Essai publié le 29 mai 2015

Essai sur route de la Kawasaki Ninja H2 - Quel monstre ! [page 3]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de F. Venturini / Avec la collaboration de Patrick "Oh puta*n !"

Pages

Une Ninja H2, ça turbine !

Au-delà de 5'000tr/min, le compresseur charge et gave le quatre-cylindres d'air frais. La moindre rotation de la poignée des gaz fait bondir la moto. Avec une bonne dose de courage, on tente, pour la première fois et sur le deuxième rapport, d'ouvrir en grand. On la pensait violente, mais c'est bien plus que cela ; en réalité, la Ninja H2 est une véritable brute épaisse qui ne demande qu'à se faire fouetter à grands coups de gaz. Littéralement scotché contre les "repose-fesses", on s'agrippe au guidon bracelet et on prie pour que la moto ne décolle pas. Phénoménale, l'accélération est vécue comme un véritable baptême de puissance. Jamais auparavant nous n'avions connu une pareille poussée. Les grosses supersportives 1000 et autres Hayabusa et ZZR 1400 ne sont de loin pas à la hauteur ! L'avalanche de puissance et de couple met à l'épreuve le contrôle de traction comme l'anti-wheeling...  ça glissouille et ça lève, même avec l'intervention continue de l'électronique soulageant les gaz. Et ça n'arrête pas, d'une impulsion sur le levier de vitesse, le quickshifter se charge de passer le troisième rapport qui se verrouille sans douceur et le roue avant ne cesse de chercher le ciel.

En fond de trois, on reprend conscience et, du coin du regard, on mate le compteur qui affiche une vitesse débutant par le chiffre 2... Soulageons de suite les gaz, au risque de se faire flageller par unsere liebe Frau Via Sicura (ndlr : nouvelles mesures apportées à la LCR visant à "rendre les routes suisses plus sûres"). A ce moment, le compresseur se décharge d'un coup, accompagné d'un sifflement aigu. Le frein-moteur est très présent et ralentit brusquement la moto, comme si le moteur était un gros bicylindre à 90°.

En pleine accélération, physiologiquement, quelque chose d'anormal se passe. D'une part, ouvrir en grand sur les trois premiers rapports demandent une bonne dose de courage et de force physique, et d'autre part, le corps tout entier se retrouve ébranlé par l'accélération. Il aurait été intéressant de mesurer l'accélération et ainsi définir combien de g l'organisme devait supporter. Cette Ninja H2 est un truc de fou ! Imaginez alors les sensations à bord de la Ninja H2R qui, elle, développe 100cv de plus !

La ligne droite, c'est beau, et les accélérations défoulent après une journée de travail, nul doute ! Mais la Ninja H2 bénéficie d'une partie-cycle évoluée lui offrant d'excellentes aptitudes dynamiques. Il va sans dire que si le châssis-treillis est capable d'encaisser les 326cv de la Ninja H2R, il n'a aucune peine à gérer la puissance de la Ninja H2. La rigidité est au rendez-vous, c'est un fait.

Quant aux suspensions Kayaba, les réglages d'usine sont corrects en regard de l'utilisation routière de cet essai. On ne se sent pas secoué à la moindre imperfection de l'asphalte. Cependant, les remontées d'informations sont sans reproche. Le train avant est incisif et va exactement là où on lui demande. La Ninja H2 ne donne pas lieu à l'imperfection et se laisse guider comme sur un rail. En France voisine et en Allemagne, là où les limitations de vitesse sont à peine plus permissives et les radars moins nombreux, on se délecte dans les longues courbes à emprunter de très propres trajectoires à allure quelque peu soutenue.

Et dès que l'on tombe quelques rapports, le diable s'enivre pour rendre la fête encore plus folle. Calé sur le troisième rapport, nul besoin de préciser que l'on dispose d'une réserve de couple suffisante pour s'extraire (plus que) vigoureusement des virages et d'une allonge permettant de chatouiller la case prison (Via Sicura, encore!) à l'approche du rupteur. Sur l'angle, on restera tout doux avec la poignée de gaz. Comme nous l'avions révélé plus haut, le frein-moteur est important, même en position "light". Deux possibilités s'offrent au pilote, soit il arrive vite en courbe en freinant et en usant du frein-moteur pour ramener la moto à la corde pour ensuite remettre franchement les gaz, soit il reste à vitesse constante dans toute la courbe en prenant garde à ne pas couper/remettre les gaz à la moindre secousse. L'action de la poignée des gaz est tellement sensible que l'on pourrait facilement se sentir déstabiliser alors que nous sommes sur l'angle. Pire encore, sur chaussée glissante, on risquerait de perdre l'arrière. L'exercice n'est pas facile mais l'on s'y fait rapidement, et c'est à ce moment que l'on prend son pied ! Dans tous les cas, la Ninja H2 est une moto sauvage et bestiale qui doit être apprivoisée.

A la sortie de courbe, on ouvre en grand, en faisant confiance à l'électronique et à la très tendre gomme Bridgestone Battlax RS01 qui chausse la jante arrière. Malgré son grip proche de celui d'un slick, la motricité est mise à mal, tant les valeurs de couple sont élevées. Heureusement, le contrôle de traction veille au grain et permet de nous extraire de la courbe avec efficacité.

A grande vitesse, lorsqu'il s'agit de balancer la Ninja H2 de gauche à droite, on ressent le poids de la machine. Elle est moins vive qu'une ZX-10R qui, elle, est moins lourde de près de 40 kilos !

