Essai publié le 23 avril 2014

Aprilia Caponord 2013 - Une Italienne sportive à vocation touring

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Céline Donzé et Flavio Venturini

Pour 2013, Aprilia pare sa gamme d'un nouveau trail, la Caponord ! Absente depuis 2009 dans le segment des trails, la firme de Noale s'est faite attendre. Cette dernière Caponord reprend les excellentes bases de la tumultueuse Dorsoduro. Seulement, pour convenir aux exigences des motards aventuriers, il a fallu adoucir cette dernière pour conférer à la Caponord des aptitudes au touring.

De la Dorsoduro, elle hérite le meilleur, à savoir son cadre mixte platines alu et treillis tubulaire en acier, son bras oscillant à doubles branches, son amortisseur arrière latéral (une bonbonne séparée pour la Caponord), son système de suspensions à réglages électronique ADD (Aprilia Dynamic Damping) de chez Marzocchi et son gros V-twin de 1197cc. De plus, la Caponord se dote des impératifs de la vocation touring comme de grands pare-mains, un semi-carénage, un pare-brise à réglage manuel, un guidon plus haut, une selle en deux parties, une boucle arrière renforcée pour accueillir deux valises latérales de 29 litres chacune, un réservoir de 24 litres (contre 15 pour la Dorsoduro)... le tableau semble complet !

Enfin, côté freinage, Aprilia fait confiance à Brembo, sans surprise. On retrouve deux disques flottants de 320mm de diamètre enserrés par des étriers à quatre pistons à monte radiale ; quant à l'arrière, c'est un simple disque 240mm de diamètre dompté par un étrier monopiston. Pour couronner le tout, le circuit hydraulique est constitué de durites de type aviation. Niveau look, il n'y a rien à redire !

Pour l'occasion, le bicylindre s'assouplit pour des performances tout en douceur. Il développe une puissance de 128cv à 8'500tr/min et un couple de 116Nm à 6'500tr/min. Sur papier, il ne présage rien d'hyper-fougeux par rapport à la concurrence qui affiche (souvent) plus de 20cv supplémentaires.

Esthétiquement, la belle de Noale détonne parmi les trails routiers de la production. Quand certaines affublent leur tête de fourche d'un bec de canard, la Caponord, elle, se la joue "gêne de sportive". La face avant est largement inspirée de la supersportive RSV4. L'Italienne affiche clairement une vocation routière et rechignera à s'aventurer hors des sentiers battus. D'ailleurs, il suffit de regarder son pneu arrière de 190mm de large et le débattement de ses suspensions (167mm à l'avant et 150mm à l'arrière) pour s'en rendre compte ! Elle serait donc plutôt apte à concurrencer une Suzuki V-Strom ou une Triumph Explorer plutôt qu'une BMW R1200 GS ou une KTM 1190 Adventure, qu'on soit d'accord.

Vous remarquerez que le papier et la théorie des chiffres ne valent rien à côté d'un essai routier !

In sella cavaliere !

Il faut avouer qu'on n'a pas dû se faire prier pour monter sur le selle de la Caponord. Au vu de son gabarit de trail, elle ne fait pas dans l'excès avec sa selle (étroite) à 840mm du sol. Les gabarits moyens seront à l'aise. La position de conduite s'assimile à celle que nous pouvons avoir sur une routière GT et permettra d'avaler les kilomètres d'asphalte sans faiblir ou ressentir de quelconques douleurs.

Le tableau de bord apporte toutes les informations habituelles. En plus, on retrouve les indicateurs du contrôle de traction, du rapport engagé, de la cartographie-moteur et du paramétrage de la suspension (seul ou à deux et, avec ou sans valises). L'ensemble est complet. On ne regrette que l'ergonomie des différents réglagles ; pas facile de passer d'un mode à l'autre sans devoir sortir le mode d'emploi ! Hormis cela, l'ambiance à bord est bonne, même si nous aurions voulu un guidon un peu plus sophistiqué.

On ne tarde pas à lancer le V-twin qui s'ébroue immédiatement. La bande-son est virile et fidèle à ses origines latines. De l'échappement sort un bruit sourd et envoûtant. Nul doute, on est bien sur une Italienne ! Le bicylindre se donnerait presque des airs de V4, c'est dire !

On passe le premier rapport. Il n'aura suffi que de quelques coups de guidon pour traverser la jungle urbaine. La Caponord se roule naturellement. Les masses bien réparties, son guidon large et la souplesse de son twin en feraient presque la bonne copine de tous les jours. Presque, car il reste son encombrement qui lui fait défaut. Eh oui, il ne s'agit pas d'une Mobylette ! C'est une 1200, diraient les plus vieux d'entre nous. Lorsque le feu passe au vert, c'est en mode dragster que nous dégommons avec fracas et mettons tout le monde d'accord. Il y a peu, nous avions testé la Diavel dans toutes ses déclinaisons... et nous devons admettre qu'il y a un peu de ce même diable dans le bouilleur de la Caponord.

Si l'on loue sa facilité en ville, on lui reproche tout de même l'étagement de sa boîte de vitesses. En effet, en troisième à 50km/h, le moteur tourne à peine trop vite (sensation désagréable)... et en quatrième, il gratifie de belles secousses.

La portion autoroutière qui mène vers des routes plus sinueuses et moins fréquentées nous permet de tester ses facultés aérodynamiques. Bien que réglable en plusieurs positions, la bulle n'est pas assez haute et donc protectrice au-delà de 100km/h. Il faudra choisir entre le mode "roadster" avec la totalité du flux d'air en direction du casque... ou le mode "turbulences" avec le casque qui bouge dans tous les sens. En mode "roadster", ça tire un peu sur les cervicales en fonction de la faculté de votre casque à pénétrer l’air ; pour un court trajet sur autoroute, on ne se plaindra pas.
Quant à la stabilité de la moto, elle est très bonne. Son empattement de 1'565mm et ses suspensions Sachs n'y sont sans doute pas pour rien.

Quelques kilomètres plus tard, la sortie d'autoroute. Il suffit de tomber les rapports un à un pour que la moto ralentisse accompagnée du "ronron" agréable du twin. Le frein-moteur est important et permet de freiner la moto sans devoir systématiquement user la commande de freins.

Il est temps de s'attaquer aux virages, terrain de prédilection de la belle Italienne. Bien qu’elle soit conçue pour tailler de longues distances, il ne faut pas oublier que les gênes de la Dorsoduro l’habitent. Tirer sur l’embrayage, tomber deux à trois rapports, se trouver dans la fourchette de régime optimal, ouvrir les gaz en grand, … sous le casque, c’est un grand sourire assuré !

Il suffit d’approcher le premier virage pour constater que le freinage est à l’italienne, puissant et d’une précision chirurgicale. L’attaque est excellente, tout comme la progressivité et donc le feeling. C’est sans surprise que les étriers de freins Brembo assurent leur prestation avec brio !

Au moment de la jeter dans le virage, on se rend compte que la Caponord n’est pas une sportive ultra vive. Tout en rondeur et en douceur, c’est le large guidon qui impose les trajectoires. Elle n’apprécie pas les brutalités. Au contraire, elle préfère les belles trajectoires. Une légère pression sur le guidon et le regard fait le reste. Les Dunlop Qualifer II lui confèrent une belle stabilité sur l’angle. Et le moment venu, leur excellent grip assure la relance et gère sans broncher l’avalanche de couple du twin. Les motards les plus téméraires s’amuseront à dessiner des bananes de gomme à chaque sortie de virage… Entre l’efficacité du contrôle de traction et le grip des gommes, même les novices prendront leur pied sans appréhension !


Ce n’est qu’en duo et chargée que la Caponord digère mal les imperfections de la route, et pourtant la suspension était bien réglée en fonction de l’utilisation souhaitée de la moto. Le système de suspension, bien que bardé de technologie et d’électronique, peine à lire la route. En conduite sportive, les courbes au revêtement dégradé ont provoqué le frottement des cale-pieds et surtout des louvoiements guère agréables. Cent vingt kilos de charge sont déjà trop pour les suspensions… Il faut être en solitaire pour apprécier la Caponord !

Sur les longues distances, l’Aprilia est une bonne partenaire. Confortable, performante, facile à rouler, user de la gomme durant tout un week-end, même prolongé, est un exercice agréable que l’on réitérerait plusieurs fois dans l’année. Hormis une consommation en carburant un poil élevée en regard des concurrentes (plus de 6 litres pour 100 kilomètres parcourus), le moteur s’est montré très plaisant à régime stabilisé comme en conduite sportive. Quant au confort général, la Caponord soigne ses occupants sans exagérer. Elle ne renie pas ses origines sportives, ne l’oublions pas !

Dans le cadre d'une utilisation en duo, le passager pourrait regretter l'absence d'un top-case au catalogue des accessoires d'origine. Par contre, la position de conduite, le confort de la selle et la présence de larges poignées de maintien ont largement contribué au plaisir du passager. Aussi, vous remarquerez que le champ de vision est excellent grâce au positionnement surélevé de la selle ; idéal pour anticiper les freinages et autres évènements rencontrés durant le voyage.

Dans tous les cas, cette Aprilia est une moto à essayer si vous cherchez un trail routier de caractère. La Caponord est une Italienne à vocation sportive, c’est sa force !

Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Moteur vivant
+
Ambiance sonore
+
Partie-cycle en utilisation solo
+
Freinage
On a moins aimé :
-
Détails de finition
-
Configuration des modes de conduite/chargement peu intuitive
-
Partie-cycle en retrait en utilisation duo
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur vivant
+
Ambiance sonore
+
Partie-cycle en utilisation solo
+
Freinage
On a moins aimé :
-
Détails de finition
-
Configuration des modes de conduite/chargement peu intuitive
-
Partie-cycle en retrait en utilisation duo

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Aprilia
Modèle :
Caponord
Année :
2013
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindrique en V à 90°, 4 temps, refroidissement liquide, distribution à deux arbres à cames en tête commandé par un système mixte d’engrenages/ chaîne, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée :
1197 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique avec gestion électrique Ride-by-Wire, et sélection des cartographies 'Tri-Map’ Sport (S) Touring (T) Rain (R
Performances
Puissance max. :
130 ch
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Tubulaire
Suspension AV :
Fourche télescopique Sachs upside-down ∅ 43 mm complètement réglable
Course AV :
167 mm
Suspension AR :
Amortisseur hydraulique Sachs avec Piggy-Back complètement réglable
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190 / 55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque flottant en acier inox ∅ 320 mm. Etriers quatre pistons Brembo à fixation radiale
Frein AR :
Disque en acier inox ∅ 240 mm. Etrier à simple piston Brembo
Dimensions
Longueur :
2'240 mm
Empattement :
1'565 mm
Hauteur de selle :
840 mm
Réservoir :
24 litres
Coloris disponibles
Coloris :
White
 
Black
Catalogue
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

PGM V8 - Un roadster V8 2 litres en  provenance du pays des kangourous
Il est de notoriété publique que l'Australie recense le plus d'espèces dangereuses au monde, il en va de même sur la route avec ce gros V8.
La Suzuki Virus 1000 à l'essai sur le circuit de Dijon-Prenois
C'est à l'occasion des sorties circuits AcidTracks, organisées par AcidMoto, que nous avons pu tester la turbulente Suzuki Virus 1000.
Peter Fonda, star du film Easy Rider, est décédé
L'acteur américain est décédé vendredi matin à son domicile de Los Angeles à l'âge de 79 ans, a annoncé son entourage.
Honda CBX1000 by Mandrill Garage – Un orgue à six cylindres
Dans la gamme du constructeur ailé il y a plusieurs machines qui ont marqué l'histoire, la CBX1000 en est une et Mandrill Garage s'est attaqué à ce monument pour un client fortuné.
Des radars destinés aux motos bruyantes - Le canton de Soleure comme pionnier
Plus de 3 milliards de francs dédiés à la lutte contre la pollution sonore aux abords des routes suisses, c'est le budget alloué par la Confédération. Quant à nos voisins, l'Allemagne et la France ont déjà donné le ton, avec à la clé des résultats significatifs.
Les motos électriques à la traîne sur le marché suisse
Alors que les soccters électriques séduisent, les e-motos souffrent d'un différentiel de performance et de prix. Les motos à moteur thermique ont encore de beaux jours devant elles.

Hot news !

Les Ducati Streetfighter V4 et Panigale 959 surprises lors d'un roulage
Durant l'été les constructeurs font rouler leurs nouveaux modèles sous des tenues de camouflage afin de les valider avant leurs homologations et présentations officielles. Les deux futures Ducati Streetfighter V4 et Panigale 959 ont été surprises lors d'un plein d'essence.
Triumph Daytona 765 – Une version standard surprise en plein roulage
Il y a quelques jours, Triumph annonçait la présentation le 23 août prochain d'une Daytona 765 produite à autant d'unité, or, selon une série de clichés il semblerait qu'une version standard doive également débouler.
Ducati Multistrada V4 – Après la rumeur voici la photo (et la vidéo)
La semaine passée nous vous parlions des rumeurs concernant la quasi certaine arrivée d'une Multistrada V4 chez le constructeur de Bologne. Ces rumeurs sont plus que fondées avec la preuve en photo et en vidéo.
Triumph Daytona 765 – Elle est annoncée et sera présentée le 23 août !
Cette fois c'est officiel !! Triumph va à nouveau produire sa fameuse Daytona, une édition limitée à seulement 765 exemplaires est annoncée par la firme d'Hinckley.
Essai Suzuki Katana 2019 - Paradoxe temporel
Hommage aux années 80, machine à l'identité très assumée et aux performances bien réelles, la GSX-S 1000 S Katana divise déjà, par son look particulier et sa relative simplicité. Elle renvoie pourtant à l'essence même de la moto japonaise, de brillante façon.
Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d'être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !