Essai publié le

Essai KTM 1290 Super Duke R 2017 – The Beast 2.0 : Le retour

Texte de Gonzo / Photo(s) de Sebas Romero
Imprimer cet article

Pour la cure de jouvence de la nouvelle 1290, KTM a mis la briquette. C’est le moins que l’on puisse dire, car malgré un ADN orange « Ready to Race », la reine des roadsters a quand même reçu quelques améliorations. De quoi se réjouir !

Esthétiquement, au premier coup d’œil, la KTM 1290 Super Duke R 2017 ne change pas radicalement, certes, mais elle évolue. On voit par exemple cette optique scindée en deux parties, full LED qui vous toise telle une mante religieuse prête à vous offrir votre dernier moment de plaisir… mais quel moment !

Et pendant que ce nouvel attribut vous hypnotise, on sent une irrésistible envie de s’accrocher à ce nouveau guidon, qui a été éloigné, et rabaissé pour une position plus sportive, mais également élargi pour un meilleur contrôle.

Côté plastiques, la belle lève légèrement sa jupe pour nous laisser entrevoir son châssis jusque sous la selle passager, ou son capot de selle. Sensuel vous dites ?

La Super Duke R profite aussi de la dernière technologie, avec notamment un écran couleur TFT en guise de compteur. Un superbe écran qui interagit avec la conduite du pilote, le mode de conduite sélectionné ou chaque paramètre désiré. Evidemment, toutes les données habituelles sont transmises d’une manière agréable (et visible). Toutes ces données sont accessibles via un comodo rétroéclairé situé à gauche du nouveau guidon.

Viennent ensuite des nouveautés comme la clé, qui pourra rester dans votre poche, que ce soit pour démarrer ou éteindre la moto, pour ouvrir le réservoir d’essence ou encore pour bloquer la direction. Mais ce n’est pas tout car la 1290 R est également équipée d’un régulateur de vitesse (jusqu’à 200 km/h !), ou encore un contrôle de pression des pneus électronique, venu directement de la Super Duke GT.

Dans le rayon des nouveautés, La Bête profite également de nouveaux réglages des suspensions WP, plus fermes afin d’assumer le côté bestial de la Katoche, que ce soit au niveau de la motricité comme de la tenue de route. Car si le moteur du roadster répond logiquement aux normes Euro4, il a été retravaillé afin de réduire les émissions de CO2 ainsi que la consommation, mais également pour envoyer encore plus à mi-régime. Du lourd !

Pour mémoire, il avait perdu un peu de sa cavalerie avec l’arrivée de la castratrice norme Euro4. Il a ensuite récupéré peu à peu ses chevaux et remonte encore avec cette nouvelle livrée pour grimper jusqu’à 177 chevaux grâce à des cornets raccourcis et la compression du moteur qui a augmenté. Mais vous pensez bien qu’une telle horde de canassons, tous liés par un V-Twin LC8 n’est pas des plus simples à maîtriser.

Dès lors, un nouvel ABS sportif Bosch avec capteur d’angle a été greffé dans les entrailles de la Super Duke R, tout comme un anti-patinage réglable sur 9 niveaux (avec le mode optionnel Track, sans quoi il n’est plus paramétrable). Il permettra d’ajouter en sécurité pour le pilote en fonction du mode de conduite choisi, et de son niveau. Surtout si vous êtes avares en sensations et que vous avez opté pour le pack Track, auquel cas le shifter (up & down) pourrait être plus que pratique. On regrette par ailleurs que la Super Duke R n’en soit pas équipée de série, d’autant plus qu’il est intégré dans la boite de vitesse ; le mode Track étant un logiciel qui « débloque » cette fonctionnalité.  Il en va de même pour l’application KTM My Ride qui vous permet de connecter votre Smartphone à la moto, que ce soit pour prendre un appel téléphonique via des écouteurs, ou pour écouter de la musique. Mais il serait dommage de ne pas profiter de la douce mélodie du V-Twin !

Les présentations avec la Diva sont maintenant terminées. Un premier roulage permettra de prendre la moto en main. Les consignes sont assez claires, « ici, les autorités ne sont pas fan des wheelings et autres drôleries… donc keep calm ! ».

La clé dans la poche, une première pression sur le bouton prévu à cet effet permet d’allumer la moto. On enclenche le mode Street puis on démarre. Trois autres modes sont disponibles avec des caractéristiques propres. Il y a le mode Rain, pour la pluie ou les conditions d’adhérence précaires, le Street, relativement doux, le Sport, forcément plus violent puis le Saint Graal de l’électronique, le mode optionnel Track. Avec ce dernier mode, conseillé aux plus avertis, il est nécessaire que le pilote ait également son mode Track perso enclenché. Comprenez par là que l’anti-wheeling est désactivé, qu’il n’y a plus d’ABS sur la roue arrière et que le contrôle de traction (MTC), réglable sur 9 niveaux, peut être désactivé, comme tout l’électronique.

Mais avant de tester ce mode si attrayant, je pars donc en ville pour mes débuts avec la belle de Mattighofen. La position est en effet un peu plus orientée sur l’avant. Mais on ne va pas non plus se briser les poignets, rassurez-vous. Dès les premiers tours de roue, on retrouve les sensations de l’ancienne 1290. Jusqu’au moment ou l’on décide d’essorer un peu plus la poignée. Le couple arrive en effet beaucoup plus tôt et on maudit les autorités de ne pas aimer les wheelings… parce que la KTM lèverait seule, sans aide de l’embrayage sur les premiers rapports. Quand on vous dit qu’elle en a sous la poignée! Quoi qu’il en soit, l’anti-wheeling fait bien son job, il arrive de sentir l’avant se délester en sortie de virage mais rapidement, le pneu retrouve son contact avec le sol. S’en est frustrant. Mais au moins, pour traverser les villes et tenter de garder son « bleu », ca ira très bien.
Le shifter fonctionne à merveille, quoi qu’un peu brutal lorsque la vitesse n’est pas très élevée. Il faudra voir en conditions sportive ce que cela donne.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Fun
+
Permet de rouler en ville ... comme sur circuit
+
Son couple démoniaque
+
Moto confortable
+
Elle est orange et j'aime bien le orange
On a moins aimé :
-
Pack Track optionnel
-
Shifter optionnel

Fiche technique

Véhicule
Marque :
KTM
Modèle :
1290 Super Duke R
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
V-Twin LC8, 4 temps, double ACT et 4 soupapes
Cylindrée :
1301 cm3
Refroidissement :
liquide
Alimentation :
injection électronique
Performances
Puissance max. :
177 ch à 9'750 tr/min
Couple max. :
141 Nm à 7'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Treillis tubulaire en acier au chrome-molybdène avec revêtement peinture poudre
Suspension AV :
Fourche inversée WP inversée Ø 48 mm
Course AV :
125 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur WP
Débattement AR :
156 mm
Pneu AV :
120/70-17
Pneu AR :
190/55-17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
2 disques Ø 320 mm, étriers radiaux monobloc Brembo 4 pistons M50
Frein AR :
disque Ø 240 mm, étrier 2 pistons
Dimensions
Empattement :
1482 mm
Hauteur de selle :
835 mm
Poids à sec :
195 kg
Poids total :
203 kg
Réservoir :
18 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir/gris/orange
 
Blanc/orange/gris
Catalogue
Prix de vente :
CHF 18'590.-.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La Yamaha V-Max tire sa révérence - Lucky Motos propose une "Ultimate Edition" pour saluer son départ
Apparue dans le monde des Muscle Bike il y a de cela 33 ans avec son 1'200cc et ses 145cv, la Yamaha V-Max aura marqué un bon nombre de motards en mal de sensation forte, notamment à la recherche de l'accélération ultime.
Roadtrip en Africa Twin - Day 6 - Marathon Man...
C’est peut-être parce que je n’ai pas aimé la Hongrie, ou peut-être parce que j’aime trop la Slovaquie. Ou peut-être un peu des deux : aujourd’hui, j’ai fait 12h30 sur mon Africa Twin ! Mon record. J’en ai mangé du bitume, quel régal ! Et physiquement, franchement, je n’ai pas trop souffert.
Deux-roues sur les trottoirs à Genève - Le procureur général Olivier Jornot et Lisa Mazzone (Verts) attaquent Luc Barthassat
Genève est confontré depuis des années à un problème de taille : le stationnement des roues motorisées. Avec 55'000 motos et scooters tout confondu pour 8'500 places, il est aisé de comprendre ce qui cloche.
Roadtrip en Africa Twin - Day 5 - Buda - quelle - Pest !
Aujourd’hui, c’est parti pour rajouter la Hongrie à mon carnet de voyage. S’il y avait les cols en Autriche, l’autoroute en Allemagne, le GP moto en République Tchèque, les tremplins en Pologne et le bonheur en Slovaquie, pour moi en Hongrie c’est Buda-Pest (deux villes réunies en une seule).
Yamaha XSR700 et XSR900 - De nouveaux coloris pour 2018
La gamme de couleurs des modèles Sport Heritage de la firme aux 3 diapasons s'étoffe et proposera désormais deux coloris supplémentaires.
Honda Goldwing 2018 - Des photos officielles publiées
La nouvelle a fait grand bruit lorsque l'agence moto-taxi Gamos a tweeté des images officielles de la prochaine Honda Goldwing. Elles se sont propagées sur la Toile sans attendre.

Recherche

Hot news !

Ducati V4 – Les présentations arrivent !
Ce n'est maintenant plus un secret, la Panigale 1299 tire sa révérence. On le sait également, sa remplaçante sera motorisée par un V4. Ducati lance un message relativement évasif quant à une éventuelle présentation sonore.
BMW S1000RR 2018 - De nouvelles photos en disent plus
Le constructeur à l’hélice veut clairement reprendre le leadership du marché des sportives comme cela avait été le cas lors de la sortie de la S1000RR, la nouvelle mouture de la sportive s’annonce « caliente ».
La BMW S1000RR profondément revue pour 2018
Celle qui a révolutionné le monde des supersports il y a maintenant 8 ans va recevoir quelques modifications pour 2018 afin de la moderniser face à la concurrence.
Ducati V4 – Claudio Domenicali se laisse aller à quelques confidences
Lors de la manche WSBK de Laguna Seca, Ducati a présenté sa 1299 Panigale Final Edition afin de clore le chapitre des V2 desmodromiques et d'ouvrir un nouveau chapitre avec des V4 pour les sportives de Bologne.
Ducati V4 – A nouveau surprise en plein roulage
On vous l'avait présentée il y a quelques jours, et voilà que le nouveau missile de chez Ducati à motorisation V4 a été surpris en plein roulage, on en sait désormais un peu plus sur celle qui sera certainement la reine du salon EICMA de Milan.
Essai BMW HP4 Race – Bienvenue dans le monde de la course
Il y a des essais comme ça, magiques, exaltants… Comment on les reconnaît ? De notre côté, on est surexcités, un poil tendus, et même on a le syndrome particulier du kikitoudur…

Liens Partenaires