Essai publié le 20 avril 2015

Essai de l'Aprilia RSV4 RR - Une Superbike à portée de tous [page 2]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Aprilia

Pages

Contact !

Pendant que les mécanos s'affairent à ôter les couvertures chauffantes des Pirelli Diablo Supercorsa SP maintenant à température, un ingénieur Aprilia nous montre en détails les fonctionnalités de l'application V4-MP. Facile ! On sélectionne d'abord le circuit sur lequel nous nous trouvons (Misano!), on calibre le contrôle de traction sur le niveau souhaité et ensuite, si besoin, on afine les réglages prédéfinis par l'application. Vous trouverez une vidéo de démonstration sur Youtube.com.

Les moteurs tournent déjà au ralenti depuis quelques minutes déjà. La mécanique sera chaude, de même que les gommes. Une fois en selle, on pourra arsouiller dès le premier virage !

Le V4 fait un brouha d'enfer, même avec son échappement d'origine. On se demande comme Aprilia a fait pour l'homologuer et on n'ose même pas s'imaginer les vocalises produites par le Slip-On d'Akrapovic proposé parmi les nombreux accessoires "racing" du catalogue Aprilia. Et donner un bref coup de gaz jusqu'à 4-5'000tr/min donne le sourire à chacun de nous ! L'émotion est envahissante ! Ce V4 est à l'image des mécaniques typiquement italiennes : saveur, noblesse et performances.

Le feu passe au vert et nous cinq (ndlr : cinq journalistes suisses ont pris part à l'événement) sortons des box à intervalle régulier. Les 4064 mètres du circuit s'offrent à nous.

Gaz !

Calé sur le premier rapport à 60km/h, je quitte les box... Arrivé sur le circuit entre la "variante del parco" et la "curva del rio", je jette un oeil sur la droite pour s'assurer qu'aucun de mes confrères journalistes ne vient et j'ouvre les gaz en grand. A l'approche de la zone rouge, une légère impulsion du pied gauche sur le sélecteur de vitesses et le deuxième rapport se verrouille aidé par le quickshifter. C'est viril et d'une rapidité extrême !

Ne connaissant pas le tracé, je préfère placer cette première séance de roulage sous le signe de la découverte, histoire de prendre mes marques et fixer quelques repères sur la piste. Pas facile, d'autant plus que le circuit est rapide. Le pire encore reste le triple virage à droite appelé "curvone veloce", impressionnant car pris à plus de 240km/h. Durant ces vingt premières minutes, j'ai aussi pu apprécier la facilité de prise en main de la RSV4 et le caractère de son moteur.

De son caractère, parlons-en ! Très coupleux dès les bas régimes, il ne cesse de pousser jusqu'à la zone rouge, avec un regain certain aux alentours de 9'000tr/min. De la bande son, je n'en parle même pas, les mots ne suffisent pas, tant le V4 "expire" la puissance. On se croirait sur une superbike de compétition ! Et au passage des rapports à la volée, le quickshifter génère des déflagrations détonantes. Outre l'ambiance sonore, les 201cv sont bien présents, Aprilia ne nous a pas trompés.

Après cette première session émotionnellement forte, je profite de vingt minutes de pause pour m'hydrater et reprendre mes esprits. Déroutante, cette RSV4, je vous assure ! Quand chez une autre marque italienne le diable habite un power cruiser (ndlr : la Ducati Diavel), chez Aprilia il a trouvé refuge au coeur de la RSV4, quelque part entre le vilebrequin et l'un des quatre arbres à cames. C'est un fait !

A peine repris mes esprits que je remonte sur la selle de l'Aprilia RSV4 RF, numérotée 68 sur 500 exemplaires (avis au futur propriétaire!). Le circuit est tout juste mémorisé et c'est gaz en grand que je m'élance. L'électronique a beau veiller au grain, on sent la roue avant se délester. Ceci dit, elle lève, elle lève, mais ne dépasse jamais une certaine limite. Cette limite est exactement celle qui définit l'accélération optimale tout en restant dans un niveau de sécurité acceptable. Sentir la moto se cabrer et garder la poignée de gaz au coin grâce à l'action de l'anti-wheelie, il y a quelque chose de (très) jouissif qui m'envahit, loin de toute pensée salace. L'amortisseur arrière signé Öhlins, lui, a été réglé aux petits oignons par les mécanos de Noale ; il n'y a rien à redire à son sujet, si ce n'est qu'il digère à la perfection la débauche de puissance que je lui inflige à chaque sortie de virage.

A Misano, le système de freinage est mis à très rude épreuve. A chaque tour, les freins avant, des Brembo M430, ont pour mission de ralentir sur une distance très courte la moto alors que cette dernière est lancée à près de 250km/h. Lorsque je tire sur le levier à deux doigts, la fourche se tasse et la roue avant ne perd pas son cap un seul instant. La moto, d'un empattement court, garde sa stabilité, bien que la roue arrière se déleste généreusement. Les plus téméraires oseront une glisse contrôlée de la roue arrière. Quant à moi, je me contenterai de me concentrer sur mes trajectoires. Vive, la RSV4 se place là où vous le souhaitez en un clin d'oeil ; Aprilia a réussi à conjuguer stabilité et agilité à haute vitesse. En virage, par exemple, elle ne bouge pas d'un poil si vous ne la sollicitez pas ; par contre, elle ne rechignera pas à corriger la trajectoire si vous lui en donnez l'ordre. La monte pneumatique Pirelli n'y est sans doute pas pour rien non plus dans son comportement exemplaire.