Et quand il s'agit de planter sur les freins, car le virage que l'on voyait pourtant encore loin nous saute au visage, on peut compter sur les deux disques Brembo et les puissants étriers M50. L'attaque est franche et le dosage est à la perfection. Quant à la puissance pure, le pneu avant peine à tenir le coup. Par chance, l'ABS calibré sport gère bien les situations extrêmes. Par contre, c'est à nouveau le poids de la Ninja H2 qui se fait remarquer durant cet exercice. Du poids, il y en a à freiner et on le ressent bien. Mais en usage routier, son poids n'est pas un handicap.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Motorisation de folie !
+
Equipement technologique
+
Exclusivité, unique en son genre
+
Image
On a moins aimé :
-
Réponse sensible du moteur à la poignée des gaz
-
Quickshifter "viril" (manque de douceur)
-
Pilotage exigeant

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Ninja H2
Année :
2015
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne
Cylindrée :
998 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection Ø 50 mm x 4 avec double injecteurs
Performances
Puissance max. :
210 ch à 11'000 tr/min
Couple max. :
134 Nm à 10'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports, de type dog-ring
Embrayage :
Multidisque en bain d’huile, à commande manuelle
Partie cycle
Châssis :
Châssis trellis acier avec platine de bras oscillant
Suspension AV :
Fourche inversée de 43 mm, réglage en compression et en détente, réglage de précharge et ressorts additionnels
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Nouvelle suspension Uni-Track, amortisseur à gaz avec réservoir. Ressort de détente. Réglage en compression lente et rapide. Réglage en détente et précharge du ressort
Débattement AR :
135 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
200/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque semi-flottant de 330 mm. Étrier: deux étriers à montage radial et 4 pistons opposés
Frein AR :
Simple disque de 250 mm. Etrier à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'085 mm
Empattement :
1'455 mm
Largeur :
770 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids total :
238 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir brillant à reflet miroir (Mirror Coated Black)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 28'490.-
Euro Bonus inclus : CHF 26'500.-
En ligne :
Garages :
 

Plus d'articles Moto

Bilan après 4'400 km en Aprilia Tuareg
4'400 km dont 2'000 km de tout-terrain par des températures allant de 6°C à 34°C, avec de la pluie, de la boue, des étapes de plus de 12 heures à son guidon dont une étape autoroutière marathon de 1’000 km, c’est ce qu’on a infligé à la nouvelle Aprilia Tuareg 660 durant les 9 jours de ce test extrême. Le tout en traversant 8 pays.
11ème édition de la Rétro Moto Internationale de St-Cergue ce samedi – L’appel du 18 juin
La 11ème édition de la Rétro Moto Internationale (RMI) de St-Cergue aura lieu ce samedi 18 juin 2022. Venez nombreux!
Le championnat Swiss Moto Legend Trophy 2022 démarre ce weekend à Marchaux (France) - Nous serons dans la course !
Le championnat Swiss Moto Legend Trophy (SMLT) 2022 démarre ce weekend à Marchaux (France).AcidMoto.ch sera dans la course.
Le groupe Fachinetti Motos ouvre à Neuchâtel : BMW Motorrad, KTM et Triumph !
Dans la région des Trois Lacs, trois constructeurs attendaient un nouveau représentant. On sait désormais qu'il s'agit du groupe Facchinetti qui étend son réseau moto au-delà du bord du Léman.
2'000km en duo avec la Triumph Tiger 1200 Rally Pro
En mars dernier, Patrick vous a présenté la nouvelle Triumph Tiger 1200 déclinée en 5 versions. Affichant jusqu’à 25 kg de moins sur la balance que sa devancière, une silhouette affinée héritée de sa petite sœur la 900, cette nouvelle itération est plus que jamais armée pour laisser des traces de pneus sur les plates-bandes de la sacro-sainte GS !
Triumph Suisse cherche sa Speed Queen !
Dans un concours de customisation qui voit s'affronter 8 concessionnaires Triumph de notre beau pays, chacun a apporté sa touche à une Speed Twin.

Hot news !

Essai Ducati Multistrada V4S Full - Un 4 cylindres addictif mais qui se mérite
C’était la nouveauté de l’année 2021 pour Ducati : une Multistrada propulsée par un moteur baptisé Granturismo. Le côté extraordinaire de ce moteur, c’est qu’il a 4 cylindres en V. Plus petit et plus léger, plus puissant en même temps. Difficile de dire non !
Essai Yamaha R7 - Attachante et efficace
Pour entrer dans le monde de la moto, nombreux sont ceux qui cèdent aux sirènes de la sportive. Reste qu’à 16 ans c'est 125cm3 et à 18 ans, 35kW, pas plus. Débarque sur le marché une nouvelle R7, qui veut bousculer la concurrence.
Yamaha Ténéré 900 – Une grande sœur pour la T7
Yamaha entend combler le vide laissé dans sa gamme par la Super Ténéré. Bientôt une Ténéré 900 ? Il semble bien que oui.
Triumph Street Triple RS-(RR ?) 2023 - Dorée à l'Öhlins
La Triumph Street Triple RS ne souffre d’aucun défaut et représente même le summum de sa catégorie. Mais voilà, pour les ingénieurs d’Hincley, apparemment, ça ne suffisait pas.
Présentation de la gamme Yamaha 2022 à l’anneau du Rhin
AcidMoto a été invité à l’anneau du Rhin par l’équipe Hostettler pour la présentation de la nouvelle gamme moto Yamaha. C’était durant cette fameuse journée où les nuages nous lâchaient une pluie teintée de sable du Sahara, donc un défi durant les essais.
Essai vidéo - Triumph Tiger 1200 GT et Rally Pro
À l'occasion de l'essai de la Triumph Tiger 1200 modèle 2022, nous avons roulé une journée sur la route et une journée en tout-terrain.