Essai publié le 15 février 2019

Essai Kawasaki Versys 1000 SE – La belle verte se replace dans la course

Texte de Mathias Deshusses / Photo(s) de Mathias Deshusses / Kawasaki

Quoi de mieux qu’une île volcanique comme terrain de jeu pour prendre pleinement la mesure de la nouvelle Kawasaki Versys 1000 SE? C’est du côté de Lanzarote, puis de Fuerteventura, dans les Canaries, que j’ai eu la chance de tester le nouveau trail routier de la firme japonaise connue pour sa sportivité.

Vraie nouveauté pour cette année 2019, la Versys 1000 évolue et semble se parer enfin des atouts technologiques nécessaire pour aller bousculer le meilleur de la catégorie. Car la concurrence est rude et la lutte acharnée pour remporter la victoire finale. De nos jours, pour séduire une clientèle de motards toujours plus exigeants, un trail doit savoir offrir un agrément hors du commun et faire preuve d’un équilibre parfait, entre caractère affirmé, efficacité redoutable, facilité d’utilisation et technologie de pointe.

Et il faut dire qu’en ce qui concerne la technologie, Kawasaki a mis le paquet. Car là ou l’ancienne version (testée ici) était restée simple en comparaison de la concurrence, du fait d’une électronique réduite et d’un équipement riche, mais peu au goût du jour, la nouveauté propose une liste longue comme le bras. Kawasaki étant friand d’acronymes, faites désormais place au KIBS (Kawasaki Intelligent anti-lock Brake System ; un système ABS intelligent issu des H2 et ZX-10R), au KECS (Kawasaki Electronic Control Suspension ; soit des suspensions adaptatives en temps réel avec réglage électronique de la précharge) et au KCMF (Kawasaki Cornering Management Function ; un système de gestion globale du moteur et de la partie-cycle supervisant les technologies précitées via une centrale inertielle). Rajoutons encore le KQS, pour Kawasaki Quick Shifter (Up&Down, s'il vous plaît), et le KTRC, pour Kawasaki Traction Control (déjà présent sur le précèdent modèle) et nous en aurons fini… pour ce qui est des enchainements de lettres bizarroïdes. L’équipement électronique se complète encore de deux réglages de puissance (Full et Low), de quatre modes de conduite (dont un entièrement paramétrable) et d’un embrayage antidribble.

Vous êtes toujours là ? Car ce n’est pas fini. Au rayon des nouveautés, la Versys 1000 SE adopte désormais un freinage radial à l’avant et se pare également d’une nouvelle robe, aux lignes plus acérées que sa prédécesseure, intégrant désormais au niveau de l’éclairage une technologie full led, ainsi que des feux de virages, pour adapter le faisceau lumineux selon l’angle de la moto. Une bulle haute, réglable manuellement, des poignées chauffantes, des protèges-mains et une prise 12v sont fournis de série, ainsi que le choix possible à la commande entre deux hauteurs de selle. Pour terminer, le tableau de bord est désormais un écran TFT de toute beauté, avec une connexion Bluetooth permettant, entre autres, de gérer les settings de la moto, d’avoir le suivi de l’entretien, ou encore d’exporter les statistiques de ses trajets via une application smartphone dédiée. Innovation ultime, Kawasaki annonce un nouveau type de peinture, censé avoir le pouvoir d’auto-réparer les petites éraflures. Cette nouvelle finition permettrait de résorber les petits accrocs de vernis et donc d’accroitre la durée de vie de la peinture ! Au final, seul le quatre-cylindres en ligne de 1043cm3 demeure inchangé, juste complété par une nouvelle gestion électronique de la poignée de gaz. L’ancienne Versys ayant tendance à donner des à-coups à l’accélération, gageons que Kawasaki aura pris soin de gommer ce défaut.

