Essai publié le

Essai Suzuki GSX-S 750 – Le roadster à la force tranquille

Texte de Gonzo / Photo(s) de La très excellente Malo Liechti
Imprimer cet article

Si la GSR 750 était présente sur le marché du roadster mid-size, il faut avouer qu’elle manquait quelque peu d’arguments face à la concurrence. Dès lors, la firme d’Hamamatsu a retravaillé les arguments de la belle et, en plus du lifting et des diverses améliorations, la petite Suz’ a reçu un nouveau nom… Exit donc la GSR et bienvenue à la GSX-S 750 !

Bon, je ne vous ferais pas l’affront de vous détailler les différents aspects du nouveau roadster, Marc l’a déjà fait dans son article (à relire ici). Mais ce qui est primordial, c’est de savoir que si elle porte maintenant ce nom, ce n’est pas pour rien… Car le cœur de la GSX-R 750 bat en elle. Et pas que sur le papier !

Pour cet essai, c’est le garage MMRide qui m’a mis la moto à disposition. La seule différence avec le modèle 100% d’origine, c’est qu’Alex et Vivien lui ont greffé un support de plaque court, de beaux clignos et ils ont enlevé une dent au pignon de sortie de boîte. Les modifications esthétiques lui vont à ravir, et soulignent ce côté bestial qu’elle peut avoir.

L’aspect esthétique est toujours difficile à mettre en avant. Les goûts et les couleurs comme on dit… Mais personnellement, je trouve cette Suz’ super réussie. Elle ne bouscule pas les codes certes, mais ses nouvelles lignes sont réussies. Plus fins, les clignotants laissent la part belle à la nouvelle tête de fourche qui fait penser à la grande sœur de la 750, la GSX-S 1000. Grande sœur à qui elle a emprunté son compteur digital.

Le pignon ? C’est pour la rendre un poil plus joueuse… Bref, une petite série de modifications qui rendent la belle encore plus belle et plus joueuse pour moins de CHF 650.-

D’une simple pression sur le starter, le moteur s’éveille grâce au système Easy Start dans une symphonie feutrée (norme Euro4 oblige) mais malgré tout prometteuse. Je passe la première et le lâché d’embrayage est doux. On perçoit le moteur qui prend quelques tours en plus à ce moment là. C’est cette fois-ci le SCAS (système d’embrayage assisté) qui rentre en ligne de compte. Cette aide au démarrage ne permet pas de se passer de la poignée de gaz pour s’élancer, mais elle donnera un petit plus.

Bref, je m’élance et très rapidement, la légèreté du train avant me subjugue. Cette brèle est légère, précise et ultra douce. Quelques minutes ont suffit à me donner l’impression de connaître cette moto. Et que dire de la boite à vitesse ? Elle est aussi douce et précise que je peux être bourrin et maladroit, c’est dire ! En ville en tout cas et en rase campagne, c’est un sans faute, il n’y a même pas besoin de l’électronique.

Au niveau de la position, tout tombe correctement sous la main. Ce n’est pas parfait pour mon gabarit, mais c’est plus que correct. Le large réservoir écarte un peu les jambes sans que ce ne soit gênant pour la conduite, et si cette moto avait été faite pour moi, j’aurais aimé un guidon un poil plus large pour profiter encore plus de la maniabilité et de la précision de cet avant.

Si le levier de frein me paraissait spongieux au premier abord, il faut laisser à l’ensemble du système qu’il fait parfaitement son travail. C’est vrai que j’aime avoir du répondant à la prise des freins mais comme pour tout le reste sur cette moto, je m’y suis fait rapidement. Les changements effectués par Suzuki sur les freins sont énormes au regard de ce qu’il y avait sur la GSR !

La ville c’est bien, où plutôt, il faut y tester. La campagne c’est mieux, c’est plus dégagé et on peut commencer à ouvrir un peu plus, pour se rendre compte de ce que la belle a dans le ventre. Mais avant de savoir ce qu’elle avait dans le ventre, ce sont les poumons de la GSX-S 750 qui se sont révélés, ou plutôt, sa boîte à air. A l‘ouverture des papillons, elle commence à hurler, dans une sonorité enivrante qui me dope et me pousse à ouvrir toujours plus, à rester dans les hauts régimes. Bref, à jouer avec le côté GSX-R du roadster.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Son train avant
+
Son agilité
+
Ce put.. de bruit de la boîte à air
On a moins aimé :
-
Creux sous 6'000 tr/min

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Suzuki
Modèle :
GSX-S 750A et GSX-750ZA
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 16 soupapes
Cylindrée :
749 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique, assistance au démarrage
Performances
Puissance max. :
114 ch à 10'500 tr/min
Couple max. :
81 Nm à 9'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre périmétrique en acier
Suspension AV :
Fourche inversée 41mm réglable en précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur réglable en précontrainte
Débattement AR :
135 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque 310mm étriers radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque 240mm étrier 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'125 mm
Empattement :
1'455 mm
Largeur :
785 mm
Hauteur de selle :
820 mm
Poids à sec :
187 kg
Poids total :
213 kg
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Metallic Triton Blue / Glass Sparkle Black (GSX-S750A)
 
Rouge (GSX-S750A)
 
Noir (GSX-S750ZA)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'795.-
CHF 9'995.- GSX-S750ZA
En ligne :

Plus d'articles Moto

Moto Tour 2017 - La course "trophée relais" par équipe arrive pour cette édition
Nouvelle façon de découvrir le Moto Tour, le Trophée relais est destiné à celles et ceux qui n’envisagent pas d’avaler les 3 000 km du parcours. Il permet à deux pilotes (ou plus) de prendre le guidon successivement sur l’épreuve.
Go North Cape [épisode 3] - Le cercle polaire est franchi
On retrouve Adrien et Mathieu encore plus au nord, avec cette fois pour ces nouvelles journées de roulage, le franchissement d'un cap mythique : le cercle polaire.
Acid'Days 2017 - Toutes les photos sont en ligne
Vous les attendiez impatiemment. Qui ? Les photos de vous lors des Acid'Days 2017.
La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.
Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires