors du continent Africain. Les frangins Zocchi organiseront le Rallye de Sardaigne jusqu’en 1993 avant de se tourner vers d’autres courses en Italie. 

En 2019, un partenariat entre la franchise milanaise de la marque Deus Ex Machina, le motoclub de Gonessa et la société Adventure Riding de Renato permet la création du Swank Rally di Sardegna Classic

Le mot Swank, qu’on pourrait traduire en français par « élégance », est hérité des Swank Rallys organisés depuis quelques années par Deus sur diverses pistes de cross d’Italie. L’idée des milanais étant de réunir pour le fun des motos anciennes, des préparations de type scrambler et d’autres motos exotiques. Classe Italienne oblige, nombre de participants sont sapés à la mode vintage qui d’ailleurs colle parfaitement aux codes d’esthétique de la marque.

La première édition du Swank Rally di Sardegna Classic est un succès et présage la naissance d’un évènement qui risque fort de devenir incontournable, en particulier pour les amateurs de Rallyes à l’ancienne.

Grâce à la persévérance et au dévouement des organisateurs qui n’ont pas eu la tâche facile, cette deuxième édition, initialement prévue en mai et annulée pour cause de Covid-19, a pu se dérouler du 30 septembre au 4 octobre en rassemblant tout de même 80 des 130 participants initialement inscrits.

Le Swank Rally di Sardegna Classic : Mode d’emploi

De part sa durée assez courte de quatre jours et surtout sa proximité géographique, c’est sans aucun doute le rallye européen le plus accessible depuis la Suisse. 

En catégorie non-compétitive, nul besoin de posséder une licence de course, ni même un dérouleur de roadbook. L’itinéraire est 100% identique, mais la navigation se fait au moyen d’un GPS. Les résultats des spéciales chronométrées ne sont pas publiés. Détail sympa, on nous transmet tout de même nos temps à l’arrivée, ce qui permet de nous situer un peu face aux « Pros » ainsi qu’aux autres compétiteurs. 

Niveau bécane, ici encore, pas besoin d’une vraie moto de rallye. Une enduro, un trail ou même un scrambler avec une autonomie minimale de 120 km fera l’affaire. 

La classe compétitive, quant à elle, est divisée en deux catégories ; la R1 « historique » pour toutes les motos produites avant l’an 2000 et la R2 pour les motos modernes sans limitation de cylindrée. En catégorie Pro, les concurrents n’ont pas droit au GPS ; la navigation se fait uniquement au moyen d’un Road Book papier et d’un trip-master.

Le Prologue 

L’avantage d’un évènement commençant à Milan est de pouvoir partir le matin même de Suisse pour rejoindre en début d’après midi la fameuse piste de motocross Vincenzo Augusta de Malpensa. La paperasse et les vérifications techniques sont vite réglées, j’ai le temps de faire connaissance avec Jean-François, mon compatriote Neuchâtelois.  Vu la situation sanitaire actuelle, nous ne sommes qu’une poignée d’étrangers ; trois Français, trois Suisses et une demi-douzaine de Belges.

Niveau bécanes, il y a de quoi se rincer l’œil sur de belles machines comme une KTM 450 Rally Factory 2020 neuve, une Aprilia RXV 450 ou encore cette Honda 450 Rally préparée par Red Moto. Parmi les anciennes, on trouve également de belles mécaniques, comme une rare Aprilia Tuareg 250 2 temps, une Gilera RC600 ou encore une magnifique Honda XL600 avec moteur rouge, double optique et échappement blanc réplica du Dakar. 

Avant même d’avoir démarré le petit moteur 2 temps de sa Vespa 125 Primavera, la star de Swank cette année c’est le numéro 60, Henry Favre, un jeune Italien de 25 ans qui a notamment traversé les USA en mobylette Ciao 50cc. 

Malheureusement, sa faible puissance ne lui permettra pas d’atteindre le sommet de la seconde montée de la piste, mais peu importe, il est n’est pas venu ici pour taper du chrono.

Avec mon numéro 101 et un départ toute les minutes, je suis l’un des cinq derniers à m’élancer. Pou l’occasion, j’ai acheté une Honda XR400 de 98 que j’ai tout juste réussi à terminer de préparer la semaine avant mon départ. Ce seront mes premiers kilomètres à son guidon et pour moi qui roule surtout des trails de plus de 200 kg, c’est vraiment fun de se retrouver au guidon d’une pétrolette d’à peine 130 kg. 

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Moto

Etanchez votre soif de chemins avec les Honda CRF 300 L et CRF 300 Rally
L'enduro de route de Honda se perfectionne avec notamment une 6ème vitesse, un châssis plus souple et un meilleur rapport poids/puissance. C'est peut-être elle l'alliée du voyage en tout terrain que vous rêvez de faire.
Kawasaki se projette vers l'avenir avec de courtes vidéos
En marge de la présentation de ses nouveautés, la marque partagé trois vidéos suggérant des développements à venir.
Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.
Le roadster à compresseur s'offre une amélioration - Kawasaki Z H2 SE
La Kawasaki Z H2 a jeté un pavé dans la mare en adoptant le compresseur pour un roadster. Deux ans après sa sortie, le modèle d'offre une SE mieux équipée.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !