Essai publié le

KTM Duke 690 vs Triumph Street Triple R - 1 + 3 = FUN!

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly / Avec la collaboration de Yann
Imprimer cet article

Opposer un mono à un trois-cylindres? Ils sont fous chez AcidMoto?! D'abord, non, enfin pas trop. Confronter la dernière née de la lignée Duke à la référence des roadsters de moyenne cylindrée a du sens: avec ces deux-là, c'est fun, fun et... fun!

On vous l'accorde: côte à côte, elles ne semblent pas vraiment du même monde. La Triumph, dans son coloris blanc, se la joue sport-chic. Son regard froncé, qu'on a finalement adopté, donne le ton d'entrée, comme ses deux pots en position haute: c'est quand-même plus sport que chic! A côté de ce joli roadster, la Duke paraît être un adolescent en pleine croissance. Elle garde une finesse et des lignes fines proches de son passé de supermotard, mais commence à avoir la carrure d'un petit roadster. Le résultat est tout de même sympathique et reflète bien l'identité de cette nouvelle Duke.

Une identité qu'elle peine pourtant à assumer une fois le mono démarré. Avec une sonorité digne d'un scooter 125 au ralenti, la KTM passe totalement inaperçue à côté de la Triumph, qui s'éclaircit déjà la voix à l'allumage. Un bourdonnement qui donne la chair de poule émane des deux sorties chromées de la Triumph, dont le niveau de finition est d'ailleurs supérieur à celui de l'Autrichienne. Il faut dire que, pour rendre sa Duke très accessible, KTM n'a pas forcé au niveau des pièces et des finitions: c'est plutôt pauvre! L'échappement d'origine, peu esthétique et plutôt timide, en est un bon exemple. Par contre, quand on regarde la facture, on retrouve le sourire: pour 9'820 francs, on dispose d'un petit jouet qui n'aura finalement, on va le voir par la suite, rien à envier à son adversaire du jour, presque 2'000 francs plus chère.

Sacrée surprise

Après ces considérations en statique, Yann donne le signal et on se met en selle pour rejoindre l'un de nos spots photos de la journée. C'est là que la différence entre nos deux montures saute aux yeux! D'une position classique de roadster, un peu basculée sur l'avant et les jambes bien repliées sur la Triumph, on passe à un truc bizarre, entre le supermot' et le roadster sur la Duke! D'une neutralité déconcertante, l'assise de la KTM se conjugue à merveille avec l'agilité du châssis: on fait demi-tour dans un mouchoir de poche et on se faufile sans aucune difficulté partout où on le souhaite. La Triumph n'est pas en reste, même si son gabarit de « vraie moto » se fait sentir.

On dit « vraie moto », parce que la Duke passe plutôt pour un gros, gros joujou! Si le mono se montre timide au ralenti, il vous envoie de gros coups de piston dès 3'000 tours minutes, en vous collant au fond de la selle et en délestant copieusement la roue avant! Le rupteur arrive bien vite, il faudra donc jouer du sélecteur bien souvent et relancer le mono à l'embrayage si l'on descend trop bas dans les tours. Une façon de rouler qu'on avait presque oubliée, tant le mono-cylindre se fait rare sur le marché des gros cubes. On n'a pas le temps de s'ennuyer sur la KTM!

Et le trois-pattes anglais, dans tout ça? Eh bien il est toujours là, mais un peu effacé par le tonitruant moteur autrichien! A noter tout d'abord que notre Street d'essai était neuve et ne semblait pas encore au top de sa forme. Face à un classique quatre-cylindres, le bouilleur britannique enchante par son couple supérieur et ses bonnes sensations. Mais opposé au remuant mono-cylindre de la KTM, il apparaît un peu plus lisse. Reste qu'on disposait tout de même du joyeux bourdonnement typiquement Triumph et d'une allonge supérieure à la KTM, bien utile pour contenir les assauts de la petite balle orange, qui se rapproche dangereusement au freinage...

Baston!

Un freinage qu'on peut même effectuer en glisse, façon supermotard, avec la Duke! En tombant deux rapports avant une épingle, on fait patiner l'arrière sans aucun problème... une fois l'ABS déconnecté! Car si le système anti-blocage rassurera les débutants, il se montre très frustrant une fois qu'on veut s'amuser un peu... d'où l'utilité du troisième bouton du tableau de bord de la Katoche, qui débraye le système après une pression de trois secondes, à l'arrêt. Une fois ce détail réglé, la KTM peut venir s'amuser avec sa copine du jour.

Car s'il y en a une qui sait freiner, c'est bien la Street Triple R! D'une efficacité et d'un feeling bluffants, le freinage de la Triumph assure en toutes circonstances! Gros freinages, petits stoppies... tout passe sans aucun problème sur l'Anglaise, qui profite toujours des suspensions empruntées à la Daytona! Plus souple, la KTM doit s'appréhender mais n'est pas en reste non plus, malgré son simple disque à l'avant, et permet des entrées de courbe musclées!

C'est d'ailleurs en courbe que nos deux montures pourront se départager. Très vive, semblant même manquer de stabilité, la Katoche nécessite un petit temps d'adaptation et un certain lâcher-prise pour se révéler: la position très droite, le large guidon et le pneu de 160 à l'arrière limitent le feeling. Mais ils lui garantissent une agilité de tous les instants, des corrections de trajectoire à l'envi et des sorties de courbe très, très rapides. On relève la machine en un clin d'oeil avant de profiter de la patate du mono pour s'extraire de la courbe. La Street R, elle, se la joue plutôt « rail »! Imperturbable sur l'angle, elle trace ses traj's comme sa soeur Daytona et semble pouvoir pencher jusqu'à plus soif! Face à sa concurrente, hyper-agile, elle compte sur son potentiel sportif plus élevé pour hausser le rythme jusqu'à ce que le pilote de la Duke doive abdiquer. Pourtant, dans les petites enfilades, on a chaud aux fesses sur la Triumph... parce qu'un petit machin blanc et orange semble vouloir nous manger le pneu arrière!

La KTM virevolte juste derrière les échappements de l'anglaise, à l'intérieur, puis à l'extérieur, et vient même la taquiner en se portant à sa hauteur en sortie de courbe! Sur un tronçon qui lui convenait à merveille, l'Autrichienne aura tenu tête à l'Anglaise sans aucun complexe. Mais la Triumph nous aura inspiré plus confiance, par sa position et son comportement plus naturels quel que soit le type de route. La petite Duke tient elle aussi la route, même sans suspensions réglables, mais est plus difficile à appréhender. Il faut simplement lui faire confiance et saisir son mode d'emploi pour attaquer sereinement.

A la fin de la séance photo, on profitera d'un petit bout de route désert pour s'essayer à quelques âneries, bien motivés par le caractère joueur de nos bécanes du jour! Mais on a encore du boulot pour arriver à des hauteurs décentes...

Conclusion

Départager deux machines aussi fun n'aura pas été facile. Malgré quelques économies visibles (finition, suspensions non-réglables), la KTM offre un look décalé et des performances qui remettent le mono-cylindre au goût du jour. La Triumph, au tarif plus élevé, bénéficie d'un comportement sans faille et dispose d'un des moteurs les plus réussis de la catégorie. Elle offre un compromis performances/accessibilité/polyvalence plus intéressant que l'Autrichienne, ce qui justifie son tarif plus élevé et, le plus objectivement possible (la KTM est un gros, gros coup de coeur pour ma part), sa victoire dans ce comparatif. Mission accomplie toutefois pour la Duke, qui a chatouillé la Triumph tout au long de cette journée!

Vous avez kiffé les photos? Elles sont belles hein? N'hésitez pas à consulter la galerie ci-dessous pour profiter de l'intégrale des clichés de Patrick! Yahouuu!
Actuellement, Triumph propose une offre sur la Street Triple à 9'990.-.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le rapport prix/plaisir de la Duke
+
Le comportement parfait de la Street R
+
Le fun et le plaisir ressentis au guidon des deux machines
On a moins aimé :
-
Vraiment, clairement, on n'a pas grand chose à dire ici...

