Essai publié le 19 décembre 2014

Essai de la Yamaha MT-09 Tracer - MT pour Master of Touring?

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Yamaha Motor

Dans l'histoire de Yamaha, l'année 2013 aura son importance. En effet, la sortie de la MT-09 et plus particulièrement de son moteur trois-cylindres lui ont rapidement bâti une solide réputation. C'est ce même bloc de 849cm3 qu'on retrouve dans la Tracer; la première MT à se démarquer totalement du reste de la famille.

Pour faire simple, la Tracer, c'est une MT09 à la sauce Super Ténéré. Plutôt que d'équiper un roadster avec des accessoires touring, Yamaha vous propose cette moto déjà équipée de pare-brise réglable en hauteur, de protège-mains ou encore d'une béquille centrale. Mais avant tout, vous avez un nouveau look qui change tout.

Les Arts plastiques

Au lancement du modèle, je l'ai trouvé immédiatement beau. Le moteur saute aux yeux d'emblée. La star, c'est lui et il veut le faire savoir. Au-dessus, le réservoir aux galbes sportifs met en valeur les carénages latéraux, plus sombres et racés. La tête de fourche fait le reste, avec sa double optique LED magnifique, ses prises d'air, son imitation carbone et son pare-brise réglable. Enfin, la fourche jaune ajoute un contraste coloré qui apporte encore une touche de sportivité. De là à croire qu'il y a une fourche Öhlins, il ne faut pas rêver.

Regardés séparément, l'avant et l'arrière semblent ne pas provenir de la même moto. C'est le grand écart : sculpté, sportif, chargé de détails contre le strict minimum, rien que l'essentiel. C'est aussi un choix de Yamaha, pour symboliser les deux visages que combine la Tracer : le Dark Side of Japan de toutes les MT et le nouveau côté Touring du modèle.

Pour correspondre à cette nouvelle philosophie, les aménagements représentent environ 30% de pièces qu'elle ne partage pas avec le roadster MT-09. Il y a tout ce qui touche au style, mais aussi au coeur de la moto.

Banque d'organes et pièces dédiées

Commençons par la suspension. A l'avant, c'est une fourche plus longue qui équipe la Tracer. Celle-ci est composée d'un ressort à plusieurs densités, pour absorber ou amortir en fonction ; notamment lorsqu'on embarque un passager. La suspension arrière reste la même sur le principe, sauf que c'est un ressort plus long qui a été compressé différemment pour que l'ensemble ait la même longueur que sur le roadster. Le fabricant prétend que le réglage est ainsi optimal autant en solo qu'en duo. Enfin, l'avant et l'arrière sont réglables en précharge et en rebond, avec des outils.

Une autre monte pneumatique équipe la MT de tourisme, il s'agit du Dunlop D222. Ce dernier a une carcasse plus rigide pour mieux asseoir la Tracer sur sa route. Pari gagnant, ce choix donne l'illusion que l'empattement s'est allongé, alors que ce n'est pas le cas !

Aussi conçue pour la balade en duo, cette Yamaha se devait d'offrir une vraie place au passager. Sa selle a gagné environ un tiers en longueur et ressemble bien plus à un carré qu'au triangle du roadster. La selle conducteur aussi s'est élargie tout en gagnant un réglage de sa hauteur en un tour de main, passant alors de 845 à 860mm de haut. Pour information, la selle basse en option descend la Tracer à 815mm avant de toucher la suspension. Le réglage se fait en toute simplicité. Retirer les selles, déplacer la butée en plastique, mettre la selle un cran au-dessus et remonter le reste !

Le tableau de bord est totalement nouveau bien qu'il s'agisse en fait de celui de la dernière Super Ténéré, accompagné de sa prise 12V et son commodo gauche pour naviguer dans les menus. L'instrumentation est d'ailleurs prête à accueillir le système de poignées chauffantes, il n'y aura pas de bouton supplémentaire à câbler. Clairement lisible et très complet, je ne trouve rien à redire à son sujet.

Aussi tiré de la Super Ténéré, le système YCC-T vient enrichir l'équipement de la Tracer. Le système de gestion électronique des gaz "maison", couplé au capteur d'ABS, permet alors d'ajouter un contrôle de traction plutôt intelligent à cette MT ! Le TCS de cette Yamaha agit de trois façons : sur le timing d'allumage, à l'injection ou en réduisant intelligement l'ouverture des gaz.

Sur la MT-09 Tracer, la béquille centrale vient d'origine, pour faciliter le parcage notamment, ainsi que l'entretien courant. L'angle maximum passe cependant de 51° pour le roadster à 48° sur la touring. Dernier changement et non des moindres, le gros réservoir de 18 litres posé au sommet du châssis. Avec une consommation annoncée à 5.2 l/100km, l'autonomie devrait être de plus de 300km !

Après tous ces ajouts, surtout effectués pour leur aspect pratique, les ingénieurs ont eu l'agréable surprise de retrouver une répartition des masses identiques à la MT-09 naked, c'est-à-dire 51% à l'avant !

Unité d'exploration légère

Sur sa béquille centrale, la Tracer est très haute à enfourcher. La selle basse n'y changeant rien, les gens de moins d'un mètre septante-cinq useront du cale-pied pour se hisser dessus. Une fois installé, la position de conduite convient bien pour du tourisme. Le dos droit, la tête haute et une vue très dégagée sur la route. Les genoux sont à peine écartés autour du réservoir, surprenant étant donné sa contenance !

J'ai pris la route sans toucher à la selle ni au pare-brise, mais après peu de temps je me suis précipité vers les vis de ce dernier pour le monter au maximum. En effet, j'ai la taille critique qui m'envoyait le vent directement au centre de la visière. J'étais bien plus à l'aise pour les kilomètres qui ont suivi, le bruit du vent était tel que je n'entendais plus la moto. J'ai ensuite essayé de monter la selle, puis l'ai bien vite redescendue. Les 15mm que je gagnais me remettaient dans l'axe du vent dévié. Mon conseil si vous utilisez la selle en position haute, pensez au plus grand pare-brise disponible en accessoire.

Notre journée de roulage a débuté dans une épaisse purée de pois, mais pour prendre de grands axes, la visibilité était suffisante. Prévenu par le guide que les conditions de route sont précaires, je me lance sur la cartographie B de la MT. C'est la plus douce, celle qui aplatit franchement la courbe de puissance et de couple. Les reprises restent correctes, il est aussi possible de faire un dépassement car les 115 chevaux sont quand même délivrés à haut régime.

En sixième, à vitesse de croisière, la monture ménage son pilote. Prise au vent limitée, mains cachées derrière les protections, régime-moteur suffisant pour une réaccélération si nécessaire, les voyageurs y trouveront leur compte. Nous quittons maintenant les grands axes pour quelques virages. Je change vite le mode B qui devenait trop mou pour la situation et sélectionne le réglage standard.

Dès les premiers mètres sur un tronçon qui semblait amusant, le goudron est en fait défoncé et couvert de vague. La suspension a beau faire de son mieux, une allure plus que modérée s'impose. Mises à part les grosses compressions, le reste est plutôt bien gommé par la fourche et le bras oscillant. Sur chaussée normale, le comportement est très sain et prévisible : bon retour d'informations sans être trop parasité de vibrations.

Les belles routes sèches et lisses s'offrent enfin à nous, voyons maintenant de quoi est vraiment capable la Tracer dans le terrain de jeu de tous les motards. Jusqu'à maintenant, le frein-moteur suffisait pour arriver dans la courbe. Le rythme augmente, je suis bien obligé de taper dans les freins pour adapter ma vitesse.

Les composants de freinage sont identiques au roadster et tout à fait suffisant. On pourra lui reprocher de manquer de mordant quand on saisit le levier, car la force de freinage arrive progressivement, cependant le résultat final est optimal. Le frein arrière semble surdimensionné et bloque relativement vite, heureusement l'ABS veille.

Les courbes qu'on emprunte semblent faites sur mesure pour la Tracer. Elle fait preuve d'une grand agilité, prenant facilement de l'angle et envoyant de généreuses reprises  en sortie de courbe. Attendez un instant, il reste le mode A à essayer. Celui de l'Attaque, de l'Arsouille, de ce que vous voulez en A qui dit que ça va envoyer du bois... Pression du pouce droit, gaz en grand !

La différence est flagrante, là où de Standard à A sur le roadster c'est plus subtil. Le moteur CP3 devient nerveux, surexcité. Les accélérations et les lâchers de gaz sont directs, la montée en régime semble un rien plus rapide. Le son est en outre plus rageur, bien que trop discret. Mais au final, je trouve que c'en est trop. Assez malmené sans le vouloir dans les petits enchaînements, le mode A retire une bonne partie du confort de la Tracer. Je préfère finir la route en standard.

La journée touche à sa fin et le roadbook nous enmène dans une zone avec beaucoup de carrières. Le pneu du pilote qui me précède n'est plus noir, mais gris clair. En effet, la route était très poussiéreuse, chaque prise d'angle était un risque. Dans le groupe, nous avons cessé de compter les dérives de la roue arrière après les trois premières grosses frayeurs de chacun.

