Roadbook publié le 27 août 2015

Sibérie Extrême - Episode 3 : la BAM Ouest

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de David Zimmermann

Le challenge pour lequel nous sommes venus de si loin commence aujourd’hui, après huit jours de liaison depuis Ulan Bator. La BAM ou Baikala Amurskaya Magistral est une ligne de chemin de fer longue de près de 5'000km.

La construction de la BAM qui a débuté en 1974 et qui a duré plus de quinze ans fut un énorme challenge. Construire une route, une ligne de chemin de fer et des villages pour loger les milliers de travailleurs dans cette partie quasiment vierge de la Russie n’a pas dû être une sinécure. Ici, les températures descendent en dessous de -50°C en hiver ; et en été, l’épaisse toundra marécageuse est infestée de moustiques qui ont pour seul objectif de vous pourrir la vie.

Cette région est perdue au milieu de nulle part ! Même une ville majeure comme Novossibirsk, capitale de la Sibérie, n’est atteignable qu’après plusieurs jours de train. L’avenir de ceux qui travaillent et survivent sur le tracé de la BAM est aussi noir que les murs couverts de suie des immenses centrales à charbon que l’on trouve dans chaque ville. Ici, il n’y a rien d’autre à faire que travailler, faire des gosses ou devenir alcoolique, ou les deux en même temps... Oubliez les loisirs, le shopping, les restos et les bars, les concerts, etc. Il n’y a rien de tout ça sur les milliers de kilomètres de la BAM.

La route qui a permis de construire la ligne de chemin de fer est praticable en hiver quand tout est gelé, et pendant quelques semaines en été, mais uniquement par des véhicules tout-terrain.

Par la route, seule la section Ouest jusqu’à la ville de Tynda est réellement praticable. On compte à présent trois expéditions ayant tenté la section Est, mais aucun n’a réussi à parcourir son intégralité sans devoir charger les motos sur le train à plusieurs reprises.

La dernière tentative a eu lieu exactement au même moment que nous étions sur la section Ouest. Un mois plus tôt, plusieurs fractures pour l'un d’entre eux et une moto à moitié détruite parce qu’happée par un train sur un pont ferroviaire, c’est ce qu’il a fallu aux quatre Anglais pour arriver au bout de leurs efforts.

De notre côté, contre tout attente, notre premier jour sur la BAM était facile ! Les 180km qui nous séparent de Novi Uyan, étaient tout à fait plaisants : une bonne piste, avec quelques sections goudronnées sous un ciel ensoleillé. On trouve un hôtel, vide bien évidemment, et un café dans le centre-ville qui prépare quelques plats réchauffés au micro-onde, comme c’est la coutume dans tous les cafés de Russie. Je pense qu’on puisse dire sans trop prendre de risques que les Russes sont les champions du monde de l’utilisation du micro-onde. La plupart de leurs plats sont préparés en avance, répartis dans des Tupperware et réchauffés avant consommation.

Au centre de ce petit bled constitué d’immeubles de style soviétique d’une mocheté affligeante, on trouve une place de jeu pas beaucoup plus belle et des enfants qui jouent. Ils semblent heureux et pas conscients de l’endroit où ils habitent, et c’est tant mieux pour eux. Comme je me promène avec mon appareil photo, les petites filles me montrent leurs exercices de gymnastique en prenant de poses de mannequin. Elles n’ont probablement pas plus de 7-8 ans ! C’est vraiment quelque chose qu’elles doivent avoir dans les gènes, les femmes russes, je ne vois pas d’autre moyen pour expliquer cela !

Le matin du dixième jour, on sait déjà avant de se lever qu’à partir d’aujourd’hui la rigolade est terminée... Il a plu toute la nuit, et on ne dirait pas que ça va s’arrêter de sitôt...

Faire la BAM dans des bonnes conditions, c’est aussi difficile que de trouver des gens qui sourient dans les rues de Moscou. On y a cru l’espace d’un moment, mais il ne fallait pas rêver non plus, si tous ceux qui l’ont faite en ont tellement bavé, je ne vois pas pour quelle raison on serait épargné...

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Moto

Yamaha R6 GYTR - Une machine réservée à la piste
Précédemment annoncée avec un réservoir noir, elle sera finalement bleue.
La Honda CB300R fait son retour en 2022
Désormais avec un moteur aux normes Euro 5, la CB300R revient au catalogue parmi les "Néo Sport Café"
En 2022, les Yamaha neuves auront 4 ans de garantie en Suisse
Pour souligner leur promesse de fiabilité des produits du constructeur japonais, la garantie est prolongée en 2022.
Yamaha Ténéré 700 Raid – L’Adventure au bout de la dune
Présentée sous forme de prototype lors du dernier salon EICMA, les dessins de la Yamaha Ténéré 700 Raid, version spéciale Adventure, viennent de fuiter.
Essai BMW CE 04 - À la pointe du tout électrique
Après le C Evolution, le maxi-scooter CE 04 est le premier modèle de la nouvelle stratégie de mobilité urbaine de BMW. Il n'y aura plus de nouveau modèle thermique, place au tout électrique.
Record historique des ventes pour Ducati
Ducati célèbre une année 2021 historique, avec un nouveau record de vente. Un signe de bonne santé pour le constructeur en mains allemandes ?

Hot news !

Essai Triumph Tiger Sport 660 - GT British pour jeune permis (vidéo)
Avec le moteur 660, la marque anglaise dispose d'un produit d'appel qui se décline ici en une moto plus polyvalente qu'un roadster.
Triumph lâche ses Tiger 1200 dans l'arène des gros trails
Triumph présente ses nouveaux trails au long cours et lâche ses Tiger 1200 chez les gros trails
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.