Essai publié le 07 mars 2019

Essai KTM 790 Adventure R - Ses limites, c'est toi ! [page 3]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de KTM

Pages

Le chemin terreux mais légèrement gravillonneux laisse place à des bandes de sable très mou. Quand certains s’enlisent, d’autres s’affranchissent de leur première chute. Une joyeuse mise en bouche ! C’est à ce moment que je comprends l’utilité du réglage en temps réel du contrôle de traction… Tantôt le terrain requiert la puissance maximale à la roue arrière, tantôt un contrôle maîtrisé est nécessaire.

Crédit : Bike-on-tour.com.

Après cela, nous sommes passés dans une zone beaucoup plus roulante, en direction de Gara Medouar (connu aussi comme la "prison portugaise"). De la piste, de la vraie, en plein milieu d’une zone parfaitement désertique. Pas une habitation à des kilomètres, une végétation inexistante, de la rocaille à perte de vue. Et pourtant, il suffit que mon groupe s’arrête pour voir apparaître une poignée de gamins vendeurs de pierre « rares »… Inutile de vous dire que je n’ai toujours pas compris d’où ils venaient ! Bref, cela pour dire que je roule au milieu de nulle part, avec l’impression que la Terre m’appartient. La piste n’est pas parfaite, entrecoupée de lits de ruisseaux asséchés, de nids de poule profonds et de gros cailloux. Il faut être vigilants, d’autant plus que nous roulons à environ 80km/h et qu’il n’est pas évident d’esquiver un obstacle ou freiner à temps. Nous gardons nos distances, la distance suffisante à ce que le nuage de poussière généré par celui qui nous précède se dissipe.

Dans ces conditions auxquelles se confrontent quotidiennement un motard voyageur du bout du monde, à l’image de Josef Pichler, la 790 Adventure R est reine. La fourche encaisse tous les chocs sans broncher et sans que je sois perturbé ni que j’aie des retours violents dans les poignets. L’amortisseur arrière, lui, assure son rôle avec brio, je n’ai jamais eu à subir de quelconques louvoiements, malgré le poids de la machine. Cet ensemble de suspensions WP XPLOR Pro combinent confort et performances, sans compromis.

Les kilomètres s’enchaînent, les paysages changent peu à peu. Debout, confortablement installé sur les repose-pieds, les bras complètement détendus, je cruise entre 80 et 90km/h sur le quatrième rapport sans que je me rende compte de la vitesse. Bien sûr, l’autre moi, celui qui a une auréole sur la tête, me rappelle que je devrais ralentir le rythme… Force est de constater que je n’ai pas à me crisper, tant la KTM se comporte sainement. Regarder loin, surveiller l’environnement immédiat, le reste se fait naturellement. Le voyage se déroule en toute quiétude et je peux profiter des paysages magnifiques qu’offrent ces étendues désertiques du Sud de l’Atlas.

Après une brève pause de midi dans une oasis au pied de la dune de Merzouga, la balade se poursuit, mais cette fois, on nous recommande les dunes. On ne parle pas de dunes à la façon Chris Birch et sa 1290 Adventure lors de la présentation presse au Péru. On me laissera alors tenter d’évoluer dans le sable aux abords de la dune. Pour quelques-uns d’entre nous qui n’ont jamais roulé dans le sable, c’est une expérience à part entière… autant amusante qu’éprouvante. Le truc, c’est mettre le poids sur l’arrière, regarder loin devant et rouler sur un filet de gaz. Dit comme ça, facile ! En pratique, c’est une autre chanson. Les premières centaines de mètres étaient laborieux, avec une roue avant totalement instable et une roue arrière ne cherchant qu’à s’enliser. Puis, après quelques culbutes, la pratique venant rapidement, je me retrouve à franchir de petites dunes en traçant une trajectoire quasi rectiligne.

Durant cet exercice pour le moins original, j’ai apprécié la légèreté perçue de la 790 Adventure R. Pas légère sur la balance, mais les masses étant concentrées au plus bas de la moto, elle est facile à rattraper. Un coup de botte bien placé sur le sol et la moto se redresse aisément. Bon, je fais le malin, mais ça ne m’a pas empêché de bouffer du sable !

En parlant de chute, un confrère suisse-allemand a sévèrement perdu la maîtrise de sa moto. A près de 70km/h, une dépression l’a déstabilisé. Il fait un front-flip, la moto le suit dans son élan. Le collègue s’en sort heureusement. Quant à la moto, hormis le guidon tordu, la protection de réservoir fissuré (le carbone cassant plus facilement que le plastique) et le saute-vent brisé, elle ne souffre d’aucun bobo. Preuve en est que la KTM est de construction robuste et qu’elle ne vous lâchera pas à la première chute.

Nous terminons la journée par un chemin défoncé menant à un point de vue. Rochers, graviers, sable, le tout en dévers avec un précipice sur le côté, c’est en quelque sorte l’examen final après la série d’épreuves de la journée. La moto, elle saura relever le défi. Et moi, la fatigue se faisant sentir, j’attaque sur la défensive. Correctement dirigée par la roue avant, la KTM assure avec docilité. Et comme avec un peu de vitesse ça passera plus facilement, je soude. Et, ça passe ! Certes, ce n’était pas de tout repos, mais ça a passé avec une étonnante assurance.

