Essai publié le 27 juin 2012

Kawasaki ER-6n, le millésime 2012 prêt à l'attaque !

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Céline Donzé

Renouveler un best-seller est toujours chose délicate. Les aficionados monteraient aux barricades pour peu ! Moderniser, améliorer et plaire, facile à dire mais difficile à réaliser. Kawasaki a réussi un grand coup en commercialisant cette nouvelle ER-6n !

Chez les Verts, depuis 2006, l’ER-6n est un cheval de bataille. Accessible, abouti et doté d’un grand coeur, ce petit roadster a su séduire motardes et motards aux quatre coins du monde. Il est apprécié pour son agilité, sa facilité, son caractère, mais aussi pour son prix (moins de CHF 10’000.-) ! En 2012, l’ER-6n peaufine ses acquis et revient sur le marché pour contrer les Gladius, NC700S, XJ6 et autres CBF600... La bataille peut commencer, ou continuer !

Esthétiquement, ce millésime 2012 en jette !

Le roadster ER-6n a été revu de fond en comble mais garde tout de même son allure si typique. Son cadre périmétrique à doubles tubes parallèles et sa suspension arrière déportée l’identifient clairement parmi la concurrence. Sa nouvelle tête de fourche plongeante aux lignes fluides et agressives surplombée d’une casquette fumée et ses écopes de radiateur galbées soulignent son style de roadster moderne. Son réservoir bombé présente des enjoliveurs plastifiés du plus bel aspect. Le Neiman prend place à l’avant du réservoir. Sa selle est dorénavant en deux parties pour un look plus sportif. Son silencieux d’échappement est maintenu en position basse avec une sortie latérale ; le centrage des masses et l’abaissement du centre de gravité est donc recherché. On notera des détails de finition très plaisants tels que des clignotants à cabochon transparent, un feu arrière à diodes lumineuses, un sabot-moteur, un lèche-roue, des disques de frein en pétales de 300mm, des jantes à six battons fins et des caches de protection des tubes de fourche.

L’ensemble compteur/instruments sort la carte de la séduction. Rarement, d’oeil de journaliste, nous n’avions vu un aussi bel ensemble, homogène et esthétique ! Un écran multi-fonctions bleuté surmonté d’un compte-tours à aiguille bleue rétroéclairé par des LED blanches. De nuit comme de jour, la lisibilité est parfaite. Sur l’écran multi-fonctions sont indiquées de nombreuses informations : le niveau de carburant, le compteur de vitesse à affichage digital, la montre, le totaliseur kilométrique et les deux partiels. De plus, il affiche l’autonomie restante, la consommation moyenne/instantanée et le fameux témoin de conduite économique découvert sur la routière GTR 1400.

Le souci du détail et d’excellentes finitions au profit d’un esthétisme sans reproche, Kawasaki nous a sorti le grand jeu !

On détaille les nouveautés ?

Côté mécanique, Kawasaki a pensé au plaisir de conduite dans toutes les situations. Le moteur bicylindre en ligne de 649cm3 est conservé et ses caractéristiques améliorées. Sur le papier, on perd un poil de performances, mais en réalité, les Verts ont revu la courbe de couple pour offrir plus de souplesse à bas et mi-régimes. Un vrai plus pour la conduite urbaine et la balade à deux !

L'ER-6n n'est pas seulement nouvelle de par son design, mais aussi de par son châssis et sa partie-cycle. Le châssis périmétrique à double tubes est étroit et léger, sa partie centrale adopte le type mono-poutre pour plus de finesse. Un bicylindre compacte, un châssis du même acabit et une selle svelte et basse, les petits gabarits et la gente féminine seront à l'aise !

La suspension a bénéficié d’une cure de jouvence. La nouveauté réside principalement dans l'augmentation du débattement, 2mm à l'arrière et 5mm à l'avant. La fourche s'allonge de 15mm. Les ressorts sont ainsi plus souples. Il en résulte un combiné de suspensions plus confortable sans perdre de leur précision. Toujours au menu des éléments de confort, la selle se scinde en deux pour cette édition 2012. Aussi, sa mousse gagne en épaisseur.

Un bicylindre, ça vibre, on ne vous apprend rien ! Les ingénieurs Kawasaki ont pensé à réduire les vibrations générées par le bicylindre. Ainsi, la selle est montée sur des silent-blocs. Il en va de même pour les platines de repose-pieds, conducteur comme passager.

Confort, ergonomie et plaisir ont été les maîtres-mots de ce nouveau cru !

Si nous chevauchions la bête ?

Troquant la Kawasaki Versys 1000 contre cette ER-6n, la transition est violente ! La Versys, c'est haut, c'est large, c'est lourd, ... l'ER-6n, c'est tout le contraire ! Svelte, légère, athlétique, esthétique, fluide, ... Les premiers tours de roue sont déroutants. Un vélo ! Son très bon rayon de braquage et son faible encombrement facilitent clairement les manoeuvres à basse vitesse. Idéal pour l'apprentissage et pour passer le fameux gymkhana imposé à l'examen du permis de conduire.

Pour s'extraire de la ville, la petite verte se faufile avec agilité et sans difficultés entre les "boîtes à roues". Le moteur est d'une douceur exemplaire pour un bicylindre. Bas dans les tours, le petit 649cm3 tracte sans peine et sans cogner. Rapidement, on prend l'habitude de se caler sur le quatrième rapport à 50km/h... et pourquoi pas sur le cinquième, si la circulation est fluide. Douce et facile, on prend plaisir à rouler en ville !

La ville est un jeu d'enfant, c'est un fait. Mais en bon et vrai motard, l'appel de la campagne et des virolets s'impose ! Les quelques kilomètres effectués révèlent déjà de nombreuses qualités. Outre son agilité et sa facilité à prendre en main, l'ER-6n se distingue clairement par son confort. La position de conduite est idéale ; on est légèrement incliné vers l'avant, les jambes repliées juste comme il se doit. On se retrouve dans une position prêt à l'attaque tout en restant à un niveau de confort de haut niveau, pour un roadster de petite cylindrée.

Ce petit bicylindre en ligne est un régal. On se plaît à rouler sur le rapport supérieur. Contrairement à la majorité des 600cm3, il n'a pas besoin d'être cravaché pour déplacer l'équipage avec vigueur. La bande son, on aime. C'est viril, rauque et expressif, ce bi' est bien vivant ! Kawasaki a su tirer le meilleur du bicylindre (du couple!) en gommant ses tares (à-coups à bas régime) ! A haut régime, on ne s'exalte guère, le moteur tracte, mais sans plus... comme tout bicylindre. Ceci dit, sa puissance modérée (72cv à 8'500tr/min) permet de tirer les premiers rapports sans trop se soucier des limitations de vitesse. Avec l'augmentation générale de la puissance des motos, jouir de toute la quintessence du moteur devient rare ; cette ER-6n le permet !

Les virolets se dessinent à l'horizon. Bien que raisonnable dans sa motorisation, l'ER-6n est déjà lancée à des vitesses inavouables. La faute à qui ? A son pilote, évidemment, passionné par ce tonique bicylindre ! Le premier virage s'approchant, la prise de frein est imminente. A deux doigts, on saute sur la poignée. L'attaque est douce et progressive. Ensuite, le feeling est excellent, on dose le freinage de manière intuitive. Cependant, on notera une petite faiblesse. En pleine arsouille, plus de puissance n'aurait pas été de refus. L'ABS présent d'origine se montre très discret sur le frein avant. Très sécurisant, il s'enclenche au bon moment, ni trop tôt (pas d'effet "je te gâche ton plaisir"), ni trop tard (jardinage en vue si tu maîtrises pas ta force de freinage). L'ER-6n confirme son homogénéité ; le freinage est à la hauteur de sa motorisation.

A l'attaque du virage, on s'étonne par sa facilité, mais aussi par la précision de sa partie-cycle. Attention toutefois sur les revêtements routiers dégradés, la moto est légère et la suspension orientée "dynamique" ; ça sautille quelque peu. Le débutant comme l'habitué de grosses motos parcourront quelques kilomètres pour s'habituer. La moto s'inscrit dans le virage naturellement. Au guidon, au regard, par la position du corps, peu importe, l'ER-6n se jette à la corde avec engouement. Pas d'efforts, ni de contraintes, le pilotage de cette "Kawette" est un réel plaisir !

En sortie de virage, la remise des gaz peut se faire en grand, sans arrière-pensées ! Campé sur ses Dunlop Roadsmart II, un pneu sport-touring, vous ne craindrez pas les décrochages brutaux et les roulages sur sol humide. La monte pneumatique convient très bien à la philosophie de la moto : sécurisant, préventif et facile.

Des aspects pratiques, la petite verte s'en sort plutôt bien. On précisera un emplacement sous la selle passager permettant de loger un antivol en U et des crochets discrets pour arrimer toutes sortes de paquetage. Aussi, les esthétiques poignées de part et d'autre de la selle passager raviront les sacs de sable ! La balade à deux n'est pas à exclure du champ d'activités de l'ER-6n.

Kawasaki, la marque verte, joue également la carte de l'écologie. La consommation mesurée s'est montée à 4.3 litres/100km durant la durée de notre essai.

Conclusion

Tandis que d'autres modèles font la course à la puissance, la Kawasaki ER-6n peaufine ses acquis et travaille son offre. Aboutie, homogène, facile et ludique, elle a convaincu ! Elle trouvera preneurs tant auprès des novices comme des motards de la veille. Pour certains, elle sera la moto "apprentissage", pour d'autres, la moto amusante de tous les jours. Peu importe son utilisation, cette Kawa' a un grand coeur et un caractère très fun !

Assurément, ce nouveau millésime de l'ER-6n fera un carton ! Kawasaki n'a pas manqué sa cible.

Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Facile et agile
+
Vigueur du twin
+
Très fun !
+
Look
+
Consommation
On a moins aimé :
-
Sautille sur revêtements très dégradés
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Facile et agile
+
Vigueur du twin
+
Très fun !
+
Look
+
Consommation
On a moins aimé :
-
Sautille sur revêtements très dégradés

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
ER-6n
Année :
2012
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en ligne, 4-temps, double ACT
Cylindrée :
649 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection : Ø 38 mm x 2 (Keihin)
Performances
Puissance max. :
72.1 ch à 8'500 tr/min
Couple max. :
64 Nm à 7'000 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne à joints
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d’huile, à commande manuelle
Partie cycle
Châssis :
Périmétrique, acier haute densité
Suspension AV :
Fourche téléscopique de 41 mm
Course AV :
125 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur déporté avec réglage de la précharge du ressort
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
160/60 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque en pétales semi-flottant de 300 mm, étrier à 2 pistons
Frein AR :
Simple disque en pétales de 220 mm, étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'110 mm
Empattement :
1'410 mm
Largeur :
770 mm
Hauteur de selle :
805 mm
Poids total :
206 kg
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Pearl Shining Yellow (amortisseur jaune)
 
Pearl Stardust White (amortisseur gris)
 
Metallic Spark Black (amortisseur rouge)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'390.-
3 Ans Suisse Garantie
En ligne :
Garages :
 

Plus d'articles Moto

Les anglais de Langen Motorcycles projettent de commercialiser un roadster 250 2-temps
Langen Motorcycles a présenté une maquette digitale et un moteur de roadster 250 2-temps plutôt séduisant.
La Kymco RevoNEX se dévoile sur des documents de brevet
Parmi les électriques, la Kymco RevoNEX est une excentrique dotée d'un embrayage et d'une boite de vitesse. La façon de faire accepter cette propulsion aux motards ?
Randy Krummenacher quitte l'équipe MV Agusta avec effet immédiat
Le pilote zürichois a annoncé sa rupture immédiate du contrat qui le liait à la firme italienne, pour "préserver son intégrité morale et professionnelle".
Au tour de la Ducati Multistrada 950 S d'avoir une nouvelle couleur
Après la Panigale V2, c'est au tour de la Multistrada 950 S de recevoir une nouvelle teinte GP White au catalogue.
Saga Speed Triple 2021 - Amortisseur en prise directe
Début de semaine on a découvert une première photo volée sur la couverture d'un journal allemand, RideApart nous sert toutes les photos.
Saga Ducati Multistrada V4 - Deuxième service de photos volées
L'activité de test et développement semble intense, la Multistrada V4 a refait une sortie et on note de nouveaux détails.

Hot news !

Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort
Il y a déjà un moment, Djeemee est allé mettre la RSV-4 Factory dans ses petits souliers en tentant de maîtriser ses 217 chevaux au quotidien. Il s'est bien ramassé et a enfin retrouvé l'usage de la parole pour nous en parler.
Duel Yamaha - Tracer 700 contre Ténéré 700 - Laquelle il vous faut vraiment
Le moteur CP2 est un grand succès pour Yamaha. Ce bicylindre en ligne de 689 cm3 a pris place dans pas moins de 4 modèles de la marque. Avec la mise à jour 2020 de la Tracer et la Ténéré 700, on pourrait croire que ces deux modèles sont très proches, mais il n'en est rien. On vous explique comment choisir.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.