Essai publié le

Test du masque de cross 100% Racecraft lors du Touareg Rallye 2014

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de David Zimmermann
Imprimer cet article

Le masque cross Racecraft est le nouveau haut de gamme de la marque 100%.

Il est disponible depuis le début de l’année en Suisse en treize coloris différents pour  CHF 79.90 avec une housse de protection ainsi qu’un sachet de vingt tear-offs. En option, il est possible d’acheter des écrans de remplacement (treize modèles  disponibles) allant de CHF 11.- à 22.- la pièce. Si la lunette est plutôt chère à l’achat, les écrans de remplacement sont par contre bon marché par rapport à certaines autres marques concurrentes.

J’ai eu l’occasion de le tester intensivement durant le Touareg Rallye 2014, un rallye raid de sept jours en Tunisie.

Premières impressions 

Quand on le sort de sa boîte, il fait tout de suite une bonne impression avec son design agressif et ses mousses triple densité. Par rapport à mes anciens masques, la différence est flagrante. Le masque a également une protection de nez amovible. L’élastique est très large et recouvert de silicone, comme chez la plupart des concurrents, pour éviter qu’il ne bouge. Il est également équipé d’un système d’aération breveté qui est sensé permettre une ventilation optimale sans laisser entrer le sable et l’humidité.

Le masque est livré avec un sachet de vingt tear-offs (disponible séparément pour CHF 14.- pour vingt pièces ou CHF 29.- pour cinquante pièces). Le tear off est un écran transparent de quelques dixièmes de millimètres d’épaisseur qui se fixe sur l’écran au moyen de deux pins. Il est possible d’en superposer plusieurs et en cas de salissure, de les arracher d’une main en roulant pour trouver à nouveau une bonne visibilité.  

En action !

La protection du nez nécessite d’incliner le masque de biais pour le rentrer dans le casque. Ce n’est pas vraiment dérangeant et ça ajoute une protection supplémentaire. La première chose qui m’a sauté aux yeux, c’est le champ de vision. Il est tout simplement excellent. Les mousses sont larges, souples et très confortables. Après une semaine de roulage, je n’ai pas remarqué la moindre gêne. Il faudrait voir sur le long terme comment elles vieillissent, mais jusqu’à présent rien à signaler.

Le premier jour de roulage avec la visière d’origine m’oblige à plisser des yeux constamment, à cause de la luminosité éblouissante dans le désert.

Le deuxième jour, j'opte pour la visière teintée que j’ai également prise avec moi. Le changement est facile et se fait en deux minutes. Il suffit de déclipser la visière installée en tirant sur les cadres de la lunette en commençant par le haut, puis le bas et enfin les côtés. Pour le  remontage, c’est tout simplement l’ordre inverse.

Le confort de vision est nettement amélioré avec la visière teintée dans les conditions de conduite du désert. En plus, ça accentue les contrastes et les couleurs sont plus jolies qu’en vrai ! C'est en fait une visière polarisée...

Aussi improbable que cela puisse l’être, le sixième jour, nous avons eu droit à une tempête de sable accompagnée de la pluie ! Je profite de l’occasion pour tester les tear-offs, en en montant deux sur la visière.  Le ciel étant à présent totalement couvert, j’aurais préféré avoir la visière transparente d’origine, mais je l’ai perdue le second jour. Heureusement, la visière teintée reste utilisable même dans ces conditions. Malgré la tempête de sable, je n’ai pas été gêné par du sable dans mon masque durant la course.

Les tear-offs ne gênent pas la vision. Par contre, avec les forts vents en plus de la vitesse élevée de cette étape, la languette à tirer vibre et fait un bruit insupportable. J’ai fini par arracher le premier qui avait quelques gouttes d’eau et un peu de sable collé dessus. Puis, agacé par le bruit, je me suis aussi débarrassé du second.

Je ne pense pas que les tear-offs soient vraiment utiles dans ces conditions de roulage. Ils sont probablement plus utiles dans une course où l’on roule proche des autres concurrents et où l’on a de la boue plutôt que du sable. 

Le dernier jour, il a plu légèrement pendant toute l’étape. Le système de ventilation fonctionne très bien avec le sable et par temps sec. Par contre, en condition de pluie, j’ai eu rapidement de la buée à l’intérieur du masque et j’ai dû me résoudre à rouler sans puisque je ne voyais plus rien.

La plupart des autres concurrents ont dû faire pareil, donc je ne pense pas qu’il s’agisse d’une faiblesse de ce modèle.

Conclusion :

Ce masque de cross est beau et offre un champ de vision excellent. Son prix qui le situe dans les masques haut de gamme se justifie totalement par la qualité des mousses et son confort. Dans des conditions de roulage par forte luminosité, la visière teintée est un must et comme elle ne coûte que CHF 11.-, il serait dommage de s’en priver. J’ai apprécié également le protège-nez qui apporte un sentiment de sécurité supplémentaire et sutout qui m’a évité un gros coup de soleil sur le nez !

Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de tester le système tear-off dans des conditions permettant d’en avoir un jugement pertinent. Dans les conditions où je l’ai testé (vitesse rapide et fort vent), le bruit des languettes qui vibrent m’a dérangé. Dans des conditions enduro, ce n’est probablement pas un problème. Le système de ventilation breveté par 100% fonctionne extrêmement bien contre la poussière. Par contre, en condition pluvieuse, j’ai rapidement eu de l’humidité dans le masque.

Le masque 100% Racecraft est importé en Suisse par Motochic.ch.

Suivez AcidMoto.ch !

Fiche technique

Modèle
Marque :
100%
Modèle :
Racecraft

Plus d'articles Equipement

Bering C-Protect Air - Le gilet Airbag filaire à prix light arrive en Suisse
L'équipementier français de vêtements pour motard arrive sur le marché avec un tout nouveau Airbag filaire proposé à un tarif des plus agressif.
La nouvelle veste iXS Montevideo III décroche le "Red Dot Award" dans la catégorie Travel
Le concept novateur de veste de moto iXS Montevideo III a obtenu le Red Dot Award «Winter» dans la catégorie «Travel».
Dainese Settantadue - Une nouvelle marque contemporaine au sein du groupe italien
Au terme de 24 mois d’intenses recherches et d’études, Dainese dévoile une toute nouvelle marque qui fait son entrée au sein de la famille des marques du Groupe.
Essai casque HJC R-Pha11 – Un casque haut de gamme à prix doux
Le fabricant de casques coréen HJC a lancé cette année le successeur de son casque sportif R-Pha10+ qui prend logiquement le nom de R-Pha 11
Shoei présente sa collection 2018 des NXR et X-Spirit III
Le fabricant Japonais de casques haut de gamme, Shoei, vient de dévoiler sa collection 2018.
Essai du casque Airoh S5 - La bonne alternative qualité/prix
Un casque hybride route/tout-terrain avec un look racé et pourvu d’un écran pare-soleil pour moins de CHF 300.- ? Ça existe et on le trouve chez nos voisins transalpins Airoh.

Recherche

Hot news !

Essai Scott Summer VTD DP - Sauve ta peau quand il fait chaud
Chacun est libre de rouler habillé comme il veut, mais ça me fait toujours bizarre de voir des bras et des jambes nues sur la route. Scott a poussé l'aération de sa Summer VTD DP tellement loin que vous pourriez l'adopter et ne plus rouler sans.
Airbag moto - Le combat d'Alpinestars pour la place de leader
Le marché de l'airbag est hétéroclite. Des géants du secteur des équipements y côtoient des petit fabricants qui ne font que ça. Le nom est peut-être identique, mais les produits sont loin d'être comparables !
Essai gants Five RFX1 - Laissez faire un spécialiste
Trouver les bons gants c'est important, c'est ce qui nous relie aux commandes de la moto. La marque Five s'y consacre exclusivement, à la recherche du meilleur gant possible. Avec le RFX-1 je suis comblé, il faudra trouver encore plus convaincant pour m'en faire changer.
Essai casque Bell Bullitt - De 1971, il ne garde que le look
Avec la mode des Café Racer et autres Scrambler qui reviennent en force, les équipements ont pris le même virage vers le vintage. Les intégraux étaient rares à l'époque, le Bell Star de 1971 en était un et il est de retour sous le nom de Bullitt.
Essai du casque Arai RX-7V - Nouveau jalon des casques intégraux haut de gamme
Après sept ans de service, Arai remplace son RX-7GP. La marque misant tout sur la sécurité plutôt que sur le look s'est imposée de nouveaux standards, atteints avec le nouveau RX-7V.
Voici pourquoi il faut changer un casque après une chute !
On se demande parfois après une chute s’il est vraiment nécessaire de changer son heaume. On a beau nous expliquer que l’intérieur du casque se déforme et qu’il n’absorbe plus les chocs... tout ça reste relativement abstrait.

Liens Partenaires