Quelques mots sur le moteur. Bien qu’il n’ait pas été possible de le tester dans des conditions optimales, à savoir sur des portions de routes viroleuses, il est difficile de juger pleinement des capacités de ce moteur. J’ai toutefois constaté qu’il était très souple à bas régime et qu’il ne tapait lors des relances. Aidé par ces valeurs de couple importantes jusque dans les mi-régimes, il est agréable en évolution tout-terrain. Et quand bien même il est un bicylindre parallèle, il bénéficie d’un pic de puissance généreux à haut régime, histoire d’offrir de belles sensations en accélération pure. Quant à l’étagement de boîte, il semble polyvalent : premiers rapports courts pour satisfaire aux exigences du tout-terrain et rapports supérieurs longs pour assurer les économies de carburant à haute vitesse. Plus précisément, le premier rapport est suffisamment court pour affronter les parcours techniques sans devoir systématiquement jouer de l’embrayage, c’est un atout.
KTM faisant des économies d’échelle en reprenant le 799cc de la 790 Duke, la cartographie a été cependant complètement modifiée pour répondre aux besoins de la 790 Adventure R.

Et les freins ? C'est vrai, je n'en ai pas parlé jusqu'à présent. Ils ont avant tout leur job à faire. Mais plus dur encore, ils doivent combiner puissance pour une utilisation routière et progressivité dans le terrain. C’est ce que j’ai pu constater lors de l’essai, l’attaque du frein n’est pas brutale, et vient ensuite la puissance. C’est un bon combiné qui rassure dans toutes les situations.
Mention spéciale pour le frein arrière, qui, lui, est plus qu’un honnête ralentisseur. Même avec des bottes cross, j’ai eu un bon feeling et ai pu justement doser le freinage, notamment dans les pentes raides en tout-terrain, lorsque l’ABS est déconnecté à l’arrière.

Cette journée de présentation de la KTM 790 Adventure R m’a permis de découvrir, du point de vue d’un motard novice en enduro, que cette moto était destinée à une large clientèle motarde, expérimentée ou non. Les motards expérimentés apprécieront sa facilité qui leur permettra de repousser leurs limites, quant aux novices, ils profiteront d’une moto qui leur donnera la chance d’oser l’aventure. Au fait, KTM tenterait de populariser l’aventure ? Et toi, d'avoir une moto aussi efficace chargée comme une mule sur de longues distances que dans le terrain ne t'intéresserait pas ? De mon point de vue, j'hésiterais presque à remplacer ma Triumph Tiger 800 dont je suis pourtant pleinement satisfait... et je connais plusieurs motards de mon entourage qui attendaient impatiemment cette KTM 790 Adventure R.

Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Moteur doux et coupleux
+
Partie-cycle de fou
+
Facilité en offroad
+
Polyvalence
+
Voyageuse à toute épreuve
On a moins aimé :
-
Prix élevé (avec les options et accessoires indispensables) pour la catégorie 800cc
-
Look discutable mais fidèle à la marque
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur doux et coupleux
+
Partie-cycle de fou
+
Facilité en offroad
+
Polyvalence
+
Voyageuse à toute épreuve
On a moins aimé :
-
Prix élevé (avec les options et accessoires indispensables) pour la catégorie 800cc
-
Look discutable mais fidèle à la marque

Fiche technique

Véhicule
Marque :
KTM
Modèle :
790 Adventure R
Année :
2019
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 4 temps
Cylindrée :
799 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
EMS (système de gestion du moteur) Bosch avec RBW
Performances
Puissance max. :
95 ch à 8'000 tr/min
Couple max. :
89 Nm à 6'600 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 vitesses
Embrayage :
Embrayage Antihopping PASC™, actionnement mécanique
Partie cycle
Châssis :
Cadre acier chrome-molybdène avec moteur porteur comme élément participant à la rigidité du cadre, revêtement époxy
Suspension AV :
WP XPLOR PRO 7548 inversée Ø 48 mm
Course AV :
240 mm
Suspension AR :
WP XPLOR PRO 6746
Débattement AR :
240 mm
Pneu AV :
90/90 R21
Pneu AR :
150/70 ZR18
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
2 étriers à quatre pistons à montage radial, 320mm de diamètre
Frein AR :
Étrier flottant à deux pistons, 260mm de diamètre
Dimensions
Empattement :
1'528 mm
Hauteur de selle :
880 mm
Poids à sec :
189 kg
Poids total :
209 kg
Réservoir :
20 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Orange-blanc
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'999.-.-
Sans frais de transport et livraison
En ligne :

Plus d'articles Moto

La marque de moto Zontes envahie notre pays avec ses nouvelles R310, X310 et T310
La marque chinoise Zontes commence à envahir notre beau pays avec ces nouvelles machines de 310cc. Et le moins que l'on puisse dire, binh c'est que c'est plutôt sympa esthétiquement parlant.
MV Agusta Super Veloce - Annoncée pour 2020
On l'avait vue (et appréciée!) lors de l'EICMA 2018, et on l'attendait pour cette année. Mais c'est en 2020 que la sportive néo-rétro devrait débouler sur nos routes.
Hard Alpi Tour Sanremo-Sestriere 6-8 septembre 2019 - Des infos sur la 11ème édition
Le plus grand événement "Adventouring" en Europe atteint sa 11ème édition avec de bonnes nouvelles
La future Yamaha R1 se dessine peu à peu
Le fait que le constructeur aux trois diapasons soit en train de revoir sa sportive de pointe n'est pas un secret et le voile commence à se lever sur quelques évolutions techniques qui paraissent intéressantes.
France - Des policiers utilisent des drones pour verbaliser des motards
Face au constat, la préfecture a mis en place ce mercredi matin des contrôles routiers avec l’assistance d’un drone, centrés sur les comportements dangereux des motards.
Essai Yamaha Ténéré 700 - L'essence même de la polyvalence
La Yamaha Ténéré mid-size fait son retour en grande pompe. Beaucoup de charisme, de fun et des performances bluffantes en toute situation !

Hot news !

Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!
Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.