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Triple R
Année :
2012
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 4 temps, 4 soupapes par cylindre, double ACT
Cylindrée :
675 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle
Performances
Puissance max. :
106 ch à 11'700 tr/min
Couple max. :
68 Nm à 9'200 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre double poutre en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Kayaba Ø 41mm, réglable en précharge, détente et compression
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Amortisseur Kayaba, réglable en précharge, détente et compression
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant Ø 308mm, étriers radiaux Nissin à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque Ø 220mm avec étrier Nissin simple piston
Dimensions
Longueur :
2'030 mm
Empattement :
1'410 mm
Largeur :
755 mm
Hauteur de selle :
805 mm
Poids total :
189 kg
Réservoir :
17,4 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Crystal White
 
Phantom Black
 
Diablo Red
Catalogue
Prix de vente :
CHF 11'490.-
(+ 160.- CHF en frais de transport)
En ligne :
Garage :

Fiche technique

Véhicule
Marque :
KTM
Modèle :
690 Duke
Année :
2012
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Monocylindre 4-temps, simple ACT, 4 soupapes
Cylindrée :
690 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
70 ch à 7'500 tr/min
Couple max. :
71,4 Nm à 5'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d'huile, anti-dribble APTC
Partie Cycle
Châssis :
Cadre treillis en tubes d'acier au chrome molybdène
Suspension AV :
Fourche inversée WP 4357
Course AV :
135 mm
Suspension AR :
Amortisseur WP 4618 EM, avec renvoi Pro-Lever
Débattement AR :
135 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
160/60 R 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque Ø 320mm, étrier radial Brembo 4 pistons, ABS déconnectable
Frein AR :
Simple disque Ø 240mm avec étrier simple piston, ABS déconnectable
Dimensions
Empattement :
1'466 mm
Hauteur de selle :
835 mm
Poids à sec :
149,5 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
blanc-orange
 
noir-orange
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'820.-
TVA 8% incluse, frais de transport exclus
En ligne :

Plus d'articles Moto

Indian FTR 1200 – Les premières photos du modèle de série fuitent
Nos collègues de Motorbike Writer viennent de dévoiler les premiers clichés du modèle qui entend lancer Indian sur le marché des roadsters
Le Hard Alpi Tour fête ses 10 ans!
La 10ème édition du Hard Alpi tour qui s’est déroulée les 7-8-9 septembre derniers s’est terminée à Sestriere (Piémont Italien) avec un nouveau record de participation (480 motards de 16 nations) et une météo estivale pour le plus grand bonheur des participants et de l’organisation après l’édition pluvieuse de 2017.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
BMW dévoile officiellement ses R1250GS et R1250RT 2019
Le constructeur bavarois a décidé d'avancer la date pour dévoiler officiellement son nouveau bloc moteur qui propulsera les R1200GS et R1200RT 2019.
Motus et bouche cousue - La firme US Motus Motorcycles met fin à ses activités
Motus Motorcycles, fabricant Américain de motos et du fameux moteur V4 de 1'650cc, vient d'annoncer la fermeture immédiate de son usine de production en Alabama.
Essai Harley-Davidson Road King Special – Le tourisme à l’américaine
« Mais pourquoi tu as pris ça ? »… « Ça roule tout seul ou il te faut un transpalette ? »… « Ah c’est à toi l’enclume parquée en bas ? »…

Recherche

Hot news !

Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.
Essai Husqvarna Svartpilen 401 - Petite machine, grandes aventures
Surprenante et attachante, la Svartpilen propose la vision d'une moto de route selon Husqvarna dans une version accessible à tous. Récit d'aventures pas communes sur une machine à fort potentiel.
Yamaha Ténéré 700 World Raid épisode II - Stéphane Peterhansel à l'assaut des dunes du Maroc
L'épisode I du Yamaha Ténéré 700 World Raid nous avait laissé sur les pistes australiennes. L'épisode II met lui en scène une figure emblématique du Dakar pour Yamaha : Stéphane Peterhansel.
La KTM 390 Adventure surprise lors d'un roulage
L'arrivée du petit trail routier 390 Adventure avait déjà été annoncée par KTM, la voici maintenant en pleine phase de test.
La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.

Liens Partenaires