Essai publié le

Essai Harley-Davidson LiveWire - Une expérience pour le moins électrisante [page 2]

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Harley-Davidson

Pages

Une pression insistante sur le démarreur et l’écran s’illumine. Quel silence ! On entend à peine le feulement du moteur électrique. Pas d’embrayage, ni de sélecteur de vitesse. Il suffit de saisir la poignée de droite (celle qui envoie les watts !). Une légère rotation et la LiveWire se met en mouvement tout en douceur accompagné d’un léger sifflement. L’évolution à basse vitesse se fait avec aisance, tant la LiveWire est maniable et fait fi de son poids de 210kg (en ordre de marche, et non "tous pleins faits", comme nous sommes habitués). La direction bénéficie d’un bon angle de braquage, facilitant ainsi les manoeuvres et les déplacements en milieu urbain.

Accélérer est un jeu d’enfant. Il suffit de tourner la poignée de "gaz" ou plutôt la poignée des watts et le moteur électrique réagit instantanément, mais sans violence. L’accélération est soutenue et très linéaire. Ça pousse dès les plus basses vitesses et on atteint la vitesse maximale en un rien de temps et sans signe de faiblesse de la part du moteur. D’un coup, sans doute pour des raisons de sécurité, l’accélération cesse et l’écran LED indique une vitesse de 153km/h.

Aux vitesses légales, sur route ouverte, le moteur est toujours disponible, peu importe le niveau de régime. On y prend goût et on se délecte de chaque réaccélération, comme si on était un petit projectile catapulté par un élastique.

La question du bruit ! C’est là que le bas blesse. Le typique potato-potato avec lequel se laissent bercer les fans de la firme de Milwaukee n’est plus. Toutefois, Harley-Davidson a voulu marquer son moteur électrique d’un son caractéristique, à l’image de ses twins de grosse cylindrée. Le secret se situe entre le moteur et la transmission. Une série de pièces sont assemblées pour former une sorte d’hélice, proche du dessin d’un turbocompresseur. Le bruit résultant est similaire à celui d’une turbine d’un avion de chasse. Pas aussi puissant, mais bien plus aigu, on découvre alors un moteur électrique qui a un certain "charme sonore". Sans être envahissant, il est présent à toutes les vitesses, proportionnellement.

Puis on aborde les courbes du centre technique Michelin. La LiveWire est stable, même à grande vitesse. Dans les enchaînements rapides, elle se laisse balancer d’un angle à l’autre sans effort. Vive, bien équilibrée et jouissant d’une garde au sol largement supérieure aux standards Harley-Davidson, elle se montre très joueuse et plaisante à emmener.

Et quand vient le moment de ralentir, on peut compter sur l’unique disque de frein Brembo équipant la roue avant. Il ne se distingue pas par une grande puissance mais offre une généreuse décélération. Au vu des performances de la moto, on s’attendait à plus de mordant et plus d’efficacité. Dans tous les cas, lorsque l’on coupe les watts, la rotation de la roue arrière régénère la batterie, il en résulte alors un "frein moteur" assimilable à celui des motos à moteur à combustion. Durant la balade ou en roulant de manière civilisée, ce frein moteur est plaisant. Il suffit d’anticiper à l’approche d’un virage et il n’y a nul besoin de freiner.

Le mot de la fin :

Bien que la LiveWire soit encore au stade de prototype, elle est pourvue de nombreuses qualités. De plus, Harley-Davidson prouve qu’il est possible de créer une moto électrique dotée d’un charme certain, tant esthétique que mécanique. On sait aussi que Harley-Davidson tâte encore le marché et souhaite commercialiser une moto électrique d’ici 2020. La LiveWire ainsi présentée est sans aucun doute très proche de la version définitive. Mais rassurez-vous, Harley-Davidson compte commercialiser une moto dont l’autonomie sera proche des 200 kilomètres !

Et, à en croire les propos du directeur général de Harley-Davidson France, Gérard Staedlin, les 74% des motards qui ont roulé la LiveWire seraient prêts à l’acheter ! Et vous, seriez-vous tentés par cette électrisante expérience ?

Consultez toutes les photos dans la galerie ci-dessous !
Plus d'infos : ProjectLiveWire.Harley-Davidson.com

Notre vidéo de l'essai :

 

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Design
+
Disponibilité du moteur
+
Partie-cycle
+
Technologie
On a moins aimé :
-
Autonomie
-
Freinage
-
Son du moteur

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Harley-Davidson
Modèle :
Livewire
Année :
2015
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Electrique en ligne, batterie Li-Ion, autonomie 85km
Refroidissement :
Refroidissement à huile
Performances
Puissance max. :
74 ch à 8'500 tr/min
Couple max. :
70 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
1 rapport
Partie Cycle
Châssis :
Cadre en aluminium
Suspension AV :
Fourche téléhydraulique inversée
Suspension AR :
Mono-amortisseur
Pneu AV :
120/70 ZR18
Pneu AR :
180/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Dimensions
Poids total :
210 kg
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
Catalogue
En ligne :

Plus d'articles Moto

WSBK à Assen Course 1 – Rea rejoint le king Fogarty au nombre de victoires dans la cathédrale d’Assen
Malgré les assauts du local Van Der Mark, et d’un Chaz Davies en forme, Jonathan a fait du Rea en augmentant son rythme en fin de course pour s’assurer la victoire et égaler ainsi le king Fogarty au nombre de victoire sur ce circuit.
Ducati va équiper ses motos de radars anti-collision dès 2020 - Le programme ARAS est en marche
La firme de Bologne continue son processus d’innovation en matière de sécurité sur ses motos et introduira dès 2020 un système de radars sur l’un de ses modèles.
Mehdiator - Les balades en groupe, à chaque fois une nouvelle histoire
Mehdiator le retour ! Un an après sa dernière vidéo, le maitre de l'humour à la sauce motarde, nous remet une couche de son talent.
Projet Yard Built Type 11 d’Auto Fabrica – Une histoire en trois prototype
Le constructeur aux trois diapasons vient de présenter son concept Yard Built Type 11 qui a été confié aux préparateurs britanniques d'Auto Fabrica. Celui-ci se décline en trois différents prototypes.
Portes ouvertes le 28 avril au Pôle Mécanique à Vich (VD)
La concession Kawasaki, Suzuki et Royal Enfield de Vich, vous convie à sa journée portes ouvertes le samedi 28 avril de 08h00 à 16h00.
Retour sur notre stage de Vaison Piste - Le gymkhana en vidéo
Lors de notre stege de Vaison Piste nous avions préparé une petite surprise à nos "stagiaires", à savoir un gymkhana à moto pour tester leur agilité.

Recherche

Hot news !

Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.
Yamaha YZF-R1M 2018 – Les réservations sont ouvertes
Le site dédié aux réservations de la R1M 2018 sont ouvertes. Si vous voulez la vôtre, faites vite, il n'y en aura pas pour tout le monde.

Liens Partenaires