Essai publié le

Essai Triumph Street Triple RS - La référence entend bien le rester

Texte de Marc / Photo(s) de Alessio Barbanti et Matteo Cavadini
Imprimer cet article

Dans la production actuelle, il y a certains modèles qu’on n’imagine pas évoluer tant ils sont déjà aboutis et ont une image forte, ce à l’instar de la Golf chez VW ou plus proche de nous de la Street Triple chez Triumph qui a révolutionné le monde des roadsters. Mais voilà, la firme de Hinckley nous a justement convié à tester la nouvelle mouture de son best-seller, dans la version RS, sur les routes de la banlieue de Barcelone ainsi que sur le circuit de Catalunya, autant vous dire que je ne me suis pas fait prier !

Après la présentation sur les terres de Triumph à Londres des différents nouveaux modèles de Street Triple, à savoir les S, R et RS, présentation à laquelle mon collègue Pat a pris part, me voici convié sous le soleil, et la bruine matinale, de Barcelone pour découvrir sa version RS et la confronter à la route et à la piste.

Car oui, cette nouvelle version de la déjà mythique Street Triple, qui s’est déjà vendue à plus de 50’000 exemplaires de par le monde depuis 2007, n’est pas un simple remaniement esthétique comme l’a été la dernière, mais bien une refonte complète du best-seller de la firme de Hinckley. Nul besoin de vous dire que les ingénieurs ont dû transpirer pour revoir leur copie…

Commençons par les entrailles de la bête ! La cylindrée a été passée au shaker, secouée mais non agitée, pour passer de 675cc à 765cc, joli anagramme. On peut presque parler d’un nouveau bloc tant il a changé, ce n’est pas moins de 80 nouveaux composants qui prennent place dans le trois pattes avec comme objectif une amélioration de la puissance et du couple sur toute la plage de régime. Il est à noter qu'il répond aux normes Euro4.

Objectif réalisé, puisque les chiffres sont éloquents, le point le plus haut de la courbe de couple de l’ancien modèle est en-dessous du point le plus bas de ce nouveau bloc qui a été développé de façon spécifique à chaque modèle de Street Triple. La puissance du modèle d’entrée de gamme, la S, est de 113cv, celle de la R de 118cv et enfin celle de la RS qui nous intéresse ici de 123cv, soit 16 % plus puissante que l’ancienne.

L’électronique débarque en force sur la Street avec un contrôle de traction et différents mode moteur selon le modèle de Street. Pour jouer avec tous ces paramètres, les modèles R et RS reçoivent un écran TFT de 5 pouces (le tableau de bord est plus conventionnel sur la S) permettant d’ajuster de nombreux paramètres au moyen d’un joystick qui se trouve sous le pouce gauche, plutôt que de vous faire un résumé, les voici :

Street Triple S

  • Modes : Pluie et Route
  • ABS non déconnectable
  • Affichage: vitesse, niveau d’essence, odomètre, trip et trip journalier

Street Triple R

  • Modes : Pluie, Route, Sport et personnalisable
  • ABS non déconnectable et paramétré selon les modes moteur
  • Affichage : idem RS voir ci-dessous

Street Triple RS

  • Modes : Pluie, Route, Sport, Track et personnalisable
  • ABS paramétré selon les modes moteur et personnalisable, déconnectable.
  • Affichage permanent : vitesse, compteur avant révision, symbole du mode de conduite, vitesse engagée, niveau d’essence, heure et température ambiante
  • Informations supplémentaires disponibles : 2 trips, consommation instantanée, distance restante disponible, sélection du mode de conduite, style de l’affichage et réglage du contraste, température du liquide de refroidissement, information du symbole warning, lap timer (seulement sur la RS)

Ça en fait de l'information ! Le réglage du type d'affichage est très sympathique, il permet de mettre plus ou moins en valeur la vitesse ou le compte-tours suivant son mode de conduite ou la région traversée… vu que les radars poussent plus que les platanes au bord des routes. La commande des gaz est de type ride-by-wire.

En ce qui concerne le châssis, le bras oscillant est totalement nouveau et un tout petit peu plus long que l’ancien modèle, ce pour apporter un peu plus de stabilité à la Street. Les suspensions sont spécifiques à chaque modèle et pour la RS on fait dans le haut de gamme avec un Öhlins STX40 à l’arrière et une fourche Showa Big Piston de 41mm à l’avant. Le freinage sur cette dernière n’est pas en reste avec des étriers Brembo M50 et un quickshifter prend place sous le pied gauche.

Pour son look, les stylistes ont gardé la ligne de l’ancienne RX qui reprenait la coque arrière de la Daytona, c’est agressif à souhait. D'ailleurs la moto est livrée avec un capot de selle ainsi qu'une selle passager. Il faudra faire le choix entre les deux. La face avant a elle été reliftée avec des phares un peu plus bas qui enserrent la prise d’air à l'instar de la Speed.

Personnelllement je trouve très sympa de retrouver un peu partout sur la Triumph le nouveau logo de l'entreprise qui forme un T et qui rappelle aussi furieusement le célébre Union Jack si cher aux britanniques.

Malgré tous ces changements, la Street reste la plus légère de la catégorie avec un poids tous pleins fait de 186kg, soit deux kilos de moins que l’ancien modèle.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le triple encore plus plein
+
Le freinage performant et endurant
+
L'agilité
On a moins aimé :
-
Les rétros qui vibrent
-
L'absence de shiftlight sur piste

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Triple RS
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, DOHC, 12 soupapes
Cylindrée :
765 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
123 ch à 11'700 tr/min
Couple max. :
77 Nm à 10'800 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile, assisté et anti-dribble
Partie Cycle
Châssis :
Avant : double poutre en aluminium, arrière : 2 pièces moulées à haute pression
Suspension AV :
Fourche inversée Showa BPF, Ø 41 mm, compression, rebond et précontrainte réglable
Course AV :
115 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Ohlins STX40 à cartouche séparée, précontrainte, rebond et compression réglable
Débattement AR :
131 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disques flottants ø 310 mm, étriers monoblocs radiaux Brembo M4.32, 4 pistons
Frein AR :
Monodisque ø 220 mm, étrier Brembo, 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'065 mm
Empattement :
1'410 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
166 kg
Poids total :
186 kg
Réservoir :
17.4 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Silver Ice
 
Phantom Black Metallic
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'200.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Kawasaki Open House 2018 - Découvrez les nouveautés Kawasaki les 24 et 25 novembre !
Le traditionnel Kawasaki Open House se déroulera le week-end du 24 et 25 novembre à Härkingen (SO).
MRS Oficina Kawasaki Z900RS - Le coup de maître !
Vous trouviez la néo-rétro Kawasaki Z900 RS un peu fade ? Le préparateur MRS Oficina dévoile une mouture à faire tourner les têtes !
Paton S1R – L'artisan italien fête ses soixante ans
L'artisan italien Paton fête ses soixante ans en lançant la S1R qui est également un hommage à la victoire de Michael Dunlop à son guidon au TT.
Bennetts vous invite à faire le tour de la Norton V4 RR
Le spécialiste de l'assurance anglais de l'assurance Bennetts vient de publier sur son FB une vidéo mettant en scène une véritable pièce d'orfèvrerie : la Norton V4 RR.
Essai Ducati Scrambler 1100 sport - La vintage tout terrain à l’italienne
Ducati soigne les détails et la finition de ses motos n’est plus à discuter. Se trouver au guidon de la Ducati Scrambler 1100 Sport n’était pas forcément mon premier choix pour un essai mais... qu’en est-il après deux semaines à son guidon ?

Recherche

Hot news !

Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.

Liens Partenaires