Essai publié le

Essai Triumph Street Triple RS - La référence entend bien le rester [page 2]

Texte de Marc / Photo(s) de Alessio Barbanti et Matteo Cavadini

Pages

La route :

Après la pluie nocturne, c’est un brouillard matinal qui nous attend pour nos premiers tours de roues sur la RS. Une rapide mise en garde du staff nous est faite : les pneus Pirelli Supercorsa SP sont flambants neufs, donc attention sur les routes mouillées… C’est donc tout naturellement que je sélectionne le mode pluie pour faire connaissance avec la bête, mode pluie au passage qui ne castre en rien la puissance de 123cv disponible, il ajuste le contrôle de traction et l’ABS.

La légèreté de la Street n’a pas changée, je me sens comme à la maison, c’est une moto qui met immédiatement en confiance et mes 1m72 sont très faciles à caser sur la moto avec les deux pieds bien au sol grâce à l'étroitesse du réservoir. Dans ces conditions délicates je louerais la qualité des commandes, le maître-cylindre Brembo est dosable à deux doigts et l’embrayage est doux à souhait, comme quoi il est possible de n’avoir aucun effort à faire à la poignée gauche avec une commande à câble. Le débattement du sélecteur est assez court et les rapports rentrent comme dans du beurre que ce soit avec ou sans le quickshifter.

Et que dire de la bande-son… en gagnant en centimètres cube, la Street a gardé ses vocalises mais avec un timbre un peu plus rauque, durant tout l’essai on aura parlé du roooaaar Triumph. Par contre, au passage le sifflement de la distribution, typique à la marque, a disparu. Le nouvel échappement n’apporte donc pas uniquement un look.

Les conditions de roulage s’améliorent au fil du temps et des kilomètres parcourus, bien que la route soit encore passablement humide, il est tout à fait possible de mettre du gaz et un peu d’angle pour profiter de la vivacité du châssis. Sur les petites routes de montagne, la moto se balance sans effort d’un angle à l’autre tout en étant moins nerveuse. J'ai vraiment l'impression d'avoir la roue avant plantée dans le sol.

Le freinage, largement surdimensionné pour la route permet de ralentir la RS avec un effort minime sur le levier droit. Le feeling apporté est tout simplement exceptionnel et l’ABS Continental veille au grain et agit de façon tout à fait transparente.

Par contre, dès 5'000tr/mn le premier point noir me saute au visage (j'ai pourtant passé l'âge de l'acné juvénile), les rétros se brouillent et deviennent illisible, déjà qu'ils sont petits sur la RS.

J'ai immédiatement ressenti le travail des ingénieurs sur le trois cylindres, c'est un peu comme si la Street que je connaissais était sous perfusion de vitamines. Le moteur reprend dès les bas-régime sans sourciller et sa force s'accentue au fur et à mesure de la montée en régime. Un sacré caractère mais super docile. Surtout que vu le faible poids à tracter, les relances sont immédiates et musclées sans être piégeuses.

Les kilomètres s'enchainent pour rejoindre le tracé de Catalunya et le soleil fait son apparition tandis que la route sèche. Après une bonne série de virolets serrés, qui mettent en évidence la qualité des suspensions, celles-ci absorbant les défauts de la route sans broncher, nous empruntons une portion d'autoroute. La protection n'est pas le fort de la Street, dès 120 km/h on prend bien le vent dans le casque et après (hum vous n'avez rien entendu) il faut rentrer la tête. Un saute-vent disponible en accessoire fera l'affaire si vous décidez de voyager avec votre RS.

Le circuit :

Nous voici enfin sur le tracé de Catalunya. Après un rapide repas et un briefing, nous décidons de prendre au plus vite la piste pour profiter du soleil. C'est ma première expérience sur ce magnifique circuit qui a vu tant de passe d'arme en moto. Heureusement pour la première session un instructeur est là pour nous montrer les trajectoires.

Je pars directement en mode Track afin d'avoir un minium de contrôle de traction et d'ABS. Le circuit est magnifique et ses enchaînements rapides mettent en valeur la stabilité du châssis de la Street. Une fois posée sur l'angle la moto ne bouge plus sauf en cas de besoin de correction de trajectoire. Cette stabilité est également louable dans la longue ligne droite, qui finit par une légère descente. Bien qu'accroché au guidon en fond de 6, la moto ne bronche pas !

En usage piste, le shiftlight présent sur l'ancien modèle fait défaut tant le moteur a de l'allonge. J'ai fait bon nombre de rupteur avant de trouver les bons rapports selon les courbes. Par contre, le shifter fonctionne merveilleusement bien et permet de passer les rapports à la volée dans un minimum de temps.

D'ailleurs, ayant l'habitude de rouler en boîte inversée sur piste, une erreur de rapport m'aura valu une magnifique traversée du bac à gravier en fond de 3 dans la courbe n° 9 nommée la Campsa. J'ai bien cherché parmi le menu mais n'ai pas trouvé le mode off-road… mais cela m'aura permis de constater que la Street, grâce à son grand guidon, peut traverser un bac à sable sans encombre, pardon m'sieur Triumph, promis je ne recommencerais plus.

En mode track l'ABS repousse ses limites, ça ne m'aura pas empêché de le couper complétement pour ma dernière session afin de repousser encore le limites du freinage. Celui-ci avec les magnifiques étriers M50 et le maître-cylindre qui proviennent de chez Brembo ne souffre d'aucun reproche même en mode hyper intensif. Aucune surchauffe ni changement ressenti à la poignée droite.

Et une fois la journée terminée, quel plaisir de renfiler une tenue un peu plus légère pour enfourcher à nouveau la Street Triple et retourner à l'hôtel prendre une bonne douche bien méritée.

Conclusion :

Alors la nouvelle Street est-elle une réussite et va-t’elle continuer sa longue carrière ? Oui sans aucun doute ! Et dans cette version RS elle risque de faire trembler bien des sportives que ce soit dans les cols ou sur piste où elle imposera sans problème son agilité diabolique ainsi que son freinage puissant et endurant sans oublier les relances musclées dues à son trois cylindres magique. En clair la Street Triple RS est parfaite pour prendre son pied sur la route en allant s'éclater, au sens propre, sur circuit.

Et pour Triumph cette version arrive à point nommé surtout quand on sait qu’au sein de la DORNA on envisage à terme de remplacer la catégorie Supersport par une catégorie Roadster Cup… La Street risque de donner du fil à retordre à ses concurrentes.

Au niveau du prix, avec ses CHF 13’200.- cette version RS pourra paraître de prime abord chère, mais si on la compare aux autres roadsters de moyenne cylindrée ou même de cylindrée supérieure, vu la qualité des équipements qui l'équipe elle reprend l'avantage car il n'y aura rien à rajouter pour rouler sur celle qui a bouleversé la catégorie en 2007 et qui entend bien continuer à le faire pendant longtemps.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le triple encore plus plein
+
Le freinage performant et endurant
+
L'agilité
On a moins aimé :
-
Les rétros qui vibrent
-
L'absence de shiftlight sur piste

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Triple RS
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, DOHC, 12 soupapes
Cylindrée :
765 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
123 ch à 11'700 tr/min
Couple max. :
77 Nm à 10'800 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile, assisté et anti-dribble
Partie Cycle
Châssis :
Avant : double poutre en aluminium, arrière : 2 pièces moulées à haute pression
Suspension AV :
Fourche inversée Showa BPF, Ø 41 mm, compression, rebond et précontrainte réglable
Course AV :
115 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Ohlins STX40 à cartouche séparée, précontrainte, rebond et compression réglable
Débattement AR :
131 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disques flottants ø 310 mm, étriers monoblocs radiaux Brembo M4.32, 4 pistons
Frein AR :
Monodisque ø 220 mm, étrier Brembo, 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'065 mm
Empattement :
1'410 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
166 kg
Poids total :
186 kg
Réservoir :
17.4 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Silver Ice
 
Phantom Black Metallic
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'200.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai – KTM 790 Duke : Prêt, partez…FUN !
C’est « à domicile » que nous avons cette fois-ci testé la nouvelle venue de la firme de Mattighofen. Et croyez moi, elle n’a pas été épargnée.
Meurthe-et-Moselle (F) - Un jeune en motocross percute trois enfants sur la place du village
En marge des festivités liées à la victoire de la France lors de la finale de la Coupe du monde hier soir s’est déroulé un accident dramatique.
Yamaha "Hooligan" Café Scrambler – Quand la XTZ 660 s'encanaille
Le préparateur polonais Piotr, qui officie au sein d'Operational Group, nous a concocté une magnifique préparation sur une base inhabituelle : une Yamaha XTZ660.
Yamaha Niken Tour – Deux rendez-vous en Suisse
S'il est bien une nouveauté atypique cette année, c'est le Yamaha Niken qui remporte la palme et le constructeur vous propose de l'essayer au travers d'un Niken Tour qui sillonnera l'Europe tout l'été.
Bonnie & Klyde sur les routes de l’est - Interview de ces deux aventuriers « On the road » !
Il y a quelques semaines, Amaia et Marvin sont partis en direction de l’est avec leurs fidèles destriers Bonnie & Klyde. Où sont-ils et qu’ont-ils vécu ?
Comparatif gros roadsters - Adrénaline en tube! Kawasaki Z1000R Edition vs Triumph Speed Triple RS vs Ducati Monster 1200 S vs Yamaha MT-10
Quatre roadsters sportifs pour quatre philosophies nettement différentes : c'est le ratio équilibré d'un comparatif riche en sensations réalisé par la rédaction, qui aura mis en avant les qualités de chaque machine... et l'éternelle niaiserie des essayeurs.

Recherche

Hot news !

Yamaha Ténéré 700 World Raid épisode II - Stéphane Peterhansel à l'assaut des dunes du Maroc
L'épisode I du Yamaha Ténéré 700 World Raid nous avait laissé sur les pistes australiennes. L'épisode II met lui en scène une figure emblématique du Dakar pour Yamaha : Stéphane Peterhansel.
La KTM 390 Adventure surprise lors d'un roulage
L'arrivée du petit trail routier 390 Adventure avait déjà été annoncée par KTM, la voici maintenant en pleine phase de test.
La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.

Liens Partenaires