Essai publié le

Essai Harley-Davidson LiveWire - Une expérience pour le moins électrisante [page 2]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Harley-Davidson

Pages

Une pression insistante sur le démarreur et l’écran s’illumine. Quel silence ! On entend à peine le feulement du moteur électrique. Pas d’embrayage, ni de sélecteur de vitesse. Il suffit de saisir la poignée de droite (celle qui envoie les watts !). Une légère rotation et la LiveWire se met en mouvement tout en douceur accompagné d’un léger sifflement. L’évolution à basse vitesse se fait avec aisance, tant la LiveWire est maniable et fait fi de son poids de 210kg (en ordre de marche, et non "tous pleins faits", comme nous sommes habitués). La direction bénéficie d’un bon angle de braquage, facilitant ainsi les manoeuvres et les déplacements en milieu urbain.

Accélérer est un jeu d’enfant. Il suffit de tourner la poignée de "gaz" ou plutôt la poignée des watts et le moteur électrique réagit instantanément, mais sans violence. L’accélération est soutenue et très linéaire. Ça pousse dès les plus basses vitesses et on atteint la vitesse maximale en un rien de temps et sans signe de faiblesse de la part du moteur. D’un coup, sans doute pour des raisons de sécurité, l’accélération cesse et l’écran LED indique une vitesse de 153km/h.

Aux vitesses légales, sur route ouverte, le moteur est toujours disponible, peu importe le niveau de régime. On y prend goût et on se délecte de chaque réaccélération, comme si on était un petit projectile catapulté par un élastique.

La question du bruit ! C’est là que le bas blesse. Le typique potato-potato avec lequel se laissent bercer les fans de la firme de Milwaukee n’est plus. Toutefois, Harley-Davidson a voulu marquer son moteur électrique d’un son caractéristique, à l’image de ses twins de grosse cylindrée. Le secret se situe entre le moteur et la transmission. Une série de pièces sont assemblées pour former une sorte d’hélice, proche du dessin d’un turbocompresseur. Le bruit résultant est similaire à celui d’une turbine d’un avion de chasse. Pas aussi puissant, mais bien plus aigu, on découvre alors un moteur électrique qui a un certain "charme sonore". Sans être envahissant, il est présent à toutes les vitesses, proportionnellement.

Puis on aborde les courbes du centre technique Michelin. La LiveWire est stable, même à grande vitesse. Dans les enchaînements rapides, elle se laisse balancer d’un angle à l’autre sans effort. Vive, bien équilibrée et jouissant d’une garde au sol largement supérieure aux standards Harley-Davidson, elle se montre très joueuse et plaisante à emmener.

Et quand vient le moment de ralentir, on peut compter sur l’unique disque de frein Brembo équipant la roue avant. Il ne se distingue pas par une grande puissance mais offre une généreuse décélération. Au vu des performances de la moto, on s’attendait à plus de mordant et plus d’efficacité. Dans tous les cas, lorsque l’on coupe les watts, la rotation de la roue arrière régénère la batterie, il en résulte alors un "frein moteur" assimilable à celui des motos à moteur à combustion. Durant la balade ou en roulant de manière civilisée, ce frein moteur est plaisant. Il suffit d’anticiper à l’approche d’un virage et il n’y a nul besoin de freiner.

Le mot de la fin :

Bien que la LiveWire soit encore au stade de prototype, elle est pourvue de nombreuses qualités. De plus, Harley-Davidson prouve qu’il est possible de créer une moto électrique dotée d’un charme certain, tant esthétique que mécanique. On sait aussi que Harley-Davidson tâte encore le marché et souhaite commercialiser une moto électrique d’ici 2020. La LiveWire ainsi présentée est sans aucun doute très proche de la version définitive. Mais rassurez-vous, Harley-Davidson compte commercialiser une moto dont l’autonomie sera proche des 200 kilomètres !

Et, à en croire les propos du directeur général de Harley-Davidson France, Gérard Staedlin, les 74% des motards qui ont roulé la LiveWire seraient prêts à l’acheter ! Et vous, seriez-vous tentés par cette électrisante expérience ?

Consultez toutes les photos dans la galerie ci-dessous !
Plus d'infos : ProjectLiveWire.Harley-Davidson.com

Notre vidéo de l'essai :

 

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Design
+
Disponibilité du moteur
+
Partie-cycle
+
Technologie
On a moins aimé :
-
Autonomie
-
Freinage
-
Son du moteur

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Harley-Davidson
Modèle :
Livewire
Année :
2015
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Electrique en ligne, batterie Li-Ion, autonomie 85km
Refroidissement :
Refroidissement à huile
Performances
Puissance max. :
74 ch à 8'500 tr/min
Couple max. :
70 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
1 rapport
Partie Cycle
Châssis :
Cadre en aluminium
Suspension AV :
Fourche téléhydraulique inversée
Suspension AR :
Mono-amortisseur
Pneu AV :
120/70 ZR18
Pneu AR :
180/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Dimensions
Poids total :
210 kg
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
Catalogue
En ligne :

Plus d'articles Moto

Circuit de Bresse – L’homologation du circuit Vitesse renouvelée pour 4 ans !
On ne le sait que malheureusement trop bien, le circuit de Bresse fait l’objet d’attaques incessantes de diverses associations. Mais une fois n’est pas coutume, c’est cette fois-ci une bonne nouvelle que nous vous transmettons : l’homologation du tracé vitesse a été renouvelée pour une durée de 4 ans, et ce pour tous les véhicules à l’exception des F1.
Ducati Multistrada 1260 Enduro 2019 - Au-delà des frontières
Après le teasing lâché hier par la firme de Bologne, voici celle qui est concernée : la Multistrada 1260 Enduro qui selon le constructeur est la routère la plus aboutie jamais commercialisée par Ducati.
Sortie AcidTracks 2018 à Vaison Piste - Les photos sont là !!
La dernière sortie de la saison 2018 des Acidtracks s'est déroulée sur le tracé tortueux et physique de Vaison Piste les 6 et 7 octobre dernier.
Kawasaki Ninja ZX-6R 2019 - Ne soyez pas déçus !
La Kawasaki Ninja ZX-6R revient en 2019, avec quelques nouveautés pour augmenter ses facultés à affronter la route.
Une nouvelle Ducati arrive demain !
On sait la marque italienne douée en matière de teasing. Cette fois-ci, peu d’infos, si ce n’est une photo…
Triumph Daytona 765 par Kardesign - Et pourquoi pas ?
A ce jour, Triumph dément encore l'arrivée prochaine ou le soupçon d'une idée de pouvoir concevoir une Daytona sur la base du châssis de l'excellente Street Triple 765. 

Recherche

Hot news !

La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.
Essai Husqvarna Svartpilen 401 - Petite machine, grandes aventures
Surprenante et attachante, la Svartpilen propose la vision d'une moto de route selon Husqvarna dans une version accessible à tous. Récit d'aventures pas communes sur une machine à fort potentiel.

Liens Partenaires