Essai publié le 31 janvier 2011

Yamaha Majesty 400 - Le scooter au confort impérial

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Gregory Chopard

La saga des scooters Yamaha continue. Le sportif T-Max laisse place au luxueux Majesty. Nous ne nous adressons plus à la même clientèle mais nous restons toujours dans la catégorie des maxi-scooters. Pour la saison d’automne, l’équipe d’AcidMoto.ch s’est adonnée aux essais scooters, sans rancune et sans préjugé.

Approche :

Le Yamaha Majesty 400 s’offre à moi dans une livrée sobre, anthracite métallisée. La clientèle-cible du Majesty est bel et bien les pendulaires et les scootéristes cherchant un confort certain à bord de leur deux-roues. Un empattement long, un large carénage aux lignes étirées pour le moins élégantes, une selle moelleuse, un tableau de bord au design agréable, un pare-brise qui monte bien haut, une arrière imposant, un échappement bien présent… le Majesty en jette, vraiment ! Moi qui suis motard incurable, j’avoue rester sous son charme. Devrais-je consulter sans tarder mon médecin ?

Au niveau de l’équipement, le Majesty se veut confortable. L’écartement des leviers de freins est réglable. Un frein à main assure des parcages en côte. Un rangement sous la selle offre un volume conséquent ; on y loge aisément deux casques intégraux, des gants, et quelques vêtements légers. Faire les courses avec son Majesty est envisageable, j’en ai fait l’expérience ; eh oui, un motard n’est pas qu’un sale macho !

Pour le pilote, la selle très large et de faible hauteur présente un petit dosseret qui se montre appréciable sur de longs trajets. L’ordinateur de bord, bien qu’il soit magnifiquement dessiné, accuse son affiliation aux scooters d’une ancienne génération. En effet, l’autonomie, les consommations moyenne et instantanée sont absentes, très dommage pour un scooter prédisposé aux longues distances… Son double frein avant inspire confiance et efficacité. Ce scooter éveille ma curiosité et me donne envie de le rouler.

Sans tarder, je m’empresse à démarrer cette mécanique. Le frein arrière appuyé, un coup de démarreur suffit à lancer le monocylindre de 400cm3. Silencieux, discret, sourd, mais correct, le son émit par le moteur ne me déçoit pas, pour un scooter.

Prise en main et essorage de variateur :

Les premiers tours de roues se font intuitivement. Les 233kg du Majesty ne se font pas remarquer ; c’est un vélo. Ce scooter est doué d’une maniabilité exemplaire et s’avère redoutable durant les trajets urbains. La selle de faible hauteur et les masses rapprochées au maximum du sol aident sans doute à sa maniabilité.

Mes jambes allongées et mes pieds appuyés sur les repose-pieds secondaires, je jouis d’une position véritablement confortable ; sur une moto, j’aurais dit une position Custom. Le scooter, c’est peinard ! Pour les trajets plutôt techniques, j’apprécie poser mes pieds sur les repose-pieds principaux. Je bénéficie ainsi d’une position plus droite et me sens plus ainsi à l’aise pour me faufiler entre les voitures et pour user de la poignée d’accélération dans les virolos.

Le moteur offre une linéarité presque parfaite. Cependant, on ressent les deux phases d’accélération. Une première jusqu’aux environs de 70km/h et la seconde qui nous entraîne jusqu’à 150km/h. Le 400cm3 n’offre pas de réelles sensations à l’accélération ; il se montre assez fade. Ceci dit, les performances sont relatives à sa cylindrée. Vous n’aurez aucune difficulté à dépasser les caisseux endormis sans vous faire de frayeurs. Au niveau de la consommation d’essence, le Majesty 400 ne pourrait se targuer d’une feuille verte sur son carénage. En effet, la consommation n’est pas tombée au-dessous des 5litres/100km. Par contre, le généreux réservoir de 14litres permet tout de même de belles distances sans devoir se ravitailler.

De manière dynamique, le Majesty m’apparaît comme une référence. Bien qu’il bénéficie d’un long empattement, il ne pêche pas par des flottements dans les longues courbes. Au contraire, il se montre précis, tant dans les virages serrés que dans les grandes courbes prises à des vitesses inavouables. Etonnamment, il est capable de prendre beaucoup d’angle sans pour autant perdre en précision. Je ne me suis pas vu poser le genou, tout de même pas ! Il m’a permis de me déplacer rapidement d’un lieu à un autre sans appréhension dans les courbes. La dureté et la fermeté des suspensions sont en parfaite harmonie avec la notion de confort. Les imperfections de la route sont gommées et l’ensemble garde une bonne réactivité. Le scooter Yamaha est un tapis volant. Ma passagère a eu plaisir à se déplacer dans le rôle du Sac de sable.

Le freinage est à la hauteur et permet de ralentir sans peine le gros scooter. Couplé à l’ABS, sur chaussée détrempée, il a su se montrer rassurant et impressionnant d’efficacité, pour un scooter. Le freinage est progressif et puissant ; les commandes font preuve d’un agréable feeling.

Le haut et large pare-brise et le carénage protègent correctement et permettent de rouler sous la pluie et par grand froid sans arriver à destination détrempé et frigorifié. Les mains sont également bien à l’abri.

L’éclairage, lui, est au top. Il offre la possibilité de se déplacer de nuit sans souci. Les phares avant éclairent aussi bien que ceux d’une voiture conventionnelle.

Conclusion :

Le scooter étant un véhicule plutôt utilitaire dans le monde des deux-roues, le Majesty fait honneur à son cahier des charges. Il saura satisfaire pleinement les pendulaires et les scootéristes avides de confort. Se déplacer rapidement et sur de longues distances, dans un confort royal, par tous les temps, il en est capable. Vous rendre tous les jours au travail, de jour comme de nuit, il saura relever le défi. Seul peut-être son prix rebutera quelques-uns d’entre nous.

Ce scooter m’a convaincu et m’a permis d’apprécier la route différemment qu’à moto. Cette fois-ci, vraiment, l’internement me guette !

Un grand merci à Hostettler AG, importateur Yamaha pour le prêt de ce Majesty 400 ainsi qu’à l’équipe de Fleury Motos à Moutier pour sa disponibilité.
Charles Donzé

Au final...

On a aimé :
+
Sa conduite instinctive
+
Son confort
+
Son volume de rangement
+
Ses performances
On a moins aimé :
-
Sa consommation
-
Les maigres informations de son ordinateur de bord
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Sa conduite instinctive
+
Son confort
+
Son volume de rangement
+
Ses performances
On a moins aimé :
-
Sa consommation
-
Les maigres informations de son ordinateur de bord

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
Majesty 400
Année :
2011
Catégorie :
Scooter
Moteur
Type :
Monocylindre 4-temps, double arbre à cames en tête, 4 soupapes
Cylindrée :
395 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
34 ch à 7'000 tr/min
Couple max. :
36.3 Nm à 6'000 tr/min
Transmission
Finale :
Automatique
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie cycle
Suspension AV :
Fourche télescopique, diamètre 41mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Moteur oscillant, double amortisseur
Débattement AR :
104 mm
Pneu AV :
120/80 R14
Pneu AR :
150/70 R13
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Deux disques 267mm
Frein AR :
Simple disque de 267mm
Dimensions
Longueur :
2'230 mm
Empattement :
1'565 mm
Largeur :
780 mm
Poids total :
223 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Blanc
 
Noir
 
Anthracite
Catalogue
Prix de vente :
CHF 1'740.-
Avec 3 ans de Swiss-Garantie
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai de la BMW F900XR 2020 - Le couteau suisse
Lancée conjointement avec le roadster F900R dans le sud de l’Espagne, la F900XR est le f(i)er de lance de l’offensive BMW. Principale cible : une certaine Yamaha Tracer 900… La population cible ? Les motards en quête d’une monture confortable à forte vocation routière, à fort contenu technologique mais sans coût prohibitif. Vaste programme !
Macaron Stick’Air – Il n’y a pas eu de pic de pollution à Genève
En fin de semaine dernière, le département lançait une restriction de circulation aux véhicules de la catégorie 5, ceci en raison d’un pic de pollution.
Suzuki Katana ICON - Une série limitée à seulement 10 exemplaires
Après avoir présenté une Katana Yoshimura, Suzuki France présente une nouvelle série limitée de sa Katana, mais cette fois-ci aux couleurs du géant de l’équipement made in USA, ICON.
Essai de la Kawasaki Z650 2020 - Un roadster mid size très zélé et attachant
Dire que la Z650 2020 représente une moto stratégique pour la marque Kawasaki est un doux euphémisme.
Bajaj et Triumph débute ce jour un partenariat mondial
Triumph Motorcycles et Bajaj Auto India ont officiellement démarré aujourd'hui à Pune, en Inde, leur partenariat à long terme sans participation de capital.
Offre d'emploi - L'importateur du groupe Piaggio recherche un assistant marketing
OFRAG Vertriebsgesellschaft à Lupfig (AG), importateur général de moto et scooter des marques Piaggio, Vespa, Aprilia et Moto Guzzi, recrute un(e) Assistant(e) Marketing 100%.

Hot news !

Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.