Essai publié le 16 mars 2018

Essai Triumph Tiger Explorer - A la découverte de la Corse à bord du vaisseau amiral [page 2]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Charles Donzé

Pages

La Tiger Explorer, ce n’est pas seulement des performances dynamiques, mais aussi des performances en termes de confort et d’aptitude au voyage. Du matin au soir, rouler sans compter : à son guidon comme sur sa selle passager, on ne fatigue pas. Le large guidon comme les éléments de selle ou encore le positionnement des cale-pieds, sans oublier la bulle réglable électriquement et le large bouclier avant, tous contribuent à leur manière à apporter un maximum de confort. Ainsi, plus nous nous sentons dans un grand confort, moins vite la fatigue surviendra.

Par jour, nous avons parfois roulé plus de 500 kilomètres. Hormis les quelques pauses pipi/photos, nous enroulions le ruban d’asphalte du matin au soir, inaltérables et assoiffés de découvertes. Rouler une Tiger Explorer s’assimile à du plaisir à chaque instant, peu importe le rythme qu’on lui impose. En balade, elle se fait oublier et se laisse piloter sans effort, de sorte à vous laisser apprécier les paysages. En conduite plus sportive, son trois-cylindres développe sa puissance viril assisté par une excellente partie-cycle.

Par un heureux malentendu, à savoir des prévisions météorologiques très changeantes dans le sud de la France, nous optons par une traversée d’un bout de Méditerranée, de Toulon à Bastia. Corsica Ferries sera notre partenaire pour la traversée. Il est évident que ce n’est pas le grand luxe et que l’on se sent comme du bétail dès l’embarquement, mais il y a moyen de s’offrir un moment agréable. Mettez le prix : optez pour une traversée partant en fin de soirée, accordez-vous un bon repas en bord de mer et offrez-vous une chambre « supérieure ». En embarquant le soir, cela vous évitera de fréquenter les indignes restaurants présents sur le bateau… et en prenant une chambre « supérieure », vous bénéficierez d’un grand lit double, d’un hublot et surtout du calme bienvenu de l’avant du bateau (les bruyants moteurs étant à l’arrière du bateau, accompagnés des inévitables vibrations).

Le débarquement à Bastia vers 7h du matin est une formalité. Les touristes sortent rapidement du ferry et filent vers les grands axes.

Quant à nous, nous découvrons la ville de Bastia encore endormie. Un détour par le vieux port nous mène à une adresse incontournable, l’hôtel des Gouverneurs, offrant une vue imprenable sur la vieille ville. Tôt le matin, il fait déjà chaud. Et ce jour-là, nous avions prévu parcourir le Cap corse avant notre point de chute à l’île Rousse.

Les températures dépassent les 27°C, peu importe l’altitude. Bulle en position basse, je bénéficie d’assez d’air pour ne pas suffoquer sous le casque. Quant à ma passagère, les courants d’air sont aussi suffisants. Dans tous les cas, tant que nous ne dépassons pas les 80km/h, ce qui est plutôt rare sur les routes côtières de Corse, nous ne souffrons pas de turbulences désagréables.

En flânant d’une crique à l’autre, la route du Cap corse défile. Sur un filet de gaz, le trois-cylindres enroule avec poigne. La commande des gaz électronique est d’une remarquable douceur et il est possible de doser les gaz avec précision, sans à-coup, et ce à tous les régimes-moteur. Le ride-by-wire Triumph a désormais atteint la perfection.

En fin d’après-midi, nous rejoignons l’Île Rousse. Cette petite ville balnéaire attire principalement pour ses plages et sa fameuse île rougissant lorsque le soleil se couche. Romantique à souhait, il y a la possibilité de manger « gastro », fruits de mer et autres spécialités, les pieds dans le sable… ça vous tente ?

Dans la région de Saint-Florent se trouve la plage de Saleccia, l’une des plus belles et paradisiaques de Corse. Les différents guides préconisent la location d’un 4x4 ou d’une enduro légère pour s’y rendre. Un brin téméraire, nous décidons de nous y aventurer avec la Tiger Explorer, bagagerie incluse. Aucun souci, le début du chemin n’est autre qu’un chemin blanc. Après quelques centaines de mètres, la situation se gâte et on se retrouve à passer des gués d’une profondeur allant jusqu’à environ 50 centimètres, la roue avant étant quasiment submergée. Puis, plus tard, les coulées d’eau ayant raviné le terrain, le chemin prend des allures de pierrier. A plusieurs reprises, le sabot-moteur en alu heurte les saillants cailloux et, avec la vitesse, le train arrière absorbe les chocs aussi bien qu’il peut en se ballottant parfois généreusement de gauche à droite. Il faut dire que la malheureuse tigresse a fort à faire, avec sa bagagerie chargée à ras bord et les deux occupants de sa selle. D’ailleurs, j’admets que je n’en menais pas large, avec ces plus de 500kg à déplacer sans perdre l’équilibre ni me faire emporter. Au total, ce sera 25 kilomètres parcourus dans un terrain très accidenté ; j’ai beaucoup transpiré, ma passagère a dû descendre de selle quelques fois et l’Explorer a géré cette incartade finalement avec aisance. Il suffit de mettre le poids sur l’avant en se mettant debout, trouver la bonne vitesse en relation avec le terrain et la système de suspension WP fait le reste. Enfin, c’est facile à dire, car j’ai bien dû perdre un litre d’eau durant cette exercice.

Après l’effort, le réconfort. Une mousseuse Pietra à la châtaigne nous attend dans le port de Calvi, au pied de la citadelle. La fin d’après-midi se passe en toute quiétude, posés sur une terrasse à regarder les gens passer, les pieds en éventail, la moto à proximité. Les vacances à moto, c’est aussi cela.

Les jours qui ont suivi nous ont mené le long de la côte ouest, avec ses plages sauvages et les calanques de Piana. Les paysages changent parfois radicalement au fil des kilomètres. C’est la richesse de la Corse que nous apprécions. Puis, il a bien fallu faire un crochet par Corte, la petite cité médiévale plantée dans les montagnes, au centre de l’île. L’excuse culturelle était bonne pour profiter du détour pour emprunter des routes tortueuses à souhait.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Caractère moteur et sa souplesse
+
Partie-cycle
+
Equipement d'origine
+
Confort
+
Polyvalence
On a moins aimé :
-
Poids à basse vitesse
-
Encombrement de la moto pour les petits gabarits (<175cm)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Tiger Exlporer 1200
Année :
2016
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cyclindres en ligne, 12 soupapes
Cylindrée :
1'215 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Ride by wire, injection éléctronique
Performances
Puissance max. :
139 ch à 9'300 tr/min
Couple max. :
123 Nm à 6'200 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Treillis en acier tubulaire
Suspension AV :
Fourche inversée WP 48mm entièrement réglable
Suspension AR :
Amortisseur WP entièrement réglable
Pneu AV :
120/70 ZR 19
Pneu AR :
170/60 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
Deux disques flottants de 305mm, étriers monobloc à montage radial, 4 pistons Brembo
Frein AR :
Simple disque de 282mm, étrier flottant Nissin 2 pistons
Dimensions
Poids total :
244 kg
Réservoir :
20 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Blanc cristal
 
Bleu lucerne
 
Rouge cranberry (XRt uniquement)
 
Vert kai mat (XCa uniquement)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 17'000.-
Suivant version
En ligne :

Plus d'articles Moto

MotoGP à Catalunya - Marquez sans rivaux après une bourde de Lorenzo
Si Marc Marquez n'a eu besoin de personne pour remporter une nouvelle victoire qui confirme son leadership au championnat, il profite d'une malheureuse erreur de son coéquipier Jorge Lorenzo, qui a sorti quasi tous ses rivaux au championnat sur une erreur retentissante.
La Yamaha YZF-R6 remet la robe de ses 20 ans
Afin de fêter comme il se doit les 20 années de succès de la YZR-R6, l'importateur nippon Presto Corporation a présenté une version inédite du modèle actuel.
KTM met à jour sa Super Duke R pour 2020
Fan des oranges vitaminées réjouissez-vous, la firme de Mattighofen va mettre à jour son gros roadster pour 2020 et ce dernier a été surpris en plein roulage de test.
Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d&#039;être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !
Husqvarna 701 Svartpilen Style - Disponible maintenant en quantité limitée
Husqvarna continue à diversifier son offre pour les motos destinées au bitume et propose une série spéciale de sa Svartpilen 701 dénommée pour l'occasion "Style".
La KTM 790 SMC ou 790 SMR surprise en plein roulage
Lancée sur le marché en 2008, la KTM 690 SMC aura permis à bon nombre de motard de découvrir les joies du délestage de la roue avant, ou encore de sentir la roue arrière se tortiller dans tous les sens lors de la coupure des gaz.

Hot news !

La Ducati Streetfighter dévoilée le 13 juin à Pikes Peak ?
La firme de Bologne vient de se fendre d'un (court) teasing sur son Facebook dont le slogan peut largement faire penser que son futur missile sol-sol à grand guidon sera dévoilé le 13 juin lors de la course de Pikes Peak.
Aprilia RS660 – Les dessins ont été dévoilés
C'est un des concepts, sinon voire LE concept, qui avait fait le plus de bruit lors du salon EICMA 2018 tant cette nouveauté n'était pas attendue.
BMW 1800 Cruiser – Surprise en plein roulage
BMW fait feu de tout bois autour de son futur bicylindre à plat de 1800cc. Après les études de styles comme le Concept 1800 by Customs Work Zon, voici la première photo d'un Cruiser qui lui roule bel et bien.
Ducati Streetfighter V4 – Elle roule !
Cette fois c'est bon, on l'a vue rouler ! Cette fameuse Ducati Streetfighter V4 qui fait couler tant d'encre et qui est attendue comme le roadster ultime made in Bologne.
Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!
Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.