Essai publié le 31 janvier 2011

Yamaha Majesty 400 - Le scooter au confort impérial

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Gregory Chopard

La saga des scooters Yamaha continue. Le sportif T-Max laisse place au luxueux Majesty. Nous ne nous adressons plus à la même clientèle mais nous restons toujours dans la catégorie des maxi-scooters. Pour la saison d’automne, l’équipe d’AcidMoto.ch s’est adonnée aux essais scooters, sans rancune et sans préjugé.

Approche :

Le Yamaha Majesty 400 s’offre à moi dans une livrée sobre, anthracite métallisée. La clientèle-cible du Majesty est bel et bien les pendulaires et les scootéristes cherchant un confort certain à bord de leur deux-roues. Un empattement long, un large carénage aux lignes étirées pour le moins élégantes, une selle moelleuse, un tableau de bord au design agréable, un pare-brise qui monte bien haut, une arrière imposant, un échappement bien présent… le Majesty en jette, vraiment ! Moi qui suis motard incurable, j’avoue rester sous son charme. Devrais-je consulter sans tarder mon médecin ?

Au niveau de l’équipement, le Majesty se veut confortable. L’écartement des leviers de freins est réglable. Un frein à main assure des parcages en côte. Un rangement sous la selle offre un volume conséquent ; on y loge aisément deux casques intégraux, des gants, et quelques vêtements légers. Faire les courses avec son Majesty est envisageable, j’en ai fait l’expérience ; eh oui, un motard n’est pas qu’un sale macho !

Pour le pilote, la selle très large et de faible hauteur présente un petit dosseret qui se montre appréciable sur de longs trajets. L’ordinateur de bord, bien qu’il soit magnifiquement dessiné, accuse son affiliation aux scooters d’une ancienne génération. En effet, l’autonomie, les consommations moyenne et instantanée sont absentes, très dommage pour un scooter prédisposé aux longues distances… Son double frein avant inspire confiance et efficacité. Ce scooter éveille ma curiosité et me donne envie de le rouler.

Sans tarder, je m’empresse à démarrer cette mécanique. Le frein arrière appuyé, un coup de démarreur suffit à lancer le monocylindre de 400cm3. Silencieux, discret, sourd, mais correct, le son émit par le moteur ne me déçoit pas, pour un scooter.

Prise en main et essorage de variateur :

Les premiers tours de roues se font intuitivement. Les 233kg du Majesty ne se font pas remarquer ; c’est un vélo. Ce scooter est doué d’une maniabilité exemplaire et s’avère redoutable durant les trajets urbains. La selle de faible hauteur et les masses rapprochées au maximum du sol aident sans doute à sa maniabilité.

Mes jambes allongées et mes pieds appuyés sur les repose-pieds secondaires, je jouis d’une position véritablement confortable ; sur une moto, j’aurais dit une position Custom. Le scooter, c’est peinard ! Pour les trajets plutôt techniques, j’apprécie poser mes pieds sur les repose-pieds principaux. Je bénéficie ainsi d’une position plus droite et me sens plus ainsi à l’aise pour me faufiler entre les voitures et pour user de la poignée d’accélération dans les virolos.

Le moteur offre une linéarité presque parfaite. Cependant, on ressent les deux phases d’accélération. Une première jusqu’aux environs de 70km/h et la seconde qui nous entraîne jusqu’à 150km/h. Le 400cm3 n’offre pas de réelles sensations à l’accélération ; il se montre assez fade. Ceci dit, les performances sont relatives à sa cylindrée. Vous n’aurez aucune difficulté à dépasser les caisseux endormis sans vous faire de frayeurs. Au niveau de la consommation d’essence, le Majesty 400 ne pourrait se targuer d’une feuille verte sur son carénage. En effet, la consommation n’est pas tombée au-dessous des 5litres/100km. Par contre, le généreux réservoir de 14litres permet tout de même de belles distances sans devoir se ravitailler.

De manière dynamique, le Majesty m’apparaît comme une référence. Bien qu’il bénéficie d’un long empattement, il ne pêche pas par des flottements dans les longues courbes. Au contraire, il se montre précis, tant dans les virages serrés que dans les grandes courbes prises à des vitesses inavouables. Etonnamment, il est capable de prendre beaucoup d’angle sans pour autant perdre en précision. Je ne me suis pas vu poser le genou, tout de même pas ! Il m’a permis de me déplacer rapidement d’un lieu à un autre sans appréhension dans les courbes. La dureté et la fermeté des suspensions sont en parfaite harmonie avec la notion de confort. Les imperfections de la route sont gommées et l’ensemble garde une bonne réactivité. Le scooter Yamaha est un tapis volant. Ma passagère a eu plaisir à se déplacer dans le rôle du Sac de sable.

Le freinage est à la hauteur et permet de ralentir sans peine le gros scooter. Couplé à l’ABS, sur chaussée détrempée, il a su se montrer rassurant et impressionnant d’efficacité, pour un scooter. Le freinage est progressif et puissant ; les commandes font preuve d’un agréable feeling.

Le haut et large pare-brise et le carénage protègent correctement et permettent de rouler sous la pluie et par grand froid sans arriver à destination détrempé et frigorifié. Les mains sont également bien à l’abri.

L’éclairage, lui, est au top. Il offre la possibilité de se déplacer de nuit sans souci. Les phares avant éclairent aussi bien que ceux d’une voiture conventionnelle.

Conclusion :

Le scooter étant un véhicule plutôt utilitaire dans le monde des deux-roues, le Majesty fait honneur à son cahier des charges. Il saura satisfaire pleinement les pendulaires et les scootéristes avides de confort. Se déplacer rapidement et sur de longues distances, dans un confort royal, par tous les temps, il en est capable. Vous rendre tous les jours au travail, de jour comme de nuit, il saura relever le défi. Seul peut-être son prix rebutera quelques-uns d’entre nous.

Ce scooter m’a convaincu et m’a permis d’apprécier la route différemment qu’à moto. Cette fois-ci, vraiment, l’internement me guette !

Un grand merci à Hostettler AG, importateur Yamaha pour le prêt de ce Majesty 400 ainsi qu’à l’équipe de Fleury Motos à Moutier pour sa disponibilité.
Charles Donzé

Au final...

On a aimé :
+
Sa conduite instinctive
+
Son confort
+
Son volume de rangement
+
Ses performances
On a moins aimé :
-
Sa consommation
-
Les maigres informations de son ordinateur de bord
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Sa conduite instinctive
+
Son confort
+
Son volume de rangement
+
Ses performances
On a moins aimé :
-
Sa consommation
-
Les maigres informations de son ordinateur de bord

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
Majesty 400
Année :
2011
Catégorie :
Scooter
Moteur
Type :
Monocylindre 4-temps, double arbre à cames en tête, 4 soupapes
Cylindrée :
395 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
34 ch à 7'000 tr/min
Couple max. :
36.3 Nm à 6'000 tr/min
Transmission
Finale :
Automatique
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie cycle
Suspension AV :
Fourche télescopique, diamètre 41mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Moteur oscillant, double amortisseur
Débattement AR :
104 mm
Pneu AV :
120/80 R14
Pneu AR :
150/70 R13
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Deux disques 267mm
Frein AR :
Simple disque de 267mm
Dimensions
Longueur :
2'230 mm
Empattement :
1'565 mm
Largeur :
780 mm
Poids total :
223 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Blanc
 
Noir
 
Anthracite
Catalogue
Prix de vente :
CHF 1'740.-
Avec 3 ans de Swiss-Garantie
En ligne :

Plus d'articles Moto

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
Test de la Yamaha Ténéré 700 Rally - Elle vend du rêve!
Au début de cet été, Yamaha crée le buzz en nous balançant un magnifique teaser mettant en scène la nouvelle Ténéré 700 Rally aux côté d’une vénérable machine d’usine du Dakar de 40 ans son ainée. On ne va pas se mentir, ça vend sérieusement du rêve.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
OFRAG recrute un assistant support technique clientèle
L'importateur Aprilia, Piaggio, Vespa et Moto Guzzi en Suisse recrute un(e) assistant(e) support technique.
Nouvelles couleurs pour la Kawasaki Z900 2021
Cette année elle était visible à chaque coin de rue, avec 1027 unités immatriculées jusqu'à fin août la Z900 est le best-seller de Kawasaki.
Une nouvelle photo de RC390 2021 a fuité
Le 15 août vous avez vu une première série de photos capturées autour de l'usine KTM en Autriche. Il y a du nouveau...

Hot news !

Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.
Aprilia RS660 – Le premier teasing est en ligne
Surprise à plusieurs reprises lors des tests sur route, Aprilia lève le voile sur la très attendue RS660 dans un teasing qui bouge.
BMW F900 XR vs. Yamaha Tracer 900 GT - Duel de voyage en 900 cm3
Le nouveau roadster de la marque allemande a fait l'objet d'un comparatif face au leader du marché, la Kawasaki Z900. Pour la déclinaison plus trail, la F900 XR, on a choisi de l'opposer à la Yamaha Tracer 900 GT.