Il n'y a que lors des nombreux freinages sur l'angle que j'aurais souhaité un ABS de type gyroscopique pour gagner en sécurité et en efficacité, notamment dans les "curva tramonto" et "curva del carro". Ceci dit, l'excellent feeling rendu par les freins Brembo permettent de doser correctement le freinage pour optimiser le freinage tout en prenant de l'angle.

A la remise de gaz pour bondir en direction du prochain virage, c'est sans appréhension que j'ouvre en grand et franchement. Le ride-by-wire couplé au contrôle de traction gère en toute discrétion l'avalanche de couple et de puissance qui va crescendo avec l'augmentation du régime moteur. L'action du contrôle de traction est parfaitement linéaire et ne crée aucun à-coup, ce qui confère une excellente stabilité à la RSV4 lorsqu'elle est encore sur l'angle et en pleine réaccélération. Cela me rappelle d'ailleurs la "curva querica", là où l'on doit remettre les gaz très tôt tout en maintenant beaucoup d'angle, tout comme à la "variante del parco".

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Caractère moteur
+
Coup de crayon
+
Agilité
+
Télémétrie embarquée
+
Superbike en vente libre
On a moins aimé :
-
Suspension électronique semi-active (contre-argument marketing)
-
Pousse-au-crime, même sur circuit !

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Aprilia
Modèle :
RSV4 RR
Année :
2015
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en V à 65° longitudinal, 4 temps, double arbre à cames en tête (DOHC), 4 soupapes par cylindre
Cylindrée :
999 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Air box avec prises d'air dynamiques frontales. Canaux d'admission de hauteur variable contrôlée par la gestion moteur. 4 boîtiers papillons Weber-Marelli de 48 mm avec 8 injecteurs
Performances
Puissance max. :
201 ch à 13'000 tr/min
Couple max. :
115 Nm à 10'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne, rapport de transmission : 41/16
Boîte :
6 rapports avec quickshifter
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile avec système à friction mécanique
Partie cycle
Châssis :
Cadre réglable à double travée en aluminium, avec éléments coulés et emboutis en tôle
Suspension AV :
Fourche Sachs ∅ 43 mm; [Öhlins Racing avec traitement de surface TIN]
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur Sachs ajustable en: amortissement hydraulique en compression et détente, précontrainte du ressort, distance entre axes, longueur de l’empattement [Öhlins Racing avec «piggy-back», entièrement ajustable]
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17
Pneu AR :
200/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant de ∅ 320 mm en acier inox, flanche en aluminium à 6 points de fixation. Etriers Brembo M430 monobloc à montage radial et 4 pistons opposés horizontalement de ∅ 30 mm.
Frein AR :
Disque de ∅ 220 mm; étrier Brembo à deux pistons séparés de ∅ 32 mm
Dimensions
Longueur :
2'055 mm
Largeur :
735 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
180 kg
Réservoir :
18.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Black
 
Grey
 
Replica (version RF)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 18'990.-
CHF 20'990.- (version Race pack), CHF 22'450.- (version RF)
En ligne :
Garages :
 

Plus d'articles Moto

MV Agusta Brutalle 1000 RR ML – Une série limitée à… 1 exemplaire
Chez MV Agusta on aime les séries limitées au point de les pousser à l'extrême en réalisant une Brutale 1000 RR ML qui portera la plaque 001/001.
8ème édition du Sestriere Adventourfest confirmée du 26 au 28 juin!
Après avoir dû annuler la 3ème édition du HAT Pavia-Sanremo à cause du Coronavirus, Over2000riders vient de confirmer sur sa page Facebook que la 8ème édition du Sestriere Adventourfest aura bien lieu du 26 au 28 juin 2020.
Chez Indian, une trois-roues est à venir
Chez Indian Motorcycle, on ne manque pas d'idées... et encore moins d'ambition. A venir, et pour bientôt, une moto à trois-roues sur base de Roadmaster.
Essai BMW R NineT Urban G/S - Tout l'héritage de l'histoire BMW dans une moto
Depuis 2014, BMW s'est lancé sur les traces du néo-rétro en sortant la R NineT. La réussite du premier modèle a vu plusieurs déclinaisons dont la non-connue Urban G/S évoquant la première du nom, la R80 G/S. Mais est-elle à la hauteur de son héritage ?
Crise du Covid-19 – Triumph premier constructeur à annoncer un plan de restructuration
Le constructeur anglais vient d'annoncer un plan de restructuration pour faire face aux séquelles laissées par la crise du coronavirus.
Le plan de relance pour Norton
Suite au rachat de la vénérable marque britannique par le conglomérat indien TVS pour 16 millions de pounds [NEWS AcidMoto], plusieurs questions restaient encore en suspens.

Hot news !

Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.