Le Traction Control semble être passé en mode Noël, clignotant à tout-va, peu importe la courbe, l'angle et les gaz. Le travail jusqu'alors discret de ce système se révèle comme un allié précieux. Il m'a sans doute éviter de sortir jardiner quelques fois et je n'ai pas honte de le dire.

Véritable Touring et Racer?

Yamaha a tenté un grand écart pour placer un modèle MT à la croisée de tous les chemins. Plus touring qu’une Fazer 1000, moins baroudeuse que la Super Ténéré, mieux placée en rapport puissance/poids que la TDM en fin de vie. En version Race Blu, la Tracer respire la sportivité. A mon sens, c’est une illusion.

Globalement, cette MT pour voyageur est une réussite. Le moteur, le cadre léger, les trains roulants, tout le meilleur est là. La nouvelle instrumentation plus claire, les modes de conduite repensés, l’ajout d’un excellent contrôle de traction; elle a tous les atouts pour se faire une place de choix sur le marché. Disponible courant mars 2015 pour CHF 12’590.-, Yamaha espère réitérer le hold-up du roadster qui est la deuxième moto la plus vendue en 2014, derrière une certaine GS...

Yamamoto San, chef du projet MT-09 Tracer chez Yamaha.
Patrick

Au final...

On a aimé :
+
Caractère explosif du moteur
+
Face avant très réussie
+
Contrôle de traction rassurant et peu intrusif
On a moins aimé :
-
Bagagerie en textile rigide plutôt petite
-
Selle haute ou pas de vent de le casque, il faut choisir
-
Mode A légèrement surfait
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Caractère explosif du moteur
+
Face avant très réussie
+
Contrôle de traction rassurant et peu intrusif
On a moins aimé :
-
Bagagerie en textile rigide plutôt petite
-
Selle haute ou pas de vent de le casque, il faut choisir
-
Mode A légèrement surfait

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
MT-09 Tracer
Année :
2015
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
3 cylindres, 4 temps, DACT, 4 soupapes
Cylindrée :
849 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
115 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
87.5 Nm à 8'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Diamant
Suspension AV :
Fourche télescopique inversée, Ø 41 mm
Course AV :
137 mm
Suspension AR :
Bras oscillant (type Monocross)
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70ZR17M/C (58W)
Pneu AR :
180/55ZR17M/C (73W)
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque à commande hydraulique, Ø 298 mm
Frein AR :
Simple disque à commande hydraulique, Ø 245 mm
Dimensions
Longueur :
2'160 mm
Empattement :
1'440 mm
Largeur :
950 mm
Hauteur de selle :
845 mm
régléable jusqu'à 860mm avec la selle d'origine
Poids total :
210 kg
Réservoir :
18 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Gris mat
 
Rouge
 
Race Blu
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'590.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Ducati recycle ses pièces de MotoGP en vous permettant de les acquérir
Fans de Ducati, mais surtout de MotoGP, les fêtes de Noël approchent et Ducati l’a bien compris. La firme de Bologne vient de dévoiler son programme, qui vous permettra, moyennant finance, de devenir propriétaire de pièces de Ducati Desmosedici de 2013 à 2015.
Valentino Rossi vs Lewis Hamilton - Comme un air de grosse publicité masquée
Lundi, le circuit Espagnol de Ricardo Tormo a accueilli deux multiples champions du monde de Moto et de F1 en les personnes de Valentino Rossi et Lewis Hamilton.
Concept BMW E-Power Roadster – En charge du futur chez BMW
Chez BMW on travaille déjà sur le futur qui, qu'on le veuille ou non, passera par l'électrique. Ainsi le constructeur bavarois planche depuis deux ans sur la E-Power Roadster.
Essai Yamaha XSR900 Turbo - Un turbo qui souffle le chaud et l’effroi
GBK Motos, concessionnaire Yamaha situé à Gland (VD), et son boss Vincent Buclin ont greffé un turbo à une « innocente » XSR900 Abarth - Nous avons testé en exclusivité cette nouvelle recette pimentée.
Vidéo introductive de l'essai de la Kawasaki Z900 2020
En quelque deux minutes, nous vous laissons découvrir la Kawasaki Z900 en images qui bougent.
Essai Kawasaki Z900 2020 - La fougue sous contrôle !
Nerveuse à souhait, cette Z900 2020 pleine de caractère me réconcilie avec les quatre-cylindres en ligne et me rappelle le caractère typique des Z

Hot news !

Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.