A noter que l’ensemble de ces équipements correspond à la version la plus richement équipée, la SE, testée ici. Une version plus accessible est également disponible, moins chère (15’100.- CHF au lieu des 18’500.- CHF pour la SE, soit 3400.- CHF de moins tout de même) mais qui vous obligera à faire l’impasse sur les suspensions adaptatives, l’éclairage de virage, les modes de conduite, le tableau de bord TFT (remplacé par un LCD) et la peinture spéciale. Sur cette version, le shifter, les protège-mains, la grande bulle ou les poignées chauffantes seront en option. Enfin, indispensables pour se préparer au voyage, deux packs optionnels (Tourer et Grand Tourer) sont disponibles, comprenant les valises ou la bagagerie complète, ainsi que certains accessoires comme un support précablé pour GPS TomTom, des feux additionnels LED ou encore des protections de moteur. Totalement équipée et prête pour le tour du monde, la Versys 1000 SE Grand Tourer se positionne juste sous la barre des 21'000.-, à 20'900.- CHF. Assurément un tarif placé. A présent, allons voir si elle les vaut !

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Facilité et polyvalence
+
Look osé mais incisif
+
Suspensions de haute qualité (SE)
+
Prix très correct
On a moins aimé :
-
Pas de réglage électrique du pare-brise
-
Quelques vibrations à mi-régime
-
Support GPS en accessoire sur le guidon, obligeant à quitter la route des yeux

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Versys 1000 [SE]
Année :
2019
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps
Cylindrée :
1043 cm3
Refroidissement :
Liquide
Performances
Puissance max. :
120 ch à 9000 tr/min
Couple max. :
102 Nm à 7500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisques à bain d'huile, manuel
Partie cycle
Châssis :
Doubles tubes, aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée de 43 mm avec réglage progressif de la détente (côté droit) et de la précharge (SE: avec système KECS adaptatif)
Course AV :
150 mm
Suspension AR :
Amortisseur horizontal «Back-link» à gaz, réglage en détente et précharge (SE: avec système KECS adaptatif et réglage de la précharge électronique)
Débattement AR :
152 mm
Pneu AV :
120/70ZR17M/C
Pneu AR :
180/55ZR17M/C
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Doubles disques en pétales semi-flottants de 310 mm, avec double étriers radiaux
Frein AR :
Simple disque en pétales de 250 mm. Étrier à simple piston
Dimensions
Longueur :
2270 mm
Empattement :
1520 mm
Hauteur de selle :
840 mm
Poids total :
253 kg
Réservoir :
21 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Pearl Stardust White (Blanc) / Metallic Spark Black (Noir)
 
Candy Steel Furnace Orange (Orange) / Metallic Spark Black (Noir
 
[SE] Emerald Blazed Green (Vert) / Pearl Storm Gray (Gris)
 
[SE] Metallic Flat Spark Black (Noir) / Pearl Flat Stardust Whit
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15100.-
Version SE: 18'500.- CHF (versions Tourer et Grand Tourer disponibles)
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Yamaha MT-09 2021 - Difficile de renouveler une légende
Depuis 2013, la MT-09 a propulsé Yamaha dans une nouvelle ère qui ne vous a pas échappé. Sept ans après, la marque doit miser gros pour assurer la relève.
Annulé ! - Marché International Motocross et Racing de Sursee (LU) 2020
Dans la situation actuelle, il semble illusoire de réunir un grand nombre de personne en un même lieu, même en plein air.
Serait-ce la version finale de la Harley Davidson Pan America ?
Alors que le prototype semblait assez abouti, il restait des éléments de mystère qui pourraient bien être dévoilés.
Ducati passe la Streetfighter V4 S en mode furtif (Dark Stealth)
Si en plus du bruit de l'échappement, le rouge attire trop l'attention sur vous et la Streetfighter V4 de vos rêves, Ducati a la solution.
BMW présente la R18 Classic et 4 toutes nouvelles R Nine T !
Le Vintage, c'est devenu une vraie machine à cash pour BMW. La R18 a ouvert la porte de la deuxième salve, la R18 Classic et la R Nine T s'engouffrent dans la brèche.
Course de côte de Verbois 2020 – Billet du bord de « piste »
Ce 64ème opus de la course « intergalactique » de Verbois aura eu lieu, cette fois-ci c’est sûr.Mais sur un seul jour, le samedi 17 octobre 2020.

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.