Essai publié le

Essai Triumph Street Triple RS - La référence entend bien le rester

Texte de Marc / Photo(s) de Alessio Barbanti et Matteo Cavadini
Imprimer cet article

Dans la production actuelle, il y a certains modèles qu’on n’imagine pas évoluer tant ils sont déjà aboutis et ont une image forte, ce à l’instar de la Golf chez VW ou plus proche de nous de la Street Triple chez Triumph qui a révolutionné le monde des roadsters. Mais voilà, la firme de Hinckley nous a justement convié à tester la nouvelle mouture de son best-seller, dans la version RS, sur les routes de la banlieue de Barcelone ainsi que sur le circuit de Catalunya, autant vous dire que je ne me suis pas fait prier !

Après la présentation sur les terres de Triumph à Londres des différents nouveaux modèles de Street Triple, à savoir les S, R et RS, présentation à laquelle mon collègue Pat a pris part, me voici convié sous le soleil, et la bruine matinale, de Barcelone pour découvrir sa version RS et la confronter à la route et à la piste.

Car oui, cette nouvelle version de la déjà mythique Street Triple, qui s’est déjà vendue à plus de 50’000 exemplaires de par le monde depuis 2007, n’est pas un simple remaniement esthétique comme l’a été la dernière, mais bien une refonte complète du best-seller de la firme de Hinckley. Nul besoin de vous dire que les ingénieurs ont dû transpirer pour revoir leur copie…

Commençons par les entrailles de la bête ! La cylindrée a été passée au shaker, secouée mais non agitée, pour passer de 675cc à 765cc, joli anagramme. On peut presque parler d’un nouveau bloc tant il a changé, ce n’est pas moins de 80 nouveaux composants qui prennent place dans le trois pattes avec comme objectif une amélioration de la puissance et du couple sur toute la plage de régime. Il est à noter qu'il répond aux normes Euro4.

Objectif réalisé, puisque les chiffres sont éloquents, le point le plus haut de la courbe de couple de l’ancien modèle est en-dessous du point le plus bas de ce nouveau bloc qui a été développé de façon spécifique à chaque modèle de Street Triple. La puissance du modèle d’entrée de gamme, la S, est de 113cv, celle de la R de 118cv et enfin celle de la RS qui nous intéresse ici de 123cv, soit 16 % plus puissante que l’ancienne.

L’électronique débarque en force sur la Street avec un contrôle de traction et différents mode moteur selon le modèle de Street. Pour jouer avec tous ces paramètres, les modèles R et RS reçoivent un écran TFT de 5 pouces (le tableau de bord est plus conventionnel sur la S) permettant d’ajuster de nombreux paramètres au moyen d’un joystick qui se trouve sous le pouce gauche, plutôt que de vous faire un résumé, les voici :

Street Triple S

  • Modes : Pluie et Route
  • ABS non déconnectable
  • Affichage: vitesse, niveau d’essence, odomètre, trip et trip journalier

Street Triple R

  • Modes : Pluie, Route, Sport et personnalisable
  • ABS non déconnectable et paramétré selon les modes moteur
  • Affichage : idem RS voir ci-dessous

Street Triple RS

  • Modes : Pluie, Route, Sport, Track et personnalisable
  • ABS paramétré selon les modes moteur et personnalisable, déconnectable.
  • Affichage permanent : vitesse, compteur avant révision, symbole du mode de conduite, vitesse engagée, niveau d’essence, heure et température ambiante
  • Informations supplémentaires disponibles : 2 trips, consommation instantanée, distance restante disponible, sélection du mode de conduite, style de l’affichage et réglage du contraste, température du liquide de refroidissement, information du symbole warning, lap timer (seulement sur la RS)

Ça en fait de l'information ! Le réglage du type d'affichage est très sympathique, il permet de mettre plus ou moins en valeur la vitesse ou le compte-tours suivant son mode de conduite ou la région traversée… vu que les radars poussent plus que les platanes au bord des routes. La commande des gaz est de type ride-by-wire.

En ce qui concerne le châssis, le bras oscillant est totalement nouveau et un tout petit peu plus long que l’ancien modèle, ce pour apporter un peu plus de stabilité à la Street. Les suspensions sont spécifiques à chaque modèle et pour la RS on fait dans le haut de gamme avec un Öhlins STX40 à l’arrière et une fourche Showa Big Piston de 41mm à l’avant. Le freinage sur cette dernière n’est pas en reste avec des étriers Brembo M50 et un quickshifter prend place sous le pied gauche.

Pour son look, les stylistes ont gardé la ligne de l’ancienne RX qui reprenait la coque arrière de la Daytona, c’est agressif à souhait. D'ailleurs la moto est livrée avec un capot de selle ainsi qu'une selle passager. Il faudra faire le choix entre les deux. La face avant a elle été reliftée avec des phares un peu plus bas qui enserrent la prise d’air à l'instar de la Speed.

Personnelllement je trouve très sympa de retrouver un peu partout sur la Triumph le nouveau logo de l'entreprise qui forme un T et qui rappelle aussi furieusement le célébre Union Jack si cher aux britanniques.

Malgré tous ces changements, la Street reste la plus légère de la catégorie avec un poids tous pleins fait de 186kg, soit deux kilos de moins que l’ancien modèle.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Le triple encore plus plein
+
Le freinage performant et endurant
+
L'agilité
On a moins aimé :
-
Les rétros qui vibrent
-
L'absence de shiftlight sur piste

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Triple RS
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, DOHC, 12 soupapes
Cylindrée :
765 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
123 ch à 11'700 tr/min
Couple max. :
77 Nm à 10'800 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile, assisté et anti-dribble
Partie Cycle
Châssis :
Avant : double poutre en aluminium, arrière : 2 pièces moulées à haute pression
Suspension AV :
Fourche inversée Showa BPF, Ø 41 mm, compression, rebond et précontrainte réglable
Course AV :
115 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Ohlins STX40 à cartouche séparée, précontrainte, rebond et compression réglable
Débattement AR :
131 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disques flottants ø 310 mm, étriers monoblocs radiaux Brembo M4.32, 4 pistons
Frein AR :
Monodisque ø 220 mm, étrier Brembo, 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'065 mm
Empattement :
1'410 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
166 kg
Poids total :
186 kg
Réservoir :
17.4 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Silver Ice
 
Phantom Black Metallic
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'200.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Go North Cape [épisode 4] - Nos aventuriers touchent enfin le Cap
Nos deux aventuriers vaudois arrivent au bout de leurs péripéties et touchent enfin ce Cap Nort tant espéré et son fameux soleil de minuit.
5ème journée des motards organisée par la Police Neuchâteloise - Dimanche 11 juin 2017
Le 11 juin prochain, la Police cantonale neuchâteloise organise la cinquième journée de prévention sur le circuit du TCS Lignières (NE).
Moto Tour 2017 - La course "trophée relais" par équipe arrive pour cette édition
Nouvelle façon de découvrir le Moto Tour, le Trophée relais est destiné à celles et ceux qui n’envisagent pas d’avaler les 3 000 km du parcours. Il permet à deux pilotes (ou plus) de prendre le guidon successivement sur l’épreuve.
Go North Cape [épisode 3] - Le cercle polaire est franchi
On retrouve Adrien et Mathieu encore plus au nord, avec cette fois pour ces nouvelles journées de roulage, le franchissement d'un cap mythique : le cercle polaire.
Acid'Days 2017 - Toutes les photos sont en ligne
Vous les attendiez impatiemment. Qui ? Les photos de vous lors des Acid'Days 2017.
La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires