Essai publié le

Essai KTM 1290 Super Adventure S - Pas le temps pour le paysage

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Marco Campelli & Sebas Romero
Imprimer cet article

Dès qu’il y a une KTM 1290 à essayer je suis dans les rangs. N’ayant raté que la première Super Adventure, faute d’un voyage à faire avec, et la Bête 2.0, faute de courage de rouler sur circuit avec; ce moteur sait me parler. La Super Duke GT ne m’avait pas entièrement convaincu, cette Super Adventure S hantera mes nuits pendant un certain temps.

Electronique souveraine

Notre essai débute par un passage en ville, la météo ayant dégradé la route prévue à l’origine, c’était plus sûr. Même large et imposante, la 1290 se débrouille très bien entre les voitures. Avec 108 Nm disponible à 2’500 tr/min puis 140 Nm à 6’750 tr/min, les démarrages se font tout en douceur, pareil pour l’embrayage assisté anti-dribble à commande hydraulique. J’ai même bien aimé avoir l’aide au démarrage en côte qui est cependant une option. A chaque arrêt j’ai le temps de parcourir les menu du tableau de bord. Avec l’écran TFT couleur de 6.5”, tout s’affiche en détails sous mes yeux sur toute la moitié gauche. Le compte tour et la vitesse restent toujours visibles à droite.

Au moyen des 4 boutons du commodo gauche, la navigation est très simple. Et heureusement car il y a bien des choses à paramétrer. Je ne parle pas que du riding mode, mais bien plus. Avec la suspension semi-active WP, les réglages commencent avec la charge de la moto (pilote, passager, bagages) puis le choix de fonctionnement des amortisseurs : confort, street, sport et offroad.

Un peu plus bas on trouve les 3 niveaux des poignées chauffantes optionnelles, les réglages individuels de l'ABS, du contrôle de traction et du “Motor Slip Regulation”. Il y a encore une foule de paramètres mais qui ne concernent pas directement la conduite. Avec autant de fonctions cachées dans le menu, il fallait avoir un accès rapide à certaines d'entre elles. KTM a pensé utile de laisser le choix au conducteur avec 2 accès rapides favoris: riding mode, amortissement, Trip 1 et 2, poignées chauffantes, c’est facile et rapide à changer.

Dans le convoi, on s’impatiente d’attaquer les virages des routes de montagne, seulement il reste à parcourir une portion d’autoroute. Tout juste de quoi utiliser le régulateur de vitesse de la Super Adventure S. Jadis mal placé, il se retrouve sur le côté gauche et il est très intuitif. Bien installé derrière le pare-brise qui s’ajuste avec une crémaillère je pourrais facilement faire des centaines de kilomètres sans me fatiguer. Ce n'est heureusement pas le cas pour l’essai, on prend déjà la sortie.

Paysages en avance rapide

A l’approche des routes sinueuses, un panneau nous indique qu’en présence de sable volcanique, la circulation des deux-roues est interdite. Ce n'est aujourd’hui pas le cas, mais on est pas à l’abri d’une adhérence précaire par endroit. Au départ, je tente de suivre les 3 italiens devant moi sans toucher aux réglages. La suspension confort travaille sur toute sa course, filtrant à la fois les imperfections de la route mais aussi le retour d’information au guidon. Autant c’est agréable pour une longue journée de tourisme, autant pour élever le rythme, je me sens un peu déconnecté de la route.

On quitte déjà l’axe principal pour une route de traverse avec de nombreux nids de poule, bosses et autre cailloux sur les trajectoires. Dans ce cas je suis plutôt satisfait de la suspension, avec les aides à la conduite j’étais en confiance pour rouler vite dans ces conditions sur cette moto de 215 kg à vide. Même sentiment au freinage ou en sortie de courbe où cette KTM se comporte comme sur un rail malgré les graviers.

Une bifurcation plus tard, retour sur une route plus propre, balayée par un passage plus fréquent de locaux. Grâce aux boutons d’accès rapide, je change l’amortissement sans chercher le menu. Il me faut plus de rigidité, je choisi d’abord le mode “street” et me garde le “sport” pour plus tard. Je gagne ce qui me manquait de retour d’informations  sans trop perdre en confort. Le seul ressenti négatif qui subsiste est à la mise sur l’angle, comme un léger temps mort où la 1290 ne pèse plus grand chose avant d’être bien inscrite en courbe et reprendre sa stabilité. C’est surtout dans les virages à grand rayon que je le ressens, sur les enchaînements la répétition plus rapide du mouvement estompe cette impression.

C’est que je commence à avoir de la peine à recoller les trois pilotes devant moi, ils sortent de plus en plus fort des virages en me mettant quelques mètres à chaque fois. Je dois rendre la réponse aux sollicitations de la poignée de gaz plus rapide, le riding mode "Sport" s’impose pour ne plus avoir cette latence à la réaccélération. Ce changement retarde par la même occasion l’entrée en action de l’ABS et du contrôle de traction. Je remonte peu à peu sur ceux qui me précèdent, l'enchaînement idéal de virages sur notre route me procure un plaisir énorme. La Super Adventure S efface déjà la 1290 GT de mes pensées, les capacités dynamique de ce trail sont insoupçonnées.

Durant l’essai, KTM nous a réservé un intermède culturel sur l’Etna. Notre convoi s’arrête au milieu de la route, près d’une bâtisse en ruine. On nous promet une pause café, mais celle-ci se fera avec un casque et une lampe frontale car un guide nous emmène dans un tunnel créé par la lave lors d’une éruption en 1792. Parfois très étroit, large par endroit, ce tube est étonnant. Le sol est relativement lisse, la lave se comportant comme un liquide avant de se solidifier en fin d’éruption. Sur les parois et au plafond on découvre que le magma en fusion peut courber la pierre sur son passage, impressionnant !

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Suspension qui réponds à toutes les attentes
+
ABS sur l'angle, trop facile d'aller vite
+
Position étudiée même pour des grands conducteurs
On a moins aimé :
-
Que 2 accès rapides dans les paramètres
-
Frein avant qui manque de mordant
-
La liste des "must have" du catalogue d'option

Fiche technique

Véhicule
Marque :
KTM
Modèle :
1290 Super Adventure S
Année :
2017
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
2 cylindres, 4 temps, V 75°
Cylindrée :
1'301 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
EMS Keihin avec RBW, double allumage, cruise control
Performances
Puissance max. :
160 ch à 8'750 tr/min
Couple max. :
140 Nm à 6'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
PASC anti-dribble à commande hydraulique
Partie Cycle
Châssis :
Treillis en Chromium-Molybdenum-Acier, poudré
Suspension AV :
Fourche inversée WP Semi-active ø 48 mm
Course AV :
200 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur WP Semi-actif
Débattement AR :
200 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 19
Pneu AR :
170/60 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque ø320mm, 2 étriers radiaux Brembo, 4 pistons
Frein AR :
Monodisque ø 267 mm, étrier Brembo, 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'293 mm
Empattement :
1'560 mm
Largeur :
899 mm
Hauteur de selle :
860 mm
ou 875 mm selon le réglage
Poids à sec :
215 kg
Poids total :
238 kg
Réservoir :
23 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Orange-noir-blanc
 
Noir
Catalogue
Prix de vente :
CHF 18'490.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